Aller au contenu

Vous écoutez quoi live - hier ou demain - (contenu explicitement musical)


Déchet(s) recommandé(s)

Que penses tu d'elle?

 

il y a 41 minutes, Retromantique a dit :

J'aime tellement cette toune. Fuck. Pis cette version est impossible à trouver sur Spotify, faque j'peux pas l'ajouter à ma liste de tounes préférées. 

Rutracker.org

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça fait déjà un bout. On faisait des soirée jazz et blues live à la maison. On s'appelait le Royaume des 301 masques. On vendait des bouteilles de vin faient par nos amis à 5$ et on vendait le brandy xo et le cognac à l'once pendant que les musiciens venaient jammer. On classait nos vinyles en ordres chronologiques et on capotait sur la production de 69 mais bon ça pas rapport avec cette date mais on était flabbergasté par elle, tout le temps. Une femme crocodile et canari en même temps.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, finalchapter a dit :

Que penses tu d'elle?

Je pense que je préfère celle que tu viens de partager, pas parce qu'elle serait mauvaise, mais parce que je me trouve prise entre deux avec son rythme.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

La plus belle version live de Purple Rain. Prince semble avoir le cœur qui veut lui sortir de la poitrine et ses grands yeux de biche sur le point de verser un long fleuve de larmes. Il semble particulièrement ému au troisième couplet dès Honey, I know, I know, I know times are changin'... à ma première écoute, j'étais subjugué et comme lui j'avais les yeux mouillés. Les hétérosexuels disent souvent qu'ils ne coucheraient avec aucun homme exception faite de Freddie Mercury… eh bien, moi mon exception serait Prince circa 1990.

Sa poitrine qui se soulève sous le coup de l’émotion, ses petites crispations, sa gestuelle théâtrale, son souffle court, ses expressions faciales tantôt fierce tantôt vulnérables… l'intensité avec laquelle il prend sa guitare et en joue... fuck...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je t'aurai pas embauché comme commercial, mon cher @foulard, c'est quoi ce groupe ? Quel style ? Quel univers ? Qu'apportent ils de nouveau ? Qu'est ce que te catch ? À quel autre artiste ça pourrait s'apparenter ? Bref, pourquoi ici et pas dans radio dép ? Dis moi tout. Peut être que je vais cliquer si tu me convainc que c'est vraiment THAT goud. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 21 minutes, 1984 a dit :

Je t'aurai pas embauché comme commercial, mon cher @foulard, c'est quoi ce groupe ? Quel style ? Quel univers ? Qu'apportent ils de nouveau ? Qu'est ce que te catch ? À quel autre artiste ça pourrait s'apparenter ? Bref, pourquoi ici et pas dans radio dép ? Dis moi tout. Peut être que je vais cliquer si tu me convainc que c'est vraiment THAT goud. 

Ca tombe bien! JE n'aurai jamais appliqué pour être ton commercial.

T'es pas capable de cliquer sur ''play'' ? T'es pas capable de te faire un avis?
J'ai autre chose à faire que te prendre par la main pour te convaincre de quoi que ce soit. Surtout que ca ne changerait rien au résultat.

Si tu aimes, il me fera plaisirs de te suggerer d'autres groupes de la même trempe, même si les spotify et autres plateformes de streaming ont toutes une section ''fans also like'' ou ''artistes similaires''.

T'es capable, la grande.
 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une absolue masterpiece. On l'écoute une fois, on l'a dans la tête pendant deux jours minimum. 

Ce morceau à été composé et créé pour la série Euphoria. Le morceau inséré dans l'action ? C'est aussi de l'art absolu. Cet épisode prouve le génie du réalisateur Sam Levinson. 

"Can you let it go?"

L'association entre Billie Eilish et Rosalia, deux stars qui ont conquis le monde à peu près au même moment et avec la même force, celle de savoir poser un décor en une fraction de secondes, fait parfaitement sens.

"Lo Vas A Olvidar" n'est pas un tube immédiat mais une ballade brumeuse dépouillée signée Finneas (le frère de Billie que Pure Charts a récemment rencontré), où leurs voix s'entremêlent en anglais et en espagnol, parfois en écho, parfois sous le prisme du vocoder, pour nous conter une histoire d'amour tourmentée.

« Dime si me echas de meno' aún » ("Dis moi si je te manque encore") entame Rosalia. « Dime si no me perdonas aún » ("Dis moi si tu ne me pardonnes toujours pas") poursuit Billie Eilish Eilish, avant qu'elles ne quémandent comme une supplique : « Lo va' a olvidar ? Can you let it go? Can you let it go? ».

Ce morceau s'inscrit parfaitement dans l'histoire des deux protagonistes du show Euphoria, doucereusement toxiques l'une pour l'autre, mais désespérément amoureuses aussi. L'épisode est indissociable de ce morceau, dont l'univers est si subtil qu'il faudrait si peu pour le briser. 

Passion, douleur, mélancolie et regrets : pour mettre en relief les sentiments de la chanson, Billie Eilish et Rosalia se retrouvent dans un endroit envahi par la brume symbolisant ce qu'elles traversent dans ce clip réalisé par Nabil ( un cador de l'expérience visuelle) . 

C'est vraiment une réussite, le morceau sert une réflexion aussi belle que l'imaginaire, la perte et l'amour, ensemble. 

IMG_20210129_104446_734.thumb.jpg.05a190a04aa93b929f41fd94913c8f5d.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu d'artistes ont su me procurer autant de lumière que Tool et Nine Inch Nails. Paradoxalement, cette lumière surgit d'univers obscurs, comme des étoiles dans le firmament. Ça sort des profondeurs, comme des œufs fécondés d'une forme de vie nouvelle, plus pondérée.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2021-01-29 à 19:17, Goéland a dit :

Peu d'artistes ont su me procurer autant de lumière que Tool et Nine Inch Nails. Paradoxalement, cette lumière surgit d'univers obscurs, comme des étoiles dans le firmament. Ça sort des profondeurs, comme des œufs fécondés d'une forme de vie nouvelle, plus pondérée.

 

 

J'ai principalement decouvert NIN avec l'album With Teeth et je me souviens que les dernieres pistes de l'album faisait un très bon bloc. Je ne les écoutes jamais/rarement individuellement, toujours ensemble.
11- the line begins to blur
12- beside you in time
13- Right where it belongs

___________________________________________________________

Je ne m'attendais pas à aimer Loic April, j'avais boudé sans écouté. La pochette et le nom me faisait penser a Ariel Pink, je sais pas pourquoi, et aura pompeux me repoussait.
Une ancienne membre me l'a recommandé dernierement(quelques mois quand même, cet été peut-être), j'ai été agreablement satisfait par ce qui joua dans mes oreilles. Beaucoup plus accessible que ce que j'eusse cru penser. Je trouve qu'il y a comme une  petite saveur shoegaze(EDIT: plus dream pop que shoegaze, en fait) en fond. Bref, j'ai acheté une couple de vinyl à quelqu'un qui vendait ses vinyls quasi flambant neuf à un prix plus que descent. J'y ai rajouté Loïc April pour un gros 10$.
 

J'éspère vraiment que 1984(et le reste du dépotoir) va tout écouter, vu que j'ai écris quatre lignes pour ne citer qu'un seul style musical.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À chaque début fevrier, c'est ma tradition. J'écoute ce bijoux midwest emo mid90's.
 


Fun fact qui n'interesse que moi:
Un jour j'ai mis la radio, sur CISM. une toune jouait, je trouvais que ca sonnait dont ben comme du Mineral, mais c'etait un gros mindfuck parce que le band n'existait plus depuis 20ans.
Finalement, après la toune, l'animateur a dit que c'etait Mineral et qu'ils étaient back, 20ans plus tard. J'étais ému, #emo­. (et aussi très fier d'avoir reconnu une toune que je n'avais jamais entendu d'un groupe absent depuis 20ans, et me faire croire que j'ai un don pour reconnaitre les gens que je connais à peine juste avec leur voix ou leur yeux, puis faire chier ma colocation avec ce ''don''). J'ai decouvert par le fait même que CISM avait une emission de mathrock/spectre large du emo qui s'appelle le cours de math, je vous la recommande.

La dite toune du comeback, tant qu'on y est:

J'éspère vraiment que 1984(et le reste du dépotoir) va tout écouter, maintenant que j'ai raconté mon anecdote touchante... et y rajoute une reference de Breaking Bad.
 

Révélation

J'espere que vous avez retenu le nom du band...

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 34 minutes, ƒ Ǿ ǖ ℓ Д ® ↁ a dit :

j'ai un don pour reconnaitre les gens que je connais à peine juste avec leur voix ou leur yeux, puis faire chier ma colocation avec ce ''don''

1 personne sur 1 000 000 parvient à identifier cette célébrité. Es-tu capable?

Том Круз от 1 года до 55 лет. | Том круз, Молодые знаменитости, Знаменитости

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un de mes meilleurs amis a ce talent aussi. Je lui ai fait écouté une toune, il a dit ça sonne comme tel artiste, looked it up, c'était un band ultérieur. Pour les faces je ne sais pas tho.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un de mes amis m'a fait découvrir ce band là, et j'adore leur style. C'est un mélange de folk/blues fait avec pleins d'instruments exotiques qui proviennent de partout à travers le monde, sur un fond d'electro-trance. 

Citation

Dirtwire is a traveller’s collage of instruments and electronic production foraged from Coachella to the mountains of Tuva.

Dirtwire stands poised between ancient Mother Earth and modern technology, a blend of ethnomusicology and the psychedelic trance state, gut-bucket delta blues and what the band dubs “back-porch space cowboy blues, swamptronica, electro-twang.” It’s a sound informed by Dirtwire’s travels and performances around the globe, where East meets West and North joins South. From the favelas in Brazil, Femi Kuti’s Shrine in Lagos, Tokyo’s bluegrass clubs, Ayahuasca ceremonies in Central America, Gamelan performances in Bali, desert festivals in the Australian Outback, and the 20th anniversary of Kazakhstan’s modernized new capital Astana, the band spreads its message by building bridges across musical cultures in their own unique way.

Dirtwire plays an array of instruments both ancient and modern, including West African kamale ngoni, harmonica, space fiddle, whamola bass, Rickenbacher electric 12string guitars, bowed banjos and jaw harps from around the globe, all interwoven into modern laptop beat creation. Hailing from the underground west coast electronic bass music scene, Dirtwire finds itself at the forefront of experimental electronic music production mixing in their wide array of world instruments with sampled beats and 808’s. Dirtwire’s live shows are a communal psychedelic journey, which have been channeled into their latest full-length effort, Electric River.

De l'electro-blues joué sur des Banjo et Calabash Africain, au Berimbeau, Pandeiro et Zambouba Brasilien, des Khenes du Laos, des Ngonis du Mali, des Gembri Guinéens, et des centaines d'autres que même moi ne pourrait reconnaître. C'est un wetdream d'ethnomusicologue. 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par Gamin
      La première track a été publiée aujourd'hui!
       
       
    • par RBC
      Sonorités semblables, esthétique volontairement analogue, nombreuses sont les comparaisons entre le jeune groupe américain et les légendes britanniques qui ont bouleversé à jamais l'histoire du rock. Cet exercice est-il justifié ? Discutez de l'univers des comparables. 
      https://www.lesoleil.com/arts/le-festival-dete/greta-van-fleet-les-heritiers-de-led-zeppelin-1f6d70ad00f1065e55cc687e8b1a2968
       
       
    • par Retrolatrique
      Vous entrez dans l'arène pis en sortez, vous entrez dans la reine, puis en ressortez etc.
      Ce va-et-vient.
       
      Lorsque vous vous connectez sur le dep ... 
    • par Gamin
      Fort jadis, @Dj_REL, @A/S/V? et moi (entre autres) participions a ce qui s'appelait des "Petit Projet Commun Dépotoirien", dans le quel on s'envoyait la balle en essyant de composer des chansons ensemble (non je suis pas là pour raviver le projet, y'a pu personne icitte d'dans) c'est que malheureusement les fichiers n'existent plus - ou du moins je ne les ai plus - et ça aurait été le fun de les réentendre. 
      Est-ce que les gens cités en question les ont encore? Quelqu'un sait comment contacter Dj_Rel ou A/S/V? Est-ce que des hoarders fou du Dépotoir aurait gardé ça dans un sous-dossier?
      Les sujets (cadavériques) en question:
       
    • par Gamin
      Peu importe le style musical, jazz, métal, rock, latin, dark-électrocloud, quels sont vos passages solos préférés, et ce peu importe l'instrument?
      Personnellement, celui qui m'a donné l'idée du sujet est le solo de Brian May dans Killer Queen, de Queen. Y'a quelque chose dans son tone de guitare, dans la simplicité et pourtant l'amusement des notes, c'est une mélodie mémorable qui me revient constamment en tête dans des moments inattendu. 
      Queen - Killer Queen (solo à 1:30) [non mais quelle criss de bonne toune] 
      Et n'oubliez pas: vous ne mourrez pas demain - essayez de ne poster qu'une seule pièce par réponse à la fois pour nous laisser le temps de les déguster tranquillement, un à la fois, et d'entretenir le sujet sur un plus long terme (ça serait facile pour moi aussi de vous en dropper 14 d'un coup).
×
×
  • Créer...