Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Je discutais avec mon père l'autre jour et je lui ai demandé si ça ne l'angoissait pas trop de se dire qu'il avait encore 30 ans à vivre. Sa réponse : "- Evidemment que ça m'angoisse ! Je voudrais vivre encore 40 ans au moins ! J'adore ça, moi, vivre..."

Je ne me suis jamais projetée "vieille "... J'en ai fini de penser mourir jeune, mais vivre vieille ? La déchéance, tant physique que psychique m'angoisse beaucoup. Puis j'ai été mal habituée aussi ! ^^ Dans ma famille maternelle, l'espérance de vie est assez peu longue. Ma mère, 60 ans, a dépassé l'âge de ses deux parents et de sa soeur aînée, et si elle atteint les 61 dans 1 mois, elle ne soufflera pas plus de bougies. Les causes familiales de décès sont les maladies pour beaucoup (pas mal de cancers qui finissent par généraliser) ou le suicide. Mais du côté de mon père, y'a de bons gènes, mes grands parents étant morts à plus de 90 ans tous les deux, 96 ans pour mon grand-père qui a pourtant fait la guerre et a connu la vie dans 3 camps de concentrations, revenu tuberculeux toussa toussa... Mais toujours en gardant toute sa tête, jusqu'à la fin, il pouvait réciter de mémoire des paragraphes entiers de Victor Hugo (son auteur fétiche)... 

Alors, je n'ai plus de pensées suicidaires depuis un moment maintenant, et je mène une vie plutôt saine (mais pas aseptisée non plus ^^). Pour autant, est-ce que maintenant j'envisage la possibilité de vivre vieille ? Sans maladie et en gardant mes capacités cognitives, pourquoi pas... Mais vieux, c'est à partir de quand ? Avant, je ne me donnais pas capable d'atteindre les 30 ans. Puis plus ma vie avançait, et en bien, plus je me suis permise de me penser à 60 ans. Mais au-delà ? J'ai l'impression qu'au-delà de 80 ans, le temps doit sembler terriblement long... J'ai pourtant des exemples autour de moi de gens qui vivent super bien vieux (ma grande tante paternelle a 86 ans et elle pète le feu, c'est un plaisir de la voir) mais moi, avec mon caractère, trouverai-je de l'envie à durer tant ? Je sais bien que le temps me laissera l'opportunité de changer d'avis 50 fois d'ici ma mort, mais je me demandais si vous, vous aviez toujours eu un avis sur votre durée de vie, toujours le même ou changeant ? Et si vous avez changé votre fusil d'épaule, y'a-t-il eu un déclencheur ? C'est quand, vieux, pour vous ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'Aspire au trône des Immortels.
Libéré des chaînes de la chair et du sang.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"... de la chair..." j'imagine ?

Vraiment @Lux? Ou c'est l'occas' de placer de jolis mots ? (c'est une question sérieuse hein, pas de jugement derrière...) As-tu lu "La possibilité d'une île" de Michel Houellebec ? Est-ce que ça te plairait de t'imaginer clonable et ainsi devenir immortel ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 4 minutes, ShameOnYou a dit :

"... de la chair..." j'imagine ?

Vraiment @Lux? Ou c'est l'occas' de placer de jolis mots ? (c'est une question sérieuse hein, pas de jugement derrière...) As-tu lu "La possibilité d'une île" de Michel Houellebec ? Est-ce que ça te plairait de t'imaginer clonable et ainsi devenir immortel ? 

La science avance plus vite que mon dépérissement. Et c'est probablement ton cas également. Te rends-tu compte de ce que ça implique ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis un ange, le temps n'a pas de prise sur moi..! :lisa-charming:

Plus sérieusement, je me rends compte de ce que ça pourrait impliquer mais aurai-je envie de m'y plier, ce n'est pas certain. Même si on trouvait le moyen de remplacer tous les organes défectueux, je ne suis pas sûre que je le ferais. J'accorde trop d'importance aux cycles naturels je crois, et l'immortalité n'est pas de l'ordre du naturel (ou à de très très rares exceptions près). Si l'on enlève la notion de mort, la vie ne perdrait-elle pas toute sa saveur ? 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, ShameOnYou a dit :

Si l'on enlève la notion de mort, la vie ne perdrait-elle pas toute sa saveur ? 

J'aime ce sujet. Personnellement, je souhaite ardemment que la mort ne soit jamais vaincue. Comme ma grand-mère adoptive yougoslave le disait, la mort est la "grande égalisatrice". Si on pouvait l'évader, tu crois que ce serait des gens comme toi et moi qui pourraient en profiter? Ha! Oublie. Ce serait les Rothschild, la famille Saoudienne, les Jeff Bezos de ce monde. La mort est la seule vraie justice, car elle emporte riches et pauvres, bons et mauvais. Je ne voudrais pas d'un monde où elle ne pourrait plus jouer ce rôle. 

De plus, si on pouvait échapper à la mort, tous sans exceptions, de quoi la planète aurait l'air? Faut faire de la place pour les prochaines générations. 

Cela dit, j'ai souvent rêvé de pouvoir demeurer une tête dans un bocal ploguée à l'internet pour toujours. Ou du moins, le temps que je puisse lire tous les livres (en tout cas, ceux qui en valent la peine, ce qui est déjà beaucoup). La mort m'angoisse quand je pense au fait que je ne pourrai jamais tout lire. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh mais je ne pense absolument pas que je pourrais prétendre à en profiter, d'ailleurs je ne le souhaite pas non plus ! ^^ Je suis de celles qui pensent que la mort donne tout son intérêt à la vie. Et pour l'équilibre naturel, chaque espèce doit laisser la place aux générations suivantes.

Du coup, personne n'a lu "La possibilité d'une île" de Houellebec ? (bon, je peux pas vous en vouloir, je l'ai trouvé gerbant...) Parce que ça traite en plein de ça, avec les "élites" qui se replient dans leurs forteresses, connectées aux autre "élites" par une sorte de réseau internet, et chacun se clone indéfiniment en transférant les connaissances des clones antérieurs à chaque fois. Puis il y a les "sauvages", le peuples qui survit dans d'horribles conditions, hors des forteresses...

Oui, je te rejoins sur les livres (mais pas internet, j'ai le travers d'aimer vraiment l'objet livre). C'est en grande partie pour ça aussi que mon père par exemple prend tant de plaisir à vivre, pour libre librement maintenant qu'il est à la retraite.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 1 minute, ShameOnYou a dit :

Oh mais je ne pense absolument pas que je pourrais prétendre à en profiter, d'ailleurs je ne le souhaite pas non plus ! ^^ Je suis de celles qui pensent que la mort donne tout son intérêt à la vie. Et pour l'équilibre naturel, chaque espèce doit laisser la place aux générations suivantes.

Du coup, personne n'a lu "La possibilité d'une île" de Houellebec ? (bon, je peux pas vous en vouloir, je l'ai trouvé gerbant...) Parce que ça traite en plein de ça, avec les "élites" qui se replient dans leurs forteresses, connectées aux autre "élites" par une sorte de réseau internet, et chacun se clone indéfiniment en transférant les connaissances des clones antérieurs à chaque fois. Puis il y a les "sauvages", le peuples qui survit dans d'horribles conditions, hors des forteresses...

Oui, je te rejoins sur les livres (mais pas internet, j'ai le travers d'aimer vraiment l'objet livre). C'est en grande partie pour ça aussi que mon père par exemple prend tant de plaisir à vivre, pour libre librement maintenant qu'il est à la retraite.

Ouais je préfère vraiment les livres physiques aussi. Sauf que c'est dur d'aller acheter des livres ou en louer à la bibliothèque quand t'es un cerveau qui flotte dans un bocal. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plus je vieillis, moins je redoute la mort mais plus je vieillis plus ma mort serait grave. Je suis devenu un lien entre beaucoup de gens et un soutien psychologique indispensable à quelques uns.

Ça me terrifie d'imaginer ma fille être élevée par quelqu'un d'autre que moi, je suis persuadée que je suis (et resterai toujours) une excellente mère et que si je pars, sa vie ne sera jamais aussi bonne que ce qu'elle aurait dû être. Pareil, mon mari deviendrait une loque. Etc.

Je vais finir comme ma grand-mère, le mur porteur sans lequel toute la famille s'écroule. J'espère crissement pour eux tous que je vais mourir très vieille.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Retromantique a dit :

Cela dit, j'ai souvent rêvé de pouvoir demeurer une tête dans un bocal ploguée à l'internet pour toujours. Ou du moins, le temps que je puisse lire tous les livres (en tout cas, ceux qui en valent la peine, ce qui est déjà beaucoup). La mort m'angoisse quand je pense au fait que je ne pourrai jamais tout lire.

Rendu à 97 ans, peut-être qu'en remplissant le formulaire l'aide à mourir, y'aura une case qui nous demandera si on veut faire un transfert d'intelligence sur un serveur post-mortem. On deviendrait des Bots hypersophistiqués avec lesquels nos entourages  pourraient continuer à communiquer au prix d'un abonnement. Si je faisais partie du cartel des salons funéraires, j'investirais déjà dans des tours à serveurs et je développerais mon réseau social de morts. Pis je ferais quelques échanges avec Elon Musk pour qu'on développe un adaptateur Neuralink-USB machin ou n'importe quoi qui se plugge dans une carte-mère.

Quelle horreur, n'est-ce pas ?

Mais n'importe quoi, en fait. Les pharmaceutiques chargent l'insuline tellement cher que plusieurs diabétiques en meurent. Me semble qu'ils ont mal fait leurs calculs, si tu veux faire de l'argent, faut garder tes clients un minimum en vie (sans les soigner, quand même).

Le système de santé est axé sur le curatif, à défaut d'avoir un environnement et un cadre de vie assez sain pour prévenir les troubles. On est loin de la médecine orientale qui est axée sur le bien-être holistique. Franchement, j'veux pas être immortel, et encore moins si c'est pour être brisé juste plus longtemps.

Anyway, c'est tellement un bouleversement éthique, social, une merveilleuse façon de diviser les riches des pauvres comme le mentionne Retromantique. C'est également une cassure du sacré de la vie. Les économistes vous diraient que c'est la rareté qui donne la valeur à une marchandise. Bien sur, nous ne sommes pas des marchandises, nous sommes plutôt l'équivalent humain d'une ressource primaire, extraite jusqu'à épuisement. N'empêche que la durée de vie donne une toute autre profondeur à notre manière de l'aborder.

Auriez-vous une plan de vie si vous étiez immortels ? Qu'est-ce qui changerait demain si vous étiez immortels ? Pour moi, j'ai l'impression que tout deviendrait tellement plus insignifiant.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adorerais être immortelle. Si le suicide reste une possibilité, ça réduirait pas mal de problèmes. Tu finis quand tu le décides, quoi qu'il arrive. Et comme tu es éternel, tu peux tout tenter, tu es vraiment le maître de ta vie.

Ça poserait d'autres problèmes. À quoi ressembleront les humains dans 500 000 ans ? Est-ce qu'on serait des sortes d'hommes de Néandertal à leurs yeux ? Est-ce qu'on serait trop peu évolués pour comprendre ce qui se passe autour ? Est-ce que j'ai envie d'être là pour la fin de l'univers ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S’il m’était possible d’être immortel, ce serait fantastique. J’aurais l’opportunité de m’essayer à des centaines de vies différentes et je développerais sans doute une grande sagesse.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne souhaite pas être immortelle, car comme dit précédemment la mort donne de la saveur à la vie.

Aussi quand ton corps est trop usé il faut quitter. Le corps est le véhicule de l'âme et cette dernière doit être tôt ou tard libérée.

------------------------------------

C'est sûr que c'est super glamour mourir jeune dans un feu d'artifices de niaiseries.. mais je veux vivre très vieille.

Je veux compter mon cash très lentement au dépanneur et donner des coups de canne aux gens sous prétexte que je suis sénile.

Ha oui... Je vais bien m'éclater!

Sinon, pour le compte de mon immortalité je suis convaincue de me réincarner et de repartir une nouvelle game

:duckhunt:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aimerais ne jamais mourir. J'aimerais avoir le temps d'étudier tous les domaines, essayer tous les métiers et les carrières qui m'intéressent sans me soucier du manque de temps.

Plus réalistiquement, je souhaiterais que le vieillissement humain soit incroyablement ralenti, grâce à un médicament par exemple, et qu'avec une hygiène de vie acceptable, la majorité des gens puissent vivre au delà de 300 ans et commencer à « être vieux » à 250 ans environ. L'humain ne serait pas immortel à proprement parler, mais il n'y aurait pas vraiment de limite à la vie si tu fais attention à toi et prend ton médicament. Ça serait possible de mourir par suicide, par un accident grave, et plusieurs autres causes, mais certainement pas de maladies (qui seraient toutes ou presque facilement curables).

La cause #1 de mort serait le suicide, pour les gens qui sont tannés de vivre. Et les accidents continueraient à arriver, évidemment. Il faudrait aussi que des lois existent pour contrôler la population. Une limite de 2 enfants par femme, transférable, pour ceux qui ne veulent pas d'enfants, ou qui n'en ont pas eu.

C'est le genre de futur dans lequel j'aimerais vivre.

J'entend souvent les gens dire qu'ils auraient donc bien aimé vivre à une époque X (années 50, 80, 20, whatever) et bien moi, je choisirais le futur, sans hésiter.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

. Immortelle, dans ce corps : surtout pas.
. Immortelle, avec une médecine avancée : la question pourrait se poser. Sauf.. que je ne peux m'empêcher de penser que ça serait une catastrophe planétaire.
Du coup, non. L'humain ne sait pas être raisonnable et se prend déjà facilement pour une entité toute puissante ^^' un tel pouvoir me fait frissonner.

L'immortel verrait la mort du soleil et il serait bien capable de faire un selfie.
*retourne à son silence*

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Li Lou a dit :

L'immortel verrait la mort du soleil et il serait bien capable de faire un selfie.

:HAHAHA:

*n'oublie pas d'entrecouper tes silences de quelques paroles ! *

Il y a 23 heures, Daleko a dit :

Je vais finir comme ma grand-mère, le mur porteur sans lequel toute la famille s'écroule. J'espère crissement pour eux tous que je vais mourir très vieille.

Je quote cette phrase seule mais le reste aussi m'a interpellé parce que je connais ce sentiment tout en sachant qu'il n'est pas indiqué de le laisser s'installer (du moins de mon avis). La solution que je travaille (en accord avec ma psy) réside dans la confiance... Apprendre à faire confiance aux autres... et leur laisser la possibilité de faire des erreurs. Lâcher le contrôle tout simplement. Admettre que personne n'est indispensable, même pas moi. Et que mon "travail" est justement de ne pas me rendre indispensable. Avec mes enfants par exemple, je considère que mon rôle est de leur apprendre à vivre sans moi (pas tout de suite évidemment, mais leur donner toutes les armes pour affronter la vie même si je ne suis pas là). Et c'est la même chose avec ma fratrie pour qui je suis le soutien. Ne pas mettre en place de relation de dépendance, de ma part ou de celle de l'autre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est pas forcément une question de contrôle. La stabilité de certains permet à d'autres de pouvoir se rattraper quand ils dérapent. Tu as aussi des gens qui crée des histoires et d'autres qui réparent, ou qui acceptent les autres sans les juger. Je pense que notre nature joue plus que notre volonté là-dessus. Toute ma famille s'engueule et c'est pas dans mon tempérament d'en vouloir longtemps aux gens, je suis une des seules qui parle à tout le monde, de facto c'est vers moi que les camps opposés se tournent, par exemple. Ma grand-mère, c'est le même genre de délire, avec des décennies de sagesse en plus.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 6 heures, La Tsarine a dit :

J'entend souvent les gens dire qu'ils auraient donc bien aimé vivre à une époque X (années 50, 80, 20, whatever) et bien moi, je choisirais le futur, sans hésiter.

Même si on doit aller vivre sous terre pour survivre aux changements climatiques et virer en versions humaines de ça?

image.png.4ba2f667e12fd9d9c1e8a84ab6b11afd.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, ShameOnYou a dit :

*n'oublie pas d'entrecouper tes silences de quelques paroles ! *

Révélation

Aaaah. C'est un autre sujet que le premier, je vais donc répondre de manière courte (si) !
- Le silence a ceci de formidable qu'on ne peut se prendre la tête avec personne
- Lire (sur un forum) c'est comme écouter, on en apprend beaucoup plus qu'en parlant
- Le forum n'est pas un espace où poser les pensées folles qui me traversent (il me faut donc un ailleurs)
- Ayant un ailleurs, il ne reste que la lecture :person-doing-cartwheel:

Mais oui, j'en poserai un peu ;)

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...