Aller au contenu

Reflètez vous ce que vous êtes vraiment?


Déchet(s) recommandé(s)

Moi à première vue j'ai l'air bête selon l'opinion des gens mais quand ils apprennent à me connaitre, ils découvrent une fille pas mal ricaneuse et farceuse! J'aurais surement d'autres exemples à vous donner mais c'est la seule qui me vient en tête pour l'instant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dépend aux yeux de qui, parce que plus je conçois qu’une personne peut avoir d’incidence sur ma vie (ex.: une collègue que je devrais côtoyer durant tout mon bac, ou une personne que je pourrais vraiment vouloir aimer), j’ai tendance à être plus réservée, alors qu’avec de parfaits étrangers je peux avoir la chaleur de dix Sol. En général je suis avenante, mais je réalise que c’est pour me protéger. C’est paradoxal, mais ça permet de garder des distances. À part ça, je peux avoir l’air forte, voire dure avec certains, mais même quand j’ai l’air fâchée je le suis rarement en réalité. Desfois je le vois dans les yeux de mes interlocuteurs qu’ils pensent m’avoir froissée et je dois les rassurer que c’est juste mon expressivité, qu’en réalité je suis difficilement perturbée [par une autre personne avec qui j’interagis directement]. Comme une surface d’océan agitée par le vent et des vagues qui n’atteindront jamais le fond.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jusqu'à quel point notre apparence extérieure est une contrainte à notre essence propre ?

À méditer avec un café sur son balcon. :cerveau:

Citation

Le corps est essentiellement ambiguïté, contingence et incertitude. Le caractère ambivalent du corps correspond à ce double mouvement du processus de la construction identitaire, où l’individu procède par agrégation de codes et dissociation, par attrait et écartement, par accord et opposition. La résistance à la définition sociale des codes d’esthétisme conformiste constitue une manière de composer avec la nécessité sociale et, ce faisant, de s’affirmer soi-même. L’individu tente de créer un compromis satisfaisant entre son apparence et les canons esthétiques en vigueur, entre son intention de se dégager de la contrainte sociale et la volonté de plaire. L’apparence reste un enjeu identitaire.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

ca dépend du média sociaux, j'ai tendance à être plus baveux online que offline, je me suis calmé en vieilissant je crois.

 

Mais desfois c'est plus fort que moi et je suis incapable de m'empêcher de troller.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Ecce Homo a dit :

Jusqu'à quel point notre apparence extérieure est une contrainte à notre essence propre ?

À méditer avec un café sur son balcon. :cerveau:

J'y crois big time. Sauf que je ne crois pas plus à "l'essence propre" qu'au concept d'âme. Si nous avions eu un corps différent, pour sûr nous serions devenus autres au niveau identitaire. Maintenant, qu'est-ce que ça implique pour l'idée de transcendance cybernétique? Aweille @BLOBBIE on entre en périphérie de tes champs d'intérêt :hitchcock-YOU:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je me regarde sur la photo de ma carte d'assurance-maladie, je trouve que j'ai vraiment l'air d'un homme studieux.

Ça paraît dans ma face que je m'intéresse à des affaires plates comme la musique classique et la littérature française.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2021-07-23 à 12:40, Ecce Homo a dit :

Jusqu'à quel point notre apparence extérieure est une contrainte à notre essence propre ?

À méditer avec un café sur son balcon. :cerveau:

 

 

Le 2021-07-23 à 12:40, Ecce Homo a dit :

L’apparence reste un enjeu identitaire

Ton extrait est très contemporain. Ça limite de beaucoup sa capacité à évoqué plus au sujet de ce que nous pourrions voir comme une crise existentielle de l'esthétique. Par exemple, il ne nous faut pas oublier le corps social dans cette opération de la question du corps individuel. Dans la veine, le jeu identitaire est aussi un rapport d'échelle et le moule identitaire redevient vite le corps social. Je ne sais plus très bien si l'apparence est un jeu ou bien un tégument fondamentalement biologique entre diffèrente tentacule d'une forme de vie dont on ne parle plus comme une chose.

L'apparence, dans nos années présentes, tente de devenir le contrat social. 

Hmm

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je suis prévisible. j'emprunte souvent les mêmes réflexes de pensée pour aborder un sujet. je peux comprendre en quoi l'artiste ou le philosophe peut trouver cela limitant. j'adorerais t'entendre parler en termes de "crise existentielle de l'esthétique". maintenant ou le jour où tu auras formé une idée à ce sujet. :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette question, j'ai jamais vraiment fait l'effort d'y repondre parce que quand j'etais un petit tout ptit bout d'chou, on m'a mis dans le crane un truc qui ne m'a jamais quitte: 

"Ne te demande pas ce que les autres pensent de toi, parce que personne ne pense a toi". 

Révélation

 

Oui, je pense qu'on reflete qui on est vraiment (sauf si, evidement, on fait semblant) et les seuls qui ne l'admettent pas se mentent a eux meme. Si les gens sont surpris, c'est parce qu'ils n'ont jamais vu cet aspect de vous ou qu'ils ne se sont jamais pose la question ou comme je le simplifie: ils ne pensent tout simplement pas a vous. 

Le truc qui choque le plus entre la personne que je montre en ligne et celle que je suis dans la vraie vie, c'est que mon cote "grande gueule provocatrice fouteuse de bordel" est presente chez l'une et pas chez l'autre. Ca ne rate jamais, j'ai toujours droit a un "aha t'es differente en vrai". 

 

Je n'arrive pas a me defendre pour moi meme et je ne donne pas mes opinions. Je n'ai pas l'eloquence pour le faire, je begaie, je me repete, me corrige, me repete, change de sujet, le demon de l'ADHD me rend particulierement mauvaise a l'oral meme en preparation. Mais surtout, je trouve qu'un discours doit etre ecoute et dit avec une maitrise de ses emotions et c'est difficile dans un contexte non formel. 

Je me laisse marcher sur les pieds, maintenant, J'ai reconnue que je n'etais pas capable de communiquer sainement , que les gens ne savaient pas toujours ecouter et que les conflits que je creais en l'ouvrant n'en valaient pas la peine. L'irritation est passagere. Mais surtout, je deteste blesser les gens.  Et j'ai realise que les gens accordaient beaucoup trop de valeurs aux opinions. 

Sur internet, je suis libre d'attaquer, de contredire, de citer mes sources ou les relire,  je change meme de position quand la precedente est atteinte. ca me sort de ma zone de comfort. Sans provocation gratuite, c'est immature. Ce que j'ai aime avec internet, c'est de rejoindre les communautes qui me sont interdites, les mouvements religieux et extremistes par exemple. Mais aussi le fait que ce n'est pas suffisament concret pour savoir qui est l'autre. Nos opinions ne definissent pas qui on est ou le bien et le mal qu'on fait sur terre. 

Oui, j'ai conscience que je peux blesser les gens sur internet, il y a des eboueurs que j'ai heurter ici sans les avoir insulter mais en etant cash et ils se sont focalises sur la forme plutot que le fond. Voila ma reponse: grow the fuck up. C'est internet, vous n'etes personnes pour moi et surtout je ne suis personne pour vous. 

Un jour, au seins d'une des innombrales disputes qui permettent a ce forum de generer de l'activite, quelqu'un m'a dit "je ne peux pas croire que tu puisse etre aussi mechante et t'occuper des gens". 

Si elle cherchait a me vexer, c'est rate, il n'y a aucune insulte ici que je ne me suis pas deja inflige a moi meme. et si elle etait serieuse..Elle croit vraiment que je ferais mon travail si j'etais si antisociale ?  Alors oui, la dissonance cognitive est une sacree pute mais je suis assez en paix avec moi meme pour reconnaitre mes defauts et mes comportements toxiques, et comme pour mes opinions, je n'ai simplement pas l'interet de les prouver. Je le fais, c'est tout. 

Mais sur internet, il est facile de ne refleter qu'une partie incomplete de qui on est, je trouve que le contraire serait dangereux. Imagine un peu si le monde entier pouvait realiser qui tu es vraiment, sans le moindre secret. Il y a une liberte a ne rien cacher mais il y en a une aussi dans le secret. Sans secret sommes nous vraiment qui nous sommes ? 

Du coup, j'imagine que la question se pose surtout dans le monde reel. Je me suis beaucoup surprise, en bien comme en mal. Decouvert des aspects de moi que je ne connaissais pas. Est ce que des gens l'ont vu venir avant moi, si oui, comment et surtout, est ce qu'elles ont vu juste pour les bonnes raisons ?  I dont care about feelings, I say, caringly, as I care deeply. 

Mais une chose est sure, ce que je sais de moi vient d'actes. J'ai chaque jour des pensees de meurtres terribles pour les gens qui m'entourent mais mes actes envers eux sont amicaux et attentionnes. Peut etre que je n'aime pas vraiment les gens au fond de moi mais je reflete quelqu'un d'aimant.  Mes residents me remercient et me disent qu'ils m'aiment avant de me faire un calin ou de m'offrir un chocolat. Peut etre aussi qu'ils n'en pensent pas un mot. Je ne serais jamais surede l'amour que ma petite amie est sincere mais elle est la chaque soir. 

Alors je choisis de me focaliser l'acte, sur le concret. Mon reflet n'est qu'une l'accumulation de caresses, de petit plats maisons et de cadeaux surprises. Mes prises de positions et mes convictions definissent celle que je voudrais etre ou que je crois etre mais pas celle que je suis. C'est valable pour les autres, je n'ai pas de fortes opinions sur les eboueurs, ils montrent ce qu'ils veulent montrer, je ne sais pas qui ils sont et c'est plus facile de leurs parler (et les insulter hein) en continuant a l'ignorer. 

Mon pragmatisme a completement ferme certaines portes a mon esprit, comme la vision artistique ou quelque chose d'aussi bete que de dire "je t'aime" sans me sentir une fraude mais je suis reconnaissant de choisir de montrer qui je suis par les actes, meme si personne n'est la pour les regarder. 

 

 

En bref, je devrais juste fermer ma gueule. :lisa-cqfd:

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

Le reflet d'une personne étant trop simple pour définir un individu, je dirais que non

Parce que je trouve que mon reflet n'est probablement pas si populaire que cela. Par contre, je ne crois pas que ce soit si important.

Quoique ça ne ferait pas de mal d'avoir plus de charisme..!

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...