Aller au contenu

Venez nous montrer vos talents de photographe !


Déchet(s) recommandé(s)

Mes commentaires sont constructifs dans une optique de confrontation.

Défendre un travail, ça permet de le soutenir en le chargant d'un sens.

Et pour ce que je sais, c'est exactement la manière dont les enseignants français procède en art.

Dire à quelqu'un qu'il fait de la merde, quand il fait de la merde, je ne trouve rien de plus honnête.

Mais il ne s'agit pas que de cela. Ça se résumerais à " Meerde... memememeeeerde MerdeMerde. "

Ce qui n'est pas le cas n'y le but.

Si j'apprends à un tel que les effets doivent être subordonnés au propos, ou à un autre à utiliser les qualités propres des sujets ou des matières, je n'aurais vraisemblablement pas besoin d'y construire un tutorial ou whatever pour le faire.

Tu iras lorgner le thread sur le dessin où je donne énormément de commentaire à Maudafucka, qui pour l'instant semble en tirer profit.

Et puis après, je ne comprend juste pas pourquoi tu es réfractaire à mes opinions.

Il me semble que c'est clair depuis longtemps, les bonnes façons d'avancer c'est en se faisant rentrer dedans, en sortant de sa zone de confort et en défendant son travail envers et contre tous.

Sauf que,

1, tu devrais écouter Socrate quand il dit que ce qu'il sait c'est qu'il ne sait rien, car en ce qui concerne l'éducation artistique en France, tu dis seulement de la merde.

2, Effectivement, c'est très honnête de dire "Eyh mon gars, tu dis de la merde YAY" (mais surtout, ça soulage je viens d'essayer)

3, Tu me rentres dedans, j'te pourris sur des années. Ou est-ce constructif ?

C'est plus facile de blablater que de se faire chier à faire un tuto, c'est certain, mais apparemment vous ne voyez pas ce point non négligeable qui est l'entraide commune.

Je ne vois pas comment un pré-artiste peut arriver à se réaliser si on ne lui apprends qu'à se branler la nouille sur le fond et la forme. Je reste convaincue qu'il faut d'abord assurer sur des notions techniques avant de se regarder le nombril.

Alors pour résumer, Cheval, t'es typiquement l'autiste qu'on pourrait envoyer aux beaux arts parce que ce que tu aimes, c'est la controverse, les chicanes et la masturbation. Et les beaux arts sont soutenus par le pole emploi, tellement on conforte les élèves dans leur auto-satisfaction crasse qui ne les emmène nulle part dans la vie. C'est ainsi que des tas de gens apprennent a stagner, à se glorifier et à se planter des plumes dans le cul pendant leurs cours de performance.

Et d'ailleurs, même si Picador croit naïvement qu'on peut avancer dans la vie en buvant des cocktails, personnellement j'ai préféré apprendre la technique qui me manquait en école (les Gobelins) et par la suite trouver rapidement un travail parce que j'ai pas papa-maman derrière moi à écouter mes rêves de princesse, et à force de persévérance je suis devenue photographe salariée dans la boite où je travaille qui est le leader européen du e-commerce. EN GROS, DU BOULOT DEPUIS 5 ANS.

Alors merci Picador, c'est pas parce que Cheval s'est senti investi d'une mission divine pour sauver les artistes du Dep que j'dois me sentir en indigence face à lui.

Surtout que c'est drôle, quelqu'un qui critique autant sans produire et risquer sa propre critique. Ou alors tiens, tu devrais aller à des cours d'histoire de l'art sans doute, c'est le domaine des gens qui ont aucun talent mais qui adorent l'art (et puis ça va peut-être te permettre d'avoir un peu plus de culture européenne)

Je pense que je perds mon temps à répondre, mais j'aime bien l'idée que Matt se jète sur toutes les injures que je peux te faire. Un genre de cybersex si vous voulez.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je propose ceci.

Ceux qui croit bon de suivre mes conseils, faites donc.

Les autres, passez par dessus!

C'est vraiment une attitude de merde que de diminuer la diversité des opinions.

Et j'insiste, pour l'éducation artistique français.

J'ai glandé toute la session avec des étudiants en échange de Saint-Étienne et Lyon et c'est vraisemblablement de cette manière qu'ils sont enseignés.

On peut retourner à la photographie maintenant?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De passage à New York, j'en ai profité pour ramener à Montréal une petite cargaison de film PX-70 de Impossible Project pour alimenter un appareil Polaroïd SX-70 trouvé flambant neuf (avec le manuel d'instruction original - vous devriez voir les pentalons pattes d'éléphants et les moustaches sur les dessins, priceless) à 5$ dans une vente de garage. Le film se comporte très étrangement à la lumière. En effet il demeure encore sensible à la lumière lorsqu'il est éjecté de l'appareil, ce qui impose bien des acrobaties pour cacher la photo avant qu'elle ne se mette à se développer. D'où le côté "arraché" dans le milieu de l'image. La pellicule était encore trop sensible lorsque je l'ai crissé dans mon sac au plus vite pour ne pas qu'elle se voile. Bref, ma première photo Polaroïd SX-70 à vie.

Par ailleurs je suis content de voir que ce sujet continue de s'alimenter, bien que la philosophie de l'art est un peut-être un brin excessive... Par ailleurs, j'ai remporté dernièrement un prestigieux prix de photographie d'architecture, ce qui me vaudra l'organisation de beaucoup d'expositions d'ici l'automne. J'vous tiens au courant.

Peace.

6994839718_4f3b61e995_z.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien a redire de constructif sur ta prise sauf que j'aime le coté arraché comme tu dit. J'ai l'impression que ça rajoute a l'effet Vintage polaroid. :)

Je présume que le frame blanc est le polaroid scanner? Ça ma pris un petit bout pour figuré que c'etait pas un effet "Polaroid" ajouté mais bien Ze real thing'"

Encore

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

Tournoi de golf pour mon entreprise (vente-privee). J'ai dû faire mon paparazzi pour riches, le tournoi étant réservé au "marques" qui travaillent avec vente-privee. J'ai juste purement la flemme de mettre des photos de gens qui font du golf, par contre j'ai déjà posté sur facebook deux/ trois portraits de l'une des hôtesses avec qui j'étais.

Elle est vraiment cute

564184_10151099646270968_689680967_12920669_1269504729_n.jpg

74716_10151099685955968_689680967_12920717_1252357842_n.jpg

Nous étons sous des tentes blanches, ce qui explique la qualité de la lumière. Tout était réfléchi sur son visage, et ça vaut le coup de faire des essais de "cabanes" avec des draps blancs en extérieur, les rendus sont très sympa. Richard Avedon était un grand praticien de l'effet "drap blanc" d'ailleurs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

Bon, après toutes vos belles photos, j'me sens nounoune de poster ici hihihi. Et je ne me prend vraiment pas pour une photographe etc etc etc, avec mon appareil photo à 200$ que je ne sais pas utiliser.

98cpC.jpg

562752_369994873041570_100000931828989_1018488_149761671_n.jpg

304487_245631492144576_343354_n.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

"COCKTAILS, de la prohibition aux années folles."

Une série réalisée en vue d'une exposition- dégustation de cocktails. Le thème, les années folles.

J'ai choisi une atmosphère très onirique, étant donné que nous avons fait le shooting dans un bar parisien plein d'animaux et d'insectes empaillés.

Chaque personnage a son univers coloré.

plaquetteg.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 semaines plus tard...

Photoshoot pour Pierre Cardin,

Brief: Ambiance rétro avec video projections à l'arrière, Noir & Blanc.

Nature mortes de petite maroquinerie sur le même brief.

182150_10151203453375968_766280942_n.jpg

527949_10151203100360968_667871348_n.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"COCKTAILS, de la prohibition aux années folles."

Une série réalisée en vue d'une exposition- dégustation de cocktails. Le thème, les années folles.

J'ai choisi une atmosphère très onirique, étant donné que nous avons fait le shooting dans un bar parisien plein d'animaux et d'insectes empaillés.

Chaque personnage a son univers coloré.

Tes éclairages sont sublimes. J'aime particulièrement la coupe sur la table.

Tu travailles aux parasols, softbox ou les deux?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aucun flash, seulement de l'éclairage continu, des kinoflos. J'utilise souvent des mandarines en combinaison, mais pas vraiment sur ce shoot là (j'ai utilisé ma balance des couleurs pour réchauffer ou refroidir la serie bleue et rouge, et j'ai laissé le décor vert dominer la dernière série)

L'éclairage continu c'est idéal pour les shoots d'intérieurs avec des éclairages tungstène comme la plupart des endroits avec des lampes. Le kino s'accorde bien avec la température des lampes, contrairement au flash qui les annihile.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Aucun flash, seulement de l'éclairage continu, des kinoflos. J'utilise souvent des mandarines en combinaison, mais pas vraiment sur ce shoot là (j'ai utilisé ma balance des couleurs pour réchauffer ou refroidir la serie bleue et rouge, et j'ai laissé le décor vert dominer la dernière série)

L'éclairage continu c'est idéal pour les shoots d'intérieurs avec des éclairages tungstène comme la plupart des endroits avec des lampes. Le kino s'accorde bien avec la température des lampes, contrairement au flash qui les annihile.

Les résultats sont au rendez vous et ça a l'avantage non négligeable de voir ce que ça donnera directement dans le viseur. Je vais surement tester les Kinos un de ces quatres.

D'un naturel stupéfiant, vraiment.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'éclairage continu est avant tout un éclairage cinématographique, la gestion des mandarines en arrière plan avec des gélatines de couleur - par exemple, permets de donner de belles ambiances colorées.

Il existe le HMI, ce sont des spots de différentes tailles qui produisent énormément de chaleur, ils existes en différentes tailles et le rendu est sympa mais très contrasté.

Les kinoflos apportent un aspect effectivement ultra naturel, cependant ils ne sont pas très puissants (il faut en utiliser plusieurs pour équilibrer correctement les réglages pour avoir une grande ouverture et un temps d'exposition relativement long, ce qui inclut d'augmenter les ISO et par conséquent perdre en qualité) .

Utilisés avec des lampes tungstènes (style lampes classiques de maison) on récupère à la fois de la couleur et de la luminosité.

A utiliser définitivement en intérieur avec décor (pas de studio, mais en lumière d'appoint pour des extérieurs pourquoi pas)

En revanche tu ne le regretteras pas: l'effet est beau tout de suite.

Les mandarines par contre sont très puissantes. Avec des gélatines la couleur a tendance à "cramer" le sujet. A ne pas utiliser en direct sur le sujet donc, plutôt à faire des effets sur les fonds, les décors.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

YLtl02.jpggelatine.jpg

Les mandarines et blondes

Luminaires légers, ainsi nommés en raison de leur couleur orangée chez la plupart des fabricants sauf Arri. Les mandarines sont de 800W, mais il en existe en 650W ; les blondes ont 1000W. Elles sont faciles à transporter et à suspendre, ce qui en a fait l'éclairage habituel des tournages de terrain. Leur faisceau est semi-dirigé. Elles possèdent un réglage de focalisation variable de Spot (faisceau plus concentré) à Flood (faisceau plus étalé).

Exemples: Kino + mandarines (et gélatines)

tumblr_lzyzt2TMIw1r1oxsfo1_r1_1280.jpg

tumblr_lwmh8iMCGb1r1oxsfo1_r1_1280.jpg

tumblr_lt6aqhhvMX1r1oxsfo1_1280.jpg

Je répéte, perso j'évite d'éclairer a la mandarine directement sur le sujet, car c'est beaucoup trop violent... Sur ces photos je les utilises en contrejour ou dans le fond. Sur la dernière image il est en direct sur son visage est c'est un peu trop cramé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • xdrox a libéré ce sujet
  • xdrox a mis en évidence ce sujet

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par Echelon
      Des adeptes de la photographie de rue parmi nous ?
      J'ai cru comprendre que le portrait en studio/environnement contrôlé est très prisé chez les photographes du Dépotoir. Mais les clichés candides en milieu urbain, ça vous branche ?
      Faites-vous souvent de la street ? Avez-vous une philosophie/approche particulière lorsque vous arpentez les rues ? Quel plaisir en retirez-vous ? Lui voyez-vous un rôle, un objectif ? Avez-vous des photographes de rue préférés ? Des inspirations ?
      N'hésitez pas à partager vos trucs et astuces, tant qu'à y être. Et vos shots préférées, aussi, sans vouloir bien sûr cannibaliser le sujet sur nos talents de photographes.
      Et c'est quoi, votre joujou préféré pour ce type de photo ?
      ---
      Je ne fais pas de photo de rue depuis longtemps (je ne fais pas de photo depuis longtemps tout court), mais j'en retire déjà un énorme plaisir. J'essaie de sortir à chaque fois que j'ai un creux dans ma semaine (ce qui est malheureusement plutôt rare). Je me suis donné comme objectif d'explorer Montréal cet été, d'aller là où je n'ai jamais mis les pieds encore.
      Ce que ça m'apporte ? Je trouve ça apaisant, bien que ça puisse être stressant/gênant par moments. Prendre le temps de composer une image, trouver de la lumière intéressante et attendre qu'un sujet vienne terminer le tableau, je trouve ça tout simplement thrillant. C'est un peu ralentir le temps, combattre le rythme accéléré du quotidien. Je ne me considère pas du tout comme un photographe, mais j'essaie de me démarquer du « preneur d'images » qu'est devenu un peu tout le monde à l'ère des téléphones intelligents. Et quand tous les éléments s'alignent et que la shot est à mon goût, la satisfaction est instantanée. Comme une drogue.
      Côté philosophie, j'essaie de toujours avoir une personne dans le cadre. Pour moi, par définition, la photo de rue implique des êtres humains. Ça m'empêche pas de trouver du beau dans l'architecture, mais c'est autre chose. Je me plais à croire que je documente mon époque (qui sait ?).
      Et vous ?
    • par Abereau
      Depuis que j'ai commencé la photographie en 2015 je boude l'élite, la classe étudiante de cet art et tout concept qui me forcerait à photographier d'une façon précise comme tous le ferait. J'ai toujours été frustré et jamais je ne suis entièrement satisfait de ce que je fait.
      Plusieurs fois je me suis obstiné avec des éboueurs et éboueuses photographes ici et cela finissait rarement sous une bonne note. J'en sortais aussi blasé qu'au départ et je ne comprenais pas plus mon art ni ce que je voulais en faire. 3 ans plus tard, j'ai évolué un peu, j'ai cessé d'utiliser mon logo vert laite, comme Foulard me le rappelait souvent et je ne met presque plus rien en ligne.
      Pourtant je n'ai pas cessé de prendre des photos. C'est pour moi une passion et ça le restera toujours.
      Mais je n'arrive toujours pas à comprendre l'utilité de la règle des tiers ni à apprécier certaines œuvres qui sont malgré tout considérées comme des bonnes images. J'ai d'ailleurs souvent du mal avec ce qu'une photographe que je respecte nous montre ici depuis des années, 1984. 
       
      Après avoir écouté "Lateralus" de Tool partagé sur Radio-Dépotoir, j'ai visionné une vidéo qui m'a servit de déclic. Une révélation.
      "the golden ratio" traduit par "le nombre d'or" en français est réellement un outil formidable pour composer des images. Je m'en servait bien avant savoir ce que c'était. 
       
      Quelques petites recherches m'ont mené là: https://digital-photography-school.com/divine-composition-with-fibonaccis-ratio-the-rule-of-thirds-on-steroids/
      Un site de "photography tips" bien utile soit dit en passant.
      "Also known as the Golden Mean, Phi, or Divine Proportion, this law was made famous by Leonardo Fibonacci around 1200 A.D. He noticed that there was an absolute ratio that appears often throughout nature, a sort of design that is universally efficient in living things and pleasing to the human eye. Hence, the “divine proportion” nickname.
      Since the Renaissance, artists and architects have designed their work to approximate this ratio of 1:1.618. It’s found all over the Parthenon, in famous works of art like the Mona Lisa and the Last Supper, and it’s still used today. The divine proportion has been used by companies like Apple to design products, it’s said to have been used by Twitter to create their new profile page, and has been used by major companies all over the world to design logos. It’s not talked about in most photography circles because it’s a somewhat advanced method of composition and can be confusing to a lot of people. It’s so much easier to just talk about the “rule of thirds” because it’s exact, precise and easy to follow."
       
      Ceci me choque.
      "It’s so much easier to just talk about the “rule of thirds” because it’s exact, precise and easy to follow"
      Pourquoi moi je ne trouve pas ça plus simple? Pourquoi je penne à saisir le fonctionnement de cette règle? Je ne comprend pas plus les calculs mathématiques du nombre d'or mais on dirait que j'en applique le principe instinctivement de façon purement visuel. Je sais que j'ai toujours aimé la géométrie mais les mathématiques n'ont jamais été facile pour moi.
      Quand je regarde des exemples d'images composées avec le nombre d'or, je les compare à ce que je fait et tout concorde, bien que je n'y comprenne strictement rien. Des fois on m'explique quelque chose que je comprend déjà mais d'une manière que je n'arrive pas à saisir comme si des raccourcis se faisait dans ma tête sans savoir comment sont tracés les chemins de compréhension. J'ai par ailleurs eu bien du mal à comprendre à l'école.
       
      Voilà qu'on y vient avec une grande questions, pour vous photographes du forum.
      Quelles sont vos expériences avec la règle des tiers et le nombre d'or? Dans quelles circonstances en faites-vous usage? J'aimerais vraiment mieux comprendre le sujet. Merci.
       
       
       
    • par Sikaneba
      http://sobadsogood.com/2013/05/30/30-unique-and-compelling-photos-from-our-past/
    • par 1984
      Pour entamer, ma dernière série réalisée pour le livre d'art de mon entreprise. J'ai fait la direction artistique, en farfouillant notamment sur ce magnifique site qu'est Pinterest. Je vous présente donc en premier message ce travail et les inspirations que j'ai eu pour réaliser chaque diptyque. Ma boite tends a personnaliser son image autour de la couleur rose, et les thèmes que j'ai abordé pour réaliser ce job créa sont directement liés à cette sémantique corporate autour des grands évènements qui l'ont marqué. Ainsi, on trouve la mode luxe et pop, les fameux tournois de golf, l'entrée dans le marché américain, les friandises, la musique, l'esprit "tribu" et la fourrure rose kitsch. J'avais déjà montré deux portraits sur le forum.
      Nous avons shooté sur deux samedis complets ( du 10h / 18h) et chaque image m'a pris plus d'une dizaine d'heures de retouche. C'est mon plus gros boulot personnel réalisé à date. J'ai travaillé avec une équipe d'interne que j'avais choisi au préalable, à savoir une jeune coiffeuse maquilleuse ( que j'ai challengé de dingue pour les perruques) et une créatrice / styliste qui a fait son shopping d'après le brief créatif que nous nous sommes donnés en réunion.








      Inspirations:
      POP > http://pinterest.com/emiliecarpuat/pink-th-pop/
      GOLF > http://pinterest.com/emiliecarpuat/pink-th-glf/
      USA > http://pinterest.com/emiliecarpuat/pink-th-70-s-black/
      MUZIK > http://pinterest.com/emiliecarpuat/pink-th-muzik/
      Je suis actuellement en train de retoucher ma session d'hier, pour une marque de lingerie. Je suis très contente du résultat, je la poste ici dès que j'ai traité l'ensemble.
×
×
  • Créer...