Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 8 heures, ƒ Ǿ ǖ ℓ Д ® ↁ a dit :

Je suis loin d'être un pro mais messemble que j'essayerais de faire de la salvia, avant de sauter dans le DMT.

J'ai été asser curieux pour toucher à de l'héro mais no fucking way la salvia.

Le DMT je te le recommande fortement, ca te prend juste du stock de qualité et un bon trip sitter.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Le 2021-12-09 à 13:19, RBC a dit :

Pas plus que le jeu. C'est différent une drogue et une addiction. La drogue modifie ta perception des événements par l'ingestion d'une substance. Elle modifie tes comportements. Aussi certaines drogues peuvent résulter à briser définitivement la santé du consommateur. 

Citation

Although not included in the DSM-5, several other non-substance or behavioral addictions were considered. Specifically, the topics of addictions relating to sex, exercise and shopping were discussed but not included as it was concluded that (p. 481 (American Psychiatric Association, 2013)), “at this time there is insufficient peer-reviewed evidence to establish the diagnostic criteria and course descriptions needed to identify these behaviors as mental health disorders.” Nonetheless, as many individuals seek help for these conditions, it is important to gather information on these behaviors and their clinical correlates in order to continue to improve public health initiatives.
Potenza M. N. (2014). Non-substance addictive behaviors in the context of DSM-5. Addictive behaviors, 39(1), 1–2. https://doi.org/10.1016/j.addbeh.2013.09.004

 
On peut parier que ces derniers vont être ajoutés dans la prochaine version. 

Le jeu est reconnu comme une addiction.
Et oui le jeu modifie les circuits neuronales et ce, sans substance. La porn fait la même affaire, c'est juste pas encore assez étudié.
Pis le cycle de l'assuétude est le même.
Une addiction développée est une addiction point. Après ca vient les facteurs de protections et de vulnérabilités pis ca c'est propre à chacun. Mais non l'addiction en tant que telle via substance ou non cause des dommages et c'est con d'établir une hiérarchie de ce qu'on percoit comme dangereux versus ce qui ne l'es pas juste parce que la société en à décidée ainsi. 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 semaines plus tard...

Cauchemars éveillés flottant d'en un sommeil profond pourtant alerte, cette ombre me regarde avec un grand sourire, je crois qu'il tire la langue comme pour se moquer de moi, moi immobile, paralysé, je suffoque pourtant je respire, je crie et je m'éveille dans un monde fade et sans saveur. Les murs ont arrêtés de me manger aujourd'hui, ces petits hommes minuscules au gout si sucré.

J'ai des terreurs nocturnes si je fume trop de cannabis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2022-01-09 à 15:35, Mournful Hate a dit :

Cauchemars éveillés flottant d'en un sommeil profond pourtant alerte, cette ombre me regarde avec un grand sourire, je crois qu'il tire la langue comme pour se moquer de moi, moi immobile, paralysé, je suffoque pourtant je respire, je crie et je m'éveille dans un monde fade et sans saveur. Les murs ont arrêtés de me manger aujourd'hui, ces petits hommes minuscules au gout si sucré.

J'ai des terreurs nocturnes si je fume trop de cannabis.

ldp0840-1988.jpg.26a83d239686b868de9df6b5dd2f1ed4.jpg

_____________________________________

je commence a manquer de temps et d'opportunités pour boire. J'aimerais fûmer le potte.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2022-01-08 à 15:20, Chicken of the infinite a dit :

Presque trois semaines sans une goutte d'alcool.

Le moral est crissement mieux!

T'As pas peur de finir comme Amy Winehouse ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2022-01-14 à 16:58, ƒ Ǿ ǖ ℓ Д ® ↁ a dit :

Une chanteuse Soul ?

Une des choses que j'apprécie le plus chez toi, c'est que tu t'assumes. Tu fais pas semblant.
Tu nous as jamais fait chier avec des vaines tentatives de rompre avec ton addiction à la bière.

D'Ailleurs, la véritable motivation pour arrêter de consommer quoi que ce soit est la suivante :
L'ivrogne et-ou le drogué dont il est question ne trouve la satisfaction qu'il avait dans sa consommation,
la meilleure solution devient donc l'arrêt complet pour désaccoutumer son système.

Ils arrêtent... c'est pour mieux recommencer, aussi paradoxal que ça puisse paraître.
Et quand ils retombent dans leur vice, comme toutes les fois précédentes, ils n'y vont pas de main morte...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 10 heures, Lux a dit :

Une des choses que j'apprécie le plus chez toi, c'est que tu t'assumes. Tu fais pas semblant.
Tu nous as jamais fait chier avec des vaines tentatives de rompre avec ton addiction à la bière.

D'Ailleurs, la véritable motivation pour arrêter de consommer quoi que ce soit est la suivante :
L'ivrogne et-ou le drogué dont il est question ne trouve la satisfaction qu'il avait dans sa consommation,
la meilleure solution devient donc l'arrêt complet pour désaccoutumer son système.

Ils arrêtent... c'est pour mieux recommencer, aussi paradoxal que ça puisse paraître.
Et quand ils retombent dans leur vice, comme toutes les fois précédentes, ils n'y vont pas de main morte...

(Merci?!?)
Peut-être que je n'ai jamais essayé de rompre avec mon addiction.
Peut-être que je n'aime pas l'auto-diagnostique.
Peut-être que je suis dans le déni.

Peut-être que la biere me tient tout simplement en vie.
Mais oui, les fois où je me dis qu'il faudrait peut-être ralentir sont composé à 90% de ''baisser ma tolerance à l'alcool''. On a tous besoin de tapper un certain mur à quelque part, et les fois où je n'en croise aucun m'effrayent.

Toi aussi tu semble pas pire pour tenir une consomation stable et reguliere sans tomber dans de plus sombres consomations. (est-ce que je me trompe?)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On se moque beaucoup des drogués ou des alcooliques parce qu’ils ne cessent de dire :

« je maitrise, j’arrête de boire quand je veux. » On se moque d’eux parce qu’on ne comprend pas ce qu’ils veulent dire. Moi, j’ai des souvenirs très nets […] Quand on boit, ce à quoi on veut arriver, c’est au dernier verre. Boire, c’est à la lettre, tout faire pour accéder au dernier verre. C’est ça qui vous intéresse. Un alcoolique, c’est quelqu’un qui ne cesse d’arrêter de boire. Il ne cesse pas d’en être au dernier verre (L’abécédaire de Gilles Deleuze, 1996) .

L’évaluation de la quantité qu’il pourra ingérer sans s’effondrer ou risquer un coma éthylique s’avère primordiale. Ainsi, à l’inverse de certaines idées reçues, l’alcoolique ne dit pas : « j’arrête demain»,mais « j’arrête aujourd’hui pour recommencer demain». Il ne cherche pas le dernier verre, mais la pénultième, le dernier verre avant le recommencement du lendemain.

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.erudit.org/en/journals/dss/1900-v1-n1-dss0426/1013886ar.pdf&ved=2ahUKEwj-1cDIrb_1AhXDlIkEHQAKDJkQFnoECBEQAQ&usg=AOvVaw23nc7n_rUWiGPeWBa7gE_r

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Derechef a dit :

On se moque beaucoup des drogués ou des alcooliques parce qu’ils ne cessent de dire :

« je maitrise, j’arrête de boire quand je veux. » On se moque d’eux parce qu’on ne comprend pas ce qu’ils veulent dire. Moi, j’ai des souvenirs très nets […] Quand on boit, ce à quoi on veut arriver, c’est au dernier verre. Boire, c’est à la lettre, tout faire pour accéder au dernier verre. C’est ça qui vous intéresse. Un alcoolique, c’est quelqu’un qui ne cesse d’arrêter de boire. Il ne cesse pas d’en être au dernier verre (L’abécédaire de Gilles Deleuze, 1996) .

L’évaluation de la quantité qu’il pourra ingérer sans s’effondrer ou risquer un coma éthylique s’avère primordiale. Ainsi, à l’inverse de certaines idées reçues, l’alcoolique ne dit pas : « j’arrête demain»,mais « j’arrête aujourd’hui pour recommencer demain». Il ne cherche pas le dernier verre, mais la pénultième, le dernier verre avant le recommencement du lendemain.

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.erudit.org/en/journals/dss/1900-v1-n1-dss0426/1013886ar.pdf&ved=2ahUKEwj-1cDIrb_1AhXDlIkEHQAKDJkQFnoECBEQAQ&usg=AOvVaw23nc7n_rUWiGPeWBa7gE_r

ROCK ON! :metal:.

Au delà de boire trop, certains n'ont pas l'alcool sympathique, et ce sans boire jusqu'a ''l'exces''.
Il y a un vrai calcul a faire(que j'ai un peu fait) à savoir combien boire est un vrai probleme.
Je reste correct, au pire je m'evapore. Je ne me bat pas. Je suis un brin baveux, au pire(si je suis obligé d'ecouter la personne). Il y a juste mon foie qui souffre dans l'histoire, et je ne connais même pas son nom.
Il peut y avoir un manque de jugement mais j'ai ''assez bu'' dans ma vie pour ne pas comprendre les gens qui blament l'alcool pour des choses comme on a pu lire dans les dénonciations.

Mais j'aime la biere. le gout. le feeling. Parfois je me dis que j'aime juste l'eau avec des bulles(transfuge principal quand j'ai arrêté de boire pendant 3 mois).
Mais aller dans les bar/microbrassries. Ca devient rituel. Les gens que tu y cotoies, ca devient  du social­. C'est relativement nouveau dans ma vie. Je bois surtout pour l'alcool mais je comprend que beaucoup de monde se fasse haper par ces aspects là en plus de l'addiction qu'est l'alcool. Pour l'instant je me conforte en me disant que c'est un monde dans lequel je patauge par interconnections. Mais ca me peine de voir du monde au comptoir être là comme s'ils faisaient parti de ''ce tout''.

à deux pouces de...
Requiem pour une broue.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par Shad0w
      Fumez-vous du pot ?
    • par Kay
      La formule reste environ la même, sauf que ce n'est pas que des review d'Unibroue. En tant qu'amateur de bière, je vais vous décrire les saveurs de façon objective en premier et je finirai par mon opinion.
      On y va pour la première:
      Aphrodisiaque
      Brasserie: Dieu du Ciel!
      type: Stout
      ABV: 6,5% 



      Verse noire, assez légère, avec une tête brunâtre/beige 
      Au nez on remarque le chocolat et la vanille en avant plan.
      En bouche, on remarque un café vanille et une finale chocolatée. 

      Bref, une excellente stout de Dieu du Ciel! qui font toujours d'excellent produit. À déguster avec un bon chocolat noir en une soirée d'hiver. 
      Donc voici la première de trois pour la journée.  Évidemment j'ai pris 3 bière que j'adore de trois type différent de 3 micro différente. Cependant je garde la meilleure pour la fin!
    • par Lux
      Normand Brathwaite à cet époque

      Nicolas Bedos drague Marine Le Pen

      Quelles personnalités publics soupçonnez-vous de consommer de la coke ?
    • par Lux
      .Je ne bois pratiquement pas aussi, c'est que je veux affronter les aspérités de la vie, à froid.
      Je ne bois pratiquement pas aussi, parce que ça augmente substantiellement l'avidité.
      C'est les raisons pourquoi je ne bois pratiquement pas et pourquoi vous devriez faire de même en ces temps de festivités.
      Ça pis le risque de se couvrir de honte par manque de pudeur ou l'envie irrésistible de surenchérir.
    • par Chicken of the infinite
      Je vous averti; rien de tout ce qui va suivre ne fait de sens.
      Le 15 décembre j'avais marre de cette société et je me sentais prise au piège. Mentalement c'était le bordel; je souhaitais fuir ma vie et repartir à nouveau. J'ai créé une scène de crime dans mon appartement. J'ai étampé mes bobettes dans le mur avec un tournevisse et j'ai écrit des obscénités sur le mur. J'ai foutu un peu de sang; un peu partout (je me suis fait une entaille); et j'ai coupé très court ma belle chevelure dorée. Je me suis fait une fausse barbe avec de la peinture et je me suis rendue à Montréal dans le but d'aller vivre dans un refuge pour sans-abris. On s'entend que tout cela ne fait pas de sens; mais pour moi en ce temps ça le faisait. J'étais en route pour l'aventure.
      Je me suis rendue dans un mcdonald à la gare centrale où j'ai versé moultes larmes et puis je voulais un taxi. J'avais tellement l'air chippée que tous les taxi me fuyaient. J'ai piqué une crise et je me suis mise à smasher mon ipod sur une colonne. Un garde de sécurité est venu me voir pour me dire:
      -Madame! Vous n'avez pas le droit d'attaquer les colonnes.
      J'étais comme:
      -Elle a rien la colonne!
      Puis.. faute de taxi qui voulaient de moi j'ai aperçu des cônes oranges et j'ai décidé de bloquer la gauchetière pour avoir un transport. Tempête de neige plein le ciel. Le garde de sécurité est revenu me voir:
      -Madame! Vous n'avez pas le droit de bloquer la rue avec des cônes oranges.
      Finalement, il a appelé la police qui sont venu me parler alors que j'étais en larmes, déguisée en mec, à côté de mes effets personnels. Ils ont confisqué mon x-acto et mon tournevisse que j'avais emmené pour ma sécurité personnelle. Ce fut long avant que l'ambulance arrive parce que la tempête faisait rage. Voulaient évidemment m'emmener chez les fous.
      J'ai dit à la policière:
      -J'ai faim et ne m'enfermez pas dans une pièce barrée.
      Arrivé à l'hôpital St-Luc; ils ont refusé de me nourrir et m'ont enfermé dans une salle d'isolement grande comme ma gueule et m'ont privé des chiottes. J'ai pissé partout pour protester (si j'avais eu un pénis j'aurais pissé au plafond) et puis un nègre est entré dans la pièce et je lui ai dit à moitié désolée:
      -Monsieur vous marchez sur l'eau!
      Puis, ils voulaient me faire un piss test. J'ai fait exprès de renverser de l'eau sur ma jaquette et de mouiller mes mains pour toucher le préposé et lui faire croire que j'étais pleine de pisse pour le dégoûter. Passé ensuite quelques heures à chanter des chansons cochonnes et à parler avec mon gobelet de stiromousse pour simuler que j'étais dingue et écarter les soupçons. Ceci ne fait évidemment aucun sens et je m'amusait à traiter les infirmiers de bleuets en raison de la couleur de leur uniforme et pour les emmerder.
      Ils m'ont déplacé jusqu'à l'hôpital Notre-Dame avant de me ramener à l'hôpital de ma ville natale. J'ai voulu refuser tout traitement et eux voulaient me garder alors.. lorsque je suis descendue pour fumer une cloppe.. je me suis sauvée et j'ai été me cacher chez ma pote. Finalement, nous avons manqué de cigarettes et dans l'ampleur de mon délire je voulais aller chez moi chercher une cagoule pour faire un dépanneur avec une banane. J'ai demandé à un gars que je connaissais de m'aider à défoncer chez moi (j'avais pas mes clefs) pour que je puisse ramasser ma cagoule. Évidemment rien de ceci ne fait de sens et lorsque je suis rentrée dans mon appartement que je venais de défoncer la police est arrivée!
      J'étais comme FUCK. J'étais apparemment recherchée. J'ai courru vite, sauté une clôture, parcouru une bonne distance à la course et finalement un policier m'a attrappé par le bras. Je lui ai dit:
      -Je m'apelle Amanda (??)... Laissez moi fuire!
      Il a refusé. Je lui ai fait une passe de kungfu et j'ai couru encore. En me poursuivant, le policier a pogné une débarque sur la glace, puis une autre voiture est arrivée... J'ai contourné un agent en faisant un feinte et puis finalement la poursuite s'est arrêté lorsqu'une policière a réussis à me faire une jambette. Ils m'ont crissé à terre dans la neige et m'ont passé les menottes pour ensuite me relever et m'épousseter. Moi de crier:
      -JMEN CALISSE JPAS UNE OSTIE DE TAPETTE.
      Puis la police de me demander ce que j'avais contre les tapettes. Bref, ils m'ont crissé sur le char, puis m'ont crissé dans le char où j'ai éclaté de rire quand le policier a mentionné sur leur chat de police:
      -J'ai tombé sur la glace. : (
      Puis que le gars à l'autre bout lui réponde textuellement:
      -Kool
      Dans le bureau du médecin qui m'a accueillit à mon retour je parlais de me procurer un gun et je chialais sur l'économie.
      Finalement, suite à toute ces fresques, j'ai passé deux mois sans avoir le droit de mettre le nez dehors sur un étage de fous où je multipliais des paranoyas sans sens. J'ai passé en cours trois fois et ça s'est rendu devant la cours du Canada où même le juge riait tellement que cette histoire n'avait pas d'osti de rapport.
      haha et le médecin m'a dit dans son bureau:
      -[mon nom] t'as pas le droit de tuer ton identité!
      J'tais morte de rire.
      Verdict: Psychose aigue
×
×
  • Créer...