Aller au contenu
Le_Pervers

Scandale scientifique?

Déchet(s) recommandé(s)

Bonjour,

l'auteur ici a clairement un agenda vu le ton biaisé tout au long de son article alors qu'il discute de fait qu'il ne comprend pas tout à fait. Ce n'est pas démontré, et il ne s'agit que d'un institut sur 4 dont les données sont utilisé par le GIEC, n'empêche, ce qu'il relate pourrait très bien être le début d'un grand scandale scientifique au 21e siècle. Y'a rien qui prouve que ces e-mails n'ont pas été fabriqué de toutes pièces pour le moment, ce n'est pas confirmé.

On parle ici de fraude scientifique (manipulation légère de données, arrangement de courbe pour que ça parraisse mieux, et trucs de lobbying etc.)

Ici : http://blogs.telegraph.co.uk/news/jamesdelingpole/100017393/climategate-the-final-nail-in-the-coffin-of-anthropogenic-global-warming/

Qu'en pensez-vous?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

haha, c'est maintenant les tories qui crient à la conspiration. Ironique non?

Bien sûr, les "socialistes" veulent arrêter la destruction de la planète par l'homme pour leurs intérêts personnels. Moi je me fais 1$ à chaque fois qu'un enfant ne meurt pas de la désertification de l'Afrique. J'ai aussi entendu dire que David Suzuki avait des actions dans l'eau pure et la banquise antarctique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Ça me semble vraiment exagéré. En tout cas, c'est ce que je ressens en lisant le billet. Ça ne serait surement pas la première fois que des résultats sont "bidouillés" pour mieux soutenir l'agenda du chercheur (le financement), mais quand je vois avec quelle insistance l'auteur essaie de faire croire que le réchauffement climatique est une invention de toute pièce... ça m'empêche de prendre le tout au sérieux.

Il y a aussi que ça me paraît très improbable qu'aucun autre centre de recherche au monde aurait fait de contre étude. Ça peux arriver que des faux résultats passent le processus de revue par les paires (qui est fait avant la publication d'un article), mais c'est beaucoup plus rare que ça passe sous silence dans des conférences ou une fois le tout publié. Surtout dans un domaine aussi "occupé" que l'étude des changements climatique... Ça serait une assez grosse conspiration et j'ai toujours bien du mal à croire à ce genre de truc habituellement.

Quoi qu'il en soit, ça me dégoute déjà juste à penser la manière dont cet "incident" (qu'il soit vrai ou non, en tout ou en partie) risque d'être récupérer par certaines personnes de la classe politique...

EDIT: Un autre article, cette fois avec des commentaires un peu plus mitigés.

http://www.guardian....s-leaked-emails

Et d'autres blog qui semble se situer de l'autre côté du spectre.

http://littlegreenfo...ersy_of_the_Day

http://www.realclima...1/the-cru-hack/

As many of you will be aware, a large number of emails from theUniversity of East Anglia webmail server were hacked recently (Despite some confusion generated by Anthony Watts, this has absolutely nothing to do with the Hadley Centre which is a completely separateinstitution). As people are also no doubt aware the breaking into of computers and releasing private information is illegal, and regardlessof how they were obtained, posting private correspondence without permission is unethical. We therefore aren’t going to post any of theemails here. We were made aware of the existence of this archive last Tuesday morning when the hackers attempted to upload it to RealClimate,and we notified CRU of their possible security breach later that day.

Nonetheless, these emails (a presumably careful selection of(possibly edited?) correspondence dating back to 1996 and as recently as Nov 12) are being widely circulated, and therefore require some comment. Some of them involve people here (and the archive includes the first RealClimate email we ever sent out to colleagues) and include discussions we’ve had with the CRU folk on topics related to the surface temperature record and some paleo-related issues, mainly to ensure that posting were accurate.

Since emails are normally intended to be private, people writing them are, shall we say, somewhat freer in expressing themselves than they would in a public statement. For instance, we are sure it comes as no shock to know that many scientists do not hold Steve McIntyre in high regard. Nor that a large group of them thought that the Soon and Baliunas (2003), Douglass et al (2008) or McClean et al (2009) papers were not very good (to say the least) and should not have been published. These sentiments have been made abundantly clear in the literature (though possibly less bluntly).

More interesting is what is not contained in the emails. There is no evidence of any worldwide conspiracy, no mention of George Soros nefariously funding climate research, no grand plan to ‘get ridof the MWP’, no admission that global warming is a hoax, no evidence of the falsifying of data, and no ‘marching orders’ from oursocialist/communist/vegetarian overlords. The truly paranoid will putthis down to the hackers also being in on the plot though.

Instead, there is a peek into how scientists actually interact and the conflicts show that the community is a far cry from the monolith that is sometimes imagined. People working constructively to improve joint publications; scientists who are friendly and agree on many of the big picture issues, disagreeing at times about details and engagingin ‘robust’ discussions; Scientists expressing frustration at the misrepresentation of their work in politicized arenas and complaining when media reports get it wrong; Scientists resenting the time they have to take out of their research to deal with over-hyped nonsense.None of this should be shocking.

It’s obvious that the noise-generating components of the blogosphere will generate a lot of noise about this. but it’s important to remember that science doesn’t work because people are polite at all times. Gravity isn’t a useful theory because Newton was a nice person. QEDisn’t powerful because Feynman was respectful of other people around him. Science works because different groups go about trying to find the best approximations of the truth, and are generally very competitive about that. That the same scientists can still all agree on the wording of an IPCC chapter for instance is thus even more remarkable.

No doubt, instances of cherry-picked and poorly-worded “gotcha” phrases will be pulled out of context. One example is worth mentioning quickly. Phil Jones in discussing the presentation of temperature reconstructions stated that “I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie from1981 onwards) and from 1961 for Keith’s to hide the decline.” The paper in question is the Mann, Bradley and Hughes (1998) Nature paper on the original multiproxy temperature reconstruction, and the ‘trick’ is just to plot the instrumental records along with reconstruction so that thecontext of the recent warming is clear. Scientists often use the term “trick” to refer to a “a good way to deal with a problem”, rather than something that is “secret”, and so there is nothing problematic in this at all. As for the ‘decline’, it is well known that Keith Briffa’s maximum latewood tree ring density proxy diverges from the temperature records after 1960 (this is more commonly known as the “divergence problem”–see e.g. the recent discussion in this paper) and has been discussed in the literature since Briffa et al in Nature in 1998 (Nature, 391, 678-682). Those authors have always recommend not using the post 1960 part of their reconstruction, and so while ‘hiding’ is probably a poor choice of words (since it is ‘hidden’ in plainsight), not using the data in the plot is completely appropriate, as is further research to understand why this happens.

The timing of this particular episode is probably not coincidental. But if cherry-picked out-of-context phrases from stolen personal emails is the only response to the weight of the scientific evidence for thehuman influence on climate change, then there probably isn’t much to it.

There are of course lessons to be learned. Clearly no-one would have gone to this trouble if the academic object of study was the mating habits of European butterflies. That community’s internal discussions are probably safe from the public eye. But it is important to remember that emails do seem to exist forever, and that there is always a chancethat they will be inadvertently released. Most people do not act as if this is true, but they probably should.

It is tempting to point fingers and declare that people should not have been so open with their thoughts, but who amongst us would really be happy to have all of their email made public?

Let he who is without PIN cast the the first stone.

Modifié par DreD

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

J'ai toujours été septique par rapport au réchauffement climatique et aux scénarios catastrophiques présentés par les écologistes. Il est assez incroyable de voir que toute forme de débat a été rapidement évacué par ces nouveaux messies du climat. La foi des défenseurs de cette théorie est tellement forte que tous ceux osant ouvrir le débat sont immédiatement considéré comme des hérétiques. Un seul dogme est acceptable à leurs yeux: la terre se réchauffe de façon alarmante et c'est la faute de la race humaine; pour se repentir, il faut se lancer dans une vaste et coûteuse réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, il faut subvention sans compter les industries vertes et le développement durable, car c'est urgent. En fait, selon plusieurs, il est déjà trop tard; la fin est proche.

Or, nos connaissances sur le climat sont encore embryonnaires; nous ne connaissons même pas les mécanismes complexes qui expliqueraient les importantes variations de température dans le passé (ères glacières, réchauffements, mini-âge glacière, etc.)

Il est aussi intéressant de savoir que depuis 1998, la terre se refroidie. Chose qui serait impossible si la température était directement dépendante de l'augmentation du taux de CO2. Ce même genre d'incohérence se retrouve à l'intérieur du 20e siècle: pourquoi le réchauffement très rapide de 1918 à 1940 alors que les émissions de CO2 étaient faibles, pourquoi le refroidissement important entre 1940 et 1965, une période durant laquelle les émissions de CO2 ne cessaient d'augmenter?

Modifié par Sim4444

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il est aussi intéressant de savoir que depuis 1998, la terre se refroidie. Chose qui serait impossible si la température était directement dépendante de l'augmentation du taux de CO2. Ce même genre d'incohérence se retrouve à l'intérieur du 20e siècle: pourquoi le réchauffement très rapide de 1918 à 1940 alors que les émissions de CO2 étaient faibles, pourquoi le refroidissement important entre 1940 et 1965, une période durant laquelle les émissions de CO2 ne cessaient d'augmenter?

Une décennie n'est pas une période assez longue pour déceler une tendance de refroidissement. Ce vidéo montre bien ce que je veux dire par là (en plus de montrer de quelle façon certains médias déforment les propos des spécialistes pour favoriser leur propre agenda). On pourrait, par exemple, mesurer une diminution de 0.3 degré Celsius sur une période de 10 à 15 ans, mais observer une augmentation de 1 degré l'autre décennie suivante. Au final on observe quand même un réchauffement de 0.7 degré sur une période de 20-25 ans. La tendance des 50 dernières années indique clairement un réchauffement et à mon avis c'est un meilleur indicateur qu'une tendance sur 10 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une décennie n'est pas une période assez longue pour déceler une tendance de refroidissement. Ce vidéo montre bien ce que je veux dire par là (en plus de montrer de quelle façon certains médias déforment les propos des spécialistes pour favoriser leur propre agenda). On pourrait, par exemple, mesurer une diminution de 0.3 degré Celsius sur une période de 10 à 15 ans, mais observer une augmentation de 1 degré l'autre décennie suivante. Au final on observe quand même un réchauffement de 0.7 degré sur une période de 20-25 ans. La tendance des 50 dernières années indique clairement un réchauffement et à mon avis c'est un meilleur indicateur qu'une tendance sur 10 ans.

Le climat change constamment ça c'est un fait, mais même en prenant une tendance sur 50 ans; avons-mous assez de recul? Les cycles climatiques varient sur des centaines d'années; voir des millénaires et ce, depuis toujours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Une décennie n'est pas une période assez longue pour déceler une tendance de refroidissement. Ce vidéo montre bien ce que je veux dire par là (en plus de montrer de quelle façon certains médias déforment les propos des spécialistes pour favoriser leur propre agenda). On pourrait, par exemple, mesurer une diminution de 0.3 degré Celsius sur une période de 10 à 15 ans, mais observer une augmentation de 1 degré l'autre décennie suivante. Au final on observe quand même un réchauffement de 0.7 degré sur une période de 20-25 ans. La tendance des 50 dernières années indique clairement un réchauffement et à mon avis c'est un meilleur indicateur qu'une tendance sur 10 ans.

Bien joué. Excellente réponse.

J'étais curieux de voir la réaction globale du forum. Alors que je pensais clairement voir plusieurs membres sauté sur l'occasion (et... ça aurais été compréhensible), j'ai vu de la retenue. Outre Seraphita qui a réagit complètement hors-contexte... Je voulais avoir les réactions et prendre le temps d'expliquer pourquoi c'est, finalement, bien peu de choses, mais les liens que tu donnes répondes environ 100 fois mieux que ce que j'aurais pu faire. Ils (les liens) ont vu des choses que je n'avais pas vu.

Les liens expliquent très bien pourquoi la réaction de l'auteur est démesuré. C'est malheureux de se fier comme ça à une première impression quand on n'a aucune connaissance de comment fonctionne la recherche.

Sinon, pour Sims :

http://en.wikipedia.org/wiki/Instrumental_temperature_record

http://en.wikipedia.org/wiki/Satellite_temperature_measurements

C'est pas vrai que ça se refroidie, statistiquement parlant, depuis 1998... En fait, par exemple, si tu prends ce graphique :

Short_Instrumental_Temperature_Record.png

Si tu prends le gros pic, centré environ sur 1998, on peut effectivement croire que ça se refroidie. Mais statistiquement parlant, on voit que la trend continue son cours... On peut faire faire parler parler une mesure de bien des manières...

Modifié par Le_Pervers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Leaked Emails Confirm Global Warming Is a Deliberate Hoax

http://www.moonbatte...d_emails_c.html

Breaking News Story: CRU has apparently been hacked – hundreds of files released

http://wattsupwithth...files-released/

As-tu lu le sujet au moins? Il s'agit du même "scandale" cité plus haut, le même qui n'a pas raison d'être si je me fie à ce que j'ai posté plus haut. J'ai 100x plus confiance dans les propos de scientifiques que dans ceux de bloggeurs no name qui ne connaissent rien au contexte de la recherche scientifique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je parle de ce que je connais moi et il se trouve que ma réaction est politique, pas celle d'un spécialiste du climat.

Mais bon ça prend du monde dans l'erreur aussi. Ceux qui se réveillent la nuit pour espérer davantage de pollution, selon moi, ne font qu'augmenter la ferveur de ceux qui ont à coeur la sauvegarde de l'environnement. Les Sim444 et autres sont donc sans doute utiles pour concerner davantage d'autres personnes aux changements climatiques.

Et oui, je suis de mauvaise foi envers ceux qui proposent ni plus ni moins que l'auto-destruction de la vie et de son habitat. S'il s'agit d'un dogme, j'en ai un. Au moins dans mon cas c'est pas le dogme de a perfection du marché...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je parle de ce que je connais moi et il se trouve que ma réaction est politique, pas celle d'un spécialiste du climat.

Mais bon ça prend du monde dans l'erreur aussi. Ceux qui se réveillent la nuit pour espérer davantage de pollution, selon moi, ne font qu'augmenter la ferveur de ceux qui ont à coeur la sauvegarde de l'environnement. Les Sim444 et autres sont donc sans doute utiles pour concerner davantage d'autres personnes aux changements climatiques.

Et oui, je suis de mauvaise foi envers ceux qui proposent ni plus ni moins que l'auto-destruction de la vie et de son habitat. S'il s'agit d'un dogme, j'en ai un. Au moins dans mon cas c'est pas le dogme de a perfection du marché...

Ce que je dénonce en premier lieu c'est qu'il n'y a plus de place pour le débat scientifique en regard des changements climatiques; c'est beaucoup trop émotif. Pour les écologistes convaincus, les septiques sont automatiquement de la même race que ceux qui dénient l'holocauste: de sales capitalistes qui veulent détruire la planète. Tout est blanc ou tout est noir.

Mais si le débat est clos, c'est parce que toutes les questions ont été répondues et que nous sommes certains de nos modèles de prédiction et de l'infinité des variables qui s'y rattachent.

Alors expliquez-moi en détail les mécanismes climatiques "naturels" sous-tendant les cycles climatiques millénaires; expliquez-moi le rôle du soleil avec ses cycles de variation d'intensité, expliquez-moi en détail le rôle des courants-marins et leur influence sur le climat, expliquez-moi l'action des éruptions volcaniques, expliquez-moi le rôle de la variation dans l'orbite terrestre, etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu importe le réchauffement climatique, j'crois que la diminution des émissions de gaz à effet de serre, la destruction des habitats, l'acidité des océans qui montent en détruisant la base de la vie qui s'y trouvent. Est-ce qu'un virage vert est une mauvaise idée tout simplement ? Non.

Le CO2 fait pas juste réchauffer la planète, en contact avec l'eau de surface, le CO2 réagit avec le H2O et forme du H2CO3 qui est un acide. Cet acide fait diminué le pH de l'eau et détruit le CaCO2 dans l'eau qui est nécessaire aux coraux et à plusieurs crustacés pour la formation de leur carapace.

L'augmentation de l'acidité laissera libre cours à une explosion du nombre de méduse, de plancton et d'autres organismes primaires qui transformeront les océans en une genre de méga vase.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
de sales capitalistes

Je dirais peut-être pas des "sales capitalistes", mais pourquoi c'est presque toujours des gens fortement politisés et fortement à droite qui cherchent à contredire les scientifiques sur le réchauffement climatiques?

D'un bord, on a la majorité du monde et des scientifiques, toutes opinions politiques confondues, qui croient au réchauffement climatique. De l'autre bord, on a une minorité fortement politisée et fortement droitiste qui cherche avec insistance à convaincre tout le monde que les réchauffements climatiques sont un mythe.

Par abduction, on est forcé d'admettre que vous vous opposez à la thèse (maintenant admise quasi universellement) du réchauffement climatique pour des raisons purement politiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voyons, il y a toujours place au débat en science. L'émotivité dont tu parles a plus à voir avec les enjeux politiques que scientifiques. Si l'avis des sceptiques n'est pas la plus populaire auprès de la majorité de la communauté scientifique, ce n'est pas parce qu'elle est à la solde d'un grand regroupement d'écologistes. C'est parce que les faits sont en faveur de cette conclusion et que ceux qui défendent l'hypothèse opposée n'ont pas réussi à démontrer sa validité avec une méthodologie jugée suffisamment robuste. Ça serait faux de dire que le débat est clos, comme ça serait faux de dire que les modèles qui prédisent un réchauffement climatique sont dans l'erreur. Pourquoi? Parce que les mesures suivent bien les modèles.

Là où je pense qu'il peut y avoir discussion, c'est à savoir si le réchauffement est bel et bien lié à l'activité humaine ou, comme tu le soulignes, plutôt lié à d'autres phénomènes hors de notre contrôle. Personne ne connait avec certitude la réponse, mais on a quand même de très bonnes raisons de croire que l'activité humaine y contribue au moins en partie. Je suis personnellement d'avis qu'il faudrait être très naïf pour penser que nos pratiques ont absolument aucun impact sur notre environnement. Qu'on soit seulement une partie du problème, qu'est-ce qu'on a à perdre à vouloir améliorer la gestion des ressources naturelles et énergétiques (à part de l'argent...)? C'est là où j'ai beaucoup de difficultés à être de bonne foie avec les détracteurs du "antrophologic global warming"... parce que pour eux ce n'est bien souvent qu'une question de sauver de l'argent. "Ben tsé, au fond c'est pas vraiment de notre faute, alors on a pas vraiment besoin de s'améliorer!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

UPDATE sur le sujet principal: Phil Jones, le directeur du centre de recherche confirme que les courriels sont authentiques.

Lien

Plusieurs e-mails sont très troublants.

've just completed Mike's Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (ie from 1981 onwards) amd from 1961 for Keith's to hide the decline.
There is a preference in the atmospheric observations chapter of IPCC AR4 to stay with the 1961-1990 normals. This is partly because a change of normals confuses users, e.g. anomalies will seem less positive than before if we change to newer normals, so the impression of global warming will be muted.
That is why it is important for us to get money from additional sources, in particular from the ADVANCE and INTAS ones. Also, it is important for us if you can transfer the ADVANCE money on the personal accounts which we gave you earlier and the sum for one occasion transfer (for example, during one day) will not be more than 10,000 USD.
I really wish I could be more positive about the Kyrgyzstan material, but I swear I pulled every trick out of my sleeve trying to milk something out of that. I don't think it'd be productive to try and juggle the chronology statistics any more than I already have - they just are what they are
There is a preference in the atmospheric observations chapter of IPCC AR4 to stay with the 1961-1990 normals. This is partly because a change of normals confuses users, e.g. anomalies will seem less positive than before if we change to newer normals, so the impression of global warming will be muted.
I think that trying to adopt a timeframe of 2K, rather than the usual 1K, addresses a good earlier point that Peck made w/ regard to the memo, that it would be nice to try to "contain" the putative "MWP", even if we don't yet have a hemispheric mean reconstruction available that far back
MWP: Medieval warm periode
And don't leave stuff lying around on ftp sites - you never know who is trawling them. The two MMs [McKitrick, McIntyre] have been after the CRU station data for years. If they ever hear there is a Freedom of Information Act now in the UK, I think I'll delete the file rather than send to anyone. Does your similar act in the US force you to respond to enquiries within 20 days? - our does ! The UK works on precedents, so the first request will test it. We also have a data protection act, which I will hide behind. Tom Wigley has sent me a worried email when he heard about it - thought people could ask him for his model code. He has retired officially from UEA so he can hide behind that.
Can I ask you something in CONFIDENCE - don't email around, especially not to Keith and Tim here. Have you reviewed any papers recently for Science that say that MBH98 and MJ03 have underestimated variability in the millennial record - from models or from some low-freq proxy data. Just a yes or no will do. Tim is reviewing them - I want to make sure he takes my comments on board, but he wants to be squeaky clean with discussing them with others. So forget this email when you reply.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute l'histoire en français

Lien

vendredi 20 novembre 2009

Manipulations de données par des chercheurs du GIEC ?

Une tempête se lève sur la Toile au sujet de courriels que des pirates auraient réussi — nous utilisons à dessein le conditionnel — à obtenir dans lesquels des climatologues réputés écrivent qu’il faut « cacher la baisse » dans les données relatives aux températures. De nombreux sceptiques qui doutent que les hommes soient responsables du réchauffement climatique ont bondi sur ces révélations.

Le carnet consacré au climat du Wall Street Journal déclare que « les choses devraient devenir intéressantes ».

Le Guardian de Londres résume l’histoire (pour un autre son de cloche lire le Herald Sun d’Australie qui reproduit plusieurs courriels) :

« Des pirates ont volé puis divulgué en ligne des centaines de documents et de courriels privés qui auraient été échangés par des climatologues de renommée mondiale ces treize dernières années. Les fichiers informatiques auraient été récupérés sur les serveurs de l’Unité de recherche climatique de l’Université d’East Anglia, un centre de renommée internationale spécialisé dans l’étude du changement climatique naturel et anthropogénique en début de semaine. »

Le magazine australien Investigate rapporte que Phil Jones, directeur de l’Unité de recherche climatique, déclare ne plus se souvenir exactement ce qu’il a pu vouloir dire il y a dix ans quand il a écrit dans un courriel qu’il faillait « cacher la baisse ». Il a cependant ajouté qu’il ne cherchait pas à tromper quiconque, mais qu’il voulait sans doute parler de l’ajout de « données instrumentales » récentes à « des données indirectes, remontant à plusieurs milliers d’années ». Comme le souligne Andrew Bolt du Herald Sun, Phil Jones admet implicitement que ces courriels sont sans doute authentiques.

Phil Jones a par ailleurs déclaré : « C'était un pirate. Nous savions qu'il y a trois ou quatre jours quelqu'un avait piraté notre système et avait copié des masses de fichiers et de courriels. »

L’affaire aurait été éventée par le carnet The Air Vent.

Ed Morrissey du site Hot Air se demande :

« Est-ce que les scientifiques utilisent des données pour valider une théorie ou utilise-t-il des théories pour valider des données ? Les scientifiques diront que c’est la dernière option, mais nous avons affaire ici à des savants qui s’accrochent à leur théorie à un tel point qu’ils rejettent les données. Ce n’est pas de la science, c’est une croyance religieuse. »

Très utile résumé des courriels les plus importants provenant apparemment de Phil Jones par Bishop Hill.

On trouvera ci-dessous quelques courriels de Phil Jones. Non seulement Jones, directeur de l’Unité de recherche climatique (CRU) aurait cherché à « cacher la baisse » de température récente, mais il semble aussi se vanter de détruire des données pour empêcher des sceptiques de vérifier les conclusions alarmistes de ses travaux. Il se dit, en effet, prêt à détruire des données pour contrarier les demandes de données faites en vertu du droit à l’accès à l’information par le professeur Ross McKitrick et Steve McIntyre qui avaient déjà démontré que la crosse de hockey de Michael Mann était fausse.

Note : nous reproduisons ci-dessous une sélection de courriels faite par James Delingpole du Daily Telegraph et Andrew Bolt du Herald Sun. À ce stade, il faut ajouter que ces courriels pourraient avoir été écrits maladroitement, interprétés hors contexte ou même modifiés par le dénonciateur anonyme, bien que Phil Jones semble avoir reconnu leur véracité. Ces mêmes documents révèlent que le centre du prof. Phil Jones aurait bénéficié de 25 millions de dollars en subventions.

Parmi les courriels les plus incriminants, celui-ci dans le fichier 1107454306.txt, où Jones désigne McIntyre et McKitrick par les initiales MM :

À 09h41 2/2/2005, Phil Jones a écrit:

Mike, Je présume que je dois te féliciter – alors félicitations et tout ça !

Je viens d’envoyer des masses de données de station à Scott. Assure-toi qu’il documente mieux tout à l’avenir! Et ne laisse pas des choses traîner sur les sites ftp – on ne sait jamais qui vient y ratisser. Les deux MM cherchent les données de station du CRU depuis des années. S’ils apprennent qu’il y a maintenant une Loi d’accès à l’information au R.-U., je pense que je détruirai le fichier plutôt que de l’envoyer à quiconque. Est-ce que votre loi équivalente aux É-U vous oblige à répondre avant 20 jours? C’est le cas ici! Le R-U marche à la jurisprudence, la première demande va donc mettre à l’épreuve la loi. Il y a aussi une Loi de protection des données et je m’en servirai pour me protéger. Tom Wigley m’a envoyé un courriel inquiet quand il en a entendu parler – pensé que les gens pouvaient lui demander le code de son modèle. Il a officiellement sa retraite de l’UEA [université d’East Anglia], il ne peut donc plus s’en prévaloir. La propriété intellectuelle pourrait jouer ici, mais je ne me vois pas en débattre avec quelqu’un de l’UEA qui nous dirait qu’il faut le respecter!

Jones admet que son université l’a prévenu qu’il ne pouvait détruire des données susceptibles d’être consultées en vertu de la Loi sur l’accès à l’information de McIntyre ou de quiconque d’autre (fichier 1228922050.txt) :

De: Phil Jones

Pour: [email protected]

Objet: Re: Une petite question

Date: Mer 10 décembre 2008, 10h14

Ben,

Pas eu de réponse de la personne responsable de l’accès à l’info ici à l’UEA. C’est pourquoi je ne suis pas tout à fait sûr que les chiffres soient corrects. Je pourrais vérifier sur CA [Climate Audit], mais je ne vais pas le faire. J’ai reçu un courriel de la personne de l’accès à l’info ici hier matin et elle m’a dit que je ne devrais pas détruire les courriels – à moins que ce fût une suppression « normale » pour que mon courrier reste gérable! McIntyre n’a pas payé ses 10 £, donc on dirait que son courriel au sujet de la Loi sur la protection des données n’aura pas de suite.

Bref, il y a eu trois types de demandes: des données d’observation, paléo et qui a fait des changements GIEC et pourquoi. Keith a reçu toutes celles du 3e type – il y en a eu au moins 4. Nous avons informé Susan à ce sujet – toutes provenaient de David Holland. D’après le Bureau du commissaire à l’accès à l’information, le GIEC est une organisation internationale, il n’est donc pas assujetti aux lois sur l’accès à l’information nationale. Même si l’UEA détient des infos sur le GIEC, nous ne sommes pas obligés de les transmettre, à moins que cela ait un rapport avec notre activité principale – et ce n’est pas le cas ! Je parle comme Sir Humphrey !

[sir Humphrey Appleby est le Secrétaire du cabinet du Premier Ministre dans la série de la BBC Yes, Prime Minister !, grand spécialiste de la langue de bois et de l’occultation bureaucratique]

On se demande vraiment ce que Jones a bien voulu cacher. Et on ne peut que se souvenir avec humour de la fois où Jones a répondu qu’il avait cherché les données, mais que, malheureusement, elles avaient été… hmmm… perdues.

Dans le courriel inclus dans le fichier 1212063122.txt, Jones recommande à un autre de ses collègues, Michael dit « Crosse de Hockey » Mann, de participer à la suppression – au moins des courriels portant sur le controversé rapport ARA du GIEC relatif au réchauffement causé par l’homme dont Jones était un des coauteurs et où les auteurs prétendaient que le réchauffement était « exempt d’équivoque » et « très probablement » causé par l’homme :

De: Phil Jones

Pour: “Michael E. Mann”

Objet: GIEC & Accès à l’info

Date: Jeu 29 mai 2008 11h04

Mike,

Pourrais-tu supprimer tous les courriels que tu pourrais avoir échangés avec Keith au sujet de AR4?

Keith fera de même. Il n’est pas là pour l’instant – crise familiale mineure.

Peux-tu aussi passer le mot à Gene pour qu’il fasse de même ? Je n’ai pas sa nouvelle adresse courriel.

Je vais faire en sorte que Caspar le fasse aussi.

Je vois que CA prétend qu’ils ont découvert le problème de 1945 dans l’article de Nature!!

Salut

Phil

Dans un courriel du fichier 1255352257.txt, Keith Trenberth fait part de ses doutes quant à la réalité du réchauffement :

De: Kevin Trenberth

Pour: Michael Mann

Objet: Re: Virage de la BBC quant au climat

Date: lundi 12 octobre 2009 08h57

Cc: Stephen H Schneider , Myles Allen , peter stott , "Philip D. Jones" , Benjamin Santer , Tom Wigley , Thomas R Karl , Gavin Schmidt , James Hansen , Michael Oppenheimer

[record de froid battu à Bolder, Colorado]

Le fait est que nous ne savons pas expliquer l'absence de réchauffement actuellement et c'est ridicule. Les données du CERES publiées dans le supplément d'août BAMS 09 en 2008 montre qu'il devrait y avoir encore plus de réchauffement: mais les données sont certainement fausses. Notre système d'observation est déficient.

Dans un courriel conservé dans 0942777075.txt, Phil Jones dit qu'il masquera le déclin des températures en utilisant le truc de Michael Mann dit « Crosse de hockey ».

De: Phil Jones

Pour: ray bradley ,[email protected], [email protected]

Objet: Diagramme pour déclaration OMM

Date: mardi 16 novembre 1999 13h31

[...]

Je viens de terminer d'utiliser l'astuce Nature de Mike qui consiste à incorporer les vraies températures à chaque série depuis les 20 dernières années (à savoir depuis 1981) et depuis 1961 pour celles de Keith's afin de masquer le déclin.

Le site réchauffiste Real climate dit que « masquer » est une expression malencontreuse.

Dans un courriel de 2003 dans le fichier 1054736277.txt, Mike Mann évoquerait une tentative de masquer l'Optimum médiéval, période pendant laquelle il aurait fait plus chaud en Europe qu'actuellement :

De: Michael E. Mann

Pour: Phil Jones

Objet: Re: Futur article Eos ?

Date: mercredi 4 juin 2003 10h17

[...]

Je pense que le fait d'utiliser une période de 2 000 ans plutôt que de 1 000 répond au problème soulevé précédemment par Peck par rapport au mémo, et que ce serait bien pour essayer de « contenir » le prétendu "OM" [Optimum médiéval]

Jones, dans un courriel envoyé à Michael Mann le 8 juillet 2004, écrit qu'il désire influencer le comité de relecteurs pour qu'un article qui remet en doute le réchauffement planétaire anthropogénique ne soit pas publié (fichier 1089318616.txt) :

De: Phil Jones

Pour: "Michael E. Mann"

Objet: TRÈS CONFIDENTIEL

Date: jeudi 8 juillet 2004 16h30

Mike,

[...]

L'autre article par MM est simplement de la foutaise -- comme tu le sais. À nouveau de Freitas. Pielke perd aussi toute crédibilité en répondant au Finlandais fou -- fréquemment à ce que je vois.

Je ne peux concevoir comment un de ces articles pourrait figurer dans le prochain rapport du GIEC. Kevin et moi allons les rejeter, même si nous devons pour cela redéfinir ce qu'est le processus de relecture ! [« what the peer-review literature is! », sic]

Salut,

Phil

Le « de Freitas » en question est probablement Chris de Freitas de l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande, un sceptique bien connu du réchauffement planétaire anthropogénique. En mai 2009, Chris De Freitas disait par exemple :

« Les prédictions du climat se fondent habituellement sur des modèles climatiques planétaires. Jusqu'à ce jour, ces modèles n'ont pas réussi à intégrer la variabilité de l'énergie émise par le Soleil. On ne peut trop insister sur l'importance de ce fait puisque le Soleil est la seule source d'énergie qui alimente le climat terrestre. Tout changement climatique planétaire est donc lié directement ou indirectement au Soleil. »

Ce genre de pression pour éliminer les sceptiques apparaît dans plusieurs autres messages. On assiste ainsi à plusieurs échanges où les collègues de Phil Jones et lui-même se demandent quelle est la meilleure stratégie pour éliminer les dissidents du processus de relecture par des paires. En d'autres mots, comment créer un climat scientifique où toute personne qui doute du réchauffement planétaire anthropogénique peut être considérée comme un excentrique dont les opinions sont sans importance. C'est le cas, par exemple, dans ce message (fichier 1047390562.txt) :

De: Phil Jones

Pour: [email protected],[email protected],[email protected], "Michael E. Mann" ,[email protected]

Objet: Transf: Soon & Baliunas

Date: mardi 11 mars 2003 08h49

[...]

Je vais écrire à la revue pour leur dire que je ne veux plus en entendre parler jusqu'à ce qu'ils se débarrassent de ce pénible directeur [scientifique] de la revue.

[...]

La cause en est que cette revue à un certain nombre de directeurs. Le responsable ici est un sceptique bien connu en NZ. Il a déjà laissé passer quelques articles de Michaels et Gray. J'en ai déjà touché un mot à Hans von Storch, mais ça n'a pas abouti. Un autre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Conférence extrêmement intéressante pour ceux ayant suivi les derniers développement sur le changements climatiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

UPDATE sur le sujet principal: Phil Jones, le directeur du centre de recherche confirme que les courriels sont authentiques.

Lien

Plusieurs e-mails sont très

MWP: Medieval warm periode

DreD a posté des liens expliquant ce qu'on peut tirer sur ces e-mails. En gros, ces e-mails, tu aurais pu les prendre dans le premier lien que j'ai envoyé. Mais DreD a posté des liens expliquant ce que ça vaut. Ce sont des citations prises hors-contextes alors que vous ne connaissez pas tout à fait le jargon scientifique. C'est certain, on peut lire et interprêté à la catastrophe, qu'on nous a trompé et menti, mais c'est pas le cas. C'est tout expliqué dans les liens de DreD. Ça me rend triste, je pensais que personne ne revenait à la charge parce que les liens qu'il avait posté expliquait tout.

Quant à Vincent COurtillot, je reconnais sa compétence en champ géomagnétique, mais en en climatologie, c'est pas un expert du tout. J'ai beau être un physicien, je suis un physicien de la matière condensée ; je peux contredire la science (si j'ai des preuves en béton) si je suis un expert dans ce domaine (pas encore), par contre, on rirait de moi si j'allais contre-dire la science en biophysique ou en physique des particules. Il n'a pas ce qu'il faut pour contre-dire les experts du domaine. Tiens :

D'un côté, Jean Jouzel aligne plus de 250 publications scientifiques sur le climat. Il est vice-président du groupe-1 (physique du climat) au GIEC. Il fait partie des scientifiques les plus cités dans le monde par d'autres scientifiques (sa biographie rédigée par le Cnrs pour la remise de sa médaille d'or en 2002). Sa capacité exposer les travaux de ses collègues des disciplines connexes du climat a été cent fois démontrée, en particulier par ses livres destinés au grand public.

De l'autre côté Vincent Courtillot. Ce dernier n'est pas «physicien» mais géophysicien, spécialiste de paléomagnétisme et de tectonique des plaques. Il est par ailleurs directeur de l'Institut de Physique du Globe de Paris où l'on ne s'occupe pas du climat du 20ème et 21ème siècle. Lui même n'a que très peu publié sur le climat, des contributions publiées dans un contexte douteux. Il suffit, pour les juger, de savoir qu'il s'y est livré à une erreur de calcul assez monumentale, confondant la Terre avec un disque noir... Qu'il n'a pas été capable de repérer que le fichier de températures qu'il utilisait pour sa démonstration ne couvrait qu'une toute petite partie du globe terrestre. Ni de trouver un enregistrement correct de l'éclairement du Soleil pour le 20ème siècle parmi la littérature scientifique. Toutes ces erreurs ont été reconnues par Vincent Courtillot dès 2007. On ne peut que s'étonner qu'il ait reproduit ce graphique tout simplement faux dans son dernier ouvrage Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob).

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/11/climat-france2-d%C3%A9rape.html

Tiens d'ailleurs, voici ce que pense La Recherche de ce Vincent...

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2008/12/climat-claude-a.html

J'ai aussi eu la chance de travailler avec un professeur spécialiste du Soleil (taches sombres et facules -- objets de haute intensité magnétique). Je sais que le cycle du Soleil influe certainement sur la température de la Terre, mais pas assez pour attribuer tout ce qui passe au Soleil -- juste une toute petite partie.

More recently, a study and review of existing literature published in Nature in September 2006 suggests that the evidence is solidly on the side of solar brightness having relatively little effect on global climate, with little likelihood of significant shifts in solar output over long periods of time.[11][48] Lockwood and Fröhlich, 2007, find that there "is considerable evidence for solar influence on the Earth’s pre-industrial climate and the Sun may well have been a factor in post-industrial climate change in the first half of the last century," but that "over the past 20 years, all the trends in the Sun that could have had an influence on the Earth’s climate have been in the opposite direction to that required to explain the observed rise in global mean temperatures."[49]

http://en.wikipedia.org/wiki/Solar_variation#Global_warming

https://137.122.32.118/pic/archives/64.4%282008%29/Oct08-offprint-Charbonneau.pdf

Modifié par Le_Pervers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que tu as écouté la présentation? Il démontre justement que l'influence du soleil a été minimisé de 20 fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Est-ce que tu as écouté la présentation? Il démontre justement que l'influence du soleil a été minimisé de 20 fois.

Je n'ai pas pris le temps d'écouter le vidéo. Pas que je ne veux pas le faire, mais j'ai une limite d'upload+download de 2 go. J'ai cependant pris le temps de lire les résumés de ce qu'il mentionne.

Le problème, c'est qu'il n'est pas un spécialiste du Soleil. Ni du climat. Et que sa méthodologie a été maintes fois remises en causes : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2008/02/soleil-et-clima.html pour démontrer les liens entre Soleil et climat. J'veux dire, c'est juste absurde. Un vieux dude, qui n'a plus peur pour son emploi rendu où il en est dans sa carrière, décide de contre-dire la grande majorité des experts mondiaux en climatologie à l'aide d'une méthodologie déficiente. En n'utilisant de grandes déclamations typiquement françaises. Mensonges! Trahison! Il s'en fout ; il n'a rien à perdre et il s'assure, en contre-disant le reste du monde, d'attirer encore une fois l'attention alors qu'on se désintéresse de ce qu'il fait. Alors qu'il est... pas mal ce qu'on appelle un scientifique raté, incapable de vérifier (double checker) ses sources. Qui a un agenda et qui s'en fout de publier de la demi-science.

À place, je préfère me fier sur ces scientifiques (Foukal, Solanki, ce sont vraiment des experts en reconstruction solaire) :

Further simulations with solar forcing alone show that the solar contribution to warming over the past 30 years is negligible48. These results indicate that a TSI variation at least three times larger than is justified from present evidence is required to produce a climate variation of the amplitude suggested by the seventeenth-century cooling. A more detailed statistical comparison between the modelled and reconstructed curves is problematic because of uncertainties in the palaeotemperature reconstruction, in the TSI proxies used, and in the modelling of, for example, the volcanic contribution.

http://www.nature.com/nature/journal/v443/n7108/full/nature05072.html

No solar hiding place for greenhouse sceptics

Quirin Schiermeier

Top of page

Abstract

Sun not to blame for global warming.

A study has confirmed that there are no grounds to blame the Sun for recent global warming. The analysis shows that global warming since 1985 has been caused neither by an increase in solar radiation nor by a decrease in the flux of galactic cosmic rays (M. Lockwood and C. Fröhlich Proc. R. Soc. A doi:10.1098/rspa.2007.1880; 2007). Some researchers had suggested that the latter might influence global warming through an involvement in cloud formation.

"This paper is the final nail in the coffin for people who would like to make the Sun responsible for present global warming," says Stefan Rahmstorf, a climate scientist at the Potsdam Institute for Climate Impact Research in Germany.

No solar hiding place for greenhouse sceptics

W. BURGESS/REUTERS

Hot topic: solar activity peaked too early to have caused the current trends in climate change.

Claims that the Sun, rather than raised levels of greenhouse gases, has been responsible for recent warming have persisted in a small number of scientists and in parts of the media. Mike Lockwood, a physicist at the Rutherford Appleton Laboratory in Chilton, UK, says he was "galvanized" to carry out the comprehensive study by misleading media reports. He cites 'The Great Global Warming Swindle', a television programme shown in March by Britain's Channel 4, as a prime example.

Together with Claus Fröhlich of the World Radiation Center in Davos, Switzerland, Lockwood brought together solar data for the past 100 years. The two researchers averaged out the 11-year solar cycles and looked for correlation between solar variation and global mean temperatures. Solar activity peaked between 1985 and 1987. Since then, trends in solar irradiance, sunspot number and cosmic-ray intensity have all been in the opposite direction to that required to explain global warming.

In 1997, Henrik Svensmark, a physicist at the Danish National Space Center in Copenhagen, suggested that cosmic rays facilitate cloud formation by seeding the atmosphere with trails of ions that can help water droplets form (H. Svensmark and E. J. Friis-Christensen J. Atmos. Solar-Terrest. Phys. 59, 1225–1232; 1997). He proposed that, as a result of this, changes in the Sun's magnetic field that influence the flux of cosmic rays could affect Earth's climate. This led to claims that cosmic rays are the main influence on modern climate change.

Even in the face of the new analysis, Svensmark insists that solar theories should not be dismissed. "If you look at temperatures in the troposphere, there is a remarkable correlation with solar activity," he says. Lockwood insists that none of the tropospheric data show the trend that the solar theory would need.

Nir Shaviv, an astrophysicist at the Hebrew University of Jerusalem who has championed a Sun–climate link, argues that there may be a lag in Earth's reaction to the Sun because of the thermal inertia of the oceans.

But other climate researchers find the idea of a 'hidden' time lag unconvincing. "With each year, and with each new set of data that comes in, a time lag becomes ever more unlikely," says Urs Neu, deputy head of ProClim-, the climate and global change forum of the Swiss Academy of Sciences in Bern.

ADVERTISEMENT

On other timescales, however, Sun–climate links may remain worthy of study. "Climate change is a cocktail of many effects," says Jasper Kirkby, a physicist at CERN, the European particle-physics laboratory near Geneva in Switzerland, who is leading an experiment aimed at simulating the effect of cosmic rays on clouds. "Past climate changes have clearly been associated with solar activity. Even if this is not the case now, it is still important to understand how solar variability affects climate."

Ken Carslaw, an atmospheric scientist at the University of Leeds, UK, points out that solar effects might still be possible. They might have acted to cool the climate in recent decades, but been overwhelmed. If so, the climate could be more sensitive to greenhouse gases than is generally thought, and future temperature increases might be greater than expected if a countervailing solar effect comes to an end.

http://www.nature.com/nature/journal/v448/n7149/full/448008a.html

Ce qui se passe, c'est très simple. Une très grande part du réchauffement climatique vient des océans qui bénéficient d'une très grande inertie thermique par rapport à la puissance émise par le Soleil. En d'autres mots, si l'irradiance était à son maximum pendant des années, alors oui ça finirait par avoir un impact non-négligeable, mais n'empêche, en ce moment, les fluctuations (de 0.1% de variation...) sont trop rapides pour provoquer un impact entre un minimum et un maximum du cycle. Et on serait à même de le voir si impact il y a, or, les scientifiques cités plus haut démontrent le contraire.

Modifié par Le_Pervers

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...