Aller au contenu
l'éclopé

Les tattoos

Déchet(s) recommandé(s)

Je trouve ça souvent laid, des tatoos en gros plan sans voir le style de la personne.

J'suis un hippie, j'ai les cheveux longs, j'me lave 2 fois par mois, j'porte du linge patché pi j'bois de la big 10 dans un sac en papier à côté des abris-bus dans Saint-Roch.

Est-ce que j'ai oublié quelque chose ecce homo?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien réussis. Vas-tu mettre de la couleur ?

Nah, j'préfère le blackwork.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'espère si tu met dla couleurs tu vas tout gâcher.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Est-ce que quelqu'un a un tattoueur "réaliste" à conseiller sur l'île de Montréal?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour recréer assez fidèlement la faucheuse dans ce style là

Something_Wild.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Je ne suis pas un amateur de tattoo, mais je dois tout de même admettre qu'il a de la gueule.

Tiens un petit extrait d'un livre qui tente de faire un lien entre les tattoo et la queue du paon

gallery_9375_7_11041.jpg

L’hypothèse que j’avance dans ce chapitre a pour avantage de relier notre comportement en matière de toxicomanie à toute une série de comportements d’apparence également autodestructrice chez les animaux et à une théorie générale de l’émission de signaux dans le monde animal. Elle donne une explication unifiée de toute une série de phénomènes courants dans notre culture occidentale, de la consommation de tabac à celle d’alcool et d’autres drogues. Elle peut également s’appliquer à d’autres cultures que la nôtre et expliquer des pratiques énigmatiques d’aujourd’hui, comme la consommation de pétrole par les maîtres du kung-fu en Indonésie, ou des coutumes apparemment fort étranges d’autrefois, tels les lavements rituels dans l’ancienne civilisation des Mayas.

Après un séjour de plusieurs mois dans la jungle en compagnie de chasseurs de Nouvelle-Guinée, loin du monde « civilisé » et de ses techniques publicitaires:

Le premier des journaux que je feuilletai s’était ouvert sur une page montrant un homme à cheval, l’air rude, en train de pourchasser des vaches, au-dessus du nom d’une marque de cigarettes en lettres capitales. Mon éducation américaine me faisait décrypter le message comme convenu. Mais une partie de moi-même était restée dans la jungle et me poussait à regarder la photographie d’un œil neuf, un peu à la façon d’un individu qui aurait toujours vécu dans la forêt équatoriale, ne connaîtrait absolument rien de la société occidentale, découvrirait pour la première fois cette publicité et essaierait de comprendre le lien entre le fait de pourchasser les vaches et celui de fumer des cigarettes. À première vue, on se dit qu’il s’agit d’une magnifique publicité dirigée contre le tabagisme : il est bien connu en effet que le fait de fumer diminue les performances sportives, provoque le cancer et est responsable d’une mort précoce. Mais il me devint rapidement évident que cette publicité avait été élaborée par le fabricant de cigarettes lui-même, dans l’espoir que le public en tirerait la conclusion exactement opposée.

La même expérience m’attendait à la page suivante, avec la photographie d’une bouteille de whisky sur une table, d’un homme en train de boire dans un verre un breuvage vraisemblablement tiré de la bouteille et d’une jeune femme manifestement apte à la reproduction contemplant le buveur avec admiration comme si elle était prête à tomber dans ses bras. Chacun sait pourtant que l’alcool interfère avec la fonction sexuelle, tend à rendre les hommes impuissants, perturbe le sens de l’équilibre et la capacité de raisonnement, prédispose à la cirrhose et à d’autres maladies débilitantes.

...

La théorie de Zahavi postule que tout mâle qui a réussi à survivre en dépit du handicap d’une grande queue ou d’un chant audible de loin doit nécessairement posséder d’excellents gènes par ailleurs. Il a prouvé qu’il doit être particulièrement doué puisqu’il a réussi à échapper aux prédateurs, à trouver de quoi se nourrir et à résister aux maladies. Plus grand est son handicap, plus est rigoureux le test qu’il a réussi. La femelle qui choisit l’un de ces mâles est comparable à une princesse d’un conte médiéval qui mettait à l’épreuve ses soupirants en les regardant tuer les dragons. Lorsqu’elle voyait l’un d’eux, ne possédant plus qu’un bras, être cependant capable de tuer ces monstres, elle savait qu’elle avait enfin trouvé le chevalier doté d’excellents gènes qu’elle attendait. Et celui-ci, en faisant étalage de son bras unique, proclamait, en réalité, que sa valeur dépassait vraiment celle des autres.

Il me semble que la théorie de Zahavi s’applique à de nombreux comportements humains qui, comportant un danger ou un coût, visent de façon générale à s’assurer un statut plus élevé ou, dans le domaine particulier du comportement sexuel, à attirer un partenaire. Par exemple, les hommes qui tentent de séduire une femme par des cadeaux somptueux, ou par d’autres façons d’afficher leur richesse, afin de prouver qu’ils disposent de suffisamment d’argent pour entretenir leur future épouse et leurs enfants, ou bien encore les personnes qui peuvent exhiber de coûteux bijoux, une voiture de sport ou des œuvres d’art s’assurent ainsi un statut supérieur, car il ne peut y avoir de tromperie sur ce type de signal, dès lors que tout le monde sait ce que coûtent ces objets fastueux

Avant l’avènement de la médecine moderne, le tatouage n’était pas seulement une épreuve douloureuse, mais aussi dangereuse, en raison des risques d’infection, et les personnes qui se tatouaient faisaient ainsi savoir que leur vigueur comportait une double facette : la résistance aux maladies et la tolérance à la douleur

On peut aussi étendre la théorie de Zahavi à la toxicomanie chez les êtres humains. C’est surtout au moment de l’adolescence ou au début de l’âge adulte, période où l’on consacre le plus d’énergie à s’assurer un statut, que l’on est le plus vulnérable à la toxicomanie. Je pense que nous possédons nous aussi cet instinct inconscient qui incite les oiseaux à s’afficher de façon dangereuse. Il y a dix mille ans, nous nous mettions en valeur en combattant un lion ou les ennemis de la tribu. Aujourd’hui, nous le faisons de façon différente, en roulant à vive allure ou en consommant des drogues dangereuses.

Le message sous-tendant nos anciennes ou nos nouvelles façons de nous mettre en valeur est toujours le même : « Je suis fort et vaux plus que les autres. » Même si je ne fume ou ne m’enivre qu’une fois ou deux, je montre en ces occasions que je suis assez fort pour surmonter les sensations de brûlure et de suffocation que provoquent les bouffées des premières cigarettes ou le malaise des premières gueules de bois. Si je le fais de façon chronique, tout en restant en vie et en bonne santé, c’est (je l’imagine du moins) que je dois « valoir plus que les autres ». C’est un message adressé à nos rivaux, à nos pairs, à nos partenaires sexuels éventuels et à nous-mêmes. Les baisers du fumeur sont peut-être détestables et le buveur est peut-être impuissant au lit, mais ils (ou elles) espèrent néanmoins impressionner leurs égaux et séduire des partenaires sexuels, en proclamant implicitement leur supériorité par leur comportement.

Dans le cas de l’usage toxicomaniaque de substances chimiques par les êtres humains, là les coûts dépassent les bénéfices. Les toxicomanes et les alcooliques non seulement vivent moins longtemps, mais ils perdent, plutôt qu’ils ne gagnent, de l’attrait aux yeux d’éventuels partenaires sexuels et ils perdent, en tout cas, toute aptitude à prendre soin d’enfants. On ne peut pas dire que la toxicomanie ou l’alcoolisme persistent parce que leurs avantages cachés dépassent leurs coûts. Globalement ce sont des comportements autodestructeurs provoqués par une dépendance chimique, désavantageux pour les individus qui les expriment et n’assurant nullement la promotion de leurs caractéristiques génétiques dans l’évolution. À cet égard, notre usage toxicomaniaque de substances chimiques a divergé de ses précurseurs animaux pour devenir vraiment, par son côté autodestructeur, une caractéristique proprement remarquable de l’homme.

...

message précédant:

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dis rarement ça à propos de tattoo mais le tiend est malade, originale et envoutant. Pourrais-tu nous éclairer un peu sur son origine et sa signification?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dis rarement ça à propos de tattoo mais le tiend est malade, originale et envoutant. Pourrais-tu nous éclairer un peu sur son origine et sa signification?

Aucune signification particulière.

Une idée que J'ai eu qui fut adapté au tatouage traditionnel par un tatoueur talentueux avec de bonnes idées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'suis vraiment pas un fan de old school, mais le côté graphique qu'apporte le dotwork est pas mal nice.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai commencé à me faire du fun avec les stick and poke. C'est si relexant et plaisant à faire.

Mon premier:

3xtGAX1.jpg

Et je me suis fait ça depuis hier soir:

fHH5jc8.jpg

UkId5Oi.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...