Aller au contenu
Carlos Crasseux

Ingmar Bergman

Déchet(s) recommandé(s)

Je consultais sa filmographie et m'est venu à l'idée de créer un sujet lui étant destiné.

Je sais que ce genre de sujet de discussion peut s'avérer redondant et ennuyant, mais je doute que ça aille un impact négatif sur la section qui, ma foi, me semble de plus en plus morte.

Voilà, mon côté visuel et fan d'affiches de films se manifestera encore, ici aussi. Je vais donc lister tous ses films (j'exclus ses téléfilms) en ordre chronologique, comme à l'habitude.

bergmanou.png

Crisis - It Rains on Our Love - A Ship to India - Music in Darkness - Port of Call - Prison (1946 - 1949)

Thirst/Three Strange Loves - To Joy - Summer Interlude - Secrets of Women - Sawdust and Tinsel - Summer with Monika (1949 - 1953)

A Lesson in Love - Dreams - Smiles of a Summer Night - The Seventh Seal - Wild Strawberries - Brink of Life (1954 - 1958)

The Magician/The Face - The Devil's Eye - The Virgin Spring - Through a Glass Darkly - Winter Light - The Silence (1958 - 1963)

All These Women - Persona - Hour of the Wolf - Shame - The Passion of Anna - The Touch (1964 - 1971)

Cries and Whispers - Scenes from a Marriage - Face to Face - The Serpent's Egg - Autumn Sonata - From the Life of the Marionettes (1973 - 1980)

Fanny and Alexander (1982)

Je veux surtout vous lire. Qu'avez-vous vu? Qu'avez-vous apprécié/moins aimé? Qu'aimeriez-vous voir?

Voilà. Pour ceux à qui ça pourrait susciter l'intérêt: Fanny et Alexandre (v.f.) en diffusion:

Mercredi 6 janvier 22h00.

Jeudi 7 janvier 14h00.

Dimanche 10 janvier 00h30.

À Artv.

Je répondrai à mon propre thread demain (enfin.. dans une douzaine d'heures).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mes préférés:

Wild Strawberries

Assez fou de penser que Bergman a sorti "Wild Strawberries" et "The Seventh Seal" au cours de la même année! Un excellent film, des plans de caméra hallucinants, une série d'images oniriques qui nous hantent comme autant de cauchemars morbides. Des personnages aux émotions palpables, un scénario simple et fluide, bref, un grand film!

Through a Glass Darkly

Un chef-d'oeuvre. Admirable photographie signée Sven Nykvist, qui fait de chaque ombre, de chaque reflet une oeuvre d'art. Jamais le noir et blanc n'aura été traité avec autant de poésie. L'histoire est touchante, complexe et jouée avec génie par la sublime Harriet Andersson, dont le portrait de Karin, jeune femme hyper-sensible et atteinte de schizophrénie, marque au fer rouge. Encore du sous-texte incestueux bien bergmanien, mais toujours dénué de vulgarité et jamais scabreux. Max von Sydow et Gunnar Björnstrand font bien entendu une autre démonstration de l'immense talent qu'on leur connaît. Quatre personnages sur une île magnifique, dont les vies seront à jamais transformées en à peine deux jours. Allégorie de Dieu en tant qu'araignée concupiscente. Tout ça et bien autre chose.

Winter Light

L'histoire est simple: un pasteur veuf et mélancolique remet en question sa foi et le but de sa propre existence et se trouve confronté à son impuissance lorsqu'un homme suicidaire vient lui demander son aide. Ce film n'a rien de joyeux, cela va sans dire. C'est une oeuvre triste et profonde, minimaliste dans sa construction, mais d'une beauté indéniable. Gunnar Björnstrand, Max von Sydow et Ingrid Thulin sont extraordinaires dans leurs rôles respectifs et arrivent à soutenir un film dans lequel il ne se passe "rien".

Shame

Une étude de la guerre vue de l'intérieur: ses effets directs sur la population et les tourments qu'elle entraîne. Rien de politique dans ce long métrage, la guerre n'étant pas même identifiée, même si l'on devine que ce doit être la deuxième. Fidèle à lui-même, Bergman se concentre sur la psychologie des individus, dans ce cas-ci sur celle de Jan et Eva, interprétés par Max von Sydow et Liv Ullmann.

La qualité du jeu de ces derniers y est pour beaucoup dans la puissance émotive du film. On a affaire à des acteurs de renom et ça paraît. Les fluctuations émotives des personnages sont si bien illustrées qu'on croirait vivre l'action avec eux. À ma connaissance l'un des seuls Bergman avec des "effets spéciaux". Il n'exploite pas ici les névroses d'individus choyés et se concentre davantage sur la misère noire des gens normaux.

Le film a été tourné sur la magnifique île de Fårö en Suède, sur laquelle Bergman a vécu jusqu'à la fin de sa vie. Sven Nykvist a su exploiter à merveille les paysages environnants et livrer un superbe travail de photographie, comme il nous y a habitué. Les dernières scènes sur l'eau sont particulièrement sublimes et lorsque Jan, Eva et les autres rescapés tombent sur la horde de corps morts flottants, on assiste à un prodige visuel qui reste imprégné dans notre mémoire.

Scenes from a Marriage

Cinq heures de dialogues et on ne s'emmerde pas une seconde. "Scenes from a Marriage" est un tour de force incroyable. Liv Ullmann et Erland Josephson supportent à eux deux la totalité du long métrage, à l'exception de quelques rapides apparitions çà et là d'autres personnages. Quels acteurs hallucinants. Une analyse poignante et humaine de la relation de couple, de l'amour, de l'angoisse de se perdre en soi et de ne jamais se retrouver. Et le plus fou, c'est que "Scenes from a Marriage" est à la base une mini-série pour la télévision. En terme de qualité, on est loin de notre Virginie et de nos Poupées Russes...

Fanny and Alexander

C'est le genre de film qui se place dans la catégorie des expériences. On sait qu'il va nous suivre toute notre vie, et que chaque nouveau visionnage sera tout aussi enrichissant que le précédent. Une oeuvre qui vieillit avec ses spectateurs. Bergman y a mis ses trippes, son coeur et plus encore. Toute son expérience en tant que cinéaste mais également en tant qu'homme est mise à profit dans ce qui devait être son dernier film, son chant du cygne. On se laisse bercer par la splendeur des scènes sur lesquelles on vogue tranquillement, oubliant tout à fait les cinq heures qui semblaient a priori si imposantes.

Le travail des acteurs ne pourra jamais être salué à sa juste mesure. Chacun y fait un travail plus que remarquable, avec une mention spéciale à Jan Malmsjö pour son interprétation poignante du terrifiant évêque et au jeune Bertil Guve qui devait avoir beaucoup de pression et s'en est admirablement bien tiré. Mais au-delà de la profondeur du scénario et du réalisme des dialogues se trouve le sublime, impeccable travail de photographie de Sven Nykvist. Sa maîtrise de l'éclairage et des agencements de couleurs confère un charme onirique à chacune des scènes et Bergman lui doit définitivement beaucoup. Sans lui, tout n'aurait probablement pas été si magique. Un chef d'oeuvre absolu, une des plus belles oeuvres cinématographiques qu'il m'ait été donné de voir. Un cadeau des dieux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Un autre sujet pour plugger tes images et le fait que t'as vu un grand classique à TV, ben oui.

C'est quoi tu vas nous nommer tous les réalisateurs obscurs ou pas que t'aime même pas dans le but de nous montrer à quel point t'es tout d'un coup "connaisseur" en cinéma et capable d'écrire.

Ta gimmick d'aimer Toy Story ey Cunnylinguist était meilleure.

Sinon, j'ai adoré Wild Strawberries pi c'est ça.

Modifié par Louise Cyphre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si un jour je deviens réalisateur de films, je vais tourner un snuff movie avec toi dans le rôle principal et je vais revendre les images de ton meurtre à des hommes très très riches et très malsains pour une fortune.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Saraband" c'est pas son meilleur film faut dire. Bergman ça demande de la patience et une certaine maturité (c'est dit sans aucune prétention). C'est de l'art cinématographique avant d'être du cinéma de divertissement, bien que certains de ses films offrent les deux.

"Hour of the Wolf" c'est extrêmement ardu, "The Virgin Spring" aussi. "The Serpent's Egg" c'est un contrat hollywoodien poche. Et "Face to Face" n'est jamais sorti en DVD. Honnêtement, je pense pas que le cinéma de Bergman va te rejoindre. Mais si tu veux absolument t'essayer, vas-y pas avec "Hour of the Wolf"...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai vu que deux films de Bergman pour l'instant mais je suis très motivé pour ce qui est de continuer à explorer sa carrière cinématographique, petit à petit.

Wild Strawberries était très bien, surtout au niveau du dialogue et de l'exploration des personnages, en étalant des sujets très viscéraux sans jamais forcer la note.

Cries and Whispers avait commencé un peu mal pour ma part. Je n'ai pas été capable de m'attacher aux soeurs qu'on me présentait ni à la situation. Cela dit, après quelques références au passé qui m'ont laissé sur ma faim, le film a pris du galon et a fini par me donner quelques bonnes claques sur la gueule. Excellente interprétation et symbolique riche, j'ai vraiment aimé.

Depuis, je me suis procuré (en plus de ces deux là que j'ai acheté, avant de passer mes copies au suivant - désolé Humbert), The Passion of Anna, Persona, Fanny and Alexander et The Seventh Seal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un autre sujet pour plugger tes images et le fait que t'as vu un grand classique à TV, ben oui.

C'est quoi tu vas nous nommer tous les réalisateurs obscurs ou pas que t'aime même pas dans le but de nous montrer à quel point t'es tout d'un coup "connaisseur" en cinéma et capable d'écrire.

Sa mère lui a donné le livre ''les 1001 films que vous devez avoir visionné dans votre vie'' pour sa fête, quess tu veux c'pas d'sa faute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sanstitrexjb.png

C'est dommage, parce que je savais déjà que ta réponse n'allait rien apporter au sujet. Je savais d'avance que tu allais me lancer un semblant d'attaque quelconque.

p.s.: C'est ce livre-là:

763243-f.jpg

Ah et vous me cernez plutôt mal. Je n'ai jamais tenté avoir l'air d'un connaisseur en matière de cinéma. Je ne l'ai jamais caché: je suis un néophyte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme si le fait de recevoir un livre comme celui-là était honteux.

Ça peut être un excellent moyen de faire des découvertes. Vos gueules et laissez la jeunesse à ses passions.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai vu Through a Glass Darkly dernièrement, et j'approuve à peu près tout ce que Humbert a souligné jusqu'ici, surtout pour la qualité du traitement de l'image et des jeux de lumière, en plus de la symbolique à la fois forte et subtile couvrant de nombreux sujets (l'inceste presque inaperçue, la manifestation déitique dans le mur du grenier).

Cela dit, là où mon opinion diffère, c'est au niveau de l'interprétation. Bien que plusieurs moments soient réussis, il y a tout de même un lot de segments à la candeur exagérée et au ton plus ou moins juste, typique des années où le film a été tourné, mais néanmoins, à mon sens, dérangeant. Cries and Whispers, bien que dix ans plus tard, me convient tout de même mieux à ce niveau, et demeure mon Bergman favori à ce jour.

J'ai voulu jeter un coup d'oeil à The Seventh Seal, mais le film a bogué après une demie-heure, sans jamais vouloir continuer plus loin. Le type qui m'a vendu ça sur ebay va entendre parler de moi!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas grand-chose à amener dans ce sujet, sinon que ma scène d'auditions dans les écoles de théâtre était une scène du film Persona, de ce réalisateur. On jouait la scène où Alma confronte enfin Élizabeth, une scène tellement intense psychologiquement. Je suis pas critique de cinéma, alors c'est difficile pour moi de décrire pourquoi j'ai aimé cette histoire et surtout pourquoi elle est si intéressante. Je peux dire du moins que c'est une histoire qui raconte à travers un exemple tellement bien choisi et ficelé la trahison, l'admiration néfaste qu'on a pour quelqu'un qu'on idéalise, l'amour blessé, etc. J'ai lu le scénario du film et j'ai adoré imaginer tout ce que je lisais... Je sentais qu'inconsciemment ça venait vraiment me parler. J'ai bien hâte de l'écouter, mais je sens que je vais devoir m'armer d'une bonne boîte de mouchoirs !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai vu que Persona, Cries and Whispers et The Seventh Seal. Il est vrai que Persona et The Seventh Seal sont très lents, mais je ne comprends pas comment on peut s'ennuyer au cours de ces films. L'écoute des films de Bergman doit se faire de façon active, il faut un certain investissement de la part du spectateur pour pouvoir les apprécier - selon moi.

Sinon, Cries and Whispers, étrangement, ne m'a pas du tout paru lent, mais ce qui est paradoxal, c'est qu'il ne se passe rien durant le film. Les personnages sont si passionnants - la relation entre l'homme et la femme, dont je ne me souviens pas des noms, particulièrement - qu'on ne peut s'empêcher d'éprouver du plaisir à visionner ce film.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Cries and Whispers" est le seul Bergman dont je me sois départi, et je commence à me dire que j'ai fait une erreur. À voir vos commentaires, j'aurais sans doute gagné à lui donner 2-3 visionnements. Je me souviens que j'avais beaucoup admiré le film, mais en me demandant si j'allais jamais avoir réellement envie de le regarder de nouveau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À vous lire, je crois que je vais me mettre à regarder les films mentionnés !

Vos commentaires me donnent le goût !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...