Aller au contenu
Darklua

Postez vos poèmes, récits, nouvelles

Déchet(s) recommandé(s)

C'est nul à chier tes trucs Cheval, pas de rythme ni de couleurs... Juste des one liners incohérents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yup Yup.

L'important c'est de faire fondre la fille au bout de la ligne.

De plus je n'ai aucune connaissance théorique en poésie.

C'est très amusant d'écrire des one liners.

Et l'important, c'est d'avoir du plaisir? Non? = )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça ne vaut que pour les judéo-chrétiens tous ça.

Allez me lire un peu d'exploréens et nous reparlerons du plaisir vis-a-vis l'écriture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yup Yup.

L'important c'est de faire fondre la fille au bout de la ligne.

Ouais. Pour moi, tu réussis. :sante-bud:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Amour? Vous avez l'amour beaucoup trop propre pour moi.

À écrire une lettre d'amour à une nouvelle meuf, ça irait surement dans cette optique là:

"Sur moi tu criera, si tu le veux,

Je suis plus patient que je ne le devrais.

On discutera, de science, de tes cheveux.

Ça sera moins pertinent que je pensais.

Je m'irriterai, tu ne sera pas d'accord avec ce que je dis...

C'est évident, pourtant! mais tu ne voudra pas comprendre.

Prétentieux, borné, et tellement trop sur de lui.

C'est ce que tu crachera un jour ou deux avant de me reprendre.

Tu sera fâché pour rien mais je serai celui qui te consolera.

Tu dira que j'm'occupe pas d'toi et ça sera peut être un peu injuste.

Nous bouteillerons tout les soirs en s'enivrant de ci et ça

Puis tu m'reprochera de ne rien faire de ma vie, de n'être qu'un rustre.

Pis d'autre et cetara qui ferra qu'en gros on s'emmerdera pas.

Je vais t'acheter des fleurs sans raison et tu deviendra tout de suite inquiète.

En entrant de bonne heure à la maison tu pensera qu'j'ai couru la galipette.

Finalement pour te venger tu me refileras l'herpès ou la chlamydia.

Mais en tout cas, ça en vaudra certainement la peine!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si je reçois un truc du genre un jour, je laisse le gars. C'est même pas drôle et c'est rempli d'amertume. L'amour, ce n'est pas tout le temps des déchirures...

Il ne semble même pas y avoir de plaisir dans ton poème.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est mon système de filtre. Ta échoué. Tu couchera jamais avec moi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nanon. Ta lettre est bcp trop raisonnable pour être une lettre d'amour.

Et ce parce qu'elle n'est pas écrit dans un contexte d'amour.

Je vais t'acheter des fleurs sans raison et tu deviendra tout de suite inquiète.

Voyons. T'es ben trop poétique pour me faire croire que tu dirais ça à une fille dans le but de lui ouvrir le coeur à grand coup de pince hydrolique en velours.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le but c'est de fermer le coeur le plus possible, si à ce moment il reste quand même une brèche pour y entrer, là t'es en business.

L'amour, c'est trop important pour laisser ça aux émotions me disait mon ami Wilde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La raison ne saurait qu'en faire. Peut-être la recycler ou l'utiliser pour son profit.

Moi j'y vais totalement de l'autre coté. Ouvre grande la voix qui même à la passion, ainsi, quand à la tomber de la nuit tu disparaitras, les chemins et les lieux de tes conquêtes porterons ton nom.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mets tes quétaineries de côté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le plus récent, v'là quelques jours, bien gelé comme il faut

"La salle"

écrit par Sovannak Ké, 18/08/09

***

Alors il n'y avait qu'une salle.

À l'intérieur se retrouvaient 3 hommes.

Le premier, avec une petite coupe bien droite, une grosse moustache sous le nez.

Un corps musclé, on voit bien qu'il possède une force supérieure à la majorité des gens.

L'autre, un petit, maigrichon, avec un air de raton-laveur à la recherche

d'un désir quelconque.

Le troisième était un homme habillé en veston-cravate. Il disait:

"Allons, allons, les hommes, cessez cette chicane, vous ne vous entendez même plus crier,

essayez d'être plus civilisés, voyons!

Maintenant que j'ai votre attention, j'aimerais que l'un de vous deux me raconte

la raison de cette querelle étourdissante?"

L'homme musclé dit:

"Moi je veux utiliser cette salle pour m'entraîner, toute l'équipement est ici,

prêt à me servir, moi qui le désire, ici présentement en ces moments exactes."

Sur ce le petit maigrichon répliqua:

"Et moi qui reviens d'une longue journée pénible au bureau!

Tout ce que je veux, c'est m'étendre ici-même et regarder un bon film.

Sur ce, je pourrai enfin aller me coucher avec la conscience tranquille,

au lieu d'un paquet de stress et de peurs quant à la journée qui s'offre à moi demain,

au bureau... La photocopie de l'Enfer!"

Les 3 s'échangeaient les regards, tantôt à gauche, tantôt à droite, et ainsi de suite.

Ils s'analysaient, se devinaient, se... silence brisé.

"Cette salle sera pour vous, l'homme musclé.

Vous pourrez l'utiliser à votre guise et ainsi

lorsque vous serez satisfait, vous pourrez céder la place à cet individu ignoble." insista

l'homme veston-cravate. Le maigre, étonné et surtout, outragé, cria justice! Justice! et après maintes reprises,

sans succès, il se résigna à demander des explications. Ce qu'il eut instantanément sur demande.

"Je vais t'expliquer, petit bonhomme, pourquoi je juge que cette conclusion est préférable.

Lui, ressent des besoins, nés de la passion elle-même. Il voudrait s'entraîner, c'est sa dose

quotidienne pour se sentir vivant. Et surtout, en pleine santé. Ceci étant un petit argument relatif à ton questionnement fort bête, en voici un autre. Il ne va pas utiliser cette salle si longtemps, tandis que toi tu risques d'y passer la nuit. Imagines si tu veux relaxer de tout ton ô si atroce stress, en sachant qu'un homme derrière la porte t'attends impatiemment, pour pouvoir faire travailler ses déjà-énormes-muscles?

Toi par exemple, crapaud si important, qui ne désire que ta petite dose de télévision,

pour fondre devant ton écran, et te laisser aller. Comme si un petit rat à l'intérieur de ta tête te jouait une chanson à la flûte, et toi tu écoutes et tu te dis "Ah ça, j'aime bien,

c'est pas si mal. Ça ne me dérange pas du tout." Tandis qu'en réalité tu devrais plutôt réagir ainsi:

"Mais!? Qu'est-ce que c'est? Qui fait ça? Comment fais-tu ça? Pourquoi fais-tu ça...

Mais pourquoi? et comment? QUI !?"

Tu préfères te faire bercer par un mécanisme étranger, ce qui est souvent allié à dangereux.

Tu détestes ta vie assez pour vouloir continuer ce cercle vicieux de stress et dé-stress

artificiels? Eh bien ainsi sera donc la manière que finiras ta soirée, mais seulement

après que cet homme ait terminé sa session d'entraînement. Maintenant, va!"

L'homme quitta la salle en grognant des mots incompréhensibles.

Les deux derniers se regardèrent, et l'un d'eux chuchota, avec un air surpris:

"Ça a marché!

...Maintenant, fais-moi l'amour, mon gros cochon!

-Je n'attendais que ça."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mets tes quétaineries de côté.

Comme ça on va pouvoir continuer de discuté de ta grande insensibilité et de ton hymen facial.

Les images.

Un mot vaut milles images.

À l'exposition des multiples astres identitaires.

Pour qui noir est vraiment noir.

Il est le contraire du blanc.

Il n'est pas jaune.

Une double négation alors.

Un contraste qui n'est pas une couleur.

Noir est alors un concept.

Il découle d'idéologie plus abstraite d'humain en humain.

Et pour qui tout est relatif en lui-même.

Les contradictions intra-personnel ne cesse de déformé les ligaments de nos bases conceptuels.

Suis-je se que je dis être de moi-même ou bien alors se qui se dit de moi.

Ne suis-je seulement que ce choix?

Quelle simple question que "ou".

Quand on doit juger d'une existence.

L'identification de cette même idée n'est qu'une question d'adjectif.

Une coloration différente dans le classeur humain.

Une teinte personnel.

Un mot qui définit l'auteur qui signe sa propre existence.

Noir.

Un mot me définit.

Un mot vaut milles images.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as juste aucun talent. Et on sent clairement que c'est pas du tout travaillé.

J'en ai lu de la cochonnerie poétique surtout sur le 2.0, et encore... de la prose pas de rythme, pas de rimes, pas de couleur justement ; c'est même pas de la poésie, mais t'es le seul avec qui je tiens à insister parce que ça fait vraiment pitié. Tu réussis même pas à avoir un style.

Abandonne. (en arrêtant de poster tes cacas nerveux)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Haha!

Ce que tu peux être nuisible!

Sale petit mésopotamien.

La volonté ça fait tout.

Tu devrais l'apprendre.

Il faut également de la patience.

Et surtout, ce fait plaisir! Même si sa peux parfois signifier être un scatophile littéraire.

Voici à titre d'exemple ce que la volonté à fait avec moi entre 2005 et 2008.

flagcanada.png

La_figure_by_dead_barbie.jpg

= )

Connard.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Lèse i-mage

Un mot vomit l'image

des mules pleusastres

con traire

con traste coule heure

lors un con

traite main en main.

tif en lui

radic tra-pers basecon

je se que je se qui se di dem.

cech

tion que ou

questif.

ce rhume

te pers.

gne prex

mome dé

Un mot vomit l'image.

Peut-être que comme ça, tu comprendras mieux ce qui luxe l'oreille de Gemini dantézécrits.

Modifié par Dahut

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Houlala.

Pauvre vieux, désolé! ( C'est pas sincère, voyons. )

Mais c'est bien vrai et je ne contredirais personne en ce qui est de mes connaissances et de mes pratiques poétiques.

C'est plutôt abyssal. Mais en ce qui concerne l'abandon, c'est peut probable.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

T'as juste aucun talent. Et on sent clairement que c'est pas du tout travaillé.

J'en ai lu de la cochonnerie poétique surtout sur le 2.0, et encore... de la prose pas de rythme, pas de rimes, pas de couleur justement ; c'est même pas de la poésie, mais t'es le seul avec qui je tiens à insister parce que ça fait vraiment pitié. Tu réussis même pas à avoir un style.

Abandonne. (en arrêtant de poster tes cacas nerveux)

La poésie n'est pas juste un tas de mots rassemblés pour faire des petites rimes connes à la Celine Dion qui écrit pas ses chansons (d'ailleurs). La poésie peut avoir de la couleur, certes, elle peut aussi être écrite en prose, travailler de manière à être intéressante. mais elle n'a pas besoin nécessairement d'un rythme, d'être composée en alexandrin, qui aujourd'hui commence à compter les pieds dans ses vers. Si on parle de slam, ou de musique, oui peut-être. Sinon la rime...c'est nice faut juste savoir user d'originalité et preuve de culture...faire un poème ne nécessite pas simplement du travail mais aussi de la créativité... et possède un champs très large mais a aussi ses limites:P

une strophe écrite y'as pas longtemps

J'crash mes univers

J'crash, j'crache j'cache

des tas d'étoiles dans mes poches

j'ai une nébuleuse dans mon cerveau

J'ai des étoiles plein la bouche

du sang de fraise dans les cheveux

Je te compte des histoires

Mon homme à soir

Y'a des plumes qui tombent

de mes ailes qui volent pas anyway

J'crache mes univers sur les toiles

J'ai pu d'eau pour m'arroser

la ville, elle est moche

Est moche comme la moquette

Verte du voisin d'à coté

J'te compte des histoires

Y'en a pas dix y'en a 30

Des anecdotes plantés dans'terre

Y'a des cellules en hélicoptère

Y'a un Québec bipolaire

sur ma route, le cancer de la démocratie

Y'a des bout'en train qui s'font collision

À Québec, c'est le festival des spectres

De Montréal avec leurs bull'd'oseurs

Au mois de juin, de juillet ou en aout

y fais pu ben ben frette

On cuit, pis on mange du poulet

J'suis pas partie des Québécois

J'pas Adéquitriste pis j'pogne pas

Un harper entre les conservateurs

J'pas souverainiste, j'sais juste pas

j'suis juste Québec-bipolaire

J'crache mes univers sur des toiles

de mots qui pleurent des violoncelles

qui violent des lois d'avortements

Y'a comme 2-3 familles qui s'tuent

Des automobiles qui chient du sang

sur la route d'la mort

Depuis un petit bout de temps

La crise pseudo-économique

Ailleurs y'ont de la misère,

Vois tu Obama y meurt

Sous la tonne de job

Y'a la grippe H1N1

qui est dans les numbers ones

des articles du Soleil ou du Journal de Québec

Y'a les bateaux qui s'font attaquer

Par les pirates d'la mer qui s'déchaine

Y'as des milliers de tremblements de tête

Dans l'monde, en chine,

Tut'dit hey coudonc...

Les univers s'crash tu seul

Je te compte des histoires

Mon homme à soir

Y'a des plumes qui tombent

de mes ailes qui volent pas anyway

J'crache mes univers sur les toiles

J'ai pu d'eau pour m'arroser

la ville, elle est moche

Est moche comme la moquette

Verte du voisin d'à coté

Un poisson à l'oreille

Une ampoule dans la gorge, quoi

Ils chantent des chansons

des chansons, des tounes tristes

des hivers quoi

Et ces gens

Dans le creux de leurs aisselles

Ils ont peur, ils ont le coeur à l'envers

Ils chantent des sourires, quoi

Ils ont peur merde j'ai coulé au fond

Et là ces gens

Ils sont morts d'horreurs

ils ont envie de faire l'amour

aux oursons aquatiques

Ils ont peur, quoi

Ils meurent, eux là-bas

Ils se masturbent le ravin

Ils ont peur, ils sucent le bois

du coeur de la pierre

Ils ont du venin dans le vagin. quoi

Ils ont peur, ils mouillent

comme des poissons dans l'herbe

Et là ces gens

Un poisson à l'oreille

Une ampoule dans la gorge, quoi

Ils chantent des chansons

des chansons, des tounes tristes

des hivers quoi

Modifié par Darklua

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×