Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 12 heures, Chicken of the infinite a dit :

 

Tu mérites le meilleur ma grande. Tu n'es pas responsables des mauvaises actions des autres, déculpabilise de ce qu'on t'a fait. 

Puis ramenez vous en Europe les deux, je vous vois tellement bien à Berlin.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2019-02-08 à 16:48, Fred Yankee a dit :

"Mon nemesis". 

Sacrament, c'est fort comme terme, surtout que c'est suivi de "enfin y me payer une thérapie au privé". 

J'avoue que c'est complètement exagéré.

Pour clarifier, mon nemesis ma peur ce n'est pas lui, mais ce sont les souvenirs traumatisants de lui (ça ne me prend pas grand chose pour être traumatisé, j'ai pas été battu tsé.) Le fait que je le décrive avec autant d'intensité, ça montre que j'ai besoin de travailler sur mes émotions.

@Chicken of the infinite T'es un exemple d'émancipation pour le forum, belle femme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Erm je me sens un peu plus heureuse qu'il y a deux heures.

Je pleurais parce que je me sentais seule et mon chum m'a "chicané" comme quoi que je ne sortais jamais de chez nous et que je travaillais/gym/dormais et whatever j'étais bizarre.

Il m'a fait un pep talk et j'ai apellé deux personnes que j'avais envie de voir et j'ai set up des rendez-vous. Ça peut vous sembler con mais c'est big pour moi.

Donc, c'est ça.. à venir ----> BRISER L'ISOLEMENT.

J'imagine que ça fait partie des étapes à faire pour une personne schizo. Je me concentrais trop job/gym/bien manger mais il y a une multitude d'autres choses à faire.

C'est compliqué, mais c'est ça la vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Chicken of the infinite a dit :

Erm je me sens un peu plus heureuse qu'il y a deux heures.

Je pleurais parce que je me sentais seule et mon chum m'a "chicané" comme quoi que je ne sortais jamais de chez nous et que je travaillais/gym/dormais et whatever j'étais bizarre.

Il m'a fait un pep talk et j'ai apellé deux personnes que j'avais envie de voir et j'ai set up des rendez-vous. Ça peut vous sembler con mais c'est big pour moi.

Donc, c'est ça.. à venir ----> BRISER L'ISOLEMENT.

J'imagine que ça fait partie des étapes à faire pour une personne schizo. Je me concentrais trop job/gym/bien manger mais il y a une multitude d'autres choses à faire.

C'est compliqué, mais c'est ça la vie.

Arrange-toi pour pas le perdre celui-là, y'a l'air vraiment précieux!!!

Courage! Les choses avancent toujours juste un petit peu à la fois, mais tant que ça avance et que tu es fière!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une heure loin de ma mie,
Je crus être privée d'elle un an.
Plein de haine alors pour la vie,
Puis-je vivre sans elle un instant ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Lux a dit :

Une heure loin de ma mie,
Je crus être privée d'elle un an.
Plein de haine alors pour la vie,
Puis-je vivre sans elle un instant ?

Ode à la marijuana?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

êtes-vous des aidants de proches souffrants de dépression ? comment vous vous en sortez ?

mes deux parents sont dépressifs de longue date (long story short, deux divorcés éclopés de la vie) et j'ai vraiment l'impression que depuis 4-5 ans, je suis graduellement devenue leur mère (mon frère étant devenu le père, en plus d'être un vrai père dans la vie t'sais). 

moi et mon frère envoyons à mon père une trollée de cash (genre, on parle de milliers de dollars par année) pour payer sa résidence de luxe et il faudrait en plus qu'on gère sa médication, car il a l'air de la prendre tout croche. ma mère a des ups and down, et durant ses downs, elle est NEEDY as fuck. 

je sais qu'il n'y a rien à faire avec les dépressifs à part être présents et patients, mais god que ça peut être lourd à certains moments. 

et ça ne s'ira pas en s'améliorant car ils sont en train de devenir old and crippled, avec tous les problèmes qui viennent avec. 

vie d'adulte, quand tu nous tiens. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

:bye:

J'ai aussi un parent qui a des épisodes sévères de dépression depuis plusieurs années.

Fais-moi signe si tu veux jaser, car je comprends le feeling et moi-même je ne sais pas comment faire pour m'en sortir par moment. Gérer ses émotions à titre d'enfant ET fournir un soutien c'est de loin une des choses les plus douloureuses que j'ai eu à faire.


 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Ecce Homo a dit :

êtes-vous des aidants de proches souffrants de dépression ? comment vous vous en sortez ?

mes deux parents sont dépressifs de longue date (long story short, deux divorcés éclopés de la vie) et j'ai vraiment l'impression que depuis 4-5 ans, je suis graduellement devenue leur mère (mon frère étant devenu le père, en plus d'être un vrai père dans la vie t'sais). 

moi et mon frère envoyons à mon père une trollée de cash (genre, on parle de milliers de dollars par année) pour payer sa résidence de luxe et il faudrait en plus qu'on gère sa médication, car il a l'air de la prendre tout croche. ma mère a des ups and down, et durant ses downs, elle est NEEDY as fuck. 

je sais qu'il n'y a rien à faire avec les dépressifs à part être présents et patients, mais god que ça peut être lourd à certains moments. 

et ça ne s'ira pas en s'améliorant car ils sont en train de devenir old and crippled, avec tous les problèmes qui viennent avec. 

vie d'adulte, quand tu nous tiens. 

Comment tu te sens par rapport au fait que tu doives le soutenir autant pour sa résidence de luxe? Qu'est-ce qui fait que vous avez prit cette décision là alors qu'il n'avait visiblement pas les moyens? Est-ce que tes parents se font suivre?

J'ai l'impression que ton frère et toi vous vous oubliez pas mal la dedans et que vous communiquez pas nécessairement à vos parents vos sentiments et vos besoins par peur d'en ajouter une couche sur leur état, dont vous n'êtes pas responsables. Est-ce que je me trompe?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Ecce Homo a dit :

êtes-vous des aidants de proches souffrants de dépression ? comment vous vous en sortez ?

mes deux parents sont dépressifs de longue date (long story short, deux divorcés éclopés de la vie) et j'ai vraiment l'impression que depuis 4-5 ans, je suis graduellement devenue leur mère (mon frère étant devenu le père, en plus d'être un vrai père dans la vie t'sais). 

moi et mon frère envoyons à mon père une trollée de cash (genre, on parle de milliers de dollars par année) pour payer sa résidence de luxe et il faudrait en plus qu'on gère sa médication, car il a l'air de la prendre tout croche. ma mère a des ups and down, et durant ses downs, elle est NEEDY as fuck. 

je sais qu'il n'y a rien à faire avec les dépressifs à part être présents et patients, mais god que ça peut être lourd à certains moments. 

et ça ne s'ira pas en s'améliorant car ils sont en train de devenir old and crippled, avec tous les problèmes qui viennent avec. 

vie d'adulte, quand tu nous tiens. 

 

il y a 58 minutes, Nanie Mo a dit :

Comment tu te sens par rapport au fait que tu doives le soutenir autant pour sa résidence de luxe? Qu'est-ce qui fait que vous avez prit cette décision là alors qu'il n'avait visiblement pas les moyens? Est-ce que tes parents se font suivre?

J'ai l'impression que ton frère et toi vous vous oubliez pas mal la dedans et que vous communiquez pas nécessairement à vos parents vos sentiments et vos besoins par peur d'en ajouter une couche sur leur état, dont vous n'êtes pas responsables. Est-ce que je me trompe?

Elle a tout à fait raison. Être aidant, c'est d'abord penser à soi-même. Parce que sinon c'est impossible de prendre soin des autres. Il existe par ailleurs plusieurs ressources pour les aidants naturels, faudrait voir avec votre médecin/CLSC etc. Des groupes de soutien, des ressources de répit, de l'aide psychologique... Faut savoir bien s'entourer.

Et puis si vos parents ne sont pas suivis, il faut apprendre à lâcher prise de votre côté. On ne peut rien pour les gens qui ne se prennent pas en main ou qui n'avancent pas. Faudra peut-être apprendre à vous détacher émotionnellement d'eux par rapport à leur situation médicale. Ce qui n'empêche pas votre relation parent-enfant, mais qui peut la compliquer, j'en conviens. Les prendre dans leurs bons ou mauvais moments, mais ne pas s'impliquer émotionnellement et se dire que ça va passer quand ils sont dans des mauvaises passes.

Elle soulève aussi un excellent point quant à la maison de votre père. Je ne crois pas que ce soit à vous d'assumer ces coûts, aussi culpabilisant soit-il de dire non. Vous devriez envisager une conversation officielle avec lui: soit il change de mode de vie pour quelque chose de plus approprié à sa situation, soit vous cessez de l'aider financièrement. Ce n'est pas être indiviualiste, ce n'est pas un manque de soutien de votre part. La situation ne semble pas temporaire, ce n'est pas de l'aide sporadique comme on peut parfois en avoir besoin dans la vie. Vous n'avez pas à supporter un proche pour un train de vie au-dessus de ses moyens.

Il ne faut pas céder au chantage émotif.

Surtout, vous n'êtes pas les parents de vos parents. Feriez-vous la même chose pour votre meilleur ami? Pour votre frère ou soeur? Pour un oncle ou une tante dont vous êtes proches? Pour vos grands-parents? Probablement pas...

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 47 minutes, FosseAsceptique a dit :

Et puis si vos parents ne sont pas suivis, il faut apprendre à lâcher prise de votre côté. On ne peut rien pour les gens qui ne se prennent pas en main ou qui n'avancent pas. Faudra peut-être apprendre à vous détacher émotionnellement d'eux par rapport à leur situation médicale.

Je sais pas trop comment amener ça, mais il ne faut pas lâcher prise le moment où les parents refusent d'être suivis - parce que c'est l'étape la plus difficile pour des gens en dépression.

Il ne faut pas lâcher prise, il faut simplement réinvestir le même effort déjà investie: au lieu de payer sa maison, de prendre son temps pour servir de psychologue et l'écouter et être patient, il faut prendre cette énergie là pour faire en sorte qu'ils soient suivis - prendre les rendez-vous, aller les reconduire aux rendez-vous, faire un suivis des rendez-vous, etc. 

Faire les efforts pour consulter est probablement l'étape la plus difficile pour des gens en dépressions, et c'est à ça que les proches devraient investir leur énergie pour aider. 

Je crois personnellement que c'est faux que la seule chose à faire est d'être présent et patient, je trouve ça un peu fataliste (et je suis très fataliste pourtant), ça prend un suivis et des opinions de professionnels parce qu'il peut y avoir tout plein de symptômes possibles (genre... manque de vitamines D!)

Faut pas tomber dans le cercle vicieux du "parent dépressif qui croit que plus rien ne vaut la peine et qu'y'a aucune solution et donc refuse de consulter -> enfant qui ne croit pas que ça soit possible de régler le problème et que la seule chose à faire est d'endurer", il faut briser le Cercle du Désespoir. Y'a des milliers de témoignages de gens qui sont sortie de dépression, c'est tout à fait possible.

Mais c'est pas possible si la personne qui fait l'écoute n'a aucune criss d'idée de comment faire, cependant. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Gamin a dit :

Je sais pas trop comment amener ça, mais il ne faut pas lâcher prise le moment où les parents refusent d'être suivis - parce que c'est l'étape la plus difficile pour des gens en dépression.

Il ne faut pas lâcher prise, il faut simplement réinvestir le même effort déjà investie: au lieu de payer sa maison, de prendre son temps pour servir de psychologue et l'écouter et être patient, il faut prendre cette énergie là pour faire en sorte qu'ils soient suivis - prendre les rendez-vous, aller les reconduire aux rendez-vous, faire un suivis des rendez-vous, etc. 

Faire les efforts pour consulter est probablement l'étape la plus difficile pour des gens en dépressions, et c'est à ça que les proches devraient investir leur énergie pour aider. 

Je crois personnellement que c'est faux que la seule chose à faire est d'être présent et patient, je trouve ça un peu fataliste (et je suis très fataliste pourtant), ça prend un suivis et des opinions de professionnels parce qu'il peut y avoir tout plein de symptômes possibles (genre... manque de vitamines D!)

Faut pas tomber dans le cercle vicieux du "parent dépressif qui croit que plus rien ne vaut la peine et qu'y'a aucune solution et donc refuse de consulter -> enfant qui ne croit pas que ça soit possible de régler le problème et que la seule chose à faire est d'endurer", il faut briser le Cercle du Désespoir. Y'a des milliers de témoignages de gens qui sont sortie de dépression, c'est tout à fait possible.

Mais c'est pas possible si la personne qui fait l'écoute n'a aucune criss d'idée de comment faire, cependant. 

Merci de préciser et détailler, je ne suis pas bonne avec les mots.

Tu as raison, ce n'est pas lâcher prise, c'est se repositionner face à quelqu'un qui a un problème qui nous touche émotionnellement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je soupçonne un mal du pays. 

Un mal spirituel dont le seul remède est le retour aux sources.

Offre leur un billet d’avion.

Offre leur de l’alcool de sperpent.

Offre leur un œuf de cent ans.

Offre leur une pipée d’opium.

J’ai cet image du vieil Italien de Saint-Léonard  qui termine sa vie paisiblement dans son village d’enfance.

Révélation

mafieux dont la tête a été mise à prix ¿

 

Le parrallèle est un peu boiteux.

M’enfin c’est peut être juste une carence en vitamine D.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Ecce Homo a dit :

êtes-vous des aidants de proches souffrants de dépression ? comment vous vous en sortez ?

mes deux parents sont dépressifs de longue date (long story short, deux divorcés éclopés de la vie) et j'ai vraiment l'impression que depuis 4-5 ans, je suis graduellement devenue leur mère (mon frère étant devenu le père, en plus d'être un vrai père dans la vie t'sais). 

moi et mon frère envoyons à mon père une trollée de cash (genre, on parle de milliers de dollars par année) pour payer sa résidence de luxe et il faudrait en plus qu'on gère sa médication, car il a l'air de la prendre tout croche. ma mère a des ups and down, et durant ses downs, elle est NEEDY as fuck. 

je sais qu'il n'y a rien à faire avec les dépressifs à part être présents et patients, mais god que ça peut être lourd à certains moments. 

et ça ne s'ira pas en s'améliorant car ils sont en train de devenir old and crippled, avec tous les problèmes qui viennent avec. 

vie d'adulte, quand tu nous tiens. 

Il n'y a qu'une seule solution.

L'EUTHANASIE

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, mais plus sérieusement.. Gamin a raison. Il faut les guider à faire le pas d'être suivis et leur faire comprendre qu'il n'y a aucune honte à être malade et/ou dépressifs. La dépression se soigne assez facilement de nos jours... C'est comme avoir un gros bobo sur le pied.. Mais dans sa tête.

 

Pour ce qui est de la maison de retraite... Je travaille dans un CHSLD privé et pour 3000 par mois, ils ont des osti de bonnes conditions de vie. Je sais que ces maisons sont coûteuses et que tu te sente prise au piège... Mais c'est un beau cadeau que tu fais à ton père ..disons qu'il t'a donné beaucoup (la vie) et une bonne éducation. De l'amour et tout. Come on là t'es avocate, t'as une bonne vie et t'as eu une éducation assez suffisante, complète et entourante pour pas finir comme moi. 

Je sais que c'est du trouble et que c'est chiant, mais en faisant ce geste tu participes au cycle contraire qui a été ton développement de bébé à adulte.. En accompagnant ton père de son deuxième passage d'adulte à enfant. Pas autonome. C'est à ton tour de babysitter. Et c'est ça nos aînés, des être qui redesendent à un point infantile où on finit par se dire: pour le temps et la santé qu'il leur reste. -----> donnons leur un peu de dignité et d'amour.

Et payer pour une résidence de luxe c'est veiller à ce qu'ils bénéficie d'une bonne hygiène corporelle (2 bains semaine), qu'ils soient considérés de façon humaine... Respect, amour, bon repas, propreté, loisirs.. Pour le reste de chemin qu'ils ont à faire sur cette fucking terre de souffrance.

:ennui_du_meta:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Brunette pas nette a dit :

:bye:

J'ai aussi un parent qui a des épisodes sévères de dépression depuis plusieurs années.

Fais-moi signe si tu veux jaser, car je comprends le feeling et moi-même je ne sais pas comment faire pour m'en sortir par moment. Gérer ses émotions à titre d'enfant ET fournir un soutien c'est de loin une des choses les plus douloureuses que j'ai eu à faire.


 

Perso, je ne m'en souviens pas, j'étais trop jeune.. Mais ma mère a confié à quelqu'un (qui a fini par me le rapporter) ..que durant ma jeune enfance (7 à 9 ans) j'avais dû m'occuper d'elle et être "sa mère" en quelque sorte parce qu'elle était trop maganée. Dépression majeure.

Et comme tout le monde le sait.. Comme la dépression est un mal sérieux, il vient chambouler jusqu'au plus pronfondes racines de la personne malade.

Donc, ça nous fout entre les mains un personne pas fonctionnelle. Et triste à mourir.

Ma mère a fait plusieurs dépressions pendant mon développement et je doute que ceci n'a pas été très bon pour disons "la floraison" de ma personne.

C'est pas nice être le parent du parent. Ça vient bouleverser toute une quiétude et une stabilité de rôles pré-établis qui sont sensée être à la base de la famille nucléaire.

On inverse les rôles et *pouf*.. On perturbe tout le monde.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sans dire que tu n'as pas raison Chicken à propos de ce que tu as écris car j'estime que tu en sais plus que moi sur le sujet des résidences pour personnes âgés, je suis malgré tout intéressée à savoir comment elle se sent la dedans, pour vrai. Parce que décrire comment elle se sent à travers ça, pour vrai et sans se mentir, va surement l'aider à prendre des décisions qui la rendront heureuse, elle aussi.

Ça se peut qu'elle se sente pleine de gratitude envers ses parents et qu'au final elle se sente heureuse de faire ça, mais ça se peut que ce soit le contraire aussi, et ça serait tout aussi important qu'elle se l'admette à elle-même. Même pas obligé qu'elle l’écrive ici.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

il y a 19 minutes, Nanie Mo a dit :

Sans dire que tu n'as pas raison Chicken à propos de ce que tu as écris car j'estime que tu en sais plus que moi sur le sujet des résidences pour personnes âgés, je suis malgré tout intéressée à savoir comment elle se sent la dedans, pour vrai. Parce que décrire comment elle se sent à travers ça, pour vrai et sans se mentir, va surement l'aider à prendre des décisions qui la rendront heureuse, elle aussi.

Ça se peut qu'elle se sente pleine de gratitude envers ses parents et qu'au final elle se sente heureuse de faire ça, mais ça se peut que ce soit le contraire aussi, et ça serait tout aussi important qu'elle se l'admette à elle-même. Même pas obligé qu'elle l’écrive ici.

Ouais, j'avoue que je prêche pour ma paroisse.. Déformation professionnelle I guess.

Si elle n'a pas envie d'entretenir son vieux, elle a le droit. C'était peut-être un asshole.

Je me rapellerai toujours cet épisode de Bojack Horseman où il emmène sa mère dans la pire résidence et qu'il demande la pire chambre (celle qui donne sur les dumpsters dans la ruelle ----- même si il est fucking riche) et qu'il hold tellement a grudge contre elle pour lui avoir pourrit la vie, qu'il l'abandonne là même si à présent elle est atteinte de démence/alzheimer et ne le reconnaît même plus.

 

J'ai pleuré à cet épisode

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×