Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Le statut de Kai m'a donné une idée, en faire un sujet dawg!

Y croyez-vous?

Sur le statut on parle aussi de Henri Laborit qui a écrit un livre disant que l'amour n'existe pas, avec des explications anatomiques si je ne me trompe pas?

J'suis curieux de savoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

L'amour c'est une histoire de foi, une immense religion.

Si tu y crois, elle existe, cette histoire. Mais tu dois y croire fort-fort et t'en convaincre à chaque instant.

L'amour.

Certains prient qu'il vienne les frapper en plein cœur, d'autres maudissent son existence en rappelant qu'il ne crée que des dégâts sur son passage. Certains autres l'utilisent pour piéger des fidèles et les extorquer de leur virginité. Sans compter ceux pour qui il n'est qu'une invention du démon pour enchaîner l'Homme à l'utopie d'une vie de bonheur et d'exclusivité.

L'amour, c'est un idéal à atteindre, un sentiment de bien-être que les naïfs souhaiteraient permanent, une béquille nous permettant de passer au-travers des jours plus sombres et j'en passe.

Dans tous les cas, si quelqu'un a à aimer une fois dans sa vie, je crois qu'il devrait débuter par s'aimer lui-même. Narcisse était après tout l'homme le plus heureux du monde, car ultimement, l'amour nous isole d'une partie du monde. Et l'ignorance est le seul vrai bonheur, n'est-ce pas?

Et je crois que les obsédés des sentiments devraient arrêter de courir après l'amour comme un chien court après sa queue. Vous éviteriez de maladroitement trébucher lors de ces pathétiques relations que vous enchaînez et dont vous tentez à chaque fois de vous convaincre qu'elles sont cette fois-ci la bonne.

L'amour comme excuse pour être stupide? Non merci.

Modifié par Coup de Théâtre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Visiblement, CdT a jamais été dans une relation assez longue pour comprendre le vrai amour.

C'est pas de baiser à tout bout de champs.

C'est pas d'être dépendant de l'autre.

C'est pas d'en faire une idole.

C'est pas d'en avoir besoin pour vivre au point que ça te tue d'être seul.

À mon point de vue, l'amour se doit plutôt d'être comme le complément de quelqu'un. Tu dois aimer quelqu'un parce que tu sens que l'autre personne t'amène quelque chose dans ta vie. Mais habituellement, on s'en rend jamais compte assez tôt, et ça finit toujours mal. Car ce n'est pas tout le monde qui a le même point de vue et rares sont les personnes qui se ressemblent à 100%.

Faut vivre avec.

Mais en ce moment, je dois avouer que l'amour est une plaie béante dans mon petit coeur d'emo. Ça ne se regrette pas, par contre..

(PS: Messemble qu'à chaque fois que j'écris quelque part, y'a buddy spam qui me suit tout suite après..)

Modifié par Caßz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

On adore ces gens qui croient que tous ceux autour n'ont jamais rien vécu seulement car ils ont une opinion moins cheesy et irréaliste.

Modifié par Coup de Théâtre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Non, c'est juste que ce que tu amenais n'apporte pas grand chose à la discussion. Ouais, l'amour c'est un concept débilisé par la société. Mais c'en fait pas pourtant une émotion dénudée d'intérêt. Anyway, qu'est-ce que j'en sais de tes relations du passé. Tu dis probablement tout ce garbage pour te donner un petit air suffisant.

Si, au lieu de basher sur le concept même de l'Amour, tu parlais réellement de ce que tu penses de cette émotion, basé sur tes propres expériences ?

Modifié par Caßz

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Nos powètes québécois nous l'enseignent...

Pelchat pense que...

Aimer c'est la seule vérité

Aimer c'est devenir meilleur et grandir

Aimer c'est apprendre à écouter

Aimer c'est reprendre plutôt que maudire

Et Nicola Ciccone, lui, aime tout court...

Tous ces mots ce ne sont que des mots

L'amour n'est qu'un seul mot

Lorsqu'il est pur et simple

Tous ces mots ce ne sont que des mots

Je n'ai pas besoin d'eux

Pour te dire que je t'aime

Garou, en revanche, est plus excessif:

Pour l'amour d'une femme

Je tombe à genoux

Je vendrais mon âme

J'irais jusqu'au bout

Ainsi je suis né

Je suis condamné

Condamné à vie

A payer le prix

Que devra payer

Un homme qui se damne

Pour l'amour d'une femme

Toutefois, c'est Sardou, de l'autre côté de l'océan, qui paraît le plus sage...

Attention les enfants: danger

Il y a des papas paumés

Il suffit d'un courant d'air

Deux seins sous un pull-over

Et tout peut arriver

Attention les enfants: méfiance

J'ai promis des mensonges immenses

Vous en avez d'exemplaires

Mais au pays des faussaires

J'ai des années d'avance

Sur le statut on parle aussi de Henri Laborit qui a écrit un livre disant que l'amour n'existe pas, avec des explications anatomiques si je ne me trompe pas?

J'suis curieux de savoir.

Laborit: Ce que l’on appelle « amour » naît du réenforcement de l’action gratifiante autorisée par un autre être situé dans notre espace opérationnel et le mal d’amour résulte du fait que cet être peut refuser d’être notre objet gratifiant ou devenir celui d’un autre, se soustrayant ainsi plus ou moins complètement notre action.

Ce refus ou ce partage blesse l’image idéale que l’on se fait de soi, blesse notre narcissisme et initie soit la dépression, soit l’agressivité, soit le dénigrement de l’être aimé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Non, c'est juste que ce que tu amenais n'apporte pas grand chose à la discussion. Ouais, l'amour c'est un concept débilisé par la société. Mais c'en fait pas pourtant une émotion dénudée d'intérêt. Anyway, qu'est-ce que j'en sais de tes relations du passé. Tu dis probablement tout ce garbage pour te donner un petit air suffisant.

Si, au lieu de basher sur le concept même de l'Amour, tu parlais réellement de ce que tu penses de cette émotion, basé sur tes propres expériences ?

C'est bien mon droit si je ne veux pas me complaire dans tes crisses de généralités, comme ta merveilleuse perle : Car ce n'est pas tout le monde qui a le même point de vue et rares sont les personnes qui se ressemblent à 100%.

Fantastique.

Mais sinon, je ne bash pas l'amour, je ne fais que le ramener sur terre.

Ah ces soldats indéfectibles de l'amour. Comme s'il devait rester vierge de tout réalisme.

Et ai-je vraiment besoin de dire "MOI LÀ J'AI VÉCU ÇA" pour intégrer des fragments de mon expérience dans un propos quelconque?

Comme le format journal intime semble être le seul que tu puisses comprendre, voici ma suggestion pour toi :

872548-gf.jpg

Modifié par Coup de Théâtre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que ce soit chimique, hormonal, imposé, un dogme ou une illusion, je m'en sacre, même si c'est intéressant de lire toutes ces théories.

J'assume le fait d'être un être humain dotée de sentiments, de pulsions et de pensées. Et ça me rend heureuse d'être amoureuse et d'être aimée!

Je suis amoureuse de mon copain depuis 3 ans et je suis consciente que cela ne sera peut-être pas éternel alors je profite du bonheur que j'ai présentement, tout simplement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comme disait cette phrase tout droit sortie de mon ennuie: l'amour, c'est la mort molle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je présume qu'il est question du grand amour, et non pas de l'amour qu'on ressent pour son enfant, sa famille ou ses amis.

Oui, j'y crois. Mais ma vision du grand amour c'est transformé avec l'expérience. Je n'aime pas ma copine de la même facon que j'ai aimé ma première blonde. Les échecs amoureux m'ont rendu plus réaliste et terre à terre, mais jamais amer et cynique.

Je planifie faire ma vie avec ma copine, mais si par un grand malheur notre relation devait se solder par un échec, je sais que je pourrai très bien passer à autre chose (après quelques mois de récupération) et me trouver quelqu'un d'autre.

Je suis passé de l'amour romantique à l'amour complice. Je suis là pour elle, elle est là pour moi. Pour le meilleur et pour le pire.

La grande différence est que je n'idéalise plus ma copine. Lorsqu'on aime quelqu'un, c'est parce qu'on trouve que cette personne est extraordinaire. Mais il ne faut pas considérer quelqu'un d'extraordinaire au point de se sentir ou de se rendre inférieur. Une personne qui ressent un sentiment d'infériorité chez sa/son partenaire pensera qu'elle/il peut faire mieux et perdra son sentiment amoureux (sentiment que l'autre est extraordinaire).

J'aime beaucoup voir le grand amour chez les autres. Ca me touche énormément de voir un vieux couple heureux et complice, même après cinquante ans de fréquentation. C'est mon idéal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah oui mais le plus important, pour répondre à la question "Qu'est-ce que l'amour?" parce qu'y croire n'est plus un question, puisque ça existe bien réellement (au malheur des plus cyniques d'entre nous, les pauvres):

Donc, simplement et brièvement, qu'est-ce que l'amour? Un mélange bien dosé d'amphétamine, de phényléthylamine, d'ocytocine et de dopamine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'amour, peut être une raison de vivre, mais parfois elle peut être tellement destructrice.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'amour, peut être une raison de vivre, mais parfois elle peut être tellement destructrice.

Oh oui, tu as raison. Mais je pense que ce sont les personnes qui sont destructrices :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis dans une relation amour-haine avec l'amour. Je veux y croire de toutes mes forces mais chaque jour j'ai une flèche de plus à décocher contre cet idéal. J'ai parfois l'impression que l'amour n'est jamais totalement réciproque et que sous l'enveloppe de feu se cache une mécanique des plus simples à comprendre mais en même temps impossible à reproduire.

Comment quelqu'un d'éveillé et de conscient peut se laisser embarquer dans ces danses nuptiales de la séduction est encore quelque chose qui m'échappe. Cette situation implique soit d'avoir l'air fou, soit de se sentir comme tel. Dans les deux cas l'orgueil ne s'accorde définitivement pas avec l'amour. Normal, vous me direz, mais faut-il cesser de penser pour aimer? C'est peut-être un début de solution en ce qui me concerne...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(...)Ensuite c'est pas mal juste de l'attirance physique, de la routine et de l'amitié.

J'ai rencontré l'amour 4 fois dans ma vie, ce qui est pas mal chanceux. Mais je déménageais tout le temps, genre changer de ville, tout en restant dans la province. Mes amoureuses ne suivaient pas. Mais une d'entre-elles, celle de Montréal, est demeurée ma maîtresse durant 10 ans, vu que j'allais à Montréal par affaire environ une fois par semaine.

L'«amour», c'est ce qui peut venir ou non après la «passion».

La passion, c'est environ 50% de sexe et 50% d'insécurité. Quand l'insécurité fait place à la confiance, on trouve ce dont l'Idiome parle. C'est merveilleux, «l'âme soeur».

Je vous le souhaite à tous, et à moi pour une cinquième fois...

LOL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Laborit réduit l'existence humaine à un long processus de conservation de son organisme. Dans ces conditions il est normal de dire que l'amour "n'existe pas", bien que son propos soit infiniment plus nuancé que ça.

C'est juste qu'on aime l'autre parce que l'on s'aime soi-même et qu'on perçoit positivement la gratification exercée par les sentiments de l'être aimant. Tout ça ne change rien à l'action "sur le terrain".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis dans une relation amour-haine avec l'amour. Je veux y croire de toutes mes forces mais chaque jour j'ai une flèche de plus à décocher contre cet idéal. J'ai parfois l'impression que l'amour n'est jamais totalement réciproque et que sous l'enveloppe de feu se cache une mécanique des plus simples à comprendre mais en même temps impossible à reproduire.

Comment quelqu'un d'éveillé et de conscient peut se laisser embarquer dans ces danses nuptiales de la séduction est encore quelque chose qui m'échappe. Cette situation implique soit d'avoir l'air fou, soit de se sentir comme tel. Dans les deux cas l'orgueil ne s'accorde définitivement pas avec l'amour. Normal, vous me direz, mais faut-il cesser de penser pour aimer? C'est peut-être un début de solution en ce qui me concerne...

C'est comme l'alcool, il faut être faible pour se laisser embarquer. Il y a le même feeling dégueulasse en fin de course en prime.

Ce qui est triste c'est que tu te forces à espérer quelque chose que tu trouves ridicule. On est pas tous faits pour aimer, même si on nous rabâche ces conneries depuis l'enfance, tu peux dire non (et te moquer d'eux de loin).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut être maso un brin pour s'autoriser à subir ça. Sérieusement, ça arrive pas de sortir d'une relation sans se sentir stupide, abusé, etc. Les réveils sont toujours moches et ils n'en valent pas la peine aux yeux de tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×