Aller au contenu

Bouts de chansons ORGASMIQUES !


Déchet(s) recommandé(s)

La première «partie» (??) de la Fantaisie impromptue de Chopin me fait quelque chose. Quelqu'un se noie.

(Sur cette vidéo, l'orgasme s'arrête à 1:15)

À la fin de The Decline de NOFX, après les na na na (3:20 sur la vidéo), la vitesse qui augmente, Fat Mike et Melvin qui chantent tour à tour, les paroles... C'est tellement simple, mais tellement efficace.

Les paroles à partir de 3:20:

The going get tough, the tough get debt

Don't pay attention, pay the rent

Next of kins pay for your sins

A little faith should keep us safe

Save us

The human, existence

Is failing, resistance

Essential, the future

Written off, the odds are

Astronomically against us

Only moron and genius

Would fight a losing battle

Against the super ego

When giving in is so damn comforting

And so we go, on with our lives

We know the truth, but prefer lies

Lies are simple, simple is bliss

Why go against tradition when we can

Admit defeat, live in decline

Be the victim of our own design

The status quo, built on suspect

Why would anyone stick out their neck?

Fellow members

Club "We've Got Ours"

I'd like to introduce you to our host

He's got his, and I've got mine

Meet the decline

We are the queer

We are the whore

Ammunition

In the class war

We are worker

We love our queen

We sacrifice

We're soilent green

We are the queer

We are the whore

Ammunition

In the class war

Dans Electric Shock, le demo de Gorillaz, de 1:14 à 2:14.

http://www.youtube.com/watch?v=YWCnUqWFZ0w

Les premiers coups de violon dand l'Hiver de Vivaldi. Les coups de violon et les «pauses» rendent ça vraiment sexuel. Je niaise pas. (La montée de 0:25 à 0:36 est juste trop bonne. Mmm-mm!)

Dans ce vieil enregistrement de Kalinka chanté par le Choeur de l'Armée rouge, la voix du chanteur me fend le coeur. (Le type arrive à 0:40, mais écoutez du début.)

Ajout: Sa voix me fend le coeur et le chanteur arrive en divisant le choeur. Shit, j'suis sûr que c'était voulu de la part du réalisateur.

La toune du niveau des vignes épineuses dans Donkey Kong Country 2, Stickerbush Symphony. D'un bout à l'autre, c'est magique. J'ai toujours eu beaucoup de difficultés à faire ce «tableau» à cause de la musique. Poignant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un de mes morceaux préférés qui me trouble énormément depuis toujours. J'avais oublié de le nommer.

À 1:05 lorsque le refrain embarque, j'ai l'impression de m'envoler et de mourir. Oui, mourir.

Twisting and turning

Your feelings are burning

You're breaking the girl

She meant you no harm

Think you're so clever

But now you must sever

You're breaking the girl

He loves no one else

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans les pièces de Misteur Valaire, chaque fois que les cuivres embarquent, ce sont des moments forts en ce qui me concerne. Par exemple, dans

, de 2:39 jusqu'à la fin :

Dans Rome, de Phoenix, à partir de 3:34, j'aime beaucoup l'espèce de "build up" vers la fin.

Dans The Deadly Rythm, de Refused, entre 1:38 et 2:45. Ça débute par une section jazzy et légère, puis la dynamique change brutalement.

Dans Fix your Face (The Dillinger Escape Plan), le gros "kick" entre 0:20 à 0:28 me fait toujours ben de l'effet. Ça revient plusieurs fois dans la toune, mais c'est toujours la première fois que ça me marque le plus.

Même si ce n'est pas un album qui m'a fait triper dans l'ensemble, je souligne deux passage sur le CD de United Nations qui ressorte du lot pour moi. Dans

, entre 0:16 et 0:30, puis la
, encore à cause des cuivres (à partir de 1:50), mais aussi le bout un peu avant, entre 0:38 et 1:09.

Pis la finale de

de Refused (vers 4:00) me rend humide presque chaque fois... la toune au complet en fait.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La grosse voix rocailleuse de Hugo Mudie des Sainte Catherines.

Ici, vers 0:30 dans I'd Rather Be Part Of The Dying Bungee Scene, sa voix est l'unique vecteur émotionnel. La musique est générique, complètement ininspirée, mais dans la voix, il y a une amertume rageuse et triste qui vient me chercher malgré que la toune parle de l'industrie de la musique. (Disons que j'interprète le moment qui me plaît d'une autre façon.)

Les paroles depuis le début, mais pas jusqu'à la fin. En gras: le «bout orgasmique».

The dogs are out singing songs

Right here is the place to be

If you talk with me all night long

Tomorrow we might just feel free

If you ask me what I'm hoping for

I'll tell you there's no hope at all

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas pourquoi, mais ça m'a fait penser à ça. Même si ça n'a aucun rapport.

Peut-être le désespoir.

À 0:25 l'augmentation du rythme et les paroles jouissives:

And the day ends

A so called friend

A drunken bed

How could you with...

Why would you...

All of them

No one owns you

Et ça reprend à 0:47:

Choke choke please

Have another drink on me

My love humiliation

I gave you every chance to leave

And you stayed just long enough

To bury me

Sounds like vécu..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La toune du niveau des vignes épineuses dans Donkey Kong Country 2, Stickerbush Symphony. D'un bout à l'autre, c'est magique. J'ai toujours eu beaucoup de difficultés à faire ce «tableau» à cause de la musique. Poignant.

+1 et je rajoute Aquatic Ambiance du 1

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 mois plus tard...

Je ne sors pas des sentiers battus avec celle-là, mais dans Runaway de Kanye West, la vulnérabilité qui se dégage des paroles, bien que le personnage soit un triste trou de cul, me touche. Y'a quelque chose, je sais pas, dans cette poltronnerie avouée... Ce couplet entre 1:45 et 2:07 plus particulièrement. J'en ris jaune. Un malaise orgasmique, c'est possible?

Paroles entre 1:45 et 2:07

She find pictures in my email

I sent this bitch a picture of my, dick

I don't know what it is with females

But I'm not too good with that, shit

See, I could have me a good girl

And still be addicted to them hoodrats

And I just blame everything on you

At least you know that's what I'm good at

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

M83, un groupe français relativement méconnu, même en France:

Safe ( à partir de 2 min 26):

Gone ( à partir de 2 min 50):

America ( à partir de 1 minute 40):

Car chase terror ( à partir de 1 minute 58):

Teen angst ( à partir de 2 min 20):

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...