Aller au contenu

La hausse des frais de scolarité universitaires


Pour des hausses rétroactives  

112 membres ont voté

  1. 1. Voulez-vous que la hausse des frais de session soient rétroactives

    • Oui, que ceux qui ont profité du gel passé payent aussi.
    • Non, je suis droitiste: faisons payer les autres
    • Haussons les impôts à la place
    • Arrêtons le gaspillage: ça va suffire


Déchet(s) recommandé(s)

Mon premier point, c'est que si les étudiants revendiquent un hypothétique "droit de grève", la moindre des choses serait d'agir comme un vrai syndicat demandant un mandat de grève à ses membres. C'est à dire, au minimum un scrutin secret. Un quorum serait aussi de mise (un taux de participation minimum).

Dans mon deuxième point, e dis que les étudiants ne sont pas travailleurs, ils sont plutôt des clients (ils paient pour recevoir un service en échange). Un client ne fait pas de grève, il boycotte.

Deux points totalement inutiles car la vraie question est de savoir ce qui est le meilleur pour le Québec à long terme, le gel ou le dégel. Or, le dégel est nuisible à long terme.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Eu... j'ai justement inséré un budget de 60$ par mois pour les vêtements! (D'après moi c'est le minimal, surtout dans mon cas avec les stages en entreprise, ça prend un peu plus qu'un jeans et un t-shirt). Pour une fille c'est pratiquement le double, parce qu'elles ont aussi des produits de cosmétique qu'on utilise pas (genre des shampooing à 20$ la bouteille).

Dans le 260$ pour la nourriture, j'ai inclus le papier cul, pâte à dent, etc. Au pire ça peut rentrer dans les dépenses "extra". C'est environ 20$ par mois en moyennes ces frais là. Ça prend une marge d'au moins 100$ qui s'ajoute aux dépenses récurrentes.

Tu as raison, mais dans le calcul de la RRQ, le premier 3500$ n'est pas touché. Sinon, si on ajoute les régimes publics obligatoires et le syndicat, ça donne environ 10% du salaire.

Il parle de moi!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon budget au bacc était similaire à celui de Pixel.

REVENUS

- Travail : 18 660 (temps plein l'été, temps partiel sinon, 2 semaines de vacances)

18$/h x 40h/semaine x 12 semaines (l'été, dans une banque)

14$/h x 15h/semaine x 12 semaines (le reste de l'année, dans un entrepôt)

- Bourses : 1 300 (je n'ai eu aucun prêts et bourses du gouvernement, mais j'ai eu à peu près 1 300 par année en bourses d'excellence)

- Aide parentale : 1 700 (environ 50$/semaine pour la bouffe, sauf l'été)

DÉPENSES

- Études : 5 000 (2 500 par session, incluant les livres et les dépenses connexes)

- Carte métro à Montréal : 525 (43.75 x 12)

- Loyer : 4 200 (700$ pour un appartement chauffé + électricité sur le Plateau avec 1 colocataire, donc 350$ chacun par mois x 12 mois)

- Internet + Cellulaire : 900 (50 d'internet partagé à 2 + 50 de téléphone)

- Bouffe : 5 200 (100$/semaine, j'inclus les restaurants et la cafétéria)

- Vêtements : 600 (50$/mois)

- Autres : 180 (15$/mois, trucs pour nettoyer l'appartement, faire mon lavage, etc.)

Ça fait une différente brute d'à peu près 2 175 (probablement 0 après impôt). J'ai aussi pris une marge de crédit étudiante de 5 000 vers la fin de mon bacc.

Mon budget à la maîtrise était pas mal moins restrictif, car j'ai eu 31 500 en bourses d'excellence, 12 000 en bourses de recherche, 5 000 en bourses d'admission, 5 000 en bourses du gouvernement et 12 000 en prêts du gouvernement. J'ai aussi cessé de travailler à la maîtrise (sauf l'été).

J'ai terminé mes études avec à peu près 15 000 de dettes (les 12 000 du gouvernement et ce qui me restait à payer sur ma marge de crédit). J'ai gradué il y a un peu plus de 1 an et j'ai pas mal tout fini de payer.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci de vos réponses! Elles m'aident à y voir plus clair désormais.

J'ai hâte de voir les opinions de D31ans et de ceux qui appuient cette grève.

Tu apportes de l'eau à mon moulin. Tes calculs montrent qu'un étudiant peut très bien arrivé à boucler son budget (remplace le cellulaire par une ligne fixe, ans voilà). Aussi, chaque dollar de l'heure supplémentaire qu'il fera pendant l'été lui rapporterait 640$ et s'il réussit à sqeeezer une dix-septième semaine de travail, c'est un 480$ de plus. Si l'étudiant obtient une hausse de salaire de 1$ l'heure chaque année, il peut absorber la hausse.

Je te rappelle que 12$ est un salaire de travailleur non-spécialisé, un étudiant universitaire est un travailleur spécialisé et peut aller chercher plus. C'est le cas des étudiants en génie (ce que je connais le plus). L'université te prépare à travailler dans le vrai monde, si tu n'as pas de travail d'été en lien avec tes études (qui te permet de vivre), il faut te poser de sérieuses questions.

Deux points totalement inutiles car la vraie question est de savoir ce qui est le meilleur pour le Québec à long terme, le gel ou le dégel. Or, le dégel est nuisible à long terme.

On dirait que tu t'es radicalisé. Peu importe la légalité de ce que font les étudiants, ce n'est pas grave car c'est bon pour le Québec à long terme? Un autre révolutionnaire de fond de cave suiveux de Réda... J'ai beau toujours t'avoir cordialement détesté, j'ai toujours gardé un certain respect pour tes arguments somme toute bien construits, mais là tu sonnes comme un gars de l'UQAM qui veut mettre sa propre université à feu et à sang.

QUI a dit que dégel était nuisible à long terme? Des étudiants, des syndicats? Toi?!? En fait, ce sont toujours les mêmes gauchistes, tu le sais bien.

Il y beaucoup plus d'arguments économiques bien étayés par des faits tirés de la réalité en faveur de la hausse.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Je ne nie aucunement le droit des étudiants de ne pas assister à leurs cours, c'est leur problème. Je nie leur droit d'empêcher d'autres étudiants d'assister à leurs cours.

On dirait que tu lis pas ce que les gens écrivent et que tu te contentes de répéter frénétiquement la même chose encore et encore. Le fait de répéter les choses ne les rend pas réelles, malheureusement pour toi.

Lis bien ce que Céline a écrit:

Et bien qu'aucune loi n'exprime clairement que les étudiants ont le droit de grève, aucune n'exprime clairement non plus qu'ils n'ont pas le droit. Il y a un flou juridique sur la question, et si le gouvernement n'a jamais tenté de la rendre illégale, se contentant de murmurer du bout des lèvres qu'il s'agit d'un boycott, c'est qu'ils savent pertinemment que la loi n'est pas claire à ce sujet.

Donc céline comprend très bien quel droit tu nies aux étudiants: le droit de grève. Ce qu'il dit c'est que la loi est floue a ce sujet: quels sont les moyens légaux abordables pour une université d'empêcher les piquets de grève d'être tenus? Aucun. On ne peut pas imposer de sanctions aux prof qui décident de pas passer les piquets de grève, étant donné qu'ils ont une convention collective avec l'université. L'université peut employer une injonction contre les associations étudiantes mais dans ce cas elle ne peut pas empêcher des étudiants qui ne sont pas mandataires de leurs assos de faire respecter la volonté de leurs AG et de tenir les piquets de grève. Etc. Aucune université n'est jamais parvenu a faire cesser une grève étudiante et ce n'est pas pour rien =)

A la question que tu poses plus haut: d'ou vient le droit des autres d'empêcher les étudiants d'aller a un cours? On peut donc répondre: de nul part, il vient de ce que les étudiants eux-mêmes se sont dotés d'assos. représentatives et qu'ils sont prêts a faire respecter la décision des instances démocratiques de ces associations, même si ça implique de se tenir aux limites du cadre légal de la société(sans jamais vraiment l'enfreindre).

Je pense que Céline met le doigt sur la question:

Les grèves de toutes sortes ont existé bien avant la création de l'article dans le code du travail. Le fait que la loi encadre celle dans le cas d'une relation employeur-employé, n'implique pas qu'elle exclut tout le reste de cette notion de grève.

Historiquement, les mêmes arguments ont été employés que ceux que tu emploies contre les étudiants pour faire stopper les actions des travailleurs qui se mobilisaient contre leurs employeurs et tenaient des piquets de grève pour empêcher des travailleurs récalcitrants de briser leurs grèves: il y a un contrat entre employés et employeurs, les syndicats n'ont donc pas la légitimité d'empêcher les travailleurs qui le veulent de remplir leurs obligations contractuelles et d'aller travailler, même si les décisions des syndicats sont prises dans des instances démocratiques, etc. A un certain moment donné, on s'est bien rendu compte qu'on ne pouvait tout simplement pas empêcher les grèves d'avoir lieu, et on a créé des lois pour les encadrer. Le fait que ce ne soit pas (encore?) le cas pour les étudiants ne les exclut pas d'emblée de la notion de ''grève''.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu apportes de l'eau à mon moulin. Tes calculs montrent qu'un étudiant peut très bien arrivé à boucler son budget (remplace le cellulaire par une ligne fixe, ans voilà). Aussi, chaque dollar de l'heure supplémentaire qu'il fera pendant l'été lui rapporterait 640$ et s'il réussit à sqeeezer une dix-septième semaine de travail, c'est un 480$ de plus. Si l'étudiant obtient une hausse de salaire de 1$ l'heure chaque année, il peut absorber la hausse.

Je te rappelle que 12$ est un salaire de travailleur non-spécialisé, un étudiant universitaire est un travailleur spécialisé et peut aller chercher plus. C'est le cas des étudiants en génie (ce que je connais le plus). L'université te prépare à travailler dans le vrai monde, si tu n'as pas de travail d'été en lien avec tes études (qui te permet de vivre), il faut te poser de sérieuses questions.

On dirait que tu t'es radicalisé. Peu importe la légalité de ce que font les étudiants, ce n'est pas grave car c'est bon pour le Québec à long terme? Un autre révolutionnaire de fond de cave suiveux de Réda... J'ai beau toujours t'avoir cordialement détesté, j'ai toujours gardé un certain respect pour tes arguments somme toute bien construits, mais là tu sonnes comme un gars de l'UQAM qui veut mettre sa propre université à feu et à sang.

QUI a dit que dégel était nuisible à long terme? Des étudiants, des syndicats? Toi?!? En fait, ce sont toujours les mêmes gauchistes, tu le sais bien.

Il y beaucoup plus d'arguments économiques bien étayés par des faits tirés de la réalité en faveur de la hausse.

Mais ya pas des jobs d'été "spécialisés" disponibles pour tout le monde, c'est même clairement la minorité.

Le fait est que la majorité des étudiants ont des jobs à 12$-13$ de l'heure. Tu peux pas faire des choix politiques en fonction strictement de ceux qui se pognent des jobs idéales à chaque fois.

Tsé, dans le fond ce que tu nous dit c'est que les étudiants ont juste à demander une hausse de salaire à chaque année ?

Pis après ça toi tu te vante d'être du côté "réaliste" du débat...

Et bon ce qui est drôle, tu vas te plaindre qu'au Québec on te "vole" trop d'argent avec l'impôt. Ben qu'est-ce que tu dirais qu'on épluche ton budget mensuel et qu'on se mette à regarder les dépenses "superflues" ? Ish, pas mal sur qu'on pourrait aller chercher ben de l'argent.

Tsé, dans le fond tu te plains la bouche pleine !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui et une autre chose aussi : le téléphone cellulaire. Quant à moi c'est un outil absolument indispensable de nos jours! Je sais qu'il y'a des forfaits à 75$/mois et je suis d'accord que c'est cher et même con à la limite de souscrire à de tels forfaits. Mais des compagnies comme Public Mobile ont des offres très avantageuses. Si l'étudiant sait moindrement chercher et négotier, il peut s'en tirer à 35$/mois taxes incl pour des appels et textos illimités, afficheur et messagerie vocale inclus. On est loin du 50$/mois invoqué par certains dans ce sujet.

Daniel mentionnait qu'il était préférable que l'étudiant se dote d'une ligne résidentielle seulemement. Je mentionne le nom de Daniel, mais je soulève l'exemple du cellulaire car il revient souvent dans la liste de choses que les gens considèrent comme pas nécessaires. Or, les cellulaires (téléphone intélligents, IPHONE, etc) sont super avantageux :

- Combien de fois je quitte mon appartement à 10h le matin pour aller à un R-V à 11h et que je me fais appeler à 10h20 À L'EXTÉRIEUR de mon domicile pour me faire dire que le R-V sera retardée d'une heure (donc midi). Le fait d'avoir été averti me permet donc de m'attarder à d'autres choses (faire des courses par exemple). Sans cellulaire, je n'aurais pas été averti et ça l'aurait été une heure de perdu à attendre dans un bureau quelconque.

- Permet d'aller chercher des informations rapido prestos sur internet pour se dépanner (nom d'une rue, # de tel)

- Permet d'aviser un ami d'une arrivée impromptue

- Etc

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On vivait vraiment comme des animaux avant l'arrivée des téléphones cellulaires... Un cell reste un luxe. De base, mais un luxe quand même. On peut très bien vivre sans. Ou avec un cell mais sans ligne résidentielle.

Chronique de Richard Martineau sur sa présence sur les pancartes lors de la manifestation.

Jeudi, des commentateurs ont félicité les étudiants parce qu’ils se sont comportés correctement lors de la manif monstre. Quoi ? Il faut les remercier de respecter les lois, maintenant ? Il faut faire des salto arrière et leur embrasser les pieds, parce qu’ils nous ont fait l’insigne honneur de ne bloquer aucun pont ?

Réponse de Julien Day. Qui du même coup aussi bash sur Québécor.

Est-ce que Richard Martineau est payé parce qu’il est con, ou est-il payé pour être con ? La question mérite qu’on s’y attarde, après la parution ce matin de sa dernière missive destinée aux étudiants “grévistes”, comme ils les appellent de façon à peine condescendante. Une chose est sûre, quelqu’un quelque part a décidé que Quebecor pouvait s’associer à des propos aussi débiles (Martineau traite les étudiants, vraisemblablement une sous-race, de cons et d’analphabètes). Un véritable freakshow indigne de l’entreprise médiatique la plus puissante du Québec.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On vivait vraiment comme des animaux avant l'arrivée des téléphones cellulaires... Un cell reste un luxe. De base, mais un luxe quand même. On peut très bien vivre sans. Ou avec un cell mais sans ligne résidentielle.

Oui mais avant l'arrivé des cellulaires, le monde s'en servaient pas des cellulaires, parce que ça existaient pas. Fa'que tes amis, ta famille, tes employeurs, les inconnus, agissaient en fonction que les cellulaires existaient pas.

Pu maintenant.

Pourquoi?

Parce que maintenant les cellulaires existent.

Ça fait que quoi?

Ça fait que maintenant, les amis, la famille, tes employeurs, les inconnus, agissent en fonction que les cellulaires existent.

C'est pas dramatique, et je suis d'accord qu'avoir a faire des compromis c'est le cellulaire qui partirait en premier dans mon cas, mais ton raisonnement est un peu simpliste. Acheter des vêtements, du dentifrice, du sel et du poivre, ton argumentaire s'applique pas mal à tout ça aussi.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais ya pas des jobs d'été "spécialisés" disponibles pour tout le monde, c'est même clairement la minorité.

Le fait est que la majorité des étudiants ont des jobs à 12$-13$ de l'heure. Tu peux pas faire des choix politiques en fonction strictement de ceux qui se pognent des jobs idéales à chaque fois.

Tsé, dans le fond ce que tu nous dit c'est que les étudiants ont juste à demander une hausse de salaire à chaque année ?

Pis après ça toi tu te vante d'être du côté "réaliste" du débat...

Si les bonnes jobs d'été spécialisées ne sont que pour une minorité, c'est parce que la majorité étudie dans des domaines avec de faibles perspectives d'avenir (tu sais lesquels je veux dire). Ça doit être un signal d'alarme pour un étudiant qui, après sa deuxième année à l'université, est incapable de se trouver un emploi d'été dans son domaine.

Les choix politiques, dans notre système actuel, doivent être guidés par la croissance à long terme. Et ce n'est pas en formant des légions d'anthropologues à chaque année qu'on va y arriver.

Et bon ce qui est drôle, tu vas te plaindre qu'au Québec on te "vole" trop d'argent avec l'impôt. Ben qu'est-ce que tu dirais qu'on épluche ton budget mensuel et qu'on se mette à regarder les dépenses "superflues" ? Ish, pas mal sur qu'on pourrait aller chercher ben de l'argent.

Tsé, dans le fond tu te plains la bouche pleine !

J'ai plein de dépenses superflues. La grosse différence c'est que je les paie avec l'argent que j'ai gagné, pas avec de l'argent sucé au gouvernement. Je ne dépense que ce que j'ai. Ce que tu proposes, c'est voir combien j'ai et me prendre le reste, puis si ce n'est pas assez, me rationner pour t'en laisser plus.

C'est vrai que je me plains la bouche pleine. Mais je me plains parce que je pourrais avoir la bouche deux fois plus pleine! À force de venir prendre ce que je mange, je vais finir par mordre.

PS: Je n'ai pas de cellulaire et je n'en ai jamais eu. Vous me faires rire en disant que c'est pratiquement essentiel.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

PS: Je n'ai pas de cellulaire et je n'en ai jamais eu. Vous me faires rire en disant que c'est pratiquement essentiel.

J'ai un cellulaire que depuis très récemment, avant ça j'arrivais difficilement a avoir des "interactions sociales spontanées" puisque la majorité de mes contacts sociaux sont habitués à communiquer entre eux grâce aux cellulaires. Je pouvais participé aux petits partys pré-organiser d'avance une fois par mois peut être, mais tout ce qui est "on s'en va prendre une pizza a tel restaurant dans 30 minutes" m'arrivaient souvent trop tard (par internet ou téléphone fixe). J'ai déjà perdu une opportunité d'emploie parce que j'avais laisser mon "numéro de cellulaire" et que je n'avais rappeler que le lendemain, on s'attendait à ce que je sois "plus alerte que ça" alors qu'en d'autre temps on m'aurait laisser une fourchette de temps plus grande que ça, c'est idiot de leur part (ou peut être moi qui n'a pas compris), mais c'est la vérité. J'ai des amis qui vont rarement sur internet et n'aime pas parler au téléphone qui communiquent donc essentiellement par SMS, encore là j'étais souvent exclu des petits "on s'en va prendre une marche et on se rejoint au parc dans une heure".

Ce n'est pas essentiel, c'est vrai mais j'apprécie son utilité et ça m'aide à expandre mon réseau social, donc a être légèrement plus sain, donc plus heureux, donc plus productif. À mes yeux, c'est une dépense qui en vaut la peine.

J'espère qu'en ce moment t'es pas en train de penser de me demander de choisir de meilleurs amis. Ce serait un peu extrême.

Modifié par P.O. Box 8035
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi tu déménages pas?

Tu dis ça en riant, mais l'exode des cerveaux est tout de même un risque sérieux pour le Québec. Une chance que nous avons la barrière de la langue qui nous permet de minimiser ce phénomène. Chez les Québécois anglophones, cette barrière n'existe pas et cet exode est très présent; 74 % des titulaires d'un doctorat quittent le Québec après l'obtention de leur diplôme.

Malheureusement, ce sont les gens les plus scolarisés qui ont tendance à s'exiler pour profiter de meilleures conditions de vie, de travail ou de rémunérations. Évidemment, l'impact sur la société qui perd ces travailleurs hautement scolarisés est d'autant plus grand.

J'ai beaucoup voyagé dans l'Ouest canadien (Alberta et Colombie britannique) et j'ai rencontré énormément de jeunes Québécois francophones s'étant exilés du Québec pour jouir d'une meilleure qualité de vie. Évidemment, tous étaient très scolarisés: actuaires, infirmières, ingénieurs, médecins.

Malheureusement pour le Québec, le phénomène inverse ne se produit pas à l'intérieur du Canada.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si les bonnes jobs d'été spécialisées ne sont que pour une minorité, c'est parce que la majorité étudie dans des domaines avec de faibles perspectives d'avenir (tu sais lesquels je veux dire). Ça doit être un signal d'alarme pour un étudiant qui, après sa deuxième année à l'université, est incapable de se trouver un emploi d'été dans son domaine.

Crisse que c'est malhonnête, ton point sur les emplois d'été.

Je travail dans un domaine où une job est pas mal garantie une fois les études universitaires terminées, mais où les boss étaient plutôt réticents à engager des étudiants pour l'été. Et ceux qui s'y trouvait une job recevaient rarement plus de 13$ de l'heure.

J'ai passé pas mal toutes les étés de mes études à travailler pour 12$ de l'heure, et il me semble que je considérais ça comme un salaire raisonnable. Et on s'entend qu'à ce salaire là, une fois les déductions, le loyer et la bouffe payé, il te reste pas grand chose à la fin de l'été.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...