Aller au contenu

  

64 membres ont voté

  1. 1. Voyez-vous ou avez-vous déjà vue un psychologue?

    • Oui
      33
    • Non
      30
    • Refus
      1


Déchet(s) recommandé(s)

Une amie m'a récemment avouée qu'elle voyait un psychologue suite à sa rupture avec son ex. Je crois que plus de personne que l'on pense utilisent les services d'un psychologue et j'en suis venu à me demander les questions suivantes;

-Voyez-vous ou avez-vous déjà vue eu psychologue?

-Si oui, pour quelles raisons?

-Est-ce qu'il/elle vous a aidé à vous sentir mieux? Ou au contraire empiré la situation?

-Quelles sont les raisons qui, selon vous, pousse quelqu'un à aller voir un psy?

-Est-ce qu'une ou plusieurs personnes de votre entourage voit ou a déjà vue un psy?

Le sondage du sujet est anonyme pour les personnes qui pourraient se sentir gênées ou mal à l'aise. Si vous répondez non à toutes les questions précédentes, quel est votre opinion sur le sujet?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais consulté de psychologues, car je n'en ai jamais ressenti le besoin.

Je connais toutefois quelques personnes y ayant eu recours pour diverses raisons.

Pour ma part (et c'est peut-être parce que je n'en ai jamais rencontré que j'ai cette opinion), j'ai l'impression que les psychologues sont un peu comme les Tylenol : ils camouflent les problèmes sans vraiment les régler. Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

Oui, ça fait du bien de parler de ses problèmes de couple à un étranger, mais je suis plus de l'avis que la meilleure personne à qui en jaser est le conjoint lui-même. J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire et que les gens qui consultent des psys le font justement car ils ont de la difficulté à faire face à la situation, mais j'entretiens quand même un certain scepticisme face à ces "docteurs de l'âme".

ps : Comme je l'ai mentionné plus haut, je conçois que certaines personnes ont besoin de ces consultations et je ne les juge pas, loin de là.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai l'impression que les psychologues sont un peu comme les Tylenol : ils camouflent les problèmes sans vraiment les régler. Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

Oui, ça fait du bien de parler de ses problèmes de couple à un étranger, mais je suis plus de l'avis que la meilleure personne à qui en jaser est le conjoint lui-même. J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire et que les gens qui consultent des psys le font justement car ils ont de la difficulté à faire face à la situation, mais j'entretiens quand même un certain scepticisme face à ces "docteurs de l'âme".

ps : Comme je l'ai mentionné plus haut, je conçois que certaines personnes ont besoin de ces consultations et je ne les juge pas, loin de là.

Entièrement d'accord.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais visité un psy (séquence de jours sans visiter un psy : plus de 9000 and still going strong!) , mais j'ai connu des gens qui en ont consulté, entre autre pour des troubles obsessionnels-compulsifs.

On entend souvent dire que les psy sont incompétents et inutiles, mais il faut quand même savoir qu'une relation psy-patient n'est jamais évidente à établir et que lorsque le lien de confiance ne se crée pas (que ce soit à cause des méthodes employées par le psy ou autres), c'est clair qu'il lui sera ardu d'aider la personne concernée. Y'a aussi la mentalité avec laquelle un individu consulte le psy qui entre en ligne de compte. Un individu réfractaire et orgueilleux qui ne veut pas s'ouvrir un tantinet n'y trouvera pas d'aide et aura l'impression de perdre son temps.

Bref, les psy ne sont malheureusement(?) pas pour tout le monde.

Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

J'pense qu'on peut s'entendre sur le fait qu'un psy est pas mal tout le temps un des derniers recours utilisés.

J'ai consulté deux ou trois psychologues puis un psychiatre à un maximum de quatre séances chacun. Je me sentais un peu mal à l'aise dans l'optique où j'étais plus brillant que des gens sensés me diagnostiquer je-ne-sais-quoi à mon sujet.

T'es vraiment pas chanceux d'être si brillant. Tout va bien aller, promis.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais consulté de psychologues, car je n'en ai jamais ressenti le besoin.

Je connais toutefois quelques personnes y ayant eu recours pour diverses raisons.

Pour ma part (et c'est peut-être parce que je n'en ai jamais rencontré que j'ai cette opinion), j'ai l'impression que les psychologues sont un peu comme les Tylenol : ils camouflent les problèmes sans vraiment les régler. Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

Oui, ça fait du bien de parler de ses problèmes de couple à un étranger, mais je suis plus de l'avis que la meilleure personne à qui en jaser est le conjoint lui-même. J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire et que les gens qui consultent des psys le font justement car ils ont de la difficulté à faire face à la situation, mais j'entretiens quand même un certain scepticisme face à ces "docteurs de l'âme".

ps : Comme je l'ai mentionné plus haut, je conçois que certaines personnes ont besoin de ces consultations et je ne les juge pas, loin de là.

Je suis en désaccord.

Les psychologues ne camouflent pas du tout les problèmes. Au contraire, les psy compétants aident la personne à se les avouert et à faire tomber leurs défenses (le déni, la minimisation, etc).

Pour reprendre l'exemple du conflit conjugal, bien sûr que le meilleur reste d'aborder le conflit directement avec la personne. Mais un psychologue peut aider la personne à trouver les causes du conflit, voir à quel niveau ça l'affecte et aider à trouver des moyens pour en parler de façon saine avec le conjoint.

La plupart des gens surmontent seuls leur difficulté. Par contre, certaines personnes sont moins outillées que d'autres, ont plus de difficulté à se mettre en action ou sont tellement submergés par leurs difficultés qu'ils ne fonctionnent plus dans les autres sphères de leur vie. Mais bon, il faut dire que j'ai fait un bac en psycho et je fais une maîtrise en service social donc, je suis peut-être biaisée et je prêche pour ma paroisse, comme on dit ;)

Pour répondre au sujet, j'ai vu un psychologue quand j'avais 18 ans et que je vivais une peine d'amour tellement intense que je vomissais tout le temps. J'étais détruite, littéralement. J'ai vu le psy 3-4 séances et ça m'a vraiment ouvert les yeux sur le fait que depuis 4 ans, j'étais dans une relation très malsaine avec mon premier amour et ce que j'ai appris dans ces séances, je le retiens encore aujourd'hui et je ne me suis plus jamais laissée abattre comme ça.

J'ai aussi consulté il y a 5 ans de ça, parce que j'avais vécu quelque chose de très traumatisant et ça m'avait également beaucoup aidée.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai déjà consulté, mais faut trouver un psy sur qui tu accroches. J'en ai aimé une que c'était pour une séance et ensuite elle t'envoyait à une autre pour du long terme. Celle-là était nulle et j'y suis jamais retournée. Floyd, un psy va juste t'aider à trouver le problème. Si tu as pas une maladie mentale, il va probablement juste tenter de trouver la cause et t'aider à le régler.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai déjà consulté, mais faut trouver un psy sur qui tu accroches. J'en ai aimé une que c'était pour une séance et ensuite elle t'envoyait à une autre pour du long terme. Celle-là était nulle et j'y suis jamais retournée. Floyd, un psy va juste t'aider à trouver le problème. Si tu as pas une maladie mentale, il va probablement juste tenter de trouver la cause et t'aider à le régler.

Veuillez choisir le beurre ou l'argent du beurre...

Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

Floyd, votre vision des choses s'apparente un peu à une modernisation de la mentalité d'ostracisation de la santé mentale durant une bonne partie du 20ième siècle... En beaucoup moins hargneux évidemment. Aller voir un psychologue, C'EST confronter le problème.

Les psychologues ne sont plus ces radoteux de salon s’abreuvant tous à la même fontaine freudienne mal maîtrisée comme c'était en partie le cas au milieu du dernier siècle. Il y des traitements psychothérapeutiques qui ont des taux de succès remarquables pour divers maux. La thérapie cognitivo-comportementale en est le fleuron proclamé.

Privilégier votre approche revient aussi à accepter le postulat complètement érroné que les clients affectés par des troubles mentaux de tout acabit sont invariablement aptes à prendre des décisions éclairées et rationnelles sur un sujet, dixit la santé mentale, qu'ils ne maîtrisent que très partiellement.

Maintenant, il va sans dire que toutes les résolutions de problèmes d'ordre psychologique ne passent pas inexorablement par l'intervention d'un spécialiste. Il n'est toutefois jamais mauvais d'en obtenir l'expertise. Plusieurs personnes ne présentant aucune pathologie ont d'ailleurs des séances hebdomadaires. C'est plus dispendieux que le dernier volume de psycho-pop ou d'ésotérisme clé-en-main, mais cyclopéennement plus efficace.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je n'ai jamais consulté de psychologues, car je n'en ai jamais ressenti le besoin.

Je connais toutefois quelques personnes y ayant eu recours pour diverses raisons.

Pour ma part (et c'est peut-être parce que je n'en ai jamais rencontré que j'ai cette opinion), j'ai l'impression que les psychologues sont un peu comme les Tylenol : ils camouflent les problèmes sans vraiment les régler. Je pense que le meilleur moyen de régler un problème est de le confronter directement, pas en passant par un psy.

Oui, ça fait du bien de parler de ses problèmes de couple à un étranger, mais je suis plus de l'avis que la meilleure personne à qui en jaser est le conjoint lui-même. J'imagine que c'est plus facile à dire qu'à faire et que les gens qui consultent des psys le font justement car ils ont de la difficulté à faire face à la situation, mais j'entretiens quand même un certain scepticisme face à ces "docteurs de l'âme".

ps : Comme je l'ai mentionné plus haut, je conçois que certaines personnes ont besoin de ces consultations et je ne les juge pas, loin de là.

C'est une vision simpliste du métier de psychologue. Il faut savoir qu'il y a des psychologues qui s'occupent à réapprendre aux adultes la logique de base, chose que tu ne peux pas faire tout seul. Le métier de psychologue ne se résume pas à écouter et conseiller les gens.

D'ailleurs la psychologie se découpe en 4 grands secteurs: clinique, cognitive, développementale et sociale.

Certains secteurs sont plus portés sur la recherche, d'autres sur le travail social.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça peut aider dans le cas ou tu t'ouvre à 100% au psychologue. Si tu ne mentionne pas tous les détails, ou tu cache des détails important, ça n'avance à rien et c'est comme se les cacher à soi-même.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça peut aider dans le cas ou tu t'ouvre à 100% au psychologue. Si tu ne mentionne pas tous les détails,[...] , ça n'avance à rien et c'est comme se les cacher à soi-même.

Dans les cas d'avancement personnel, oui. Dans les cas pathologiques clairs, non. C'est le même principe que d'aller chez le médecin. Vous n'avez pas à lui révéler vos relations sexuelles non-protégées pour qu'il soigne correctement votre arthrite. Il n'y a qu'à mentionner ce qui est pertinent. Moins il y a de secrets, mieux c'est, indubitablement, mais les psychologues peuvent très bien traiter, par exemple, une phobie en a sachant relativement peu.

Ça peut aider dans le cas ou tu t'ouvre à 100% au psychologue.[...] Si tu cache des détails important, ça n'avance à rien et c'est comme se les cacher à soi-même.

Cacher des détails importants, ça n'aide JAMAIS. Ce n'est pas ici un monopole des psychologues...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve que les arguments donnés par ceux qui étaient en désaccord avec moi son très constructifs.

Comme j'ai dit, je n'ai jamais consulté de psychologue, donc je parle pas mal à travers mon chapeau. J'imagine que ma vision des choses changerait si j'avais à en fréquenter un. (Professionnellement parlant, évidemment.)

Merci pour vos réponses!

Veuillez choisir le beurre ou l'argent du beurre...

Floyd, votre vision des choses s'apparente un peu à une modernisation de la mentalité d'ostracisation de la santé mentale durant une bonne partie du 20ième siècle... En beaucoup moins hargneux évidemment. Aller voir un psychologue, C'EST confronter le problème.

Les psychologues ne sont plus ces radoteux de salon s’abreuvant tous à la même fontaine freudienne mal maîtrisée comme c'était en partie le cas au milieu du dernier siècle. Il y des traitements psychothérapeutiques qui ont des taux de succès remarquables pour divers maux. La thérapie cognitivo-comportementale en est le fleuron proclamé.

Privilégier votre approche revient aussi à accepter le postulat complètement érroné que les clients affectés par des troubles mentaux de tout acabit sont invariablement aptes à prendre des décisions éclairées et rationnelles sur un sujet, dixit la santé mentale, qu'ils ne maîtrisent que très partiellement.

Maintenant, il va sans dire que toutes les résolutions de problèmes d'ordre psychologique ne passent pas inexorablement par l'intervention d'un spécialiste. Il n'est toutefois jamais mauvais d'en obtenir l'expertise. Plusieurs personnes ne présentant aucune pathologie ont d'ailleurs des séances hebdomadaires. C'est plus dispendieux que le dernier volume de psycho-pop ou d'ésotérisme clé-en-main, mais cyclopéennement plus efficace.

C'est bin intéressant ce que tu dis, mais criss, peux-tu écrire comme tout le monde? Me faire vouvoyer sur un forum, ça m'agresse bin.

Peut-être devrais-je consulter un psy pour trouver la cause de mon agressivité?

J'taime pareil Otto, tsé.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est bin intéressant ce que tu dis, mais criss, peux-tu écrire comme tout le monde? Me faire vouvoyer sur un forum, ça m'agresse bin.

C'est étrange que cela t'agresse.

J'adore la plume de ce jeune homme.

En plus d'avoir des réponses sensées, il écrit de façon absolument délicieuse.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha, je ne critique pas son vocabulaire ou sa syntaxe, loin de là, c'est même plutôt admirable.

Je n'aime juste pas l'image que ça projette. Genre-bâton-dans-le-cul.

Anyway.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est bin intéressant ce que tu dis, mais criss, peux-tu écrire comme tout le monde? Me faire vouvoyer sur un forum, ça m'agresse bin.

Maaaiiisss chuuuuuu paas toulllmonddd!

Imputons cela sur le café, mais n'allons pas jusqu'à lui en vouloir. Ce serait pour le moins déplacé.

Facéties à part, il y a un énorme champ de désinformation concernant la psychologie. Beaucoup d'idées fausses circulent, autant sur la matière que sur le pratiquant. J'imagine qu'on peut en dégager certaines causes comme cette foutue image de psychanalyste charlatan endormi sur son fauteuil, gémissant par réflexe son approbation aux aléas de son patient. C'est une image forte qui ne cesse, quoique moins maintenant, d'être colportée par le 7ième art pour créer certains de ses gags les plus soporifiques.

Il y a aussi le fait qu'il n'y a pas plus partagée et universelle que la réalité psychologique. Nous fréquentons tous des po ben dans tête, et somment tous, quoi qu'il y a place au débat, pensant. Il n'y a dès lors pas à s'étonner de voir être vociférées les plus idiotes conceptions par monsieur Gérard le spécialiste de la dépression ou matante Denise qui ne l'a JAMAIS eu facile...

L'effet de mode ne doit pas aider non plus... Tant qu'il y a une ouverture aux faits, tout va pour le mieux.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'en ai vu un durant mes premières années au secondaire. Pas sur une base régulière, mais de temps en temps. Ça me faisait du bien de parler. Je ne sais pas si concrètement, ça m'a aidée.. J'ai peut-être réussi à me construire une mince carapace au fil du temps. Mais je crois que ça venait surtout de ma volonté propre, et non des "conseils" qu'il me donnait.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dernièrement, suite à une rupture... quel euphémisme : un divorce.

Je sais pas quelle a été sa réelle utilité, je l'appelais "ma caisse de résonance".

Je parlais, je répondais à ses questions, mais ça me faisait me rendre compte moi-même de la solution ou du pattern.

Merci, Caisse de résonance !

Ma vraie thérapie, ça été le sport, notamment le judo. Toujours agréable d'aller planter du monde pour faire sortir son agressivité.

Modifié par Pingshifu
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Contenu similaire

    • par ...
      La méditation est pratiquée par plusieurs cultures à travers le monde.
      Pour certaines d'entres elles, ça fait carrément partie du quotidien.
      En santé mentale - et même pour prôner une meilleure santé globale - c'est une pratique souvent proposer par les thérapeutes pour faciliter le bien-être et surtout la gestion des émotions.
      http://www.psychologies.com/Culture/Spiritualites/Meditation/Articles-et-Dossiers/Mediter-le-meilleur-des-antistress/Les-bienfaits-prouves-de-l-entrainement-mental/4
      Est-ce que certain(e)s d'entre vous pratiquent la méditation? Pouvez-vous identifier les bienfaits de cette pratique? Quel type de méditation pratiquez-vous?
      Pour ma part, je suis adepte de méditation pleine conscience (mindfullness).
      Ça se fait dans n'importe quel contexte et à n'importe quel moment.
      Advenant que je me sente envahie pour une émotion ou un sentiment, je tente de faire appel à cet outil.

      http://www.huffingto..._n_3388439.html
    • par 1984
      "La programmation neuro-linguistique (acronyme français : « PNL », « NLP » en anglais ; parfois avec des majuscules) est un ensemble coordonné de connaissances et de pratiques dans le domaine de la psychologie fondées sur une démarche pragmatique de modélisation, en ce qui concerne la communication et le changement. Elle a été élaborée par Richard Bandler et John Grinder dans les années 1970, aux États-Unis.
      [...]
      La PNL vise à améliorer la communication entre individus, à s’améliorer personnellement et tend à devenir une psychothérapie intégrative, c'est-à-dire qui cherche à intégrer de manière pratique les apports des différentes théories. La Psychothérapie Neuro-Linguistique (PNLt) rapproche pratique thérapeutique et acquis de la PNL. Cette dernière peut être employée au sein de cadres divers, aussi bien personnel qu'en entreprise, dans le marketing, la vente, la pédagogie, la performance sportive ou encore la séduction.
      [...]
      La PNL s'acquiert par des formations dédiées, encadrées le plus souvent par un code de déontologie et une éthique professionnelle spécifique. Elle inspire enfin le cinéma comme la littérature." http://fr.wikipedia....ro-linguistique

      (coupe à 15min)

      Qu'en pensez vous ?
    • par Chicken of the infinite
      Bon, tout le monde ici sait que j'ai des problèmes de consommation. Je me casse la tête depuis des années pour tenter d'y remédier.
      Ce pourquoi, il y a un mois et demi, j'ai mis sur pied une technique que j'ai nommée: La technique du Calendrier.
      Cette technique peut réellement vous aider à diminuer votre consommation quelle qu'elle soit (drogue, alcool, jeu, jeux vidéos, excès de nourriture, cigarette, café, autres) si vous y mettez un peu de persévérance.
      Il s'agit en fait de noter dans un calendrier toutes vos consommations. Il faut être honnête avec soi-même. Vous pouvez même ajouter des données comme le coût, le temps perdu, votre humeur, etc, etc.
      Ce qui est intéressant avec ce mode opératoire c'est que vous êtes mis visuellement au courant de votre consommation et vous pouvez potentiellement développer un sentiment de désir de vous challenger vous-même à diminuer votre débit. N'oubliez pas: Chaque fois que vous consommez vous devez l'écrire.
      Persévérance et honnêteté sont la clé. Vous pouvez même vous faire des graphiques si cela vous amuse. TOUT EST POSSIBLE. La seule limite est celle de votre imagination et les bâtons que vous vous mettez dans les roues (votre petit saboteur personnel).


      Alors, pourquoi ne pas commencer tout de suite en vous imprimant un calendrier ou en allant en chercher un gratuit à la pharmacie??



      ----------------------------------------------------------------------------------------------

      Voici mon calendrier du mois de novembre. Pour être honnête avec vous, même si le tableau semble désastreux, j'ai réellement diminué ma consommation en terme de quantité et de fréquence. Au lieu de boire comme un trou j'arrête maintenant après deux ou trois consommations. Je suis plus raisonnable et plus fière lorsque j'écris mes méfaits.
      Dans mon cas, tout cela est dans l'optique non pas de l'abstinence totale mais bien de la réduction des méfaits.

    • par ...
      J'y vais à reculons. Mais c'est peu dire...
      J'ai rendez-vous mardi midi prochain avec une thérapeute en relation d'aide.
      Première rencontre. Ça faisait des années que j'avais pas entrepris une démarche sérieuse pour travailler sur moi.
      Déjà que de reconnaître qu'on a un problème significatif dans une sphère ou l'autre de sa vie, c'est pas évident. Après, faire le chemin et avouer qu'on peut pas gérer tout seul et qu'on a besoin d'aide, je trouve ça encore plus dur.
      Bon, j'ai réalisé que dans mon domaine d'emploi, on était bien plus que la moitié à consulter; que ce soit pour alléger notre conscience quand on gère plus la souffrance des clients au quotidien, que ce soit pour des problèmes de couple ou pour apprendre à tout simplement grandir pour ne pas pourrir, on est vraiment une majorité.
      Eux, ils ont le programme d'aide aux employés, moi pas.
      Donc obstacle de plus : où je trouve c'te cash?



      Bref, ma super future T.R.A., elle travaille avec l'approche non-directive. J'fais pas confiance à c'te méthode là, ooooOOOoooh que non! J'ai l'impression que je m'en vais me faire exorciser. J'adhère pas à leur méthode. Et puis, bon, j'ai l'impression que j'ai plus besoin d'une approche "j'vais te dire quoi faire". Mais je vais essayer...



      Y en a parmi vous qui ont déjà eu des thérapies (peu importe la raison, pas besoin d'y aller dans les détails)?
      Des anecdotes, mauvaises expériences, conseils?
      Vous êtes en mesure de me dire ce qui marche pour vous en terme de thérapeute et ce qui ne marche pas?
      (Je disais à un client cette semaine : " Pour moi, ton mécanicien peut ben être ton thérapeute, tant qu'y a un lien de confiance, qu'il t'écoute... C'pas le diplôme qui fait le thérapeute. C'pas la connaissance en psy qui fait l'intervenant; c'est la confiance et le lien qui se créé et ce sentiment précieux que quelqu'un d'objectif est là pour toi, en cas de besoin." - Bon, à noter que je lui disais ça pour le motiver à aller voir un travailleur social parce qu'il était intimidé à l'idée d'aller voir un psy
×
×
  • Créer...