Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'indigné'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Facultatives. Les étiquettes facilitent le repérage et le triage. Aussi, elles peuvent surprendre ou déjouer le lecteur; soyez créatifs! Veuillez-les séparer par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forum

  • RÉCEPTION ET TRIAGE
  • NOS CONTENEURS
    • #0001 - MATIÈRES GÉNÉRALES
    • #0420 - MATIÈRES PSYCHIQUES
    • #0037 - MATIÈRES ARTISTIQUES
    • #0018 - MATIÈRES LICENCIEUSES
  • ZONE CONTAMINÉE
    • ROI DE LA MONTAGNE
    • FOSSE AUX RATS
  • ZONE PRÉSERVÉE
    • CENTRE D'INFORMATION

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Website URL


Twitter


Instagram


Skype


Steam


PSN


XBOX Live


Lieu

1 résultat trouvé

  1. [prend une grande inspiration] Je vais à la pharmacie. Je paie mes choses. La caissière sort un sac en plastique pour les emballer. Comme d'habitude je l'interromps pour lui dire que je vais mettre les articles dans mon sac à dos. Comme d'habitude la caissière tombe dans un état de choc nerveux parce que j'ai brisé son protocole (non mais pauvre elle, sérieux). Aujourd'hui - Qu'est-ce qu'il y avait dans mes céréales ce matin? Je ne sais pas - ça m'a mis en tabarnak. Ça fait des décennies qu'on parle de pollution sans rien faire, pis faut encore qu'on dérange le monde pour qu'il crisse pas du plastique partout autour de nos affaires. Je me sens mal. Parce que j'ai manqué l'occasion de chialer quand j'étais commis. Ma job, c'était littéralement de me faire achaler par ma gérante pour emballer les osti de légumes dans du cellophane, pour ensuite me faire achaler par les vieilles crisses de bourges pour les déballer, pour me faire ré-achaler par la gérante qu'il faut les emballer de nouveau. J'aurais dû lui parler avec ma colonne pis ma conscience de malade imaginaire. Faire un fou fatigant de moi en lui expliquant l'impact du continent en plastique, en lui disant qu'y rien qu'à mettre une pile de sac en tissu à l'entrée pis m’obstiner furieusement comme une soccer-mom-cheveux-trois-couleurs-entre-deux-lifts-sur-l'heure-de-pointe, jusqu'à en arriver au grand patron pour le convaincre d'éliminer cette manie de tout emballer dans du pétrole avant qu'il m'éclate de rire dans la face pour me dire que ça va affecter sa marge de profit de 00,000875% et qu'il ne peut pas le faire. Sacrament. Même si je doute que ça aurait fait quelque chose, ça aurait été un crisse de soulagement. Pis je me sentirais libre de replacer la caissière de la pharmacie qui emballe plus vite que son ombre à paupières pleine de brillants(!) toutes ces prescriptions de pilules qui m'empêchent de péter un câble alors que c'est ça qu'il faudrait que je fasse dans un monde normal où le plastique ne devrait pas exister. Faut se battre pour faire le moindre geste, sti. Sorel ça pue la merde. Quand je marche dans la rue, j'suis un crisse d'alien parce que j'ai pas de char. J'partage le ciment rien qu'avec les robineux pis les sans-abris, d'ailleurs on les traite comme des lignes de trottoir, en sautant par dessus. Des fois, j'fais les cents pas sur le bord du fleuve et je regarde ce qu'est devenu du projet de l'Écomonde du Lac Saint-Pierre : On a bétonné le quai, on a planté trois ginko, fait une sphère wierd, pis on a appelé respectivement ça un parc, un espace vert et une expérience inédite. Quel progrès, Sorel je fier de toi. Et ce n'est pas tout. La commission scolaire de Sorel-Tracy a rasé le boisé environnant la polyvalente. Pour quelle raison, me direz-vous? "Pour mieux les surveiller, ces crisses de chenapans de jeunes ingrats", de dire les commissaires. Ah. Parce qu'on doit avoir de la gratitude pour vos gestes, mesdames messieurs les commissaires? [expire un souffle de mort]
×
×
  • Créer...