Aller au contenu

Le Radeau de la Méduse

Coqueta

Ce tableau, de très grande dimension (491 cm de hauteur et 716 cm de largeur), représente un épisode tragique de l'histoire de la marine française : le naufrage de la frégate Méduse, qui s'échoue sur un banc de sable au large des côtes de l'actuelle Mauritanie, le 2 juillet 1816. Au moins 147 personnes se maintiennent à la surface de l'eau sur un radeau de fortune et seuls quinze embarquent le 17 juillet à bord de L’Argus, un bateau venu les secourir. Cinq personnes meurent peu après leur arrivée à Saint-Louis du Sénégal, après avoir enduré la faim, la déshydratation, la folie et même le cannibalisme.

Hergé reprend ainsi la composition du tableau dans la couverture de Coke en stock (1958), le dix-neuvième album des Aventures de Tintin, dont le récit se passe en partie sur un radeau de fortune. Dans une scène où le capitaine Haddock tombe à l'eau et remonte à la surface avec une méduse sur la tête, Tintin lui demande : « Vous voulez donc à tout prix que ce soit réellement Le Radeau de La Méduse ? ». De même, dans Astérix légionnaire (1967) de René Goscinny et Albert Uderzo, le radeau sur lequel finissent les pirates après que les Gaulois ont coulé leur navire est une copie fidèle du Radeau de La Méduse ; l'allusion est en outre redoublée par une phrase prononcée par le chef des pirates (« Je suis médusé »)

Dans son album de 1964 intitulé Les Copains d'abord, Georges Brassens fait référence au radeau dans la chanson éponyme : « Non ce n'était pas le Radeau / De La Méduse ce bateau / Qu'on se le dise au fond des ports / Dise au fond des ports ».

asterix_la_meduse-b0ece.png

delacroix+gericault.jpg

Image36.jpg

La composition picturale est essentiellement basée sur trois structures pyramidales. La première est formée par le mât et les cordes qui le tiennent. Elle englobe la seconde à la gauche du tableau, formée par des hommes morts ou désespérés. La troisième met en scène, à sa base, des cadavres et des mourants, desquels émergent les survivants ; à son sommet culmine l'espoir de sauvetage, avec la figure centrale de l'homme agitant sa chemise. Critiquant une France conservatrice et esclavagiste, Géricault peint comme héros central non pas un Noir - comme on l'écrit souvent - mais un métis, fruit de l'union de deux races et qui symbolise le futur de la France.

Informations sur la photo


Recommended Comments

C'est moi où tu as visionné le documentaire sur le sujet ?

Celui où ils refont le radeau de 20 mètres, là. Et qui finit sur le constat qu'il y a 3 negro dans la barque, et que Géricault c'est un couillu ( même s'il a assombri l'ensemble exprès pour pas se faire chopper) et que le romantisme blabla, c'est inexorablement lié au politique ?

J'ai failli en faire un sujet.

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

C'est moi où tu as visionné le

sur le sujet ?

Celui où ils refont le radeau de 20 mètres, là. Et qui finit sur le constat qu'il y a 3 negro dans la barque, et que Géricault c'est un couillu ( même s'il a assombri l'ensemble exprès pour pas se faire chopper) et que le romantisme blabla, c'est inexorablement lié au politique ?

J'ai failli en faire un sujet.

Non c'est dans une émission de radio dans laquelle on se moquait d'une biographie de joueur de hockey

Les sports avec Olivier Niquet, spéciale livres. 17h 40

Partager ce commentaire


Lien vers le commentaire

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Ajouter un commentaire…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement
×
×
  • Créer...