Aller au contenu

Jeb Bush: l'humiliation du fils préféré

Le troisième des six enfants de George H.W et Barbara Bush s’est dit « prêt à diriger les Etats-Unis ». Les Roosevelt et les Bush ont déjà assumé la fonction présidentielle durant 32 ans en un siècle et les interconnections familiales sont innombrables en politique dans ce pays, du premier au dernier échelon de la vie publique. Pour l’anecdote, sur les 42 présidents qui ont précédé Bill Clinton, 33 descendaient par le sang de deux monarques européens: Alfred le Grand, roi d'Angleterre, et Charlemagne.

Le Tea Party le déteste et qu’il est la cible favorite d’une poignée d’influents commentateurs à travers les médias conservateurs. Parmi ceux-ci, des voix très écoutées telles que celle du très véhément Rush Limbaugh, mais aussi de Mark Levin ou de Laura Ingraham, déversent depuis de longs mois des torrents d’attaques inimaginables de violence contre lui chaque semaine. Le point commun de tous ces adversaires chevronnés ? Ils attribuent aux Bush – c‘est à dire aux deux derniers présidents républicains, ce qu’ils considèrent comme les conséquences catastrophiques de l’affaiblissement des Républicains et les catastrophes que sont l’Obamacare, les désastres d’Irak et d’Afghanistan, le développement des énergies vertes, la généralisation des ampoules à basse consommation, l’ouverture des frontières, la réduction de l’arsenal nucléaire, et l’on en passe.

À 91 ans, George Bush père a délaissé les reprises de son émission de télévision préférée, CSI, pour dévorer de façon obsessive la couverture quotidienne de la campagne présidentielle sur Fox News et regarder les débats entre les candidats à l'investiture du Parti républicain. «Il jette ses chaussures sur la télé quand son fils est attaqué ou insulté par notre candidat favori», a déclaré Jeb Bush lors d'un rassemblement au New Hampshire, faisant référence à Donald Trump, l'un des trois ou quatre candidats républicains qui le devancent dans les sondages.

Un de ses adversaire est le sénateur de Floride Marco Rubio, «l'Obama du Parti républicain», pour reprendre les mots d'un conseiller de Jeb Bush. L'expression se voulait une insulte. Mais Marco Rubio a eu le dessus sur Jeb Bush lors du troisième débat républicain, tenu mercredi soir dernier. Attaqué pour son manque d'assiduité au Sénat, le jeune sénateur a eu cette réplique qui a dégonflé celui qui est considéré comme son mentor: «J'ai écouté Jeb ces dernières semaines, alors qu'il voyageait dans tout le pays et disait qu'il avait pour modèle John McCain, qu'il allait faire un come back comme lui en se battant dans le New Hampshire et dans d'autres États [...]. Je ne me souviens pas de vous avoir jamais entendu vous plaindre [de l'absentéisme] de John McCain [au Sénat]. La seule raison pour laquelle vous le faites maintenant est parce que nous sommes tous deux candidats au même poste, et que quelqu'un vous a convaincu qu'il est dans votre intérêt de m'attaquer.»

Sa campagne présidentielle commence sérieusement à ressembler à sa première campagne au poste de gouverneur de Floride, en 1994. Accompagné de sa femme Barbara, George Bush père s'était alors déplacé à Tampa pour rassurer les donateurs républicains de l'État et témoigner de son affection particulière pour Jeb.

«Personne n'aime ne pas finir ce qu'il a commencé à faire, mais le produit final est assis ici», avait déclaré le 41e président en montrant du doigt son fils Jeb.

Son adversaire démocrate et vainqueur éventuel, Lawton Chiles, avait sauté sur l'occasion pour se moquer du candidat républicain en utilisant ses prénoms officiels.

«John Ellis, quand allez-vous cesser de demander à maman et à papa de venir ici pour lever un autre million de dollars? Quand allez-vous vous tenir sur vos propres jambes?», avait-il demandé.

La semaine dernière, Donald Trump a également tourné en dérision la rencontre de Jeb Bush à Houston «avec maman et papa».

http://www.marianne.net/obj-washington/jeb-bush-anti-heros-republicains-100234622.html

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201511/01/01-4916154-jeb-bush-lhumiliation-du-fils-prefere.php

Informations sur la photo


Recommended Comments

Aucun commentaire à afficher.

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...