Aller au contenu

Des milliers de femmes refusent de se raser le poil...


Gynocratie
 Partager


La communauté Hairy Legs Club invite les femmes du monde entier à partager des photos de leurs jambes poilues sur la page tumblr du groupe.

733px-Androgenic_hair.svg.png

À note que les femmes de certains groupes ethniques sont plus poilus que les hommes de certains groupes ethniques.

800px-Bodyhair_map_according_to_American_Journal_of_Physical_Anthropology_and_other_sources_vectorized.svg.png

Une paléoanthropologue américaine a écrit une phrase qui pointe clairement l'action des idéologies de genre sur la réalité biologique:

Chez les humains, il existe d'une manière presque certaine des sélections créatrices de dimorphisme sexuel dues au fait qu'un extrême recouvrement dans l'apparence entre homme et femmes n'est pas toléré.

La corrélation génétique paraissant relativement importante sur ce type de caractère, il est biologiquement impossible d'avoir à la fois des hommes poilus et des femmes répondant à des critères drastiques de glabreté d'ou la peine infinie que certaines femmes se donnent pour éradiquer leurs poils. Les femmes payent ici, ,si l'on peut dire, l'idéal de virilité des hommes.

Une étude récente d’écologie comportementale montre pareillement que les femmes chinoises n’ont aucun goût pour les phénotypes masculins poilus. La question reste à creuser: dans les populations où le poil est érigé en marqueur biologique de la différenciation sexuelle, on observe un dimorphisme sexuel de la distribution pileuse, tandis que là où la glabreté semble être un critère d’« humanité » partagé au même titre par les hommes et par les femmes, aucun dimorphisme ne semble se manifester.

Des théories européennes du xviiie siècle avaient résolu la question: les hommes sans barbe et sans poils n’étaient pas des hommes: ils étaient des femmes, dépourvus de puissance sexuelle, incapables de régénérer leur race.

Aujourd'hui dans le banal fonctionnement de la dictature du genre (Guilbert, 2004), la pire chose pour un homme n’est pas d’être comparé à un animal: c’est d’être confondu avec une femme et vice versa.

  • J'aime! 3
 Partager


Commentaires recommandés

Tu savais que les Américaines n’avaient commencé à se raser les aisselles qu’en 1915 ? Et tu sais pourquoi ? À cause d’une publicité publiée dans le Harper’s Bazaar. On y trouvait une femme en robe sans manches, les aisselles épilées. La légende disait : “Les robes d’été imposent aux femmes de se débarrasser de leurs poils indésirables.” Mais avant cette publicité, les Américaines ne considéraient pas leurs poils comme un problème. Pareil pour les poils de jambes : il a fallu attendre que les robes soient plus courtes pour qu’on les trouve déplaisants. Ces “idéaux féminins” sont bien plus modernes que tu le crois. »

Suis-je vraiment le seul type au monde à penser que les poils de femme sont agréables à toucher, à sentir et à lécher ? Je connais peu de sensations aussi agréables que celle que procure le frottement de mon pénis contre les poils de jambe d’une femme. Le pénis est fait pour être caressé. Et il n’y a rien de plus agréable que de frotter son pénis contre des poils de jambe. Je suis sûr qu’il existe des millions de mecs comme moi, mais qu’aucun d’eux n’ose avouer son fantasme parce qu’ils ont trop peur de se faire taxer de fétichisme. Pour leur défense (et la mienne), en plus de ne pas trouver les poils de femme repoussants, je leur trouve également un intérêt sexuel. J’envisage les poils comme des organes sexuels qui ne demandent qu’à être sentis, léchés, frottés, tirés, tressés ou mâchés. La fourrure épaisse d’une femme peut vous paraître repoussante si vous ne comprenez pas l’excitation qu’on peut ressentir en se frayant un chemin du bout de la langue dans une épaisse traînée de poils. Les poils qui entourent les aréoles d’une femme peuvent vous paraître repoussants si vous ne voyez pas ces poils comme une extension des seins. Si vous pensez qu’une femme à la chute de reins poilue est repoussante, c’est probablement parce que vous n’avez jamais eu le privilège de baiser l’une de ces femmes.

Les poils peuvent transpirer, ce qui leur donne un goût presque âcre. Et qu’est-ce que l’on trouve derrière des poils âcres ? Un vagin. Ainsi, une femme poilue est dotée de quatre vagins – deux aisselles, un anus et un vagin.

Lien vers le commentaire

Encore d'autres qui ont mal compris l'expression "à poil salope !".

Lien vers le commentaire

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
×
×
  • Créer...