Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'vie'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Facultatives. Les étiquettes facilitent le repérage et le triage. Aussi, elles peuvent surprendre ou déjouer le lecteur; soyez créatifs! Veuillez-les séparer par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forum

  • RÉCEPTION ET TRIAGE
  • NOS CONTENEURS
    • #0001 - MATIÈRES GÉNÉRALES
    • #0420 - MATIÈRES PSYCHIQUES
    • #0037 - MATIÈRES ARTISTIQUES
    • #0018 - MATIÈRES LICENCIEUSES
  • ZONE CONTAMINÉE
    • ROI DE LA MONTAGNE
    • FOSSE AUX RATS
  • ZONE PRÉSERVÉE
    • CENTRE D'INFORMATION

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Website URL


Twitter


Instagram


Skype


Steam


PSN


XBOX Live


Lieu

4 résultats trouvés

  1. xjdjwhwj172727

    Le Don d'Organes

  2. Trois exoplanètes «potentiellement habitables» ont été découvertes en orbite d’une petite étoile et offrent pour la première fois la possibilité «de trouver des traces chimiques de vie en dehors de notre système solaire», selon une étude publiée lundi dans la revue Nature. Ce trio planétaire, qui transite autour d’une étoile naine ultra-froide, est comparable en taille et en température à la Terre et à Vénus. Une équipe internationale de chercheurs, menée par Michaël Gillon de l’université belge de Liège, a débusqué ce trio à environ 39 années-lumière de la Terre, donc une distance «proche» de la Terre en espace astronomique. «Ces trois planètes sont les premières opportunités de trouver des traces chimiques de la vie en dehors de notre système solaire», a déclaré à l’AFP Michaël Gillon, astrophysicien. Les trois objets célestes réunissent trois caractéristiques exceptionnelles, nécessaires à la recherche de traces de vie. Elles sont «de taille similaire à la Terre», «potentiellement habitables» et «propices aux études atmosphériques détaillées avec la technologie actuelle» puisqu’elles ne sont pas trop éloignées. Jusqu’à aujourd’hui, on ne savait pas que des planètes telluriques, similaires à la Terre, pouvaient orbiter autour d’une étoile naine, a expliqué le chercheur. «Grâce à cette étoile, TRAPPIST-1, on sait que c’est le cas», a-t-il souligné. Jusqu’à présent, la recherche d’exoplanètes habitables se focalisait autour d’étoiles plus grosses, plus semblables à la plus connue d’entre elles, le Soleil. Pour leur recherche, Michaël Gillon et ses collègues ont utilisé un petit télescope de 60 cm, installé au Chili. Ce télescope à infrarouge permet de traquer les étoiles trop petites et trop sombres pour les télescopes optiques. «Notre découverte ouvre un nouveau terrain de chasse» autour de ces petites étoiles, s’est enthousiasmé Michaël Gillon. «À l’échelle de la Galaxie, cela représente des milliards d’endroits en plus où la vie aurait pu se développer!» Selon les chercheurs, deux des trois planètes orbitent près de l’étoile, tandis que la troisième se situe probablement dans la zone habitable de TRAPPIST-1. Cette zone, où il ne fait ni trop chaud ni trop froid pour maintenir l’eau sous une forme liquide, peut permettre le développement d’une forme de vie telle que nous la connaissons sur Terre. Cette planète peut «potentiellement abriter de la vie sur toute sa surface», explique le chercheur. Les deux autres planètes, plus proches de l’étoile, «sont trop chaudes pour cela mais pourraient avoir des zones d’habitabilité, avec des températures suffisamment basses pour permettre l’existence d’eau liquide et peut-être de vie». La température, la taille et la composition de ces nouvelles planètes les rapprochent fortement de la Terre. Mais il faudra attendre de définir avec exactitude leur masse, leurs caractéristiques atmosphériques (si elles ont une atmosphère) pour savoir si elles sont réellement propices à la vie. Des informations que les chercheurs pourraient obtenir «relativement rapidement» grâce à la technologie actuelle, «d’ici 5 à 10 ans, notamment avec le télescope spatial James Webb qui sera lancé en 2018», selon Michaël Gillon.
  3. Hello hello. Je me questionnais avec une illustre dame, et je me demandais si d'après vos témoignages nous pourrions avoir un échantillon encore plus varié que le notre en vous posant la problématique suivante: Pensez-vous que plus on attends avant de se mettre en couple avec quelqu'un, plus les probabilités que ce couple dure sont grandes ? J'ai rien trouvé d'expert sur la question. Juste des témoignages de gens qui m'ont dit " Ah oui c'est vrai, moi j'ai attendu longtemps avec d'être untel, et du coup ça a eu plus de valeur et de poids dans ma vie". Quand à moi même, j'avoue que si des coups d'un soir sont devenus des relations aussitôt après qui ont duré plus d'une année, celle qui a battu les records de longévité chez moi ( 3 ans) m'a fait vivre 6 mois de labeur avant sa concrétisation. Chez moi cette théorie se valide très clairement ! Et vous ?
  4. Ces jours-ci, je me suis rendue compte que je ne craignais pas particulièrement la mort. J'ai un peu peur de la douleur que ma mort pourrait me faire ressentir, mais je ne crains pas le fait d'être mort.Mon véritable effroi: j'ai très peur d'être oubliée. Éventuellement, tous les gens qui m'ont connue vont aussi mourir, et mon bref temps sur Terre n'aura plus aucune influence sur rien, ni personne. Malheureusement, la mort et notre éventuelle tombée dans les abysses de l'oubli sont aussi inévitables que le lever et coucher du soleil. À moins d'être un Aristote, Platon, George Washington, Beethoven ou autre, nous finirons tous par être oubliés, un jour. Suis-je la seule à craindre tomber dans l'oubli davantage que la mort?
×
×
  • Créer...