Aller au contenu
FredRomano

L'économie vue par une neurodégénérative

Déchet(s) recommandé(s)

Mon neurologue m'appelle neurodégénérative chronique, cad déchet même pas ambulant. Cependant, depuis que je suis malade, j'acquiers très facilement de nouvelles compétences. Ainsi, pour des besoins littéraires, je me suis mise à explorer sérieusement l'économie en anglais, un domaine dans lequel j'étais -je suis encore- totalement ignorante et en français et en espagnol me révulse. J'ai très rapidement détecté cette anormalité: le GPD, base du marché de valeurs comme des échanges monétaires ou base des prévisions budgetaires nationales, est directement hérité de la Grande Dépression US. On peut dire que c'est l'outil que les Américains ont inventé pour tenir à distance le spectre de la Grande Dépression. Ensuite, après la guerre, c'est devenu le mètre étalon pour déterminer quels pays européens avaient besoin de l'aide US et du plan Marshall. Depuis, c'est l'outil universel qui régit jusqu'à la macro-économie, bien que le reste du monde n'ait pas connu la Grande Dépression et que le plan Marshall n'est plus qu'un cauchemar du passé. Il ne s'agit d'une thèse que j'ai copiée, mais de ma manière innée de détecter des erreurs dans des systèmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par RBC
      Bonjour,
      Je me suis présenté au Subway pour appliquer mon stratagème complexe d'achat.
      Lorsque je me présente au restaurant, j'achète une carte cadeau à 25 dollars. J'utilise alors le sandwich de 6 pouces gratuit que je prend dans les plus onéreux. 
      Cette fois ci j'ai opté pour les côtes levées. 
      Ensuite, j'applique mon coupon deux pour un sur les sandwichs 6 pouces au poulet grillé et au thon. 
      Ce qui fait que je repars toujours avec 3 sandwichs pour le prix d'un.
      Ce qui est particulier cette fois-ci c'est que j'ai demandé si il était possible d'acheter une carte cadeau avec une carte cadeau dont il restait 9 $ de balance en crédit, 
      et de payer ce qui reste en argent. 
      On m'a répondu par l'affirmative mais qu'il était plus facile de les commander avant d'acheter la nouvelle carte cadeau.
      Une fois les trois sandwichs préparés par l'artiste local, on m'a affirmé qu'il était interdit de mettre le sandwich au thon dans le four à panini car il fallait ensuite nettoyer la plaque. 
      Ce que toute autre employé accepte normalement de faire à cette succursale, celle-ci l'a refusé. D'accord je veux bien mettre de l'eau dans mon vin. Procédons. 
      Ensuite on me dit que la transaction monte à 36 dollars quand le vrai montant devrait être 16 $ + 9 $ facturé sur ma nouvelle carte cadeau.
      En faisant des corrections à la caisse elle me demande alors de débourser la somme de 25 $ soit la totalité de la carte cadeau que j'achète et charge le sous-marin sur la première carte cadeau.
      Vous comprendrez alors que je me retrouve dans la même situation que lorsque j'ai posé la question au début de l'entretient. 
      Devant les limites rencontrées par la caissière je n'en fait pas plus un cas et j'accepte tout bonnement le résultat malgré tout. 
      Il me semble pourtant que la transaction n'était pas un logarithme mathématique avancé ?
      Qui plus est il y avait une faune assez distinctive de la basse-ville qui discutait grassement de massacres de poupons et de pénitencier à une table avec toute la finesse d'un Tonka jaune de 35 pieds.
       
    • par FredRomano
      Miguel de Cervantes a passé cinq ans en tant qu'esclave à Algiers. Une partie de son travail d'esclave a été de réaliser ce livre, avec l'aide de son maïtre Hassan Pacha Veneziano. J'ai réalisé la traduction sur la base du seul livre original au monde, conservé à la Bibliothèque de Catalogne. Ce livre a été dissimulé durant le 20ème siècle, à cause de la dictature franquiste, ce qui explique pourquoi les universitaires du monde entier ne le connaissent pas. En revanche, ils s'appuient tous sur la version censurée, modifiée, ignoble, aberrante et illégale des militaires français en 1870, ce qui les a menés aux pires des incohérences, dans l'irrespect absolu de l'oeuvre. Une américaine a même reçu 150.000 $ des USA pour une traduction à l'anglais de ce torchon. Le plan des français en 1870 était de ridiculiser l'Histoire de l'Algérie, afin de rendre la civilisation française évidemment indispensable. Pour tous ces universitaires tricheurs et paresseux, je suis devenue un déchet gênant que l'on ne peut traiter que par le mépris. Mais heureusement, mon livre est sorti en Algérie, où il rencontre beaucoup d'intérêt populaire. Le silence des universitaires algériens est d'autant plus désolant qu'ils défendent la version des militaires français. Heureusement, l'université de Bejaia (Algeria) a accepté de mettre en ligne une copie digitale du seul livre original existant, indisponible jusque-là en Algérie, et qui sera prochainement mis en ligne.
      https://www.facebook.com/topographieethistoiregeneraledalger
      DIALOGUE DES MARABOUTS de Miguel de Cervantes et Hassan Pacha Veneziano 1612: une traduction de Fred Romano (2017) (French Edition) eBook: Traduction Fred romano (2017), Hassan Pacha Veneziano, Fred Romano: Amazon.es: Tienda Kindle
       
       
    • par RBC
      Si les emplois ne sont plus disponibles en augmentant le salaire minimum alors qu'ils disparaissent. Il faut savoir reconnaître la valeur du travail accompli. Il est anormal qu'une personne qui travaille durement ne gagne que 5 ou 10 % de ce qu'une personne autre gagne parce qu'elle a étudié et s'est endettée de milliers de dollars à l'université. Le coût de la vie augmente plus rapidement que le salaire minimum et les travailleurs sont la classe d'utilisateurs dont les coûts sont les plus élevés pour les services publics comme les transports en commun. Si un agent de sécurité qui ne fait que pratiquer la surveillance d'un secteur donné mais n'accompli pas de tâches spécifiques en dehors de son mandat recoit un salaire de base de 17 dollars de l'heure, pourquoi un plongeur qui exécute une charge de travail beaucoup plus imposante et à un rythme plus épuisant gagnerait 10 dollars 75 $ de l'heure ? C'est d'une absurdité flagrante. Et je ne compte pas le nombre de personnes possédant des DEC et des AEC ou même des BAC qui ne se trouvent pas d'emploi dans leur domaine car il est tout simplement saturé. L'offre est trop grande comparativement à la demande pourtant ils ont été acceptés dans ces programmes d'études et doivent eux-aussi des milliers de dollars en prêts et bourses.
×
×
  • Créer...