Aller au contenu
Gamin

Si vous pouviez écrire un livre, faire un film, un jeu vidéo...

Déchet(s) recommandé(s)

Des fois on a juste des idées qui nous titillent qu'on sait très bien qu'on ne réalisera jamais, des fantaisies, des rêves, des espoirs... peut être des choses qu'on aurait envie de faire, ou des choses qu'on aurait envie de consommer, que ce soit une idée de livre, de film, de jeux vidéo, n'importe quel projet créatif du genre:

Ce serait à quel sujet? Quel genre? De quoi parleriez-vous? Comment aborderiez-vous le sujet?  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aimerais bien créer un univers 3D immersif et abstrait pour en faire une expérience à portée philosophique. Et j'aimerais extendre cet univers d'un medium à l'autre. On pourra ainsi en explorer toutes les facettes,à travers les textes, les images, les musiques (signées Gamin?), etc. 

J'veux faire en sorte qu'on puisse marcher dans un Kupka ou un Kandinsky comme si c'était une ville-fantôme et qu'on se pose plein de questions sur la vie, la mort, l'humain, l'univers, la Terre, bla bla.

 

ob_dc9e2c_srth.thumb.jpg.46cfd6abe56aca72ea28f2415323afd4.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Goéland a dit :

J'aimerais bien créer un univers 3D immersif et abstrait pour en faire une expérience à portée philosophique. Et j'aimerais extendre cet univers d'un medium à l'autre. On pourra ainsi en explorer toutes les facettes,à travers les textes, les images, les musiques (signées Gamin?), etc. 

J'veux faire en sorte qu'on puisse marcher dans un Kupka ou un Kandinsky comme si c'était une ville-fantôme et qu'on se pose plein de questions sur la vie, la mort, l'humain, l'univers, la Terre, bla bla.

  Masquer le contenu

ob_dc9e2c_srth.thumb.jpg.46cfd6abe56aca72ea28f2415323afd4.jpg

Ça m'inspire une version digital du musée Meow Wolf de Santa Fe, est-ce que c'est quelque chose qui s'approche de ton idée?

Citation

Who we are

Meow Wolf is a Santa Fe, New Mexico based arts and entertainment group that established in 2008 as an art collective.

The company is composed of nearly 200 artists across all disciplines including architecture, sculpture, painting, photography and video production, virtual and augmented reality, software and hardware development, music and audio engineering, narrative writing, costuming and performance, and more. Basically everything.

What we do

Meow Wolf creates immersive, interactive experiences to transport audiences of all ages into fantastic realms of story and exploration. The group’s first permanent installation, launched in March 2016 with support from Game Of Thrones creator George R.R. Martin, showcases the THEA Award-winning House of Eternal Return, where guests discover a multidimensional mystery house with secret passages, portals to magical worlds, climbing apparatus, and surreal, maximalist & mesmerizing art exhibits along with a children’s learning center, top ten in the U.S. music venue and cafe area.

Impact

Meow Wolf champions otherness, weirdness, challenging norms, radical inclusion, and the power of creativity to change the world.

We are different type of company. We are legally registered as a public benefit corporation and certified as a Benefit Corporation or B Corp. We value more than just making money; to us that means bolstering our creative team, giving back to our community, and doing our part for the environment.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, c'est ça en version digitale/VR, mais sans représentation du monde réel. Au lieu d'entrer dans une cuisine, ou un SAS, ou de se promener dans la forêt, on entre dans des patterns de formes et de couleurs. Le moins de codes possible auxquels se rattacher, le but étant de se perdre et se retrouver dans un mindfuck merveilleux.

Edit : Avoir le même sentiment que lorsqu'on voit le Codex Seraphinianus pour la première fois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais le goût d'un film qui n'existe malheureusement pas. Alors je vous présente:

Mannen i den främre (The Man in the Front/L'homme à l'avant)

Filip a 63 ans, depuis 40 ans il est le chauffeur désigné de l'autobus scolaire de la petite communauté de Ånge, en Suède. Les enfants qu'il conduit ont entre 5 et 14 ans. Une fois à l'extérieur de l'autobus ils sont bien élevés, sages et dociles et s'adaptent très bien à la réalité de la société des adultes, de parents et d'enseignant. Cependant, l'intérieur de l'autobus devient leur propre micro-société: Filip est donc témoin d’événements, de discussions et de réflexions qui ne transparaissent jamais à l'extérieur de cette réalité; il voit ces enfants pour ce qu'ils sont réellement et personne ne peut donc croire à ses inquiétudes lorsqu'il en fait part.

-------------

Ça serait donc un huis-clos dans l'autobus, y'aurais un seul dolly shot pis c'est la caméra placé a l'arrière de l'autobus qui film la fenêtre avant, et qui recul de l'avant de l'autobus vers l'arrière, alors qu'on voit un après l'autre les élèves tournés vers l'arrière qui observent Filip et un policier discuter en hors plan à l'extérieur de l'autobus parce qu'il semblait zig-zager un peu après un série de turbulence - évidemment le policier ne croit pas Filip losqu'il dit avoir été dérangé par les élèves, parce qu'il reconnaît les élèves à l'intérieur: Matthias Bergman, Inger et Dolph Oland, Ernst Tengrenn, etc, qui sont tous des élèves anges modèles bien sûr (on entend leur conversation en sourdine alors que Matthias essaie de garder le calme sur les autres élèves: moment intéressant qui surligne la psychologie complexe des élèves, quand on entend le policier s'approcher, tout les élèves lui souris et lui envoie la main poliment).

Niklas est un des élèves qu'on ne voit pas dans le film mais qui est mentionné quelques fois, il n'est pas dans l'autobus parce que Filip l'adore et il "fait semblant" de l'oublier à son arrêt la majorité des matins: Niklas se fait constamment battre et bullier par les autres et sa marche matinal (et le fait d'arriver en retard a cause du chauffeur) est son seul répit dans la journée.

Comme c'est suédois, ça finit quand les enfants arrive à l'école, sortent de l'autobus et sont exécrablement gentil et courtois avec les professeurs; Filip est épuisé, pratiquement au bout du désespoir. La caméra est à l'arrière de l'autobus et film l'avant, on a le meme dolly shot que plus tôt mais cette fois sans les eleves, Filip a un petit monologue a propos des themes du films et il finit par se retourner vers l'arrière pour reculer l'autobus, on entend un bruit sec, Filip freine l'air paniqué, on entend plusieurs enseignants crier "Niklas? NIKLAS!?" et le film finit là.

Le titre est un jeu de mot sur la position du chauffeur (l'homme à l'avant), également sur son supposé rôle de modèle social (l'homme qui guide), mais aussi sur la façade que les gens mettent "à l'avant" (les masques que les élèves mettent devant eux pour jouer au jeu de la Société).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×