Aller au contenu

Pour en finir avec l'hydrogène vert


Déchet(s) recommandé(s)

Bien que le véhicule électrique à batterie prenne de plus en plus de place dans le parc automobile, il existe une autre alternative dans l’offre des véhicules zéro émission : la pile à combustible à hydrogène.

L'hydrogène vert peut être produit à partir d’eau et d’électricité: c’est l’électrolyse de l’eau. L’électrolyseur sépare une molécule d’eau en hydrogène et en oxygène. Vu depuis le Québec, l’hydrogène “vert” semble vertueux, mais à l’échelle mondiale éoliennes et panneaux photovoltaïques sont peu respectueux de l’environnement et du travail humain. La fabrication d’une éolienne nécessite, par exemple, 400 kg de néodyme, une terre rare extraite en Chine en utilisant des solvants toxiques, cancérogènes, provoquant des ravages sur la faune, la flore et les eaux.

L'espoir du développement, celle de l’hydrogène « blanc », c’est-à-dire naturel, dans les poches à gaz découvertes dans la croûte de continents anciens mais dont l’exploration est encore balbutiante.

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 9 mois plus tard...

Dominique Anglade veut mener la province vers une grande transition énergétique. Mais pour ce faire, il lui faudra de l'électricité. Beaucoup d'électricité. Le projet phare de sa campagne, le plan ÉCO, promet des investissements de 100 milliards $ dans la production d'hydrogène vert. L'objectif : atteindre la carboneutralité d'ici 2050. Le plan libéral prévoit que cette transition nécessitera 170 térawattheures (TWh) d'électricité. Selon des experts consultés, le Québec produit en ce moment environ 200 TWh, dont 175 sont destinés à la consommation. Àterme, les libéraux proposent ainsi de pratiquement doubler la quantité d'électricité disponible pour la province. Et ce, sans construire de nouveaux barrages. Pour y arriver, le Parti libéral propose un cocktail de solutions, qui comprend entre autres des économies majeures d'énergie en remettant sur pied le crédit d'impôt RénoVert et en revoyant le Code du bâtiment, afin de rendre les nouvelles constructions plus performantes.On prévoit ainsi des économies de 16 TWh. Les quelque 150 TWh restants devront être produits à l'aide d'énergies renouvelables, avec un accent tout particulier sur le développement de parcs éoliens. Or, ce choix de tout miser sur l'hydrogène vert laisse dubitatif Jérôme Dupras, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie écologique et guitariste des Cowboys Fringants. Mais Jérôme Dupras apporte une nuance : de nombreux secteurs pourraient avoir recours à ce type d'énergie pour décarboniser leurs pratiques. Tout ce qui n'est pas relié au réseau électrique pourrait bénéficier de l'hydrogène vert, dit-il, citant en exemple le transport lourd, auquel fait également référence Dominique Anglade lorsqu'elle énumère les bienfaits de son projet. Le  professeur souligne que certaines mines utilisent encore le diésel pour propulser leurs opérations. Selon lui, l'hydrogène vert permettrait d'atteindre des objectifs de carboneutralité dans le secteur industriel. Les producteurs d'acier, d'aluminium et d'engrais pourraient ainsi bénéficier de ce développement énergétique.

https://www.google.com/amp/s/ici.radio-canada.ca/amp/1914332/parti-liberal-plq-transition-energetique-changements-climatiques-environnement

Justin Trudeau et Olaf Scholz signent un accord sur l’hydrogène à T.-N.-L.

La société à l'origine du projet terre-neuvien, World Energy GH2, a déclaré que la première phase devrait voir jusqu'à 164 éoliennes terrestres être construites pour alimenter une installation de production d'hydrogène. Les plans à long terme prévoient tripler la taille du projet.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

×
×
  • Créer...