Aller au contenu
1984

Sincèrement

Déchet(s) recommandé(s)

Il se passe quoi entre Pusha T et Drake ( encore ?), @MackBlack ? Je pourrais chercher, mais j'ai envie que tu m'expliques avec tes mots de grand sage. Je me souviens de l'épic Meek mill beef avec Drake, et de la victoire incontestée de celui ci ( j'écoute encore Back to back) mais là... on parle de Pusha T, kan meum.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'allais te faire un beau texte pour mettre en contexte tout ce beef, mais je suis tombé sur une vidéo qui explique la chose 1000 fois mieux que moi. Donc, voilà.

Je suis THAT paresseux.

 

Bref, c'est rendu bas en criss depuis la dernière réplique de Pusha T. Il s'attaque à sa mère, son père, sa fille et son ami. He crushed him.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas pu m'empêcher d'aller zieuter.

GANG PUSHA T DIRECT.

Il était temps que quelqu'un calme ce connard de Drake et son attitude de faux thug des familles là. En plus, l'image de Drake qui se grime en noir, là, il a fait fort le dude. C'était vraiment le coup fatal; Drake a essayé de se justifier, mais c'est trop tard. Le mec est affiché. Il a eu beau dire que c'était pour dénoncer le traitement des noirs à Hollywood, ça passe juste pas. Je jubile, honnêtement. J'ai toujours vu tout le monde se pâmer sur les bars de Drake et ses punchlines, mais honnêtement, il est tellement très pipi caca quand il beef. Même si il a du flow, le fait que mon anglais niveau 2 comprenne tout n'est pas un gage de qualité, bien au contraire.

Citation

 

On pensait avoir affaire à deux rappeurs s’envoyant des piques pour appuyer la promo de leurs projets respectifs. On se retrouve plongés au cœur d’un clash sans pitié.

Pusha T n'était pas prédestiné à alimenter tous les sites de buzz américains. Avant de devenir l'un des protagonistes d'un des clashs les plus violents du rap game US, il était honnêtement apprécié par les puristes et ça semblait le satisfaire. Son empoignade avec Drake au cœur de son nouvel album Daytona, a fait entrer l'artiste (Lord Willin' et Hell Hath No Fury avec The Clipse, My Name Is My Name en solo) dans une autre dimension.

Intégralement produit par un Kanye West plus que jamais au cœur des débats médiatiques, Daytona offre enfin au patron du label G.O.O.D. Music la reconnaissance populaire qu’il mérite. Avec tout ce que cela implique : les fausses rumeurs et les clashs, notamment. Ainsi, quand il balance "It was written like Nas but it came from Quentin" ("Ça été écrit comme Nas mais ça vient de Quentin") dans Infrared, en référence à Quentin Miller, ghostwriter présumé de Drake, Pusha T ne s'attendait probablement pas à ce que cette phrase déclenche une guerre ouverte avec l'artiste de Toronto – dont il remettait déjà en cause le succès planétaire en 2012 avec Exodus 23:1, l’attribuant plus volontiers à ses ghostwriters présumés, Lil Wayne et Birdman.

Pas là pour blaguer

Déjà véhément sur Two Birds, One Stone en 2016, où il questionnait la street cred de Pusha T, Drake n’a pas tardé à riposter : à peine vingt-quatre heures après la sortie de Daytona vendredi dernier, il aiguisait déjà ses lames et le dézinguait à tout-va sur Duppy Freestyle. Extraits choisis (on vous épargne ceux sur sa femme, Virginia Williams, et son frère, No Malice, ancien complice au sein de The Clipse) : "Que penses-tu réellement du ‘négro’ qui fait tes beats ?", "Tu n’es même pas dans le top 5 des artistes de ton propre label" ou encore "Dis à Ye' qu’on va lui envoyer une facture, car on vient de faire monter tes ventes de 20 000."

Dans la foulée, Pusha T passe par Twitter et demande à Drake de lui envoyer cette fameuse facture. Le Canadien obtempère, accompagne son post d’une note de 100 000 dollars pour "assistance promotionnelle et revitalisation de carrière" et en profite pour dévoiler un extrait de son nouvel album, Scorpions, à paraître en juin (I’m upset)

On se dit alors que les deux camps ont réussi leur coup : le premier en braquant les projecteurs sur son album solo le plus abouti (sept titres, pas une seule fausse note et deux duos impeccables avec Rick Ross et Kanye West), le second en teasant son futur projet.

C’est oublier un peu vite que Pusha T a grandi au sein d’une famille de grossistes, qu'il a vu neuf de ses proches écoper de peines de prison allant de 10 à 34 ans, qu'il a lui même popularisé le coke rap ("Playas we ain’t the same, I’m into ‘caine and guns", rappait-il en 2002) et qu’il fait donc partie de ces mecs avec qui on ne blague pas.

Pusha T mitraille

Drake a beau prétendre le contraire, remettre en cause le passé de dealeur de son rival actuel et croire avoir le fin mot de toute cette histoire, c'est bien lui qui semble en position de faiblesse ces dernières heures après la nouvelle missive balancée par Pusha T. Basé sur le beat de The Story Of O.J. de Jay-Z, The Story Of Adidon est en effet un diss-track d'une rare violence.

Sans foi ni loi, on entend le rappeur de Virginie prétendre que Drizzy a mis enceinte l’actrice porno Sophie Brussaux et abandonné l’enfant ("Tu caches un enfant, laisse ce garçon rentrer à la maison [...] Adonis est ton fils/Et il il mérite plus qu’une journée presse avec Adidas/Aime ce bébé, respecte cette fille/ Oublie que c'est une star du porno, laisse la faire partie de ton monde"), tirer à boulets rouges sur son père ("Dennis Graham reste à l'écart, salope, je suis en tête-à-tête") et se réjouir que son producteur, Noah "40" Shebib, atteint de sclérose en plaques, n'ait plus beaucoup de temps à vivre ("OVO 40 commence à être voûté comme s’il avait 80 ans / Tick, tick, tick / Combien de temps lui reste-t-il ? Cet homme est malade, malade, malade ").

En trois minutes et treize secondes, Pusha T ne cherche donc pas qu’à riposter. Son ton est relativement posé (comme à son habitude), mais son intention est claire : avec The Story Of Adidon, il s’agit de détruire Drake, le ridiculiser et le rendre indéfendable auprès de ses fans les plus acharnés. Au point de l’humilier jusque sur la pochette du morceau : une photographie réalisée en 2008 par David Leyes lors d’une campagne pour la ligne de vêtements Too Black Guys où l’on voit le Canadien arborer un maquillage blackface...

https://www.lesinrocks.com/2018/05/30/musique/tout-ce-que-vous-devez-savoir-sur-le-clash-drake-pusha-t-111088498/

Ahah, ce morceau est une tuerie. 

https://genius.com/14675754

Edit: J'ai vu ailleurs que c'est parti sur une histoire de fringues à la base...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Drake est à Pusha T ce que Meek Mill était à Drake; un perdant.

Pusha T est un vieux de la vieille qui ne fait pas dans le mélo comme les rappeurs d'aujourd'hui. S'il veut t'assassiner, il va t'assassiner. Drake a été idiot de s'en prendre à lui. Faut choisir ses bagarres.

Sa carrière va peut-être en prendre un sacré coup.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sa carrière, ptet pas, mais sa street crédibilité, de fou.

J'viens de regarder les paroles en détails, et bordel, il le démonte comme un chateau de lego.

Citation

Lourd. Enchainement. Ce qui est bien c'est qu'on tappe vraiment dans les valeurs là. C'est vrai qu'on arrête pas de voir le père de Drake, mais sa mère, jamais. C'est parce qu'elle est blanche et que ça le rends moins thug ? Quand je repense à Worst behavior, putain :

Citation

"Nigga, where your shit from? I imported mine bar mitzvah money like my name Mordehigh
Fuck you bitch, I'm more than high
My momma probably hear that and be mortified
This ain't the son you raised who used to take the Acura
5 a.m. going shoot Degrassi up on Morningside
For all the stunting, I'll forever be immortalized"

Putain, le pauvre, quelle enfance difficile. 

Citation

Joulaime, Pusha. De toute façon moi je suis de la team Kanye, ça comprends tout ses sbires : Big Sean, Vic Mensa, Cudi, Pusha-T, et SURTOUT Travis Scott.

C'est marrant parce que le morceau est pas bien long, mais y a à boire et à manger sur toutes les lines.

 

Citation

Ahahahahahahahahaha

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai éclaté de rire à "A Steve Harvey-suit nigga made him ".

Savage level is high.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais tellement. Il va répondre, mais je sais pas où est-ce que le gars va tapper cette fois. Pusha T a eu l'intelligence de laisser les éternelles accusations de ghostwritting et les phases d'ego-trip pour rentrer dans la sphère privée et tapper non seulement là où cela fait mal, mais pas que : apparemment Drake avait prévu de révéler l'existence de son gosse dans son nouvel album. Il lui a comme qui dirait coupé l'herbe sous le pied en terme de buzz.

Moi j'ai adoré le "who you choose as your Beyoncé", tellement sale. 

Let's wait (:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...