Aller au contenu
1984

Répertoire des thérapies

Déchet(s) recommandé(s)

- ce sujet ne doit ni être trollé, ni contenir d’attaques personnelles gratuites, ni être nourri de remarques débiles. Merci -

ceci étant dit.

J’ai découvert un nouveau type d’analyse thérapeutique que je ne connaissais pas jusqu’a peu, et je me suis dit qu’il était intéressant d’en discuter. Je trouverai chouette que chaque personne qui poste essaye d’en recenser une et l’explique. Je pense qu’il y a beaucoup de nouvelles techniques de soin pour les traumatismes, les blocages, les complexes, ect. Les coachs se multiplient comme des champignons, certains avec des méthodes classiques et d’autres en y apportant de nouveaux savoir faires. 

En parlant des problématiques d’attachement et des dynamiques malsaines et toxiques des victimes vis à vis de leurs bourreaux sur Facebook, une neuropsychologue m’a laissé un message en me disant que j’avais très bien décrit les problématiques d’attachement et que la thérapie dite de l’integration De vie permettait de travailler sur les raisons qui dans l’enfance on amené ces problématiques d’attachement. On en revient au principe de base comme quoi tout se passe dans l’enfance ou l’adolescence. 

Une amie à moi, qui a tout juste 20 ans, un esprit si bien fait dans une tête bien pleine et surtout une beauté renversante, se trouve dans une dépression sans fin depuis une rupture. Elle est en train de rater ses études à cause de son mal être. Qu’elle cache évidemment derrière des photos extrêmement valorisantes et des captions arrogantes sur les réseaux  ( very french touch please). C’est inquiétant. Ses parents l’envoient voir un psy de l’ecole freudienne qui utilise la méthode classique de la mise en retrait de lui même et dont deux trois réponses laconiques vont venir ponctuer la séance. Ça ne marche pas sur tant de gens que cela. 

En discutant avec elle, j’aborde les questions de base et celles ci concernent les blessures de l’enfance/adolescence. C’est comme si ces peines là étaient doté d’un pouvoir boomerang. Elles reviennent toujours et continuellement malgré l’effort qu’on fait de les dégager. Voyant son problème de dépendance affective à cet ex qui depuis est le fantôme de sa vie, je lui demande si elle n’a pas souffert de rejet ou d’abandon. Ça peut être familial ou social, l’ecole étant également un endroit où l’on se forge notre moi social. Personnellement j’ai eu des problèmes avec des enfants de mon âge, comme tout bon hypersensible, et c’est son cas également: la demoiselle subissait les chewing-gums dans les cheveux, le harcèlement quotidien, la solitude. Elle m’a raconté quelques bribes mais je me demande comment elle a pu supporter cela. On m’en a pas fait le quart. Son attitude face à l’adversité, lever la tête et rester fière. 

Ce genre de carapace peut tenir quelques années, mais au final, cela se fissure. C’est normal, aucun masque ne tient à terme, aucun pour cacher ce genre de cicatrice qui grandit comme une gangrène. 

Pour avoir vécu la dépendance affective et m’être battue contre  pendant des années, je sais à quoi ça ressemble et surtout l’intérêt de travailler dessus au plus vite.

c’est là que cette neuropsychologue est venue m’expliquer le fonctionnement de cette méthode. 

98A6567F-03A3-4CC7-A63F-5044ADCEA032.thumb.jpeg.525e5961f91ba3bb96a7c4b1bde2d35d.jpeg25455BE9-3478-401A-84E2-B03F41E207FA.thumb.jpeg.064094889681cf7d534de141db1448c8.jpeg

Si je devais partir une thérapie pour soigner un problème d’attachement affectif, je pense que j’irai du côté de la neuropsychologie. Non seulement c’est passionnant, mais en plus c’est totalement logique quand on questionne le passé et qu’on voit les problématiques qu’on en retire. Tout fait sens. 

Connaissez vous d’autres types de thérapies modernes ? Avez vous testé ou connaissez vous des gens ayant testé ? Parlez en.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très intéressant ce que tu as posté 1984.

Concernant ta question à la fin, je ne sais pas vraiment si on peut parler de thérapie, mais depuis quelque temps je fais de la lecture et écoute des documentaires à propos de la CNV (conversation non-violente) de Marshall Rosenberg et ça a vraiment quelque chose d'apaisant. C'est un processus de communication et d'interaction qui sert à renforcer la bienveillance et a amener les autres à faire de même. L'empathie est le cœur de la CNV, autant envers soi-même que les autres. Observation, Sentiments, Besoin, Demande, Ce sont les 4 mots importants du principe.

Une autre chose vraiment intéressante, ce sont les livres sur la synergologie de Phillipe Turchet. Mine de rien, les deux trucs se recoupent un peu dans le sens où l'un parle de reconnecter avec comment on vit quelque chose/ressent les choses et que l'autre parle de nous réactions physiques qui sont le reflet de ce qui se passe dans notre tête.

Ça pourrait surement t’intéresser!

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Merci de participer normalement @Nanie Mo, je suis touchée de cela. 

Très intéressant je ne connaissais pas en effet, je veux bien que tu partages les vidéos que tu regardes j’y jetterai un coup d’oeil. Est-ce que toi aussi tu écoutes ça pendant que tu dessines ? (;

c’est pas de la thérapie mais pour moi ça y contribue énormément. Ce sont des supports de sagesse pour la gestion des émotions et c’est toujours précieux comme outil. Tu connais les lois de la vibration ? Ce que tu dis me rappelle un peu cela, ça aide aussi à gérer ses frustrations puisqu’on les intègre dans un processus de logique de vie. Ça rends forcément plus peace du coup. 

Au final je trouve que ces conceptions se rejoignent et se tiennent la main.

il y a 11 minutes, MattIsGoD a dit :

Depuis quand il est interdit de rire des autres ici?

Déplace tes messages et arrête de faire l’enfant. Ça suffit. Si tu veux me basher fais un thread dans fosse et laisse les sujets intéressants tranquilles. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une conférence que j'ai bien aimé écouté en travaillant est celle-ci. (C'est environ 2h et c'est plutôt concret)

 Je sais qu'il se donne également des ateliers qui durent une fin de semaine complète, mais personnellement je n'y ai pas été parce que de un, il ne semble pas en avoir dans la ville où j'habite et qu'en plus je n'ai vraiment pas les moyens en ce moment de me payer ça, mais d'ici quelques mois si j'ai l'occasion, j'aimerais bien.

Ça a chamboulé la personne qui m'en a parlé, ça l'a fait paniquer. Pour ma part, ça ne m'a pas autant secouée mais ça m'a permis de réaliser que je communiquais parfois mal comment je me sens et de réaliser pleinement ma part de responsabilité dans ce qui m'arrivait dans mes relations sans non plus me flageller avec ça en n'en plus finir.

Pour les livres:

Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs).  Rosenberg Marshall

La communication non-violente au quotidien, Rosenberg Marshall (Du plus concret une fois de plus)

Je pense que la seule chose à laquelle je n'adhère pas pleinement du principe, c'est que pour Rosenberg l'être humain est profondément bienveillant. Personnellement, je ne suis pas prête à dire que nous naissons tous bienveillants, je pense que c'est une vision un peu rose de la chose, mais c'est vraiment facile de faire outre ça.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En ce qui concerne la loi de l'attraction, ça me donne un peu trop l'impression de pensée magique, mais je comprends aussi qu'il faut en prendre et en laisser. Ce qui me laisse perplexe de tout ça je pense que c'est l'utilisation qu'en font certaines personnes. Dire aux gens d'agir comme s'ils avaient gagné à la loterie pour attirer le fait de gagner à la loterie, c'est plutôt dangereux. Je prends cet exemple là parce que je l'ai vu de mes yeux des gens qui ont fait ça. Ils sont toujours aussi pauvres.

Mais je comprends le rapprochement que tu peux faire!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Nanie Mo a dit :

Une conférence que j'ai bien aimé écouté en travaillant est celle-ci. (C'est environ 2h et c'est plutôt concret)

Ça a chamboulé la personne qui m'en a parlé, ça l'a fait paniquer. Pour ma part, ça ne m'a pas autant secouée mais ça m'a permis de réaliser que je communiquais parfois mal comment je me sens et de réaliser pleinement ma part de responsabilité dans ce qui m'arrivait dans mes relations sans non plus me flageller avec ça en n'en plus finir.

La communication non-violente au quotidien, Rosenberg Marshall (Du plus concret une fois de plus)

Je pense que la seule chose à laquelle je n'adhère pas pleinement du principe, c'est que pour Rosenberg l'être humain est profondément bienveillant. Personnellement, je ne suis pas prête à dire que nous naissons tous bienveillants, je pense que c'est une vision un peu rose de la chose, mais c'est vraiment facile de faire outre ça.

 

Je vais faire comme toi et l'écoutant pendant que je dessine. En fait, quand on regarde de façon générale, tout le monde communique a peu près mal ;) C'est très difficile de tenir ses mots en laisse, de savoir quel impact cela aura, de sentir comment il faut les tourner. C'est un exercice très difficile. Ne sachant pas la teneur de la video, je vais éviter de suppléer des choses qu'elle ne dit pas. Cependant, ce sujet me rappelle le message des accords toltèques sur les mots :

Citation

Le premier accord est l'un des plus importants, il émane directement de la notion magique du verbe sans que nous nous en rendions toujours vraiment compte : "avoir une parole impeccable" (impeccable étant issu de deux termes latins signifiant "sans péché") cela implique que la parole est active et peut changer le monde en quelques mots, par conséquent chaque phrase prononcée est comme un sortilège et peut avoir des répercutions en fonction de sa charge positive ou négative et ainsi vouloir propager le bien ou le mal. À vous de choisir et d'en porter la responsabilité de manière pleinement responsable sachant que la parole est comme une graine qui va germer...

(jvais etre hs un peu beware) Ah, la bienveillance innée, gros débat. Si je suis ma vision idéaliste des choses, j'irai croire comme lui que chacun porte une âme saine à l'intérieur de lui. Seuls les niveaux de conscience vont permettre a l'âme de se réaliser sur l'aspects des valeurs humaines, altruistes, ect ( d'ailleurs quand on y pense c'est pas mal le récit de la vie de jésus le délire, tu remplace la notion de christ par l'âme comme une allégorie et tu obtiens le chemin idéal pour la conscience et son évolution : amour, pardon, sacrifice, souffrance évolutive, on retrouve ça un peu partout dans de multiples mythes et dans la plupart des religions)  - bref, si je suis cette vision, je suis d'accord. Si je suis ce que je vois en astro ( et ouais encore) c'est pas aussi simple : les gens portent l'honnêteté ou le mensonge dans leur thème par le biais de Jupiter. Si jupiter est mal aspecté, on a de bonnes chances pour que la personne ait une vision décalée du bien et du mal. Mais ça, c'est juste à titre d'exemple. En un sens ça impliquerait qu'une personne porte un type d'energie plus ou moins difficile en elle. A elle donc se battre pour s'en sortir mais ça, c'est son niveau de conscience et sa recherche de conscience qu'elle le devra. 

Il y a 3 heures, Nanie Mo a dit :

En ce qui concerne la loi de l'attraction, ça me donne un peu trop l'impression de pensée magique, mais je comprends aussi qu'il faut en prendre et en laisser. Ce qui me laisse perplexe de tout ça je pense que c'est l'utilisation qu'en font certaines personnes. Dire aux gens d'agir comme s'ils avaient gagnés à la loterie pour attirer le fait de gagner à la loterie, c'est plutôt dangereux. Je prends cet exemple là parce que je l'ai vu de mes yeux des gens qui ont fait ça. Ils sont toujours aussi pauvres.

Mais je comprends le rapprochement que tu peux faire!

Ouais, je vois ce genre de personnes. Justement il en parle a un moment ( ou alors c'était une autre video mais ça disait exactement ce que tu dis là) C'est pas magique c'est sur. Je connais des gens qui font comme si tout était beau dans la vie, ils sont fatiguants. Justement, moi je trouve qu'il y a trop de souffrance pour faire de soi un cas de gravité extrême. C'est juste être humble face à la vie et la chance qu'on a d'avoir les choses que l'on a.

Tu peux être dans la gratitude et te dire " bon ça va, ça aurait pu être pire", c'est seulement un état d'esprit positivement fataliste. C'est vraiment toi qui doit être mentalement actif pour que tu acceptes chaque situation, bonne ou mauvaise, dans ta vie. C'est censé accélérer ton niveau de conscience et de paix avec toi même. C'est plus dur à gérer quand tu apprends la maladie d'un proche mais ça fait partie justement du coeur du truc : chaque fois que quelque chose se passe, c'est qu'il y a une raison derrière, une logique. C'est de la pure acceptation. C'est libérateur à un niveau incroyable et surtout, une fois que tu commences à pratiquer la chose, des occurences arrivent : tu rencontres des gens a un moment T, ces gens vont vivre ou te dire des choses qui font du sens, tu vas vivre et voir des choses qui font du sens, à tel point que tu vas te dire "wow, c'est trop pour être un hasard". Et plus tu vas être aligné avec toi même, plus les choses vont mystérieusement aller dans le même sens que toi. Et si jamais tu commences à pratiquer ce genre de choses, tu vas voir plein d'occurence t'arriver dans la gueule et tu finiras par comprendre qu'il n'y a aucun hasard. J'avoue qu'à ce moment là tu ressens une forme de magie intérieure. Apparemment ça corresponds à « l'éveil spirituel »

(Y a la loi de l'attraction et la loi de la vibration du coup )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation

À vous de choisir et d'en porter la responsabilité de manière pleinement responsable sachant que la parole est comme une graine qui va germer...

La CNV c'est exactement à propos de ça. La responsabilité de ce qu'on dit et de comment on se sent.

En ce qui concerne le principe de la bienveillance innée ou plutôt acquise, comme tu sais, je ne suis pas fervente d'astrologie, mais je respecte que ce soit ça qui remette en doute ta vision plus optimiste des choses. Tout comme toi, j'aimerais vraiment m'accrocher à l'idée que nous avons tous un bon fond et une bienveillance qui dort, mais le simple principe de la maladie mentale me fait me dire qu'il est fort probable que chez certains individus il est très probable que les connexions neuronales qui constituent par exemple l'empathie\sympathie soient tout simplement défaillantes ou inexistantes. C'est très peu spirituel ce que je vais écrire là, mais nous sommes aussi des machines biologiques. Ceci dit, je réalise en écrivant que je devrais me pencher plus en profondeur sur le sujet pour appuyer l'idée que j'ai sur la question, je manque de faits réels pour tout ce que je suis entrain d'avancer et je fais peut-être fausse route avec cette explication. Ceci dit, je pense néanmoins que c'est quelque chose qui se travaille et peut se développer, donc que tout n'est pas forcément perdu.

Il y a 7 heures, 1984 a dit :

Tu peux être dans la gratitude et te dire " bon ça va, ça aurait pu être pire", c'est seulement un état d'esprit positivement fataliste. C'est vraiment toi qui doit être mentalement actif pour que tu acceptes chaque situation, bonne ou mauvaise, dans ta vie. C'est censé accélérer ton niveau de conscience et de paix avec toi même. C'est plus dur à gérer quand tu apprends la maladie d'un proche mais ça fait partie justement du coeur du truc : chaque fois que quelque chose se passe, c'est qu'il y a une raison derrière, une logique. C'est de la pure acceptation. C'est libérateur à un niveau incroyable et surtout, une fois que tu commences à pratiquer la chose, des occurences arrivent : tu rencontres des gens a un moment T, ces gens vont vivre ou te dire des choses qui font du sens, tu vas vivre et voir des choses qui font du sens, à tel point que tu vas te dire "wow, c'est trop pour être un hasard". Et plus tu vas être aligné avec toi même, plus les choses vont mystérieusement aller dans le même sens que toi. Et si jamais tu commences à pratiquer ce genre de choses, tu vas voir plein d'occurence t'arriver dans la gueule et tu finiras par comprendre qu'il n'y a aucun hasard. J'avoue qu'à ce moment là tu ressens une forme de magie intérieure. Apparemment ça corresponds à « l'éveil spirituel »

(Y a la loi de l'attraction et la loi de la vibration du coup )

Je m'avoue toujours peu sceptique par rapport à tout ce qui ressemble de proche ou de loin au destin, mais présenter ainsi j'en retire une chose très importante et qui revient au principe de la CNV: nous sommes responsable de notre état. Je vais prendre le temps de lire un peu la dessus et de, comme j'ai écris plus haut, faire la part des choses entre ce qui me semble une bonne idée et les choses qui sont un peu trop ésotériques à mon goût. J'aime être capable de ramener ça à quelque chose qui m'est plus rationnel, petit peu par petit peu.

Et je me questionnais sur un truc, est-ce que tu pratiques la méditation? Ou plus largement, est-ce que quelqu'un sur le Dep pratique la méditation. C'est quelque chose que je me tâte à inclure dans ma vie, mais on dirait que je ne sais pas comment commencer ça. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, Nanie Mo a dit :

La CNV c'est exactement à propos de ça. La responsabilité de ce qu'on dit et de comment on se sent.

En ce qui concerne le principe de la bienveillance innée ou plutôt acquise, comme tu sais, je ne suis pas fervente d'astrologie, mais je respecte que ce soit ça qui remette en doute ta vision plus optimiste des choses. Tout comme toi, j'aimerais vraiment m'accrocher à l'idée que nous avons tous un bon fond et une bienveillance qui dort, mais le simple principe de la maladie mentale me fait me dire qu'il est fort probable que chez certains individus il est très probable que les connexions neuronales qui constituent par exemple l'empathie\sympathie soient tout simplement défaillantes ou inexistantes. C'est très peu spirituel ce que je vais écrire là, mais nous sommes aussi des machines biologiques. Ceci dit, je réalise en écrivant que je devrais me pencher plus en profondeur sur le sujet pour appuyer l'idée que j'ai sur la question, je manque de faits réels pour tout ce que je suis entrain d'avancer et je fais peut-être fausse route avec cette explication. Ceci dit, je pense néanmoins que c'est quelque chose qui se travaille et peut se développer, donc que tout n'est pas forcément perdu.

Je m'avoue toujours peu sceptique par rapport à tout ce qui ressemble de proche ou de loin au destin, mais présenter ainsi j'en retire une chose très importante et qui revient au principe de la CNV: nous sommes responsable de notre état. Je vais prendre le temps de lire un peu la dessus et de, comme j'ai écris plus haut, faire la part des choses entre ce qui me semble une bonne idée et les choses qui sont un peu trop ésotériques à mon goût. J'aime être capable de ramener ça à quelque chose qui m'est plus rationnel, petit peu par petit peu.

Et je me questionnais sur un truc, est-ce que tu pratiques la méditation? Ou plus largement, est-ce que quelqu'un sur le Dep pratique la méditation. C'est quelque chose que je me tâte à inclure dans ma vie, mais on dirait que je ne sais pas comment commencer ça. 

 

Par principe, je n'aime pas l'idée d'être pré-définie par quelque chose (et oui je sais, ça parait contradictoire, mais je mets souvent l'astro à l'épreuve de mon libre arbitre). Pour moi on a toujours le choix, sauf que pour certains, c'est plus dur que pour d'autres. Il faut redoubler d'effort. Pour ce qui est du bien et du mal, il faudrait déjà définir ce que c'est. Ca mérite un sujet à part entière ;) Je comprends ce que tu veux dire par machine biologique. Je le pense aussi au niveau génétique, je vois des choses dans certaines familles qui me font vraiment considérer le déterminisme génétique. Est-ce que la bienveillance se transmets génétiquement ? vraiment fascinant comme sujet. 

Comme dit dans la video juste au dessus, on peut modifier son patrimoine génétique, donc on peut avoir un impact sur les machines biologiques que nous sommes par nos choix justement. Ce qui n'est pas ésotérique, c'est cette évidence qui revient à chaque fois et dans quasiment tout : nous sommes responsable de ce que nous sommes parce que nous avons le choix. 

Alors la méditation non, mais un peu de yoga sportif oui ( ça fonctionne un peu sur le même principe, la respiration notamment) mais l'un est plus difficile que l'autre. Méditer c'est vraiment très très dur je trouve. J'ai essayé mille fois. Parfois ça fonctionne, parfois non. En revanche, quelque chose que je fais depuis très longtemps, c'est que je m'endors avec des musiques de méditation ou des sons de pluie ( j'adooorrrre). En lisant un livre de Bernard Weber sur le sommeil, j'ai découvert qu'on pouvait aussi se créer une sorte de refuge mental qu'on pouvait retrouver au besoin. Du coup grâce à ces sons de pluie, je m'imagine rentrer dans ma maison en hauteur dans la forêt, un genre de baraque idyllique à la pinterest ou la vue est incroyable sous la pluie. Petit à petit j'ai commencé à "construire" les pièces de ma maison de sorte à ce qu'elle me convienne ( les sims en mode mental ahah). En vrai, chaque fois que j'ai envie de me reposer mentalement, je m'imagine monter les escaliers jusqu'à ce beau "chalet", je rentre et je retrouve ce "chez moi" idéal et magnifique qui m'apaise. C'est vraiment cool et je m'endors comme un bébé.

Un truc dans ce genre là 

2647001f019caf22d36facf28e48dbbe.jpg?b=t 

607832d3be018d4f8bbc0fa657b493c9.jpg?b=t

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Moi j'aurais voulu participer aux atelier payants de Romuald Letterier et Philippe guillement sur la retro cognition et les synchronicités, mais j'ai pas envie de le faire avec des gens. J'aime pas les gens.

Du coup j'essaye de recréer le protocole de Letterier moi même selon les petites informations qu'il lâche dans ses conférences.

Se souvenir du futur

je pense que ça pourrait ressembler à ceci :

1- faire un "adressage" comme sur un reseau internet : poser une intention, par exemple une question :"dieu existe t'il" (je suis pas sur du tout de la méthode pour ce point, c'est là que ça coince)

2- ensuite faire un tirage de carte où il y aurait des cartes d'animaux et un autre tirage avec des cartes représentant les archétypes (je me souviens plus trop à quoi ça sert les archetypes, mais ça serait une sorte de grammaire)

3- garder en tête ce tirage et passer à autre chose en attendant la synchronicité. L'idée c'est que le tirage va apparaitre dans ta vie de tout les jours, quand ce moment arrivera, c'est ce qu'on apelle une synchronicité

4- la synchronicité va apparaitre, c'est à dire que ton tirage apparait : par exemple tu vas revoir l'otarie de ton tirage d'il y a une semaine sur le livre de dessin de ta nièce

5- tu es stupéfait ! cette stupéfaction crée une force qui va envoyer un message au passé, et c'est ça qui influe le tirage à ce moment là. il insiste beaucoup sur la notion de hasard qui serait comme un carburant pour que cela fonctionne.

L' idée ce que tu reçois des messages du futur qui vont conditionner ton présent. C'est la retro cognition et ça se fait grâce aux synchronicités (découverte par Jung, le scarabé doré).

Avec cette méthode scientifique expérimentale et reproductible on pourrait visiblement prendre son destin en main

_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Letterier ne sort pas cette méthode de son cul, mais des shamans amazoniens. Et il est épaulé par Philippe Guillement qui a trouvé un modèle quantique qui valide le modèle des synchronicités. C'est un docteur du CERN. Il représente l'univers comme un serpent archétypal (ou un arbre de vie) à plusieurs tête qui se mord la queue, une boucle sans fin avec présent passé futur entre connecté. les différentes tètes représentent des chemins de vie possible.

Voici des schémas en vrac de ses conférences :

 

la-route-du-temps.jpg

arbre_et_boucles_bis.jpg

wp4a757a6b.png

 

slide4.jpg

scaled_full_88750dcddd2d6092cb1d.jpg

 

Pour les synchronicités, Il parle d' un autre exercice qui consiste à se souvenir d'un élément anodin dans un rêve, genre un pot de fleur, s'en souvenir et passer à autre chose. Il parait que le pot de fleur va forcement réapparaitre dans la vie de tout les jours à un moment donné et créera donc une synchronicité. Et il parait que plus on s'entraine plus c'est rapide, comme un muscle.

Voila je vais m’arrêter là, je pourrais faire un roman fleuve sinon. Bisous

 

Modifié par el_picador

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"La conscience dans son état vierge avant l'identification à la forme"

Who understands this ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Qui connait l'EMDR ? 

 Entre l’hypnose et la thérapie cognitive et comportementale, l’EMDR est une thérapie psycho neurobiologique basée sur la stimulation sensorielle. Recommandée par l’Organisation mondiale de la santé, elle aide les patients à "ranger" leurs mémoires traumatiques en cas de stress post-traumatique. Cette technique surprenante est venue en aide à beaucoup de rescapés des attentats du 13 novembre 2015. Le point avec le docteur Martin Teboul, président de l’association EMDR France.

Citation

En effet la thérapie EMDR utilise une stimulation sensorielle bi-alternée (droite-gauche) qui se pratique par mouvements oculaires – le patient suit les doigts du thérapeute qui passent de droite à gauche devant ses yeux – , mais aussi par stimuli auditifs – le patient porte un casque qui lui fait entendre alternativement un son à droite, puis à gauche – ou tactiles – le patient tient dans les mains des buzzers qui vibrent alternativement de droite à gauche, ou bien le thérapeute tapote alternativement les genoux du patient ou le dos de ses mains.

Francine Shapiro, Ph.D., psychologue américaine résidant en Californie, actuellement Senior Research Fellow du Menlo Park Research Institute – l’École de Palo Alto -, a trouvé par hasard en 1987 un moyen très simple de stimuler un mécanisme neuropsychologique complexe présent en chacun de nous, qui permet de retraiter des vécus traumatiques non digérés à l’origine de divers symptômes, parfois très invalidants. On peut ainsi soigner des séquelles post-traumatiques même de nombreuses années après.

Depuis près de de 30 ans la thérapie EMDR a prouvé son efficacité à travers de très nombreuses études scientifiques contrôlées mises en place par des chercheurs et cliniciens du monde entier. Elle est principalement validée pour le trouble de stress post-traumatique (TSPT), qui est la dénomination scientifique de ce qu’on appelle aussi plus communément le psychotrauma. A ce titre, la thérapie EMDR est recommandée, entre autres instances publiques nationales et internationales, par :

  • La Haute Autorité de Santé depuis Juin 2007, pour l’état de stress post-traumatique (ancienne dénomination du TSPT) ainsi que pour les comorbidités souvent associées (dépression, risque de suicide, dépendance vis-à-vis de drogues ou de l’alcool, etc.). Cf. Guide-Affection de longue durée : Affections psychiatriques de longue durée, Troubles anxieux graves, page 17.
  • L’Organisation Mondiale de la Santé depuis 2013, cf. Guidelines for the Management of Conditions Specifically Related to Stress, pages 37-39.
  • Un rapport Inserm de Juin 2015 fait un état des lieux de la validation de l’efficacité de l’hypnose et de l’EMDR Evaluation de l’efficacité de la pratique de l’hypnose.

Pour plus d’explications sur cette thérapie, vous pouvez consulter : Entretien avec Francine Shapiro: aperçu historique, questions actuelles et directions futures de l’EMDR, article de 2009 qui balaye la thérapie EMDR depuis sa découverte jusqu’aux dernières recherches.

Qu’est-ce que le trouble de stress post-traumatique (TSPT) ?

Lorsque le psychisme est dépassé par un choc traumatique, notre cerveau n’arrive pas à traiter – ou digérer – les informations choquantes comme il le fait ordinairement et reste bloqué sur l’évènement, sans que nous en ayons conscience. Ce sont ces vécus traumatiques non digérés qui creusent le lit de la pathologie, provoquant un trouble de stress post-traumatique et d’autres pathologies associées.

Le trouble de stress post-traumatique se rencontre principalement chez les victimes d’évènements traumatiques civils survenant dans l’enfance ou à l’âge adulte – agressions et maltraitances physiques, psychologiques, et sexuelles, accidents, deuils, attentats, catastrophes naturelles – , mais aussi chez les militaires et civils victimes d’évènements traumatiques survenant dans le cadre de guerres et de conflits armés.
Il est à noter que les proches de personnes victimes sont également concernés par un possible impact traumatique indirect de la violence subie par leur proche.

Les événements à l’origine de troubles post-traumatiques peuvent être aussi des évènements de vie difficiles, qui n’ont pas été identifiés à l’époque comme potentiellement traumatiques car ils semblent avoir été surmontés, mais qui laissent des blessures émotionnelles pouvant être à l’origine de perturbations psychologiques ou de comportements inadaptés ou excessifs dans la vie quotidienne. Cela peut concerner des difficultés familiales vécues dans l’enfance, des ruptures, des difficultés conjugales, des maladies et opérations, des interruptions de grossesse, des difficultés professionnelles, etc…

Les symptômes du trouble de stress post-traumatique

Majoritairement les perturbations s’expriment sous forme d’irritabilité, angoisses, cauchemars, reviviscences et ruminations à propos du vécu traumatique, tendance à l’isolement, état dépressif, comportement agité voire violent, douleurs physiques, somatisations, régression et/ou répétition des violences chez l’enfant, …
La chronicisation du trouble peut entraîner dépression, addictions, trouble du comportement alimentaire, attaques de panique, phobies, …

 

Comment se passe une séance de traitement EMDR ?

Des séances de préparation préalables

Du fait de l’effet puissant de cette thérapie sur le psychisme du patient, une préparation est indispensable. Les entretiens préliminaires permettent de :
–    construire une relation thérapeutique de confiance avec son praticien ;
–    identifier avec lui une problématique actuelle susceptible d’être traitée en EMDR, puis les souvenirs traumatiques à l’origine de ces difficultés ;
–    et enfin de mettre en place des outils psychocorporels de stabilisation émotionnelle qui peuvent être utilisés en cours de séance ainsi qu’en pratique autonome entre les séances.

Un processus de traitement conscient

Les souvenirs perturbants identifiés sont ensuite retraités, un à un, lors des séances, à l’aide des stimulations bilatérales alternées. Il faut parfois plusieurs séances pour traiter un seul souvenir. Pour les enfants, selon leur âge, le traitement EMDR peut se faire en présence de leurs parents.

Le processus psychique de traitement activé par la méthode est un processus conscient. Il correspond à ce que fait naturellement notre cerveau quand il ne se bloque pas.
Au début, le praticien demande au patient de se concentrer sur le souvenir traumatique, en gardant à l’esprit les aspects sensoriels les plus perturbants (image, son, odeur, sensation physique), ainsi que les pensées et ressentis actuels négatifs qui y sont associés.
Le praticien pratique alors des séries de stimulations bilatérales alternées rapides; entre chaque série, le patient dit ce qui lui vient à l’esprit ; il n’y a aucun effort à faire pendant la stimulation pour obtenir tel ou tel type de résultat, l’évènement se retraite spontanément et différemment pour chaque personne selon son vécu, sa personnalité, ses ressources, sa culture.
Le praticien continue les stimulations jusqu’à ce que le souvenir ne génère plus de perturbations mais soit mis à distance, « effacé », ait perdu sa vivacité. Ensuite, toujours avec des stimulations bilatérales alternées rapides, il aide le patient à associer à ce souvenir une pensée positive, constructive, pacifiante, et à évacuer d’éventuels restes physiques désagréables.

Une séance d’EMDR dure de 60 à 90 mn, pendant laquelle le patient peut traverser des émotions intenses, et en fin de séance, peut généralement ressentir une nette amélioration.

Je constate que la neuropsychologie a de l'avenir devant elle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Respiration holotropique et psychologie transpersonnelle du docteur Stanislas Grof

grof-conference-featured-image.jpg

http://www.psyemergence.com/respirationholotropique.html

Citation

Développée par Stanislav Grof, psychiatre-psychanalyste américain d’origine tchèque et co-créateur de la psychologie transpersonnelle, la respiration holotropique* est une méthode d'exploration de la vie psychique fondée sur une relaxation profonde, des techniques respiratoires contrôlées, des musiques évocatrices et porteuses. S’il est relativement nouveau dans les thérapies occidentales, ce principe est mis en pratique depuis des millénaires dans les procédures chamaniques et les rites de passage des sociétés traditionnelles. Enfin, un travail corporel au niveau de la cuirasse caractérielle (tensions et rigidités musculaires) complète la thérapie holotropique.

 
crbst_s_groff_et_m_gercault0.jpg?v=1dhd5

Stanislav Grof et Martine Gercault - Décembre 2010

L’objectif principal de cette stratégie thérapeutique est d'activer le psychisme et de débloquer l'énergie emprisonnée dans des symptômes émotionnels et somatiques en un courant d'expériences dynamiques.

Synthèse de traditions spirituelles parfois très anciennes et de recherches les plus récentes sur les états modifiés de conscience, la respiration holotropique permet au sujet d'accéder à une vision unifiée de son être sur les plans physique, psychologique, mental et spirituel.

Son principe fondamental est la reconnaissance du potentiel curatif, transformateur et évolutif des états non ordinaires de conscience au cours duquel la psyché peut manifester une activité thérapeutique spontanée. C'est donc un voyage intérieur vers l'essence de soi, dans lequel nous découvrons et explorons la partie la plus archaïque de nous-mêmes. Cet état inhabituel de conscience permet le revécu d'expériences périnatales (rattachées à la naissance), biographiques et transpersonnelles (d'identification au cosmos) et surtout nous enseigne que les symptômes ne peuvent s’expliquer de façon pertinente par l’histoire post-natale du patient uniquement. Le bébé ne naît pas « tabula rasa » (table rase), il porte en lui toute une mémoire qui se réactualisera dans cet état non ordinaire de conscience permis par la respiration holotropique.

Cette approche psychothérapeutique, hautement mobilisatrice du corps et de la psyché active ou réactive des traces mnésiques (mémoires) sous formes de décharges émotionnelles et permet de renouer avec des représentations censurées par l’inconscient du sujet, donnant ainsi accès à l’inconscient corporel, réceptacle d’un savoir caché sur l’histoire archaïque. Le corps se souvient et porte des empreintes : c’est un lieu d’inscriptions primitives. Pendant une séance de respiration holotropique, il va, tel un rébus, exprimer sous formes de postures, de sons ou symptômes, le refoulement originaire jusqu’alors indicible ouvrant ainsi la possibilité d’énoncés signifiants.

En ce moment je lis ce bouquin :

quand-l-impossible-arrive-tea-9782813217

 

L'idée principale qui ressort de ma lecture, c'est que lors des thérapies holotropique de Grof, on revit sa naissance de l'embryon jusqu'a la traversée de la paroi intra-utérine (rebirth). Se souvenir de sa naissance qui a souvent été traumatisante, pour régler des problèmes psycho somatiques une fois homme. (il y explique par exemple que plus un accouchement est long plus tu as proportionnellement de chance de tendre vers des problèmes psychologiques plus tard)

la psychologie transpersonnelle c'est l'idée que dans la vie sans le faire exprès on reproduit des scène intenses qu'on vécu nos ancêtres. leur mémoire étant transmit par le spermatozoïde de génération en generation. Il est possible de revivre les scènes traumatisantes vécues par nos ancêtres pour ensuite guerir des blessures ancestrales et des blocages.

Le gros du livre c'est quand même des prises d'hallucinogène qui passe du LSD à la kétamine et la plupart du temps sur des lieux sacrés comme des temples maya ou la montagne aborigène rouge en Australie etc ... et il s'y passe des trucs hallucinants.

Bref ce livre balaye d'un revers de main la psychiatrie et psychologie clinique et est la continuité du travail de Jung. J'adore ce bouquin. Il est divisé en petits chapitres d'une dizaine de pages qui explique les aventures de certains patients et comment ils se sont guéris grâce aux visions, synchronicités, etc ... Il y a d'autres chapitres qui sont purement et simplement des trips report.

8cfb80a6b5b4461555c547e678f51d4b.jpg

Citation

Stanislav Grof distingue dans la psyché trois niveaux, trois "plans de l'inconscient" :

  1. Le biographique et l'inconscient individuel (découvert par Sigmund Freud).
  2. Le domaine périnatal (découvert par Otto Rank en 1924), rattaché aux expériences de naissance et de mort.
  3. Le domaine transpersonnel, qui concerne les états non ordinaires de conscience et l'inconscient collectif (découvert par Carl Gustav Jung).

Ces deux derniers domaines forment le transbiographique.

Dans Les royaumes de l'inconscient humain (1975), Grof distingue quatre structures expérientielles, qu'il nomme matrices périnatales fondamentales, MPF (1969).

  • "La MPF I est liée à la vie intra-utérine à un stade avancé de la grossesse" (Quand l'impossible arrive, p. 351). Ce moment correspond à des expériences où sont absentes les limites, par exemple la conscience de l'océan, l'espace interstellaire, la Mère Nature. Les thèmes archétypiques de l'inconscient collectif font intervenir le paradis. Du point de vue freudien, c'est la "satisfaction libidinale au niveau des zones érogènes" (Les nouvelles dimensions de la conscience, p. 28).
  • "La MPF II reflète l'expérience de terreur claustrophobique et de désespoir que vit le fœtus au moment où l'utérus se contracte, alors que le col n'est pas encore ouvert." Ce moment correspond à des expériences où intervient la menace, des sentiments d'anxiété croissante. Les thèmes archétypiques de l'inconscient collectif font intervenir la descente aux enfers. Du point de vue freudien, c'est la frustration orale, la rétention, la frustration sexuelle.
  • "La MPF III est associée au passage difficile à travers le canal pelvi-génital, une fois que le col est suffisamment dilaté." Ce moment correspond à des expériences de lutte titanesque, de sado-masochisme, de scatologie, de rencontre avec le feu. Les thèmes archétypiques de l'inconscient collectif font intervenir le Purgatoire, le Jugement dernier. Du point de vue freudien, c'est : "mastication et déglutition de nourriture, agression et destruction orale, processus d'excrétion, agression anale, agression phallique".
  • "Enfin, la MPF IV reproduit ce qui se passe au moment de la naissance et juste après." Ce moment correspond à des expériences de mort/renaissance. Les thèmes archétypiques de l'inconscient collectif font intervenir la libération, la rédemption. Du point de vue freudien, c'est : "situations dangereuses, fait d'avoir surmonté des obstacles sérieux".

Les expériences transpersonnelles couvrent une vaste dimension de la psyché : expérience d'unité duale, identification à d'autres personnes, identification et conscience de groupe, identification à des animaux, identification à des végétaux et à des processus botaniques, conscience planétaire, expériences embryonnaires et fœtales, expériences ancestrales, expériences d'incarnations passés, expériences spirites et médiumniques, phénomènes énergétiques du corps subtil, expériences de séquences mythologiques, expériences d'archétypes universels, psychokinèse, etc. (Les nouvelles dimensions de la conscience, p. 56-58).

Grof a mis au point une "thérapie holotropique" (visant la globalité ou se déplaçant vers la plénitude) qui combine en trois procédures : respiration accélérée, musique, travail sur le corps. "Dans la respiration holotropique, la conscience est modifiée en associant la respiration rapide, une musique évocatrice et un travail sur le corps visant à éliminer les blocages énergétiques" (Quand l'impossible arrive, p. 9).

Les travaux de Grof sur le LSD aboutissent à l'idée que certains problèmes psychiatriques, classés comme psychoses, sont en réalité des expériences spirituelles et que le LSD et d'autres substances psychédéliques peuvent être des outils de guérison en psychologie et psychiatrie. Le LSD a été interdit aux États-Unis dès 1966.

 

Modifié par el_picador

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×