Aller au contenu
Baillargeon

Le racisme à l'égard des autochtones en milieu urbain au Québec

Déchet(s) recommandé(s)

Le 2020-06-16 à 15:00, Commissaire Laviolette a dit :

Pourquoi est-ce qu'on considère toujours que dans le cas d'un voisinage entre deux quartiers, c'est toujours l'influence néfaste qui aura le dessus sur la bonne influence?

Je pense pas que c'est une question qui fait du sens.

Parce que dans le cas de la crainte de la "mauvaise influence" d'un quartier on a peur que des membres du "mauvais quartier" commettent des crimes (vol, vandalisme, etc.) L'influence du "mauvais quartier" c'est par des gestes très concrets et facile à imaginer. 

Mais ça serait quoi la "bonne influence" du "bon quartier" envers le "mauvais quartier" concrètement ? Que les individus du bon quartier ne commettent pas de crimes ? Que les individus du bon quartier transforment les individus du mauvais quartier ? 

Dans le cas de ne pas commettre de crime dans le mauvais quartier, c'est un non évènement. C'est comme absurde de voir ça comme une "influence".

Dans le cas de "transformer les individus du mauvais quartier" ? À moins d'effort importants et actifs et d'être prêt à attendre longtemps, je ne vois pas comment on peut espérer ça.

Je veux dire, c'est pas mal plus facile de détruire que de construire. C'est sur que c'est pas mal plus facile imaginer un "mauvais quartier" qui mine la qualité de vie d'un quartier voisin, que l'inverse, qu'un "bon quartier" améliore considérablement la qualité de vie du mauvais quartier. 

Bref, tout ça pour dire, je pense pas que c'est une question qui fait vraiment du sens. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un « bon quartier » va attirer plus de services de proximité de qualité, des bonnes écoles, des bonnes influences pour les enfants, des parcs, etc., ce qui à long terme peut avoir un effet à la baisse sur la criminalité et la qualité de vie des gens du « mauvais quartier ». Mais c'est vrai que c'est plus difficile à quantifier.

 

Je ne pense pas que c'est ridicule de penser ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Aradia a dit :

Un « bon quartier » va attirer plus de services de proximité de qualité, des bonnes écoles, des bonnes influences pour les enfants, des parcs, etc., ce qui à long terme peut avoir un effet à la baisse sur la criminalité et la qualité de vie des gens du « mauvais quartier ». Mais c'est vrai que c'est plus difficile à quantifier.

 

Je ne pense pas que c'est ridicule de penser ça.

“Attirer” ?

Les riches ont tendance à s’agglutiner aux riches. 
 

On pourrait faire un parallèle avec le système éducatif.

 

Un quartier mal famé mais devenu à la mode  peut se transformer via l’embourgeoisement (les pauvres sont chassés par la hausse des prix)

Un quartier mal famé mais bien situé peut rester éternellement le point de chute des immigrants ( ceux qui  s’enrichissent le quitte et son remplacés par des nouveaux immigrants pauvres économiquement mais riche culturellement)

Un quartier mal famé avec l’implantation de quelque chose de structurant qui emploi de la main d’œuvre locale (usine par exemple) peut attirer des services de qualité par l’enrichissement de ces citoyens et l’augmentation de l’assiette fiscale).

 

Le défi est de réussir la mixité socio-économique:

Construire des HLM et des COOP qui n’ont pas l’air de détonner avec le reste du quartier pour éviter que les indigents soient chassés de leur quartier et de leur réseau social.

Assurer une mixité verticale ( des commerces au rez-de-chaussé et des logements aux étages) dans les rues commerçantes diminuant ainsi la criminalité par le fait qu’il y a plus de d’activité, donc de surveillance.


 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2020-06-30 à 16:17, Aradia a dit :

Un « bon quartier » va attirer plus de services de proximité de qualité, des bonnes écoles, des bonnes influences pour les enfants, des parcs, etc., ce qui à long terme peut avoir un effet à la baisse sur la criminalité et la qualité de vie des gens du « mauvais quartier ». Mais c'est vrai que c'est plus difficile à quantifier.

 

Je ne pense pas que c'est ridicule de penser ça.

Faut dire, là on parle de "quartier" en région. C'est peut-être genre un nouveau quartier de 300 habitants à côté d'un de 1500. Ya pas vraiment d'infrastructures reliés à ça à part un parc pis peut-être une école, mais encore je pense pas qu'ils ont construit une école.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 15 heures, Vacpower™ a dit :

Faut dire, là on parle de "quartier" en région. C'est peut-être genre un nouveau quartier de 300 habitants à côté d'un de 1500. Ya pas vraiment d'infrastructures reliés à ça à part un parc pis peut-être une école, mais encore je pense pas qu'ils ont construit une école.

Non, peut-être pas en construire une, mais si le « bon quartier » est celui qui est déjà existant, les services sont donc déjà là. Pour des « pauvres » d'avoir l'impression de ne pas être oubliés et d'avoir accès à ces infrastructures et à ces écoles peut seulement avoir une bonne influence dans le futur. Les parents sont probablement déjà pognés dans leur pattern donc c'est plus difficile mais pour les enfants, ça peut faire la différence entre le décrochage et aller au cégep, ou tomber dans la drogue vs faire du sport.

Je caricature un peu, je sais, mais je pense que c'est possible de faire cohabiter deux classes de société, et que l'influence soit positive plutôt que négative.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sur la dangereuse route de Manawan

 

Il ne fait que 86 kilomètres et, pourtant, le chemin Manawan semble interminable. Un chemin rude, à la beauté sauvage, qui effraie et fascine à la fois. Un chemin de gravier cahoteux, raboteux et poussiéreux que l’on franchit comme on relève un défi. Un chemin traître, aux mille virages, qui traverse la forêt et les montagnes et qui tremble au passage des camions chargés de bois. Un chemin qui fait vivre la grande aventure aux Européens venus voir « les Indiens d’Amérique » et qui aura permis, par son impraticabilité, de préserver la langue et la culture des Attikameks de Manawan.

https://www.ledevoir.com/societe/transports-urbanisme/582793/sur-la-dangereuse-route-de-manawan

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu de gens avaient entendu parler de Manawan avant que la communauté atikamekw ne se retrouve au coeur de Fugueuse, l'une des séries télévisées les plus populaires du petit écran.

La contrebande de drogue, les répercussions d’une agression sexuelle sur une adolescente et la difficulté d’une mère atikamekw à s’occuper de son enfant sont les thèmes abordés dans l'épisode six de Fugueuse - La suite, qui se déroule en partie à Manawan.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1644738/fugueuse-jeunes-manawan-lanaudiere-atikamekw-jemmy-echaquan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mort de Joyce Echaquan : visite d'une clinique spécialement conçue pour les Autochtones

c’est essentiellement en attikamek que la trentenaire s’exprimait. Elle ne connaissait que quelques mots de français.

C’était une femme hypersensible. Elle pleurait lorsqu’elle voyait un arbre qu’on coupait.

https://www.ledevoir.com/societe/587010/une-mere-aimante-et-rieuse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Depuis 1867, les « Indiens » reconnus comme tels par la loi canadienne peuvent acquérir le droit de vote au fédéral. 

Mais pour cela, ils doivent renoncer à leur statut. Cela implique un abandon de privilèges importants comme celui de résider dans les réserves « indiennes ».

En 1960, beaucoup au sein des Premières Nations hésitent à approuver la réforme électorale parce qu’ils ont peur de perdre en contrepartie leur statut « d'Indiens ».

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1715971/premieres-nations-droit-vote-canada-archives

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×
×
  • Créer...