Aller au contenu

La Russie survivra-t-elle jusqu'en 2024 ?


Déchet(s) recommandé(s)

  • 1 mois plus tard...

Le nouveau contrat. 

Un des thèmes du discours de Poutine devant l’Assemblée fédérale (par ailleurs redondant et pauvre en messages nouveaux) n’a pas été très commenté, alors qu’il est central.

Le passage intéressant commence par Poutine qui annonce une « digression philosophique » (sic) et se met à réfléchir à la manière dont les fortunes ont été constituées dans les premières décennies post-soviétiques en Russie, sous l’influence de « conseillers » occidentaux.

L’Occident, dit Poutine, a cherché à exploiter l’économie russe en pillant ses ressources. L’économie s’est développée, mais en tant que source de matières premières au bénéfice de l’Occident. Les marchés étaient à l’Ouest, et l’argent gagné a aussi été dépensé à l’Ouest.

Les nouvelles élites économiques, continue-t-il, ont cherché à consommer à l’Ouest, mais aussi, « naturellement », à penser l’avenir de leurs enfants, leurs études, leur vie, dans les pays occidentaux. L’Etat, victime des « conseillers occidentaux », n’a rien pu y faire.

Il faut se dire que quand Poutine dit ça devant l’Assemblée fédérale, une bonne partie des notables assis devant lui sont concernés par son propos. Ils ont envoyé leurs enfants étudier à l’ouest, ils y possèdent des villas et ils se voyaient y passer leurs vieux jours.

«L’image de l'Occident comme havre de paix et refuge pour les capitaux s'est révélée être un fantôme», dit Poutine. Vous serez toujours pour eux «des étrangers de seconde zone avec qui on peut faire n’importe quoi» (= sanctionner). Et vous serez un danger pour votre pays.

Ce qui est important de comprendre ici, c’est que l’enrichissement, la consommation et la vie à l’étranger étaient des dimensions importantes du contrat social entre le Kremlin et ses élites politiques et économiques, mais aussi entre le Kremlin et les milieux des affaires.

Comme l’a dit malicieusement la politiste Ekaterina Schulmann en commentant le discours, si le pouvoir cherche à passer la pommade à certains groupes dans la société, c’est qu’il a de bonnes raisons de craindre qu’ils lui manquent de loyauté.

https://twitter.com/colinlebedev/status/1629579469378801664?t=3qEh02yr5Ok07FEfRptN-A&s=19

 

http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/70565

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après un an de guerre, le sentiment d’invincibilité n'est plus partagé par l'ensemble des propagandistes du Kremlin.

Ainsi, sur la télévision d’État russe, un célèbre cinéaste russe a déclaré qu’il fallait également envisager une défaite de leur pays. “Nous devons oser admettre que nous pouvons perdre”, a prévenu Karen Shakhnazarov.

Francis Scarr, qui suit la télévision publique russe pour la BBC, a partagé la séquence en question sur les réseaux sociaux. “Je n’ai rien vu de tel à la télévision d’État russe depuis les contre-offensives de l’Ukraine l’année dernière”, a commenté le journaliste britannique.

La séquence est tirée du désormais célèbre talk-show du présentateur et propagandiste du Kremlin Vladimir Soloviev, diffusé sur la première chaîne de télévision russe, Rossiya 1. Lors d'un énième débat sur la guerre en Ukraine, le cinéaste Karen Shakhnazarov a tenu un discours pour le moins frappant: 

WWW.7SUR7.BE

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

Vladimir Poutine, qui recevra la semaine prochaine à Moscou le président chinois Xi Jinping, est désormais visé par un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) pour le crime de guerre de « déportation illégale » d’enfants ukrainiens lors de l’invasion russe.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

«Vulkan Files»: une fuite de documents révèle les tactiques de la cyberguerre russe

Quelque 5.000 documents dévoilent qu’une société de cybersécurité russe développe des outils pour mener des cyberattaques de grande ampleur.

La société Vulkan est connue pour être active dans la cybersécurité. Mais les documents dévoilent qu’elle développe des outils de cyberattaques de grande ampleur. Il semble également que l’entreprise soit derrière des campagnes de désinformation et qu’elle puisse perturber à distance des systèmes de contrôle maritimes, ferroviaires et aériens.

Traditionnellement, le FSB (sécurité intérieure), le GRU (renseignement militaire) et le SVR (renseignement extérieur) russes se méfient les uns des autres, communiquent peu et évitent d’avoir recours aux mêmes outils – à tel point qu’en 2016 le GRU et le SVR avaient tous les deux, et sans se concerter, piraté les e-mails du Parti démocrate américain.

Vulkan aurait aussi développé Amezit-B, un ensemble de services très complets destinés au contrôle de l’information en ligne, pour le compte de l’Institut de recherche en radiocommunications (RNIIRS).

Vulkan aurait également conçu pour le renseignement militaire russe un « module complet de collecte et de stockage d’informations sur les failles informatiques exploitables dans le monde entier », afin de préparer des cyberattaques, précise Le Monde.

« Skan »  explore en effet Internet afin d'y détecter des failles de sécurité, « et archiver dans une gigantesque base de données toutes les failles documentées », ainsi que les cibles potentielles. 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une bombe a explosé dans un café de Saint-Pétersbourg dimanche alors que Vladlen Tatarsky y prononçait un discours. Ce blogueur partisan d’une ligne dure en Ukraine est mort.

Âgé de 40 ans et né dans le Donbass, dans l’est de l’Ukraine, Vladlen Tatarskiï, de son vrai nom Maxime Fomine, était un personnage connu de la blogosphère militaire en Russie, avec plus d’un demi-million d’abonnés sur sa chaîne Telegram.

Il a développé sa communauté sur Telegram notamment en publiant, depuis le début de l’offensive militaire russe en Ukraine en février 2022, des vidéos d’analyse sur la situation sur le terrain et de conseils pour les mobiliser, selon l’agence de presse Tass.

Ancien soldat russe ayant combattu dans le Donbass en 2014, il animait une importante communauté sur Youtube, indique France 24. Il avait notamment suivi la conquête de la ville ukrainienne de Marioupol aux côtés des soldats russes. En septembre 2022, il avait réclamé « une frappe nucléaire d’avertissement » en mer Noire.

En janvier 2023, après la frappe dévastatrice sur une base russe en Ukraine, Vladlen Tatarsky avait assuré que l’armée russe était dirigée par « des idiots sans expérience » qui devraient être jugés.

En août 2022, le FSB, les services de sécurité russes, avaient accusé son homologue ukrainien d’avoir tué Daria Douguina, fille d’un idéologue considéré comme proche du Kremlin, morte dans l’explosion de sa voiture près de Moscou.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 2 semaines plus tard...

Fuite de documents classifiés : le FBI a arrêté un homme de 21 ans

Des documents du renseignement américain sur la stratégie militaire de l’OTAN dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie, hautement confidentiels, circulent depuis des semaines sur différentes plateformes en ligne.

La fuite se serait produite dans un groupe de discussion sur Discord, populaire auprès des joueurs en ligne. Selon un membre du forum, une personne non identifiée a commencé à partager des documents qu'elle prétendait classifiés, alors que des personnes débattaient de la guerre et de la paix.

Les documents mis en ligne révèlent les inquiétudes des services de renseignement américains quant à la viabilité d'une contre-offensive ukrainienne contre les forces russes, en raison de problèmes de formation et de ravitaillement.

89% des défenses de moyenne et longue portée de l'Ukraine seraient constituées de systèmes SA-10 et SA-11 de l'ère soviétique, qui pourraient vite être à court de munitions. En se basant sur le rythme actuel de consommation de ces munitions, les systèmes SA-11 pourraient être à sec fin mars, et les SA-10 début mai, ajoute le document.

 Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi aurait ordonné la production de 40.000 roquettes devant être livrées à la Russie, sommant des responsables de garder un tel projet secret "pour éviter des problèmes avec l'Occident.

 

La Russie manque de peu de choses !

Je me sens extrêmement gêné de lire les nouvelles occidentales au cours des derniers mois. En mars, ils commencent à dire que l'armée russe manquait de tout. Rien n'a été confirmé, mais une stratégie probable pour calmer l'Ukraine sur le retard de la livraisons d'armes. Un pays de 150 millions d'habitants et d'un 1 million de personnel militaire actif ne peut pas manquer de main-d'œuvre.

  • Impossible de manquer de main-d'œuvre technique industrielle en raison de son nombre annuel de diplômés.
  • Impossible d'épuiser les camions car ils sont parmi les plus gros producteurs de camions militaire mondiaux.
  • Impossible d'épuiser les vieux tank, missiles et d'obus en raison des stocks importants de la guerre froide
  • Impossbile de manquer de carburant en raison de sa capacité d'exportation.

Alors, qu'est-ce qui va finir par manquer? La Russie manque de peu de choses, mais de choses cruciales. Ils ont de graves pénuries ce qui retarde la production de matériel pendant plusieurs mois et c'est probablement pendant cette période que la Russie est la plus vulnérable dans cette guerre d'usure et d'attrition. Mais ils vont finir par trouver des alternatives comme produire de l’équipement semi-finis ou utiliser de l’équipement vétuste et de moindre qualité.

  • Argent: ceci est un sérieux problème. Mais ils peuvent gérer cette année sans grands changements sur le front de bataille/la stabilité politique. Le pays sera brisé pendant des années, mais je ne vois pas qu'ils regrettent cela. Pour l'année prochaine, je prédis l'effondrement.

 

  • Troupes d'élite :ils ont perdu la plupart de leurs troupes d'élite, en particulier lors des premières semaines de guerre et ces unités ont mis des années à s'entraîner, mais dans chaque pays africain où avait une opération Wagner, il y avait au moins un détachement ou même une petite brigade de Spetsnaz. Ils en ont donc encore.
  • Baril d'artillerie  : ils en produiront des barils de qualité massivement inférieure, mais continueront à se battre et à tirer moins.
  • Fusées :ils garderont principalement le grad de 122 mm. Les opérateurs mondiaux sont nombreux et peuvent importer, voire augmenter leur production, mais pour les plus grosse fusées ce sera moins évident.
  • Processeurs : ils ne peuvent en obtenir que par la contrebande. Ils le feront, mais lentement et en moins grandes quantités.
  • Optique et capteurs : cela a beaucoup ralenti leur production de véhicules. La plupart des usines russes tournent au ralenti à cause de l'électronique, mais elles augmentent leur production nationale.

https://twitter.com/pati_marins64/status/1647440713787867137

https://twitter.com/pati_marins64/status/1647316357736792064

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 14 heures, Orphelin du crazy a dit :

Impossible d'épuiser les vieux tank, missiles et d'obus en raison des stocks importants de la guerre froide

Comme tout le monde avec un QI superieur a la temperature ambiante le sait deja, tu es un abruti qui se contente de c/c des articles qu'il n'a pas pris le temps de relire ou meme de comprendre alors je vais me contenter d'expliquer aux gens qui ont fait l'effort de te lire jusqu'ici pourquoi c'est de la merde. 

L'invasion a commencer il y a 14 mois. Ou sont les quantites de  "vieux tanks" pret a rouler sur les defenses ukrainiennes ? Probablement a la casse, la ou un vehicule vieux de 40 ans appartient. 

Si tu crois une seule seconde que la Russie a entretenu methodiquement chacun de ses chars depuis la guerre froide et qu'ils sont equipes et en etat de participer a une guerre qui comprend un arsenal des annees 2010, tu as sans aucun doute un sacre retard mental.

 

Maintenant, la ou ca devient technique: Le mois dernier, la Russie a tirer des Kh-22s contre des appartement civils. 

Le Kh-22 est un missile destiner a couler des navires militaires. Absolument pas pour demolir des cibles terrestres. Alors je rappelle amicalement encore une fois que tu es toujours trop con pour savoir pourquoi un missile anti navire ne peut faire la meme chose qu'un missille air-sol ou anti tanks. 

Le KH-22 est un skimmer, il se propulse juste au dessus des vagues pour eviter les radars ennemis et directement detruire la ligne de flotaison (ce qui est l'equivalent de tirer dans le coeur: un coup fatal) le missile se dirige par ARH ou Active Radar Homing pour les nerds: une onde radar qui rebondit sur la cible et revient a l'arme. L'onde  est ensuite analyse pour determiner la position de la cible et pour guider le missile vers elle. 

En mer, une cible solide, c'est soit un bateau, soit une ile et a un million l'unite, tu le confie pas au premier debile dans ton genre. 

Comme tout le reste des missiles skimmer est de pointe: c'est tres difficile de programmer un ordinateur autonome pour frole le sol sans toucher un obstacle et c'est pour ca que ce sont des armes EXTREMEMENT cheres, cela dit, elles sont creer dans le bute de couler des cibles qui coutent une dizaine de millions au bas mot, d'un point de vue militaire, ce sont des armes rentables....QUAND elles sont tires sur les cibles destines. 

Mais ton Armee Russe qui n'a l'air de ne manquer de rien tire des misisile a un million a l'unite pour buter une dizaine de civil parce qu'en dehors de la mer, ils sont imprecis a mort: ils foncent sur la premiere cible capte par l'ARH.

 

Tl;dr: on s'en contrecarre le cul des stocks de la guerre froide, on est pas en 1990, on est pas en 2000, on est en 2023. Ton arsenal est largement obsolete et on ne peut pas juste mettre a niveau un PT-76 par magie non plus. 

 

Il y a 14 heures, Orphelin du crazy a dit :

Troupes d'élite :ils ont perdu la plupart de leurs troupes d'élite, en particulier lors des premières semaines de guerre et ces unités ont mis des années à s'entraîner, mais dans chaque pays africain où avait une opération Wagner, il y avait au moins un détachement ou même une petite brigade de Spetsnaz. Ils en ont donc encore.

Super ! Cool pour eux. 

Ca fait...Trois pays a l'heure actuel. Le Mali, le Soudan et la Libye. 

 

De quoi prendre Kyev demain matin. 

:brutus-gnarh:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 1 minute, Orphelin du crazy a dit :

Soit dit en passant, les t-55 et t-54 sont prêts à être mobilisés sur le front.

Soit dit en passant, ils sont deja sur le front. 

Obsolete depuis les annees 70, toujours en passant. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...
il y a 58 minutes, Orphelin du crazy a dit :

Attention coeur sensible:

 

 

C'est qui le gars qui parle, et c'est qui les cadavres ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 7 heures, Crowley a dit :

C'est qui le gars qui parle, et c'est qui les cadavres ?

Dans un long plan séquence filmé de nuit, on voit Evguéni Prigojine debout, lampe torche en main, éclairer de son faisceau un sol jonché de dizaines de cadavres.

Et Prigojine d’expliquer, très fâché : « Ce sont les hommes de la PMC Wagner tués ce jour [le 4 mai]. Leur sang est encore frais. ». Avant d’éructer face caméra, plus terrifiant et convaincant que n’importe quel méchant de film : « écoutez-moi bien fils de p… C’étaient les pères et les fils de quelqu’un. Et ceux qui ne leur ont pas donné suffisamment de munitions iront griller en enfer […]. Nous manquons de munitions. Shoïgou, Guerassimov, où sont les munitions ? »

Avant d’accuser : « vous, vos créatures qui vont en club hors de prix, vos enfants qui profitent de la vie et publient des vidéos sur Youtube, pensez-vous que vous pouvez décider de leurs vies ? Prenez ça comme un acompte ! », avant de désigner une nouvelle fois les rangées de mercenaires morts. Une longue diatribe qui semble montrer un oligarque sous pression.

Un peu plus tard ce vendredi matin, dans une nouvelle vidéo tournée au milieu d’hommes, vivants cette fois, et publiée par son service de presse, il prévient : « Nous allions prendre la ville de Bakhmout avant le 9 mai. Lorsqu’ils ont vu cela, les bureaucrates militaires ont stoppé les livraisons » de munitions, accuse l’homme d’affaires. « Par conséquent, à partir du 10 mai 2023, nous nous retirerons de Bakhmout », ajoute-t-il, disant refuser que « (ses) gars, sans munitions, subissent des pertes inutiles et injustifiées ». « Nous attendons un ordre pour quitter Bakhmout. Nous serons à Bakhmout jusqu’au 9 mai […] Après, nous irons vers les camps à l’arrière », ajoute-t-il.

Alors que l’offensive russe en Ukraine s’enlise, notamment à Bakhmout où les troupes de Prigojine tentent depuis des mois de prendre la ville au prix de pertes effarantes, les sorties médiatiques du patron de ce groupe, classé comme « terroriste » par certains pays, sont de plus en plus fréquentes et extrêmes.

 

Souvent très vindicatives envers le haut commandement russe, son ministre de la Défense Sergueï Shoïgou et son chef d’état-major Valeri Guerassimov, régulièrement accusé de ne pas assez fournir ses troupes en armement. Et choquante, comme cette scène d’exécution au marteau d’un homme présenté comme un déserteur de sa milice.

Un Evguéni Prigojine qui, en cas de chute de Poutine, affirme de plus en plus ses ambitions politiques et place ses pions face aux autres prétendants au pouvoir suprême en Russie, dans une lutte de pouvoir régulièrement appelée la « guerre des tours ». Lutte qui, au vu de cette dernière vidéo, promet une extrême violence.

https://www.sudouest.fr/international/europe/ukraine/video-guerre-en-ukraine-le-patron-de-wagner-perd-ses-nerfs-dans-une-nouvelle-mise-en-scene-atroce-15041561.php

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...

Un groupe armé est passé de l'Ukraine à la région russe de Belgorod et des affrontements ont fait plusieurs blessés, selon les autorités russes.

La Russie a peut-être pris la ville ukrainienne de Bakhmut dimanche, mais un groupe de volontaires russes alignées sur l'Ukraine ont apparemment pris une infime partie de la Russie lundi – du moins, des séquences vidéo et photographiques ont été suggérées juste après midi, heure locale. Des véhicules blindés ukrainiens, dont au moins un char, ont été vus en train d'attaquer un poste frontière, dans la ville de Kozinka, dans la région de Belgorod, dans le sud de la Russie.

La Légion de la Liberté de Russie - une milice russe basée en Ukraine qui dit travailler à l'intérieur de la Russie pour renverser le président Vladimir Poutine - a déclaré lundi sur Twitter qu'elle avait "complètement libéré" la ville frontalière de Kozinka. Il a indiqué que les unités avancées avaient atteint la ville de Grayvoron, plus à l'est.

 

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

À la première question de Barack Obama à Vladimir Poutine, celui-ci lui a répondu par un monologue de 45 minutes.

Il se décharge du dossier Poutine à son vice-président Joe Biden.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 4 semaines plus tard...

Propagande russe : le mea culpa de Marina Ovsyannikova

La journaliste de 44 ans avait fait la manchette dans le monde entier quand elle avait protesté contre la guerre en Ukraine.

Devenir journaliste était pourtant son rêve depuis l’enfance. Marina Ovsyannikova est née à Odessa d’un père ukrainien et d’une mère russe, dont la carrière l'a amenée à s'installer à Grozny, en Tchétchénie, avec toute la famille.

Son enfance sera marquée par la première guerre de Tchétchénie au cours de laquelle la maison familiale a été complètement détruite par l'armée russe.

Elle affirme que la situation s’est détériorée au cours des 10 dernières années et elle énumère dans son livre les règles d’or du métier auxquelles elle se prêtait à la télévision d’État :

« La diffusion d’informations sur Vladimir Poutine ne doit jamais être suivie de mauvaises nouvelles. Il est interdit de diffuser de bonnes nouvelles ou des nouvelles positives en provenance des États-Unis et de l’Europe de l’Ouest. »

Elle ne sait pas si elle pourra un jour rentrer en Russie, mais ne prédit qu'une année sombre pour son pays. Une guerre civile, des déchirements? Sa seule conviction est qu’il faut une victoire de l'Ukraine pour entraîner la chute de Vladimir Poutine.

 

Mais la question fondamentale que tout le monde se pose, c'est de savoir si la Russie retrouvera un jour le chemin de la démocratie, soutient la journaliste.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1990246/exil-journaliste-marina-ovsyannikova-russie

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...