Aller au contenu
unforgiven

Un compteur pour l'utilisation d'Internet.

Déchet(s) recommandé(s)

Quand l'organisme est composé principalement d'ex employé de télécommunications, je dirais que oui.

Faut faire la distinction entre corporatisme et capitalisme. Une intervention gouvernementale c'est l'opposé du marché.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand l'organisme est composé principalement d'ex employé de télécommunications, je dirais que oui.

Vous vous trompez complètement; c'est exactement le contraire du capitalisme. Ça ressemble plus à une planification étatisée de l'économie et une régulation à outrance du marché telle qu'elle était pratiquée en U.R.S.S.

Le problème ce n'est pas la composition et les membres du conseil d'administration du CRTC; le problème c'est le CRTC lui-même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le CRTC est un organisme gouvernemental, en effet. Mais ce dont on l'accuse, c'est justement de laisser les entreprises brimer librement les droits des consommateurs.

Je blâme le CRTC car il ne fait pas son travail, qui consiste [en partie] à empêcher les entreprises de nuire à la liberté d'expression et au transfert de l'information. Dans un marché totalement libre, ça ferait déjà longtemps qu'on aurait plus accès qu'à des informations triées par l'oligarchie dominante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans un marché totalement libre, ça ferait déjà longtemps qu'on aurait plus accès qu'à des informations triées par l'oligarchie dominante.

C'est drôle, je fais exactement l'observation inverse.

Les pays ayant une très faible liberté économique comme les pays communistes ou totalitaires n'ont jamais eu de liberté de presse; l'information est toujours filtrée et entièrement contrôlée par l'appareil étatique. Ces pays en viennent même jusqu'à vouloir censurer l'accès internet offert à leur population.

De l'autre côté, les pays démocratiques ayant un haut niveau de liberté économique jouissent d'une très grande liberté de presse et une grande diversité des sources d'information.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je m'oppose pas à ça. Sauf que ça prend une législation minimale pour assurer une saine compétition sur les marchés. Il ne s'agit pas ici de mettre des bâtons dans les roues des grandes entreprises pour le plaisir de le faire, mais bien de s'assurer qu'elles ne se concertent pas pour contrôler un marché qu'elles ont déjà monopolisé (dans le cas de Bell en tout cas). On arrive dans un âge de globalisation sans précédent et on a pas vraiment de quoi s'inspirer pour envisager le développement des communications. Internet est une création qui dépasse les structures géopolitiques en place et il peut devenir très attrayant pour quiconque de le contrôler, pour des raisons évidentes.

"The greatest threat to democracy is the increasing concentration of major electronic media in ever fewer hands."

- David Price

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est drôle, je fais exactement l'observation inverse.

Les pays ayant une très faible liberté économique comme les pays communistes ou totalitaires n'ont jamais eu de liberté de presse; l'information est toujours filtrée et entièrement contrôlée par l'appareil étatique. Ces pays en viennent même jusqu'à vouloir censurer l'accès internet offert à leur population.

De l'autre côté, les pays démocratiques ayant un haut niveau de liberté économique jouissent d'une très grande liberté de presse et une grande diversité des sources d'information.

Et cette analyse lunatique est pertinente dans le cadre canadien?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et dire que tout ça, c'est pour avoir le droit de regarder autant de porn que je veux. Troll.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hors contexte, mais Vidéotron rocks (in a way).

Je passe de TGV15 à TGV30 pour seulement 1$ de plus par mois.

De plus, mon prochain mois est gratuit.

w00t.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le CRTC est en consultation pour l'ordonnance sur la facturation à l’utilisation rendu en janvier dernier. Je vous implore de commenter négativement sur la décision et laisser les plus de détails sur le pourquoi de votre insatisfaction au Conseil.

Je vais poster ma lettre sur le forum plus tard, le lien pour les consultations en cours est au bas du message.

Faites le s-v-p. Merci.

https://services.crtc.gc.ca/pub/instances-proceedings/Default.aspx?Status=Open&PubArea=Tel&PubType=NofConsul&PubSubType=All&Lang=f

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pinné le sujet, je pense que c'est un sujet suffisamment important pour justifier l'acte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après 4 heures à me faire chier (c'est probablement plein de fautes, ça me tente pas de re-relire), voici le résultat.

Préambule à mon commentaire: Je trouve déplorable le caractère non neutre des documents concernant les récentes ordonnances du Conseil, à savoir que, d'entré de jeu, les clients de services internet qui utilisent leur service dûment payés plus que la "moyenne" sont traités comme des citoyens de secondes zones ou comme des parasites du réseau.

Je suis totalement outré par les ordonnances du Conseil en matière de service internet depuis 2008.

Ça avait commencé avec la discrimination de paquets qui transitent sur les lignes cuivrées de Bell et on parle aujourd'hui d'obliger un prix plancher en matière de service de gros pour "assurer la concurrence" chez les tiers et pour faire du "ITMP" économiquement parlant.

Je vais revenir un peu sur la discrimination de paquets implanté par Bell en 2008 parce que c'est pertinent avec le reste de mon commentaire. La technologie "DPI" (qui est toujours en place à l'heure actuel) avait été implanté à l'insu de tous les clients et clients tiers de Bell et ce (si ma mémoire ne me fait pas défaut) sans aucune forme d'autorisation du Conseil. Cette technologie (qui n'aurait jamais dû être implanté dès le départ) cause une diminution de performance journalière très notable des services assuré par Bell à ses clients et clients tiers, et ce pendant au moins 9½ par jour (16:30 à 2:00 heure locale). En plus d'être un risque évidant d'intrusion dans la vie privé des clients, cette technologie peut s'avérer très dangereuse puisque qu'elle peut bloquer des paquets issu du protocole SIP (protocol utilisé par la téléphonie IP) et empêcher, par exemple, la terminaison d'un appel d'urgence logé au 911.

En plus d'être une manière questionnable de gèrer le transit de paquets, cette méthode ne prioritise probablement personne le trois quarts du temps puisque les heures d'application de cette mesure sont en pleine nuit (moment où le bassin d'utilisateur doit logiquement être à son périgée).

Maintenant, parlons un peu de ce que ne sont pas les services internet offers par les différents fournisseur d'accès internet au pays.

-Ils ne sont pas une une ressource finie comme l'électricité et le gaz: Trop de fausses comparaisons ont été fait par avec ces modèles, un paquet qui transit sur une ligne cuivrée n'est pas [directement] issu d'une ressource naturelle et ne coûte virtuellement rien à transporter ou à produire.

-Ils ne sont pas limités dans le temps ou dans leur utilisation: Un client paye pour un débit et non pas une utilisation limité en quantité. La comparaison avec les services d'un producteur d'électricité ne tien pas la route puisque les débits [en joule ou kW/h] accessibles aux clients sont virtuellement infini.

-Les services d'accès internet assuré par les fournisseurs d'accès internet ne sont pas des services revendus: Trop de fois j'ai lu ou entendu que les services internets assurés par des fournisseur tiers était en fait des services d'accès de Bell revendu. Il est vrai que Bell loue ce qu'on appelle communément le "last mile", mais les services d'accès (ou autres comme le courrier par exemple ou le routage de requêtes de nom de domaine) sont assuré par les installation du fournisseurs, les serveurs du fournisseurs et les fibres optiques du fournisseur.

Les questions que je me pôse maintenant.

-Pourquoi est-ce que le CRTC impôse un prix plancher aux fournisseurs d'accès internet tiers si un des buts principaux est de promouvoir la compétition?: En imposant un prix plancher (prix des services de Bell -15%), le CRTC stoppe lui-même toutes forme de concurrences aux niveau des prix et impôse, force une forme de collusion au niveau de l'offre du marché et fait de l'ingérence dans la tarafication de "l'offre" (ce qui est à l'encontre d'une des politiques du Conseil si je me souviens bien). Les seuls interventions du CRTC en matière de tarification devrait se limiter à l'imposition de prix plafonds pour éviter les abus et rien d'autre.

-Pourquoi le CRTC impose un modèls de facturation unique aux fournisseurs tiers?: Si les fournisseurs d'accès internet désires avoir un modèle précis de tarification, pourquoi devrait-ils être obligé de se conformer à un modèle unique s'ils payent pour chaques paquets que leurs clients font transiter sur les lignes cuivrées de Bell?

-Pourquoi le modèle imposé aux fournisseurs n'est pas représentatif des coûts liés à l'exploitation de services internet?: Selon plusieurs personnes travaillant dans le domaine des services d'accès internet, il coûterait unitairement entre 2¢ et 7¢ pour "produire" et faire transiter un giga-octet d'information sur les lignes cuivrés de Bell. Pourquoi donc l'ordonnance prévoit-elle une facturation de de 2.00$ ou plus dans le cas d'un dépassement de capacité mensuelle? Il s'agit ici d'un profit minimal 2757% dans le pire des cas.

-Pourquoi donc Bell n'est pas soumis à cette même ordonnance?: Nombreux sont les clients de Bell ayant eux des tarifications préférentielles après plusieurs années de "bon et loyaux services" ou pour toutes autres raison. Pourquoi donc ce double standard est-il permis dans le cas de Bell si les fournisseurs tiers doivent se plier aux tarrifications imposés par le Conseil? Cet un avantage important concédé à Bell, avantage qui risque encore plus de renforcer la position dominante de l'entreprise.

-Pourquoi donc les capacités de transfert mensuelles alloué en Ontario et au Québec sont-elles différentes?: Les capacitées de transfert imposées seront de 25 giga-octets en Ontario et et de 60 giga-octets au Québec. La position géographique n'étant pas vraiment un élément représentatif considérant la relative modernité des installation téléphoniques et optiques de ces provinces [dans les grands centres urbain], qu'est-ce qui justifie un écart de plus de 58% dans les capacitées de transfert mensuelles autorisées entre les clients ontariens et québécois?

-Pourquoi aucunes publications/études faites par un organisme neutre ne confirme la nécéssité d'utiliser des pratiques de gestions de traffic sur les installations de Bell?: Les possible conflits d'intérêt entres les membres siègant au Conseil et plusieurs compagnie de télécommunication (dont Bell) discrédite de facto toutes données pouvant provenir de ces derniers. À ce jour, aucunes donnée satisfaisantes n'ont été publiés pour prouver la congestion réel des infrastructures de Bell.

-Pourquoi le CRTC oblige les fournisseurs tiers à se soumettre aux pratiques de gestion de traffics de Bell?: Les pratiques agressives de gestion de traffic (e.g. discrimination de paquet par technologie "DPI") ne devrait être que des solutions temporaires pour les périodes de fortes affluences quand la totalité du réseau est saturé. Elles ne représentent pas une solutions viable ou acceptable pour pallier au manque d'entretien ou de modernisation des infrastructres.

Les ordonnances du CRTC en matière d'internet depuis les dernières années réduisent les options des consommateur, augmentent la tarification de leurs services internet, diminuent substantiellement la qualité des services auxquelles ils ont droit et pour lesquels ils ont payé. Ces ordonnances bénificie aux compagnies comme Bell (au détriment du client) pour des investissements, des efforts, du soutient et des services plus qu'excécrables.

Cette situation doit changer et des plafonds de facturations représentatif des coûts de "production" doivent être imposés pour protéger les clients, assurer une meilleur compétition et de meilleurs services entre les différents fournisseur d'accès, encourager le développement de services inovateurs et favoriser l'intégrations de nouveaux joueur sur le marché.

En espérant que ça ne tombera dans l'oreille d'un sourd et que cette ordonnance complètement ridicule soit révoquée ou amendée de manière convenable.

Vincent Pépin

08 février 2011

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Suis-je le seul à penser qu'au point où internet est rendu, le fait d'avoir accès à internet (a un prix raisonnable évidemment) devrait être un droit pour chaque personne au même titre que l'éducation.

Bon j'en met peut-être un peu mais il faut avouer que la quantité d'informations disponible est impressionnante. Au final sa reste un super outil pour apprendre (à condition de prendre le temps de vérifier les informations). Sans compter que l'aspect plus interactif du web peux certainement aidé beaucoup de jeunes décrocheurs à continuer d'apprendre hors du système d'éducation traditionnel. Ce même si notre système d'éducation au Québec est comme tout le monde le sait plus que parfait :D .

Internet est aussi un outil de promotion de la liberté d'expression en permettant à chaque personne de facilement s'exprimer via leur blog ou leur site web personnel.

Avant, seul les grand réseaux de médias bénéficiait facilement de ce privilège.

Vouloir imposé des limites et des coûts exorbitant pour avoir accès à internet, c'est refuser l'accès au savoir et à l'éducation, c'est refuser de laisser les gens s'exprimer, c'est empêcher l'entraide et la communication à travers le monde.

Je veux bien accepté que les fournisseurs d'accès internet aient des coûts d'exploitation et doivent en plus faire des bénéfices pour vivre et je suis tout à fait prêt à payer pour cela.

Par contre, dans le cas présent, les fournisseurs d'accès internet font déjà d'énorme bénéfices avec leur abonnements mensuel. Ces bénéfices sont plus que suffisant pour assurer leur survie, leur développement et de bon salaires à leur employés.

En plus ils voudraient charger un supplément pour avoir accès au savoir collectif? Rappelons-le, une grand majorité des informations disponibles sur l'internet sont le résultat de la coopération de ensemble de la population mondiale. Pensons tout simplement à Wikipédia par exemple.

Si le CRTC encourage ce genre de pratique et est incapable d'assumer sont rôle de protection de l'intérêt public et de maintient d'un juste équilibre il serait peut-être temps d'abolir ce conseil et d'en établir un nouveau, un qui sera en mesure de répondre aux besoins d'aujourd'hui.

"Le mandat du CRTC consiste à veiller à ce que les systèmes de la radiodiffusion et des télécommunications répondent aux besoins du public canadien"

http://www.crtc.gc.ca/fra/backgrnd/brochures/b29903.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un vidéo éducatif (en englais) réalisé par Distribuel sur la facturation à l'utilisation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça devient ridicule. En plus les jeunes ont de plus en plus recours à l'internet pour les travaux scolaire, les recherches et autres, mais là les familles pauvres ne pourront même plus d'offrir internet avec les limites et les tarifs grandissants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bien la lettre Kéwee. J'ai quelques petits détails à renoter par contre. Non pas que je suis pour la tarification à l'utilisation, loin de là, mais certaines mauvaises informations circulent aussi, dans le camp de ceux qui sont contre.

1. Bell ne fournis pas que le "Last Mile" de cuivre. Si ça ne serait que de ça, il n'y aurait pas de problèmes. Bell fournis l'accès jusqu'au coeur de leur réseau ATM, puis le traffic est renvoyé au FAI tiers. Setup DSL Typique: Client (cuivre) -> DSLAM (ATM) -> CO (ATM) -> Core (ATM ou MPLS) -> FAI -> Internet.

2. Leur réseau est effectivement un peu sur-chargé, mais on parle ici de certaines sections de leur réseau interne ATM.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très bien la lettre Kéwee. J'ai quelques petits détails à renoter par contre. Non pas que je suis pour la tarification à l'utilisation, loin de là, mais certaines mauvaises informations circulent aussi, dans le camp de ceux qui sont contre.

1. Bell ne fournis pas que le "Last Mile" de cuivre. Si ça ne serait que de ça, il n'y aurait pas de problèmes. Bell fournis l'accès jusqu'au coeur de leur réseau ATM, puis le traffic est renvoyé au FAI tiers. Setup DSL Typique: Client (cuivre) -> DSLAM (ATM) -> CO (ATM) -> Core (ATM ou MPLS) -> FAI -> Internet.

2. Leur réseau est effectivement un peu sur-chargé, mais on parle ici de certaines sections de leur réseau interne ATM.

Vaxination informatique donnait des bonnes informations dans les .pdf soumis au CRTC, mais j'avais pas le document sous la main au moment de faire la lettre et les "subtilité" me semblait plus ou moins importantes connaissant le taux de connaissances "supérieures" que Konnard Von Fickeinstein et sa gang ont démontré pendant les audiences.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...