Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

post-9929-0-14819500-1401587501.jpg

J'aimerais savoir ce que vous pensez de ce billet de Mario Beaulieu:

Les Québécois envoient bon an mal an 45 milliards de dollars en taxes et impôts à Ottawa, dont 3 milliards pour payer la péréquation. Une partie de cet argent nous est retourné en services, en dépenses transférées directement aux provinces et en péréquation. Le Québec reçoit en moyenne chaque année 8 milliards en péréquation, soit 5 milliards de plus que ce que nous envoyons à Ottawa pour participer à ce régime. En répétant le montant que le Québec reçoit en péréquation chaque année sans nuances, comme le font des fédéralistes tels qu'Alain Bouchard de Couche-Tardet le ministre conservateur Maxime Bernier, il n'est pas étonnant qu'on se fasse dénigrer et traiter de « B.S. » et de « quêteux » de chèques dans le reste du Canada.

Et surtout, ces fédéralistes pontificateurs omettent toujours de parler des 45 milliards que nous payons en impôts à Ottawa. Quelque 50 % de nos impôts vont au palier fédéral et servent à financer un grand nombre de programmes et de dépenses dont le Québec ne tire aucun bénéfice, comme l'a démontré rigoureusement Stéphane Gobeil dans son livre Un gouvernement de trop. Que l'on pense aux 33 milliards dépensés par le gouvernement fédéral pour les chantiers navals, aux 13 milliards pour l'industrie automobile et aux 4 milliards dépensés annuellement pour les hydrocarbures et le nucléaire, qui contribuent grandement à faire baisser un taux de chômage et à enrichir les provinces canadiennes. Rappelons que le Québec n'a rien eu pour le chantier naval de Lévis, alors que nous aurions dû recevoir pour 7 milliards de contrats dans la région de Québec. N'oublions pas les maigres 70 millions donnés à l'industrie forestière québécoise au plus fort de la crise économique. Cette importante industrie au Québec a reçu 185 fois moins que l'industrie automobile et 470 fois moins que les provinces qui bénéficieront des contrats de construction navale.

Malgré tous ces blocages à notre autodétermination économique, le Québec se classe actuellement au 27e rang mondial quant au produit intérieur brut (PIB) par habitant, et ce, sans exploiter les hydrocarbures qui gonflent artificiellement l'indicateur du PIB. Notre potentiel est immense. Mais nous n'avons que la moitié des leviers décisionnels pour le développer. Notre subordination au système fédéral nous condamne à être des spectateurs de notre propre développement économique. Nous envoyons 45 milliards à une autre nation qui décide de nos politiques économiques internes et internationales avec notre argent. Les intérêts économiques du Canada diffèrent de ceux du Québec, qu'il s'agisse de l'exploitation des ressources naturelles et de l'énergie, de l'environnement, du développement industriel, du transport ou du commerce extérieur. Le CRTC limite lourdement notre poids décisionnel en matière de développement des secteurs de la communication. On coupe allègrement dans notre diffuseur national francophone, sans autre préavis. Le gouvernement fédéral règlemente à notre place nos voies maritimes et ferroviaires, mais c'est nous qui payons pour les catastrophes engendrées par leur négligence.

Seule l'indépendance peut nous permettre de contrôler l'ensemble de nos leviers économiques, d'établir des politiques financières cohérentes en fonction de nos priorités. En récupérant nos impôts, nous pourrions non seulement financer les programmes fédéraux (pension de vieillesse, prestation d'assurance emploi et familiale, etc.), mais économiser les dédoublements administratifs avec la bureaucratie fédérale. En récupérant notre argent et notre fiscalité, nous pourrions développer, par exemple, un secteur de pointe comme l'électrification de nos transports collectifs et individuels!

Messieurs Bernier, Bouchard et tous les autres fédéralistes qui rabaissent le Québec, nous vous répondons que non seulement nous ne voulons plus d'aucun chèque du gouvernement fédéral, mais nous ne voulons plus envoyer l'argent des Québécois à votre bureaucratie canadienne et à votre régime fédéral. Nous ne voulons plus être locataires, mais être propriétaires de notre propre pays.

Comme les 193 autres nations dans le monde qui sont des pays, nous voulons tous nos pouvoirs et notre argent pour nous développer autant sur le plan économique que politique et culturel.

Vive la liberté, vive l'indépendance économique!

(Source)

On m'avait déjà parlé du flou autour de la péréquation, de la faiblesse d'un tel argument que pourtant on entend souvent de la bouche des fédéralistes mais j'en savais encore que trop peu. Il y en a parmi vous qui s'y connaisse et pourrait apporter du poids ou en retirer aux propos du candidat à la direction du Bloc Québécois, Mario Beaulieu? C'est tout de même un truc qui sert souvent à faire peur aux électeurs; qu'on va finir dans le trou à faire le tapin sur les routes économiques si on se "sépare"!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que j'en pense?

Je ne suis pas ferré en économie, alors, je me contenterai de ceci: C'est de cette façon dont on doit vendre la souveraineté du Québec et non sur l'identité. C'est certes beaucoup plus difficile, plus "intello" et moins "séduisant", mais c'est beaucoup plus solide. Bâtir un pays sur une base de "on est pas comme eux" c'est beaucoup moins attrayant, à mon avis, que de compter sur "on peut être plus fort ÉCONOMIQUEMENT (ça, c'est un mot qui vend) sans eux". Ensuite, tu peux parler, en appuis, des différences culturelles, de l'histoire, etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce que j'en pense?

Je ne suis pas ferré en économie, alors, je me contenterai de ceci: C'est de cette façon dont on doit vendre la souveraineté du Québec et non sur l'identité. C'est certes beaucoup plus difficile, plus "intello" et moins "séduisant", mais c'est beaucoup plus solide. Bâtir un pays sur une base de "on est pas comme eux" c'est beaucoup moins attrayant, à mon avis, que de compter sur "on peut être plus fort ÉCONOMIQUEMENT (ça, c'est un mot qui vend) sans eux". Ensuite, tu peux parler, en appuis, des différences culturelles, de l'histoire, etc.

C'est la conclusion finale de Jacques Parizeau lorsqu'il se joint aux souverainiste en 69.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Parizeau

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La péréquation empêche le Québec d'être encore plus dans le trou économiquement parlant avec les sommes colossales engouffrées dans les programmes sociaux dont on a l'obligation de contribuer directement à même nos taxes et nos impôts. Si on se met à refuser la péréquation va falloir arrêter d'envoyer nos impots fédéraux à Ottawa.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La péréquation empêche le Québec d'être encore plus dans le trou économiquement parlant avec les sommes colossales engouffrées dans les programmes sociaux dont on a l'obligation de contribuer directement à même nos taxes et nos impôts. Si on se met à refuser la péréquation va falloir arrêter d'envoyer nos impots fédéraux à Ottawa.

C'est pas mal ça l'argument "économique" pour la souveraineté. En récupérant les impôts versés au fédéral, on serait, au final, "plus gagnant" qu'avec la péréquation. Et bon, ça, c'est juste l'argument arithmétique "facile". Y'a un tas d'autres facteurs, dont essentiellement la capacité à prendre nos propres décisions économiques (et ça inclut le financement des programmes sociaux), qui entrent aussi en ligne de compte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben, une partie de ces impôts est aussi utilisée pour fournir des services qu'on devrait peut-être fournir si on était souverain alors on serait pas tant gagnant que ça.

L'argument des fédéraleux c'est justement de dire que si on fait le bilan(ce qu'on envoie vs ce qu'on reçoit au total en incluant péréquation, transferts, services fournis), on est gagnant parce qu'on reçoit plus que ce qu'on envoie.

Sauf que c'est pas ''nous'' en tant que province qui décide ce qu'on fait avec l'argent. Le fédéral prend l'argent qu'il envoie dans ses priorités, qui ne sont pas nécessairement ''les notres''. C'est un peu comme si quelqu'un vous prenait votre argent et vous disait: ''ok je te le redonne mais avec ça tu vas t'acheter un camion''. Et ''tiens, voila un 10$ supplémentaire parce que tsais je t'aime pis je veux pas que tu sois pauvre :(''.

Sans compter les doublons éventuels, les pouvoirs de dépenser, et toutes ces choses la qui relèvent de la volonté du fédéral de signaler sa présence dans les provinces mais dont nous n'avons pas nécessairement besoin.

Les fédéraleux vont répondre: si les quebecois ont décidé de participer a la fédération, les priorités du fédéral deviennent aussi les nôtres,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais, c'est plus complexe que la simple équation que je présentais vulgairement, j'en conviens. Merci pour l'explication plus détaillée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Btw, behemoth, refuser la péréquation, ça s'appelle la souveraineté. La péréquation est protégée par la constitution canadienne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite parenthèse à propos de la constitution canadienne : est-il possible qu'un nouveau premier ministre du Québec, par exemple Philippe Couillard, décide de la signer après toutes ces années? Si oui, on pourrait arguer que ce serait un suicide politique et trop risqué de soulever un tollé, mais est-ce possible?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ta-bar-nak.

En ce qui concerne les Libéraux, jusqu'à Robert Bourassa, nous étions bien défendus par le gouvernement provincial. Pas de problème.

Mais, depuis l'arrivé de mononcle Charest...Tout est possible.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore, charest était de la même famille politique que Mulroney et il a été actif durant les efforts mis en oeuvre pour faire aboutir l'accord du lac meech.

Je ne crois pas qu'il aurait abdiqué notre adhésion a la constitution aisément.

Couillard, lui, il fa peur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore, charest était de la même famille politique que Mulroney et il a été actif durant les efforts mis en oeuvre pour faire aboutir l'accord du lac meech.

Je ne crois pas qu'il aurait abdiqué notre adhésion a la constitution aisément.

Couillard, lui, il fa peur.

C'est vrai. Il fait vraiment peur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai une question pour toi, Dantes.

Pourquoi t'as voté pour ce parti-là ?

O_o ??? J'ai pas voté pour Couillard! D'où tu sort ça? J'ai voté Q.S.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

une seule réponse à dire au sujet de la péréquation et de tout les transferts fédéraux : Un gouvernement de trop répond à pas mal toute les questions économiques. Selon l'auteur, avec tout les dédoublements ministériels Québec-Ottawa, si le Québec était un pays, on ferait un surplus d'environ 2 milliards annuellement.

http://www.amazon.ca/Un-gouvernement-trop-St%C3%A9phane-Gobeil/dp/2896493999

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si le Québec était un pays y aurait plus d'armée et j'ai pas envie de vivre dans un pays qui peut se faire envahir par n'importe quelle république de bananes. Je compte pas le nombre de personnes qui perdraient leurs emplois qui travaillent déjà pour le fédéral et qui vivent au Québec. Nos ligues sportives comme la CFL et la NHL existeraient probablement plus. On aurait plus de sénat pour critiquer les décisions du gouvernement. (Même si ils le font pas autant qu'ils devraient le faire).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par Sergent Poivre
      Notre scène québécoises est très variée et nous avons des vedettes de tous les genres. Nos célébrités sont partout, à la radio, à la télé, dans les revues, si bien qu'on finir par tellement bien les connaître que c'est comme si c'était des gens que l'on côtoie tous les jours, qu'on les aime... ou pas.
      Peu importe leur métier ou l'art qu'ils utilisent pour «s'exprimer», que ça soit Céline Dion, Claude Poirier, Jean Airoldi, la petite fille dans l'annonce de je-sais-pas-quoi ( Mouuaaah je crois que le père noweeeeeeel Il a un pingouin... come a-mi (j'y en calisserais une)), un tel qui joue chose dans tel programme, l'autre qui lit les nouvelles, la gurda qui fait juste résumer les games des canadiens pis qui gagne le trophée «Analyse sportive» dans tel gala, l'autre qui pense qu'il a toujours raison, on a tellement de plaisir à les haïr.
      Boom Desjardins

      Mais quel blasphême à l'oeuvre d'Harmonium sa reprise d'Un musicien parmi tant d'autres. Comme quoi ce n'est pas parce que tu t'inspires du meilleur que ce que tu fais est nécessairement bon. Je n'en revien pas à quel point on donne de l'importance a un gars qui a si peu de vocabulaire et qui fait les erreurs les plusses pires de grammaire. Trois millions de trémolos qui ne veulent rien dire sur des mots qui n'ont aucun sens, une chanson rock-matante-Ginette, un succès national
      Je vous invite à vous laisser aller. Laissez aller vos pulsions et ne faites pas que juste mettre une photo et espérer des points de rep, Écrivez.
    • par BMO
      Depuis près de cinquante ans Radio-Canada, tente de promouvoir un accent français sans couleur et sans saveur.
      La mort de Pierre Falardeau est catastrophique du point de vu de la représentation de L'accent du sud du Québec (rouler ses R). Heureusement qu' à Canal Vie il y a quelques animatrices qui sont là pour représenter l'accent de l'est du Québec. (eg. baleiiiiiiinne)
      ...
      Dans la région de Québec, ce sont surtout des Français originaires de la Normandie (nord-ouest) et du Perche (un peu au sud de la Normandie) qui se sont établis en masse et qui ont donné le ton qu'on appelle aujourd'hui l'accent de Québec.L'accent du français parlé dans des régions comme l'Estrie,l'Outaouais, l'Abitibi, est moins marqué, moins typé. Ces régions ont été peuplées par des gens qui venaient de plusieurs régions de France ;les influences ont donc été diluées.
      ...




    • par Kennie
      1984, je sens que ça va te plaire ! Le titre dit tout, c'est le vidéo d'une Française qui explique le parler québécois aux Français.
      J'ai déjà vu et lu plein de gens essayer de faire la même chose, mais cette fille est vraiment bonne et juste. Pis on reconnait à peine son accent français quand elle parle à la québécoise. C'est à voir!
      http://www.narcity.com/montreal/parler-quebecois-enfin-explique-clairement-aux-francais/
    • par Nostradaw00t
      L’échec du Modèle Québécois | CentPapiers<
      Philippe David.
      Il y a belle lurette que les choses vont mal au Québec et je me demande souvent si un jour nous verrons la lumière au bout du tunnel sans qu’il n’y ait littéralement un coup d’état. Car il m’arrive parfois de me demander si un soulèvement populaire est la seule façon de briser le statut quo. Le 11 avril dernier, 50 000 québécois de la classe moyenne ont déambulé sur la Grande Allée à Québec, brandissant des balais, enjoignant le gouvernement de nettoyer sa propre cour avant de venir une fois de plus piger dans nos poches. J’étais de ce nombre et j’ai même symboliquement laissé ma chemise aux portes de l’Assemblée Nationale. C’était bien la première fois que je manifestais pour quoique ce soit. Comme les autres personnes qui étaient présentes, j’ai manifesté parce que j’en ai marre. Marre de voir notre argent lancé aux quatre vents. Marre de ne recevoir aucun service équivalent. Bref, j’en ai marre du sacro-saint modèle québécois et au milieu de cette foule qui s’étendait littéralement à perte de vue à l’avant et l’arrière de moi, j’ai eu l’impression de ne pas être le seul. Sans doute je serai porté au bûcher pour oser maintenant critiquer notre religion nationale social-démocrate. Brûlons vif le méchant droitiste néolibéral! N’est-ce pas toujours le sort réservé aux hérétiques?
      La Pensée Magique
      Le Québec est le royaume de la pensée magique. Nous sommes complètement déconnectés de la réalité. Nous nous sommes concocté un modèle qui ne peut absolument pas tenir debout dans la réalité. Nous nous imaginons riches alors que nous sommes parmi les plus pauvres en Amérique du Nord. Nous agissons comme si la richesse n’était que quelque chose qui faut juste aller chercher, dans la poche des riches ou dans les caisses des compagnies privées, mais pas quelque chose que nous devons créer et pour laquelle nous devons travailler. Comme si l’argent poussait sur les arbres. Et lorsque le pillage des contribuables québécois ne suffit plus, nous pillons le reste des contribuables canadiens et nous empruntons, condamnant nos enfants à payer pour nos excès. En aucun temps nous nous sommes arrêtés à songer au conséquences à long-terme. Et le pire, c’est qu’on ne peut pas remettre tout ça en question sans se faire traiter de sans-cœur néolibéral comme si la gauche au lunettes roses avait le monopole de la vertu.
      Le Mythe de la Solidarité Sociale Québécoise
      Nous les québécois nous targuons d’être des modèles de solidarité sociale. Nous regardons les anglos du ROC et les méchants américains du haut de notre rectitude sociale. Nous sommes prêts à tout pour le bien commun et redistribuer la richesse, même si nous devons saigner toute notre classe moyenne. Nous nous sommes égalitaires, oui monsieur! Vraiment? Oui, c’est vrai, nous avons un filet social plus riche que partout en Amérique du Nord, mais à qui profite-t-il vraiment? Nous nous entêtons à rendre tous nos services publics gratuits ou quasi-gratuits, mais est-ce les plus pauvres ou les plus nantis qui en profitent le plus? Prenons par exemple le gel des droits de scolarités et des tarifs d’électricité. La moitié des étudiants universitaires viennent de familles mieux nanties, et ces étudiants, une fois diplômés, gagnerons des salaires bien au dessus de la moyenne. Pourquoi devraient-ils être subventionnés par d’autres qui n’ont probablement pas leur niveau de scolarité et qui gagnent des salaires moindres que ceux que ces étudiants gagnerons plus tard. C’est un non-sens. Pendant ce temps, les universités sont sous-financées et la qualité souffre. Ne serait-il pas plus sage de laisser les droits de scolarité augmenter et d’aider ceux qui en ont vraiment besoin par un système de prêts et bourses plus généreux? Même chose pour les tarifs d’électricité qui profitent en réalité aux propriétaires de grandes maisons. Ne serait-il pas mieux de laisser ces taux augmenter, quitte à rembourser une partie de ces frais à ceux qui sont en deçà d’un certain seuil de revenu? C’est quoi la solidarité sociale au juste? De tout donner à tout le monde, qu’ils en aient besoin ou pas? Ou de tout simplement de s’occuper de ceux qui en ont vraiment besoin? « Arrière Satan! » s’exclament sûrement les prêtres de la social-démocratie. « Quel blasphème! » Mais voilà, très souvent nos beaux programmes redistribuent la richesse de bas en haut, plutôt que de haut en bas. Et que fait la gauche? Elle en vante les mérites! Quelle ironie!
      L’Aristocratie de l’influence et du Statut Quo
      Aux élections de 2003, 64% des électeurs ont voté pour un changement. Une des promesses qui faisait partie de la plateforme électorale des libéraux c’était une ré-ingénierie de l’état. Nous connaissons la suite. Dès que les libéraux ont fait mine de vouloir remplir cette promesse, les boucliers syndicaux se sont levés et ce fût la fin de la ré-ingénierie. Ça fait combien de temps que nous savons que notre système ne fonctionne plus? Dix ans? Quinze? Des solutions ont-elles été présentées pour régler ces problèmes? Certainement des centaines. Elles ramassent la poussière sur des tablettes quelque part. On ne sait trop où. Sommairement rejetées par notre aristocratie bien-pensante. Car voyez-vous, beaucoup trouvent leur compte dans le système actuel. 42% des québécois ne paient aucun impôt et près de 60% sont des bénéficiaires nets de l’état, c’est-à-dire qu’ils reçoivent de l’état plus qu’ils n’en paient. Ceux qui restent sont les pauvres bougres qui portent les autres sur leurs épaules et de plus en plus, ce sont ceux de la plus jeune génération: les X et les Y. Puisqu’ils sont la minorité, ils commencent de plus en plus à réaliser la signification du terme « tyrannie de la majorité ». Ceux qui ont intérêt à perpétuer le modèle québécois, la classe politique, les fonctionnaires, les BS corporatifs, les syndicats et tous les divers groupes sociaux ont de puissants lobbies et une puissante influence sur la façon que les choses se passent et ils ont tous un intérêt à maintenir le statut quo. Vous croyez vraiment qu’on manque de solutions pour résoudre les problèmes de notre système de santé? Il y a énormément d’autres pays qui ont un système de santé plus efficace et moins coûteux que le nôtre, il y a belle lurette qu’on aurait pu essayer leurs idées. Mais les grands clercs sociaux-démocrates nous ont convaincus que notre façon de faire les choses est la meilleure. Il suffit juste d’y mettre un peu plus d’argent. Mais voilà, ce qu’ils ne vous diront pas, c’est que l’argent, nous n’en avons plus. Nos cartes de crédit sont au max et ils vont bientôt venir reposséder la maison. Nous allons frapper un mur, mais ils s’en moquent! Ils vont se payer une retraite dorée aux dépens des autres et c’est tout ce qui compte pour eux. Nous allons avoir le plan « Freedom 75″ pour qu’ils aient le « Freedom 55″. Je suis à cheval entre les X et les boomers et je crois sincèrement que des boomers il ne restera que des miettes quand ce sera mon tour.
      Mais qu’est-ce qui nous attend?
      S’il n y a pas un grand coup de barre bientôt, nous allons assister à la paupérisation graduelle du Québec. Nous serons non seulement les plus pauvres du Canada ou de l’Amérique du Nord, mais des pays industrialisé. Nous étouffons nos entreprises et nous accablons la future génération de dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser. Nous allons probablement assister à un exode de tous les jeunes diplômés vers des pâturages plus verts. Pourquoi resteraient-ils pour se faire saigner? Vous croyez que la barrière linguistique va les retenir? Ils vont nous planquer là dans notre merdier après avoir collecté leur diplôme que nous aurons subventionné et ce sera bien fait pour nous. Ci-dessous est le compteur de notre dette. Je ne pourrais vous dire jusqu’où il va grimper avant que tout s’écroule, mais il sonnera certainement le glas du modèle québécois. Espérons que nous aurons abandonné nos lunettes roses avant ça.
      J’ignore pourquoi, mais je n’arrive pas à faire afficher l’horloge de la dette dans le billet sur les 7 du Québec, mais vous pouvez la voir sur mon blogue
      Source: http://www.centpapiers.com/l%E2%80%99echec-du-modele-quebecois/12563/
    • par xjdjwhwj172727
      À la demande de 1984 l'attention whore, voici l'ultime sujet. Et si elle l'emporte, je promets de quitter définitivement le dépotoir.
×
×
  • Créer...