Aller au contenu
Génération Erasmus

Revenu minimum garanti

Déchet(s) recommandé(s)

Apparemment, le ministre de l'éducation François Blais a écrit un livre sur la question (je l'ai entendu à la soirée est encore jeune.)

« Cette proposition d’imposer un revenu minimum garanti est probablement l’idée la plus radicale des cinquante dernières années [en matière de gestion des finances] », reconnaît-il d’emblée. Tant le gouvernement que les syndicats et les contribuables ont peine à s’imaginer qu’une allocation financière serait offerte à tous les Québécois sans exception.

En contrepartie, de nombreux programmes sociaux tels que les allocations familiales, les crédits d’impôt pour enfants, les prêts et bourses et même le programme d’aide sociale seraient abolis.

Dans le passé, il avait notamment proposé d’offrir 375 $ par mois à tous les Québécois pour commencer tout en maintenant une partie de l’aide sociale pour aider les plus démunis.

Québec solidaire a déjà estimé ce montant à 12 600 $ par année pour permettre à tous les Québécois de vivre dans la dignité en assurant leurs besoins de base.

Pour les gens à la retraite, ça donnerait rien, car ils ont déjà plus avec leur pension fédérale. Pour les gens sur le bs, ça serait une augmentation substantielle de leur dignité et de leur revenu. Pour les gens de la classe moyenne ça changerait probablement rien.

Alors quels sont les avantages ? Probablement moins de bureaucratie pour gérer les différents programmes sociaux.

Les arguments en faveur d’un mécanisme d’allocation universelle peuvent sembler contradictoires : si certains cherchent à faciliter l’accès de tous à l’emploi en supprimant les trappes à inactivité, les autres parlent de libérer l’homme de la nécessité de l'emploi. « On se trouve devant un paradoxe, où le revenu universel est justifié à partir de cadres idéologiques opposés ; il devient capable d’engendrer des avantages eux-mêmes opposés, sinon contradictoires ».

L'expérience a déjà été tenté au Manitoba avec un certain succès...

L-971-1.jpg

#

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai un peu du mal à saisir l'idée.

Ça serait quoi le revenu maximal pour pouvoir profiter de ça, genre? Par exemple, la plupart des étudiants travaillent ET ont des prêts et bourses. Ou encore les crédits pour les enfants....

Finalement, je me suis répondu à moi-même en lisant.

C'est une bonne idée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me demande bien ce qu'on peut se payer avec 375 $ par mois. Une semaine de loyer ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La vraie mesure serait genre 1000$ par mois.

375, ce serait juste si les programmes ne sont pas complètement abolis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et si c'est adopté et que les programmes sont abolis et qu'ensuite le prochain gouvernement abolis cette mesure ?

Les programmes seront-ils réintroduits ou va t'on en profiter pour laisser les gens sans aide économique ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai un peu du mal à saisir l'idée.

Ça serait quoi le revenu maximal pour pouvoir profiter de ça, genre? Par exemple, la plupart des étudiants travaillent ET ont des prêts et bourses. Ou encore les crédits pour les enfants....

Finalement, je me suis répondu à moi-même en lisant.

C'est une bonne idée.

La vraie mesure serait genre 1000$ par mois.

375, ce serait juste si les programmes ne sont pas complètement abolis.

Pourquoi pas complètement les abolir ?

Parce qu'il y aura toujours un irresponsable qui va réussir à flamber le 1000$ par mois au casino plutôt que de nourrir sa famille ?

Parce qu'il y aura toujours une famille dont les enfants sont tous nés avec des malformations et des maladies horribles et qui ont besoins de ressources colossales pour jouir d'une vie un peu moins pénible ?

...

Il y a environ 6 millions d'adultes au Québec

Les revenus consolidés du gouvernement du Québec sont d'environ 100 milliards.

En divisant 100 milliards par 6 millions, on obtient presque 17 000 $

À bien y penser la personne qui est sur l'aide sociale ne vas probablement pas être plus riche avec le revenu minimum garanti étant donné qu'elle va probablement devoir défrayer une coûteuse assurance maladie et un étudiant ne va probablement pas être plus riche étant donné qu'il devra payer le véritable coût de sa scolarité. (de 6000$ à 60 000$ par session selon le programme d'étude)

Québec solidaire propose d’instaurer un revenu minimum garanti de 12 000$. Dr Khadir a expliqué que ce revenu minimum couvrira les besoins essentiels et permettra ainsi à tous et à toutes de vivre dignement. L’État versera la différence entre le revenu de la personne, qu’elle soit sans emploi ou que son salaire soit insuffisant, et le revenu minimum garanti. Les individus qui ne sont pas en situation de pauvreté n’obtiendraient donc pas ce soutien financier.

« Dans sa forme actuelle, la sécurité du revenu s’applique de manière arbitraire et discriminatoire, ne couvre pas les besoins de base, et génère des coûts sociaux importants, notamment en santé », note Dr Khadir.

Le revenu minimum viendrait remplacer toute une panoplie de programmes de soutien du revenu. Son instauration permettra de diminuer les coûts d’administration en plus de simplifier grandement la relation des citoyennes et citoyens avec l’État. Dans son cadre financier, Québec solidaire chiffre cette mesure à 3,9 milliards $.

La version QS ça m'a l'air une façon déguisée d'offrir du BS de LUXE.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu donne 17 000 $ les gens vont continuer de consommer mais ils ne travaillerons plus. Or, les 17 000 $ proviennent de revenus imposés sur les travailleurs.

La solution que je propose est la suivante : tout le monde travaille à son compte et offre ses services contractuellement.

Plus de patrons, plus d'employés. Que des contrats d'une durée pré déterminée pour des événements précis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu donne 17 000 $ les gens vont continuer de consommer mais ils ne travaillerons plus. Or, les 17 000 $ proviennent de revenus imposés sur les travailleurs.

La solution que je propose est la suivante : tout le monde travaille à son compte et offre ses services contractuellement.

Plus de patrons, plus d'employés. Que des contrats d'une durée pré déterminée pour des événements précis.

''Les gens'' ?

Les gens qui n'ont pas d'hypothèque ni de paiement de voiture à faire ?

Les gens qui louent des studios pour moins de 500 $ par mois ?

Oublie le 17 000. C'est juste un ordre de grandeur.

''ils ne travaillerons plus''

Ça ne veut pas dire qu'ils ne seront pas utile à la société.

J'te conseille d'écouter ça:

Je sais pas si c'est très pertinent avec le sujet mais il est cool Usul.

Très intéressant cet économiste hétérodoxe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as pas besoin de me suggérer un lien qui a été posté 2 posts au-dessus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'approuve à 200% c'est infiniment plus sain qu'une alloc chômage ou le RSA et ça évite les emmerdes administratives.

Je suis en train de vérifier si flat tax à 10 % et revenu universel à 500€ par mois sont compatibles.

Si c'est le cas mon logiciel de pensée libéral va tous vous rouler dessus comme un tank

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le salaire moyen français est de 2202 € (brut ? Net ?) par mois.

10% de 2202 = 220€

220€ = salaire minimum crédible

Sans compter les bénéfices éventuels d'une flat tax sur les salaires c'est déjà applicable dans notre pays du fromage.

Je veux voir comment les finlandais vont gérer ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est aussi con que de croire qu'on crèvera pas de soif parce qu'on avalera sa salive ou sa pisse

Mais bon, je suis pas économètre

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peut-être qui si les gens n'étaient pas en situation de pauvreté ils seraient en mesure de se reprendre en main et de trouver un sens à leur vie. Est-ce que le plus important c'est de travailler ou d'être heureux dans le cadre de son emploi ? On nous fait miroiter des obligations comme quoi tout le monde doit avoir un travail mais combien de personnes là-dessus sont vraiment heureuses de ce qu'elles font pour gagner leur vie ? Nous ne sommes pas tous partis avec les mêmes bases pour se construire. Une personne qui vit dans la pauvreté ne pense qu'à survivre et à payer ses dettes. Elle n'a pas la possibilité de prendre du recul, évaluer ses possibilités et foncer vers un objectif crédible et signifiant pour elle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Va falloir plus que le revenu minimum garanti pour créer l'homme nouveau.

Va falloir abattre les murs de la dictature du capital et enlever les œillères du consumérisme pour élever un peu notre civilisation.

On est tellement dans l’instant présent, qu'on est même pas prêt à partager notre planète de façon équitable. avec tous les pauvres et les pays surpeuplés.

Dans la situation actuelle c'est mission impossible de préserver notre planète pour les générations futures, alors qu'on est même pas foutu de la préserver pour les générations actuelles.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...