Aller au contenu

Le statut quo


Déchet(s) recommandé(s)

Screenshot_20220228_114520_com.instagram.android_edit_43340595824115.thumb.jpg.5d91bd5292f4948efba24c2a5dbbc2c4.jpg

Que pensez vous de ce texte ? Sans parler du lien au divin, évidemment, on peut très bien s'abstraire de dieu pour comprendre la logique. 

Le statut quo, c'est quoi ? 

Notre safe zone. Nos habitudes. Nos peurs de ruptures, nos angoisses de séparation. 

Or, il y a une loi dans l'univers qui veut que rien ne soit immobile. Tout est mouvement, Montaigne disait d'ailleurs que " Le monde n'est qu'une branloire pérenne", ce qui me faisait beaucoup rire à 17 ans. 

Screenshot_20220228_114812_com.android.chrome_edit_43519682107421.thumb.jpg.6c34359c1055cf753fcabae3db5a87f2.jpg

Au niveau physique, la vie elle même vient confirmer l'idée, que quoi qu'il arrive, rien ne meurt, tout se transforme, tout migre. 

Citation

“L'énergie ne peut pas mourir. Elle circule, se transforme et ne s'arrête jamais”.

Je vous laisse deviner qui a pu énoncer une telle phrase, ajoutant au passage, "je crois en une vie après la mort". 

Le principe de Lavoisier repose sur la même idée. 

img-31.jpg.bb93bb4eff201c1225ffabe745be7579.jpg

Dans un système fermé, lors d'une réaction chimique, la masse des réactifs est égale à la masse des produits. 

"Rien ne se crée, ni dans les opérations de l'art, ni dans celles de la nature, et l'on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et aprèsl'opération ; (...) et qu'il n'y a que des changements, des modifications. "

La vie nous propose donc d'accepter le changement, d'évoluer, d'avancer. Les choses pourrissent. D'autres naissent. Alors pourquoi les humains ont ils si peur du changement ? Pourquoi la plupart refusent que le temps passe, que les sentiments changent ? 

Pour certaines personnes, cette peur est une phobie répondant au doux nom de métathésiophobie.

 

Citation

Depuis des temps immémoriaux, l’homme aime la routine. Nos prédispositions internes (hérédité et génétique) nous apprennent à résister au changement principalement pour «toujours se sentir en contrôle». 

La phobie trouve son mal lors des changements qui ont pu être une source de stress intense, dans une incapacité à contrôler les aléas de l'avenir. Face à la nouveauté et au changement,  l'esprit s’agite et se préoccupe de savoir ce qui arrivera après. A contrario, la routine représente une sécurité réconfortante, un cocon sécurisant. Si à l'origine, ce comportement est sain et à permis à l'homme de se développer pour survivre dans la nature : se construire un foyer, s'adapter aux cycles des saisons, développer des habitudes qui vont lui permettre de créer une structure sécurisante, ce qui lui permet d'éviter toujours plus de danger. 

De façon archetypale et grossière, on pourrait imaginer que l'homme s'est sedentarisé pour éviter les mauvaises surprises : il sait où pêcher parce qu'il connaît, il sait quand rentrer chez lui parce qu'il connaît le danger, il a un coup d'avance sur son environnement et cela le rassure. Ainsi, tout ce qui vient rompre avec ses habitudes bien huilées deviennent une source d'anxiété, l'héritière de l'état d'alerte de l'homme en milieu sauvage. La peur provient de l'inconnu, de ce qui sort des schémas répétitifs si réconfortants.

Citation

(Je connais quelques membres qui vont adorer ce discours ultra primaire sur l'état de conscience des hommes préhistoriques 👀👀👀 tsais quand il fait chaud tu es plus lent parce que fait chaud et dans les pays froids ont se bouge plus parce qu'il faut bien se réchauffer faque c'est logique, et les attaques d'hippopotames c'est très dangereux vous savez, la sœur de ma voisine est noire je le sais j'y suis allée la bas ils marchent pieds nus

Bwref. 

Petit questionnaire de lancement de débat pour nourrir notre culte de la personnalité, msieurs dames, et faire avancer la reflexion

Black Lives Matter Jazz GIF by TIFF

I. LIFESTYLE 

- Aimez vous la routine ? Sur une échelle de 1 à 10.

- Pourquoi aimez vous/ n'aimez vous pas la routine ? 

- Pensez vous avoir été traumatisé par le changement ? ( à l'inverse, pensez vous avoir été traumatisé par la routine ?) 

II. RELATIONS INTER PERSO

- Avez vous beaucoup d'amis de longue date ? Avez vous besoin d'entretenir les mêmes amitiés pendant des années ? 

- Avez vous des amis toxiques avec lesquels vous gardez contact malgré tout ? Ou au contraire, faites vous des mises à jour régulières ? 

- Avez vous peur de nouer de nouvelles relations par habitude ? Ou Avez vous tendance à renouveler vos connaissances ? 

III. VIE PRO & VIE PERSO

- Êtes vous du genre à surfer sur vos acquis au travail ou dans toute activité ? Aimez vous le challenge et repousser la zone de confort pour aborder de nouvelles perspectives ? 

- Avez vous peur que votre partenaire vous abandonne ? Ou au contraire, avez vous un partenaire qui a peur de l'abandon ? Quelle insidence cette peur a dans vos relations ? 

- Êtes vous casanier ? Être vous conservateur ? Êtes vous du genre prévisible ? 

- Si vous deviez choisir un partenaire type, prefereriez vous qu'il soit aventureux et plein de surprises ? Préférez vous un partenaire plus introspectif et centré sur les petits plaisirs du quotidien ?

Évidemment, si vous voulez les deux, nuancez comment. 

Répondez aux questions qui vous intéressent. Développez votre point de vue spontané. Exprimez votre perception du changement au sein de notre culture à votre guise. 

Révélation

Ps: et admirez la corrélation naturelle entre dépression, égoïsme, inconscience et refus du changement. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

L'Habitude est la gardienne du Mal et le plus grand fléau de l'Humanité.
L'Habitude qui jette sur toutes choses le voile gris de l'indifférence.

Les hommes justifient toutes leurs actions au nom de l'Habitude, même ce qui les ennuie, même ce qui les fait souffrir...

Pourquoi je fume du weed matin-midi-soir d'après-vous ?
Parce que j'en ai l'Habitude...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

ta position sur le changement semble (volontairement ou non) inspirée de la psychologie organisationnelle, une pseudo-science dont les notions sont notamment modulées sur la volonté des organisations de responsabiliser les individus sur leur devoir professionnel de s'adapter perpétuellement aux changements qu'imposent les pressions concurrentielles des marchés. pour ce faire, les organisations paient chèrement des conférenciers (MA en psychologie organisationnelle) pour tenir des conférences sur "le changement" afin de mieux faire passer la pilule de la nécessité des employés de s'adapter aux mutations que les organisation s'imposent elles-mêmes (et individuellement, on en retirerait même du positif !). 

avant, le boulanger faisait son pain de la même façon, toujours, et léguait son savoir-faire au suivant. les changements dans les méthodes de travail se faisaient lentement, graduellement et à petites doses. 

maintenant, j'ouvre mon ordinateur le matin pour voir qu'on y a installé pendant la nuit des nouveaux systèmes d'identification à 10 étapes, j'ouvre mes courriels pour lire qu'un tel processus dans le traitement des dossiers a changé, qu'on va opérer une fusion organisationnelle et que le nombre d'employés doublera dans les prochains mois, qu'il y a ce nouveau programme à appliquer, que mon patron a changé, que j'ai un nouveaux collègue de travail et ainsi de suite. et pour nous "aider" à naviguer dans tout ça, on nous fait faire des formations en ligne ou on met à notre disposition un guide de travail aussi volumineux que Wikipédia (et qui change constamment, évidemment).

je n'ai pas dix ans d'expérience derrière la cravate, et je ne travaille même pas de la même façon qu'à mes débuts. et je n'ai jamais changé d'organisation. 

bref. est-ce que j'aime le changement ? non. est-ce qu'il est un mal nécessaire ? oui. est-ce que je trouve qu'il y en a trop ? oui. 

en revanche, j'ai certainement un contrôle sur ma routine, que je chéris beaucoup. en fait, c'est cette routine qui me permet de maintenir le niveau de performativité que je m'exige moi-même, sinon je n'aurais pas l'énergie pour livrer.

je me couche et me lève aux mêmes heures, je mange les mêmes repas, je m'entraîne les mêmes journées, je regarde la télévision aux mêmes heures, je ne sors que les weekend, etc. 

j'ai un soupçon à l'effet que les athlètes de haut niveau, aussi bien que les grands contributeurs de ce siècle, étaient pour la plupart des adaptes de la routine. genre, je doute fortement que Nietzche faisait le gros party à chaque soir et il me semble que Woolf vivait recluse.

À TOI MON AMIE, 1984. 

  • J'aime! 1
  • HAHAHA! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 9 heures, Ecce Homo a dit :

position sur le changement semble (volontairement ou non) inspirée de la psychologie organisationnelle, une pseudo-science dont les notions sont notamment modulées sur la volonté des organisations de responsabiliser les individus sur leur devoir professionnel de s'adapter perpétuellement aux changements qu'imposent les pressions concurrentielles des marchés.

Oula non. 

Bien que je comprenne la dérive que tu exposes au niveau économique, je n'abordais le sujet que d'un angle philosophique et personnel. Tu peux tout à fait avoir un problème avec la répétition parce que tu as l'impression que ta vie est une boucle, et la reflexion s'arrête là. Je ne suis pas en train de reprendre un concept, ici, c'est de ma propre réflexion qu'on part. Et je constate qu'il est difficile d'assumer la répétition, quand on est un être humain. Mais que certains, comme toi, s'y trouvent confortables.

Mais c'est intéressant que tu abordes le sujet comme cela, en revanche. 

 

Il y a 9 heures, Ecce Homo a dit :

j'ai un soupçon à l'effet que les athlètes de haut niveau, aussi bien que les grands contributeurs de ce siècle, étaient pour la plupart des adaptes de la routine. genre, je doute fortement que Nietzche faisait le gros party à chaque soir et il me semble que Woolf vivait recluse.

Le fait de vivre reclus n'indique pas obligatoirement une routine, you know. Alors dans l'idée, oui, ce serait un biais logique, mais si on y réfléchit : rien n'impose que notre vie soit une volontaire répétition. Même dans un verre d'eau, il peut surgir des tempêtes.

J'adhère cependant à l'idée de ne pas faire de gros party, mais la encore, pourquoi ce biais avec l'habitude Ecce home? (:

Voilà qui est intéressant de ta part.

Cette corrélation n'est pas induite d'elle même : je ne fais jamais le party et je n'aime pourtant pas la routine. J' ai des comportements routiniers mais souvent, je m'ennuie à l'idée de répéter toujours les mêmes gestes. Est ce que je vais aller me mêler à une horde de perdus pour échapper à mon mal, dans l'absolu ? Pas nécessairement. Je peux très bien casser mes rituels par de nouveaux, être créative, et dépasser des limites, faire de nouvelles activités, tout en restant seule. Et bien quoi ? 

Pourquoi la seule solution possible à l'ennui devrait être les autres ?

Les autres ne sont pas l'antidote à la routine, je pense ici à un ex qui passait sa vie avec son groupe de copains, dont l'un répétait chaque week-end "bon qu'est ce qu'on fait ce soir" et à qui personne ne daignait répondre. Personne ne savait quoi faire. Parce que le projet de se réunir n'était qu'une habitude mortifere. Et bien, la routine s'installe dans toutes les relations. 

Le temps c'est le temps, il tue les choses, il les use. La routine est une usure, une sorte de rouille. Pour l'aimer sans rêver de surprise, c'est difficile. 

 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, 1984 a dit :

Le fait de vivre reclus n'indique pas obligatoirement une routine, you know. Alors dans l'idée, oui, ce serait un biais logique, mais si on y réfléchit : rien n'impose que notre vie soit une volontaire répétition. Même dans un verre d'eau, il peut surgir des tempêtes.

J'adhère cependant à l'idée de ne pas faire de gros party, mais la encore, pourquoi ce biais avec l'habitude Ecce home? (:

Je suis surprise aussi que Ecce HomeAlone ait choisi cette exemple...Deja parce que je suis sure que Nietzche n'etais jamais invite et que Woolf l'etait constament mais n'y allait jamais.

Les parties ne sont pas vraiment ce que je qualifierais de hors de la routine, on y fait les meme choses (et ca me blase chaque soir un peu plus) non un meilleur moyen de savoir si tu preferes la routine au changement...

@Ecce Homo EST CE QUE TU PREFERES AFFRONTER UN ORAN OUTAN UNE FOIS PAR AN (AVEC UNE ARME DE CAC) OU DEVOIR TUER UNE POULE A MAINS NUES CHAQUE FOIS QUE TU DOIS CHANGER DE CULOTTE ? :salmon_says:

 Si tu aimes la routine, tu choisirais logiquement la poule. Apres quelques jours de massacre, tu develloperas la technique pour leurs briser la nuque en un seul coup, tu verrais les avantages pratiques a avoir chaque jour ton propre poulet, pret a etre miam. La poule est exactement la au meme endroit et tu sais qu'elle n'attaquera que quand tu changeras de sous vetement, ce qui te laisse amplement le temps de te preparer mentalement au combat qui t'attends. Tu peux organiser ton emploi du temps autour genre:

-Acheter du lait d'amandes pour ma cherie intolerante au lactose

-Repondre au signalement de DASRI sur le forum.

-Tuer la poule.

Moi, je prend l'orang outan sans la moindre hesitation. Je ne sais pas quand le duel arriver mais j'aurais le temps de m'entrainer avec divers outils car je n'aurais pas toujours acces a la meme arme de CaC quand il commencera.

 

Petit questionnaire de lancement de débat pour nourrir notre culte de la personnalité, msieurs dames, et faire avancer la reflexion

Black Lives Matter Jazz GIF by TIFF

I. LIFESTYLE 

- Aimez vous la routine ? Sur une échelle de 1 à 10.

4

- Pourquoi aimez vous/ n'aimez vous pas la routine ? 

Ce cote alienant, l'impression que ma creativite est au mieux gacher au pire lentement saper par un aspirateur a desir.

- Pensez vous avoir été traumatisé par le changement ? ( à l'inverse, pensez vous avoir été traumatisé par la routine ?) 

Probablement mais...Maintenant je ne peux plus vivre sans. Peut etre qu'un noveau changement balayera le traumatisme du precedent.

II. RELATIONS INTER PERSO

- Avez vous beaucoup d'amis de longue date ? Avez vous besoin d'entretenir les mêmes amitiés pendant des années ? 

Lol non et c'est pas plus mal. Beaucoup de mes amis etaient toxiques (Hell, je le suis aussi) et j'ai vu trop d'amities qui auraient du cesser depuis longtemps mais se poursuivaient parce que "c'est tout ce que l'on a encore en commun". Je dois avoir 3 amis que j'ai connu en 2012 jusqu'a maintenant. On se parle a peine et on se voit encore moins mais quand c'est le cas, c'est toujours memorable.

- Avez vous des amis toxiques avec lesquels vous gardez contact malgré tout ? Ou au contraire, faites vous des mises à jour régulières ?

Je suis l'amie toxique, a present  :madame_farceuse:c'est une bonne chose. Mes amis sont des gens tres biens.

- Avez vous peur de nouer de nouvelles relations par habitude ? Ou Avez vous tendance à renouveler vos connaissances ? 

Les deux. J'aime rencontrer des nouvelles personnes mais bordel, j'arrive a m'en lasser en 11 minutes. Peut etre que je superficielle ou que je sais pas me livrer mais le resultat est le meme

III. VIE PRO & VIE PERSO

- Êtes vous du genre à surfer sur vos acquis au travail ou dans toute activité ? Aimez vous le challenge et repousser la zone de confort pour aborder de nouvelles perspectives ? 

Depend. J'aime prendre des initiatives, je suis souvent frustre par la lenteur de la progression de mes collegues ou des autres agences. En meme temps, je suis aussi opposee a l'idee de faire plus pour laquelle je suis payee. Je suis fidele a ma mission mais je n'ai aucune loyaute envers mon entreprise.

- Avez vous peur que votre partenaire vous abandonne ? Ou au contraire, avez vous un partenaire qui a peur de l'abandon ? Quelle insidence cette peur a dans vos relations ? 

Les deux. Je develloperais pas.

- Êtes vous casanier ? Être vous conservateur ? Êtes vous du genre prévisible ? 

MDR. Je te laisse deviner bb

- Si vous deviez choisir un partenaire type, prefereriez vous qu'il soit aventureux et plein de surprises ? Préférez vous un partenaire plus introspectif et centré sur les petits plaisirs du quotidien ?

Hm...Bonne question. Les deux sont valides, ce serait dommage de faire un choix definitif. C'est pour ca que je prefere mon exemple avec les poules et les orang outan en fait. :thinking_kermit:

 

  • J'aime! 1
  • HAHAHA! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 2022-03-01 à 03:03, 1984 a dit :

Le temps c'est le temps, il tue les choses, il les use. La routine est une usure, une sorte de rouille. Pour l'aimer sans rêver de surprise, c'est difficile. 

bah, je ne suis pas d'accord. j'aime la routine et je pense qu'elle permet de bâtir des liens forts, que ce soit avec quelqu'un ou quelque chose. pour moi, la routine permet de construire dans la constance du temps, et le temps est l'ingrédient fondamental pour créer de la solidité dans les liens. les raccourcis n'existent pas. tu ne peux pas bâtir quelque chose de solide sans y mettre du temps. je vois difficilement autrement comment j'aurais pu réussir des études supérieures, cheminer professionnellement selon les objectifs que je me suis fixés, entretenir des relations qui me satisfassent dans leur profondeur, sans une certaine prévisibilité, constance et rigueur dans ce que j'ai fait.

je connais des personnes qui changent, pour des raisons tels que l'ennui, la paresse, le désintérêt ou le non-bonheur en général. mais ce que je constate, c'est que la solution du changement est souvent temporaire et ces personnes ne ressortent pas davantage nourries de leurs expériences. elles font juste répéter le même pattern de mal-être existentiel, mais dans un contexte différent.

qu'est-ce que ça signifie pour toi, le changement ? changer d'amis, de vocation, de hobby, d'appartement, de déco, d'opinion, de valeurs, voyager ? en quoi, selon toi, ça te permet de te sortir de la rouille ?

perso, je vois de la beauté dans la constance. je regardais la semaine dernière un documentaire sur un mec de 50 ans, probablement un peu autiste, qui parlait de son hobby des bandes dessinées qu'il collectionnait depuis sa tendre enfance. au fil des années, il en avait cumulé des milliers, de ces vieilles BD puantes, et elles garnissaient les bibliothèques de sa maison depuis des décennies. j'ai trouvé ça joli.

hier, avec ma blonde, quand on s'est arrêtées pour manger au Tim Hortons sur le bord de la route, j'ai dit à la blague que dans 40 ans, nous boirions notre café Tim Hortons à chaque jour et à la même heure. et, après 30 minutes à boire du café en silence, l'une de nous dirait quelque chose d'anodin du genre : "ouan, il faudrait penser à remettre du lave-glace dans la voiture". et l'autre hocherait d'approbation, pour ensuite continuer à boire son café en silence. elle a trouvé ça drôle. moi, je trouve ça beau. 

je serais totalement du genre à 90 ans (si je m'y rend) à m'enchaîner à ma maison toute crasse et décrépie parce que je ne voudrais pas qu'on me déménage dans une maison de vieux. :huhu:

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 29 minutes, Ecce Homo a dit :

je connais des personnes qui changent, pour des raisons tels que l'ennui, la paresse, l'exaspération ou le non-bonheur en général. mais ce que je constate, c'est que la solution du changement est souvent temporaire et ces personnes ne ressortent pas davantage nourris de leurs expériences. ils font juste répéter le même pattern de mal-être existentiel, mais dans dans un contexte différent.

qu'est-ce que ça signifie pour toi, le changement ? changer d'amis, de vocation, de hobby, d'appartement, de déco, d'opinion, de valeurs, ou voyager, genre ? en quoi, selon toi, ça te permet de te sortir de la rouille ?

C'est une affaire de personnalité, il me semble. On choisit pas d'aimer ou non la routine. Je suis une personne creative, alors oui, j'ai tendance à chercher à me renouveller plutôt qu'à stagner. Mais ça n'induit pas que ceux qui aiment la routine stagnent et refusent d'evoluer, non, ça veut juste dire qu'ils sont différents et se structurent d'une autre manière. 

Impossible d'avoir un jugement de valeur sur la chose, à quoi bon ? J'admire les gens qui aiment la routine, parce que ça me permettrait d'être cohérente dans mon travail, concrète dans mon évolution, stable sur un tas de plans. 

Mais je ne suis pas née de la sorte : je m'ennuie vite. Les gens m'ennuient vite. Les sujets m'ennuient vite, c'est pour cela que je suis superficielle sur un tas, c'est également grâce à cette spontanéité que j'arrive à créer et à développer de nouvelles idées, de nouvelles perspectives, et de nouveaux sujets. Les routiniers vont probablement développer leurs connaissances en approfondissant les sujets, moi je développe ma créativité parce que je suis ainsi. 

Je n'ai jamais dit que j'aimais le changement, Ecce Homie ! Au contraire, comme beaucoup, j'en ai peur. J'aimerai avoir des amis pour la vie, un foyer pour la vie, un homme pour la vie et une carrière pour la vie. Est ce réalisable ? Non. Déjà parce que les relations, et les affaires externes à soi sont soumises aux changements, et ensuite parce que nous changeons nous même. 

Je me suis accrochée au passé bon nombre de fois. J'étais plus malheureuse à ce moment que maintenant, ou j'ai accepté le cours des choses, et sans doute ce besoin de renouvellement qui au fond, caractérisent ma personne. Les choses attendues et trop prévisible ont tendance à me déprimer, d'ailleurs. 

Cela ne veut pas dire que je n'ai pas des amis de longue date, ni que je n'aime pas construire. Évitons les oppositions absolues qui n'offrent aucune vraisemblance. D'ailleurs, regarde, nous sommes encore sur le dépotoir toutes les deux, ça prouve bien que certaines choses ne changent pas. 

En revanche, pour avoir côtoyé de nombreux groupes d'amis, je peux vous assurer que la durabilité des groupes tient relativement à l'envie de composer des membres du dit groupe. Si t'es du genre à tolérer la lâcheté de x, les mensonges de y, et l'égoïsme de z, tant mieux pour toi, mais moi, ça dégage assez rapidement. 

Les groupes d'amis que j'ai observé me semblaient avoir moins d'exigences morales que moi (: Mes amis sont tous des gens avec un sens éthique irréprochable et un sens créatif inné. On peut s'engueuler, ça bouge pas, le lien est trop solide et nous ne sommes pas des rancuniers. La plupart sont des ENFP :huhu:

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 40 minutes, Ecce Homo a dit :

bah, je ne suis pas d'accord. j'aime la routine et je pense qu'elle permet de bâtir des liens forts, que ce soit avec quelqu'un ou quelque chose. pour moi, la routine permet de construire dans la constance du temps, et le temps est l'ingrédient fondamental pour créer de la solidité dans les liens. les raccourcis n'existent pas. tu ne peux pas bâtir quelque chose de solide sans y mettre du temps. je vois difficilement autrement comment j'aurais pu réussir des études supérieures, cheminer professionnellement selon les objectifs que je me suis fixés, entretenir des relations qui me satisfassent dans leur profondeur, sans une certaine prévisibilité, constance et rigueur dans ce que j'ai fait.

je connais des personnes qui changent, pour des raisons tels que l'ennui, la paresse, le désintérêt ou le non-bonheur en général. mais ce que je constate, c'est que la solution du changement est souvent temporaire et ces personnes ne ressortent pas davantage nourries de leurs expériences. elles font juste répéter le même pattern de mal-être existentiel, mais dans un contexte différent.

qu'est-ce que ça signifie pour toi, le changement ? changer d'amis, de vocation, de hobby, d'appartement, de déco, d'opinion, de valeurs, voyager ? en quoi, selon toi, ça te permet de te sortir de la rouille ?

perso, je vois de la beauté dans la constance. je regardais la semaine dernière un documentaire sur un mec de 50 ans, probablement un peu autiste, qui parlait de son hobby des bandes dessinées qu'il collectionnait depuis sa tendre enfance. au fil des années, il en avait cumulé des milliers, de ces vieilles BD puantes, et elles garnissaient les bibliothèques de sa maison depuis des décennies. j'ai trouvé ça joli.

hier, avec ma blonde, quand on s'est arrêtées pour manger au Tim Hortons sur le bord de la route, j'ai dit à la blague que dans 40 ans, nous boirions notre café Tim Hortons à chaque jour et à la même heure. et, après 30 minutes à boire du café en silence, l'une de nous dirait quelque chose d'anodin du genre : "ouan, il faudrait penser à mettre du lave-glace dans la voiture". et l'autre hocherait d'approbation, pour ensuite continuer à boire son café en silence. elle a trouvé ça drôle. moi, je trouve ça beau. 

je serais totalement du genre à 90 ans (si je m'y rend) à m'enchaîner à ma maison toute crasse et décrépie parce que je ne voudrais pas qu'on me déménage dans une maison de vieux. :huhu:

Ok je crois qu'on a un probleme d'interpretation.

Collectionner des bande dessines, c'est pas tant une routine qu'une passion. Pour moi la routine est une absence de prise de risque totale et injustifiee comme prendre son chocolat chaud a Hortons plutot qu'a Starbuck "parce que c'est mon habitude". Rester dans sa zone de comfort, par lachete, faineantise, manque de volonte/passion.

il y a 40 minutes, Ecce Homo a dit :

hier, avec ma blonde, quand on s'est arrêtées pour manger au Tim Hortons sur le bord de la route, j'ai dit à la blague que dans 40 ans, nous boirions notre café Tim Hortons à chaque jour et à la même heure. et, après 30 minutes à boire du café en silence, l'une de nous dirait quelque chose d'anodin du genre : "ouan, il faudrait penser à mettre du lave-glace dans la voiture". et l'autre hocherait d'approbation, pour ensuite continuer à boire son café en silence. elle a trouvé ça drôle. moi, je trouve ça beau. 

Si moi et ma blonde on en venait a un truc pareil, je balancerais certainement 

We are so cute I want to punch us in the face | Movie quotes, New love, Face

  • HAHAHA! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 43 minutes, 1984 a dit :

Impossible d'avoir un jugement de valeur sur la chose, à quoi bon ?

ah non c'était pas du tout le but de mon post, mon point de vue est entièrement personnel et le tien aussi. d'ailleurs, s'il n'y avait que des moi, le monde serait d'un ennui mortel, autant que s'il n'y avait que des toi, le monde serait trop anxiogène. haha.

bon, 12h05. l'heure de m'entraîner. :lol:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas comment le monde serait si on était tous pareils, mais j'imagine qu'on aurait aucune perspective. 

Pi je pense pas que le monde serait anxiogène :tintin:

  • J'aime! 1
  • J'ADORE! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

×
×
  • Créer...