Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

À priori les drogues ce n'est pas un sujet que je trouve captivant, mais ce documentaire amène des témoignages captivants et des faits saisissants sur cette substance qui jusqu'en 1965 était une molécule expérimentale prisée par les psychiatres pour soigner différents problèmes. Plus récemment de nouvelles applications lui ont été découvertes.

http://www.youtube.com/watch?v=yWsioMwiVes

Commentaire youtube top coté:

wa la cinglé au début de reportage! elle dose ces gouttes sur les bonbons vraiment a l'arrache pouvant faire varier entre 300 et 1000 micro grammes/lsd,et elle manipule sans gant(contact par la peau) et emballe dans un genre de papier qui risque de réabsorber partiellement...une grosse trippé dangereuse et inconsciente..

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien de nouveau sous le soleil.

Ah et une goutte c'est une goutte soit un mL, à moins de tamponner le flacon, si tu la laisses tomber le volume sera très proche.

Quant au dosage .. Il a encore faux. Une goutte de delysid (puisque c'est probablement du médicament utilisé il y a quelques dizaines d'années dont on parle) contient 100µg de LSD-25.

Source.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien de nouveau sous le soleil.

Ah et une goutte c'est une goutte soit un mL, à moins de tamponner le flacon, si tu la laisses tomber le volume sera très proche.

Quant au dosage .. Il a encore faux. Une goutte de delysid (puisque c'est probablement du médicament utilisé il y a quelques dizaines d'années dont on parle) contient 100µg de LSD-25.

Source.

1 mL = 1 cm³, c'est ben trop gros pour une simple goute.

Habituellement en labo de chimie on considère une goute = environ 1/10 de mL.

Tu peux faire le teste avec une pipette jaugée si t'es sceptique.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1 mL = 1 cm³, c'est ben trop gros pour une simple goute.

Habituellement en labo de chimie on considère une goute = environ 1/10 de mL.

Tu peux faire le teste avec une pipette jaugée si t'es sceptique.

Ouaich' j'ai marqué d'la marde. Ou avec une micropipette, tékaté gros j'fais du labo aussi. Mais là j'me suis vautré. Et ouais.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intéressant. Je trouve bien de voir aussi les possibilités de cette drogue. Je n'avais jamais vraiment recherché d'informations sur le LSD et je n'en connaissais pas beaucoup de choses.. Vous comprendrez donc que je n'en ai jamais fait utilisation.... Par contre je me demandais si certains d'entre vous ont déjà essayé et seraient prêt à partager leur expérience?

Je dois être très naïve, je croyais que son utilisation était beaucoup moins fréquente aujourd'hui. Un trip de 12 heures c'est assez long par contre!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 mois plus tard...

Les drogues de la rue on dit qu'elle sont dangereuses pour la santé parce qu'elle sont utilisés de façon plus moins sensé.

Les drogues qu'on appelle médicament on dit qu'elle ont des effets secondaires parce que le corps humain ne les tolère pas toujours bien.

Tiens un autre document intéressant:

Pourquoi ne réagissons-nous pas tous de la même manière au cannabis?

http://www.slate.fr/story/88565/cannabis

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 ans plus tard...

Épic samedi dernier 

 

Christiane Charette demande à l'émission La soirée est encore jeune où est-ce qu'elle pourrait s'en procurer (de façon légale via un programme de recherche suite à la lecture d'un bouquin vantant les mérite de ce produit)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 8 mois plus tard...

J'en ai fait y'a pas très longtemps et, alors que j'avais des crampes un peu ennuyantes, je pouvais pas m'empêcher de faire le lien avec la psilocybin - le mush, ou les champignons magiques. Il semblerait que c'est un symptôme fréquent avec le LSD.

Ça m'a amené à me questionné sur le lien entre la digestion/l'estomac et les matières qui alterne les sens et la conscience, cependant malgré le fait que j'ai ma propre théorie sur le sujet, je n'ai pas trouvé d'informations pertinentes. 

Quelqu'un aurait des pistes à suivre? [Plus précisément sur des trucs plus direct comme les effets biochimique du LSD/Psilocybin, et non pas sur des trucs comme les neurones dans l'estomac]

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 8 heures, Gamin a dit :

J'en ai fait y'a pas très longtemps et, alors que j'avais des crampes un peu ennuyantes, je pouvais pas m'empêcher de faire le lien avec la psilocybin - le mush, ou les champignons magiques. Il semblerait que c'est un symptôme fréquent avec le LSD.

Ça m'a amené à me questionné sur le lien entre la digestion/l'estomac et les matières qui alterne les sens et la conscience, cependant malgré le fait que j'ai ma propre théorie sur le sujet, je n'ai pas trouvé d'informations pertinentes. 

Quelqu'un aurait des pistes à suivre? [Plus précisément sur des trucs plus direct comme les effets biochimique du LSD/Psilocybin, et non pas sur des trucs comme les neurones dans l'estomac]

C'est un grand classique d'avoir envie de vomir sous psychédélique. C'est un paramètre à prendre en compte qu'on appelle le "bodyload".

Certaines drogues on des bodyload tellement intolérables sur certaines personnes que c'est pas vraiment possible pour eux de prendre certaines molécules. l'idée c'est d'avoir un bon rapport défonce/bodyload qui correspond à ta tolérance.

Par exemple avec la mescaline tu dois obligatoirement vomir pour que le trip commence. c'est une sorte de "purge" symbolique. la première heure est une véritable souffrance. sous certaines drogues veut mieux toujours garder un sceau à coté de toi sous peine de tout degueulasser ou pire, te noyer dans ton vomi.

Souvent quand tu vomi, ça provoque un "pic" et tu as des hallucinations trés violentes dans les 15 minutes qui suivent. Il faut accepter de vomir.

Sinon dans un registre purement médical, ton corps cherche simplement à se débarrasser des poisons que tu as ingéré.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 6 mois plus tard...

Dès 2010, le psychologue et auteur américain James Fadiman, un défenseur de longue date des drogues psychédéliques, commence à promouvoir l'idée d'utiliser de très petites doses de drogues comme le LSD - environ un dixième des doses habituelles - pour obtenir des effets complètement différents. Il popularise le régime souvent suivi par les microdoseurs et qui en maximiserait les effets : une dose de 10 à 15 microgrammes de LSD tous les trois jours.

Intrigués, les scientifiques commencent à se pencher sur l'effet des microdoses sur le cerveau. Aucune étude complète sur les humains n'a encore été faite, mais certaines pistes d'explications existent.Avant même d'avoir entendu parler du phénomène, Gabriella Gobbi, professeure associée au département de psychiatrie de l'Université McGill et chercheuse au CUSM, a étudié l'effet des microdoses de LSD sur les rats. Et montré qu'elles aident à améliorer leur humeur. «Quand j'ai commencé à lire sur les microdoses et tout ce qui se passe dans la Silicon Valley, j'ai dit : "Wow! C'est exactement ce qu'on a observé chez nos rats!"», s'exclame-t-elle. Elle prévient toutefois que la pratique n'est pas sans risques. «Nos recherches suggèrent qu'il existe bien une fenêtre thérapeutique dans l'action du LSD, mais qu'elle est très réduite, explique-t-elle. La différence entre un bon dosage et un mauvais dosage est très faible - à peine quelques microgrammes. Les gens susceptibles de développer des maladies mentales, notamment, courent des risques importants.» 

Vous croyez n'avoir jamais surfé sur les effets des hallucinogènes ? Détrompez-vous. Le cerveau humain produit naturellement une substance très similaire au LSD appelée diméthyltryptamine (DMT). Les scientifiques en savent encore très peu sur son rôle exact. « On croit qu'il agit sur plusieurs phénomènes qui nous arrivent quotidiennement - pensez aux rêves, aux sentiments de déjà-vu. Tous les jours, nous expérimentons des microhallucinations qui sont sans doute nécessaires à notre fonctionnement normal », dit Gabriella Gobi, de McGill.

http://www.lapresse.ca/sciences/medecine/201711/19/01-5144112-une-microdose-de-lsd-avant-daller-au-boulot.php

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 an plus tard...
Le 2017-06-13 à 06:35, Votre bon vieux chum bern a dit :

Épic samedi dernier 

 

Christiane Charette demande à l'émission La soirée est encore jeune où est-ce qu'elle pourrait s'en procurer (de façon légale via un programme de recherche suite à la lecture d'un bouquin vantant les mérite de ce produit)

Gwyneth elle embellit comme disait Gerry Pizza de radio X.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 an plus tard...

Il y a 60 ans, un docteur américain financé par la CIA utilisait ses patients québécois comme cobayes.

Le documentaire MK-ULTRA : la fin du silence revient sur un épisode honteux de la guerre froide qui s’est joué à Montréal et fait état des conséquences des expériences secrètes de lavage de cerveau 

https://parici.radio-canada.ca/television/10729/MK-ULTRA-La-Fin-Du-Silence-En-Primeur-A-Doc-Humanite

En plus du LSD, le Dr Cameron expérimenta diverses substances paralysantes ainsi qu'une thérapie par électrochocs qui utilisait des courants 30 à 40 fois plus puissants que la normale (ses expériences consistaient à mettre les sujets dans un coma induit par des psychotropes pendant plusieurs semaines — jusqu'à trois mois dans un cas) tout en jouant des enregistrements de simples bruits ou de phrases répétitives. Ses expériences étaient généralement faites sur des patients ayant été admis dans l'institut pour des troubles d'anxiété ou de dépression. Beaucoup de ces patients ont conservé des séquelles. Les patients se voyaient administrer de bonne heure des injections intraveineuses de thorazine, phénergan, séconal et autres barbituriques. Puis ils se voyaient administrer des électrochocs de plus de 150 volts. Cette procédure durait de 15 à 65 jours. Ils étaient ensuite traités à la methédrine (un type d'amphétamine) et au LSD, injectés également en doses massives. Ils étaient également conduits dans des chambres d'isolation sensorielle où ils se voyaient exposés 24 heures sur 24 à un même message préenregistré pendant deux semaines.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra

https://www.journaldemontreal.com/2019/01/28/retour-sur-les-tests-sadiques-de-la-cia

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand tu est enfant tu remarque tou plein de choses autour de toi, les rayons de lumières, les ombres, les bruit d'oiseaux, le vent, les feuilles, les lumièes partout.

En vieillisant tu te mets a appliquer des filtres un peut partout, le cerveau ignore ce qui est pas forcément pertinent, on ne s'appercoit que de l'essentiel comme des sources de revenu ou des keypoints ou des sources de danger, les détails subtils n'ont plus d'importance.

Le LSD vien retirer ces filtres pour quelques heures, les détails subtils sur une peinture comme les traits de pinceaux, le mouvement des feuilles d'arbres ou les sonorités de ce qui nous entoure, en fait c'est ma perception du lsd, oui il y a des hallunications visuelles et le fit de se sentir lourd (perso j'aime pas ca vraiment) qui est la mais c'est la meilleure facon de comparer que j'ai trouvé.

J'en ai fait à peu pres 10 fois dans ma vie, la plupart des fois j'ai aimé ca, jme sens pas prêt à en refaire vraiment mais je garde les expériences précieusement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2021-05-02 à 13:28, BLOBBIE a dit :

Quand tu est enfant tu remarque tou plein de choses autour de toi, les rayons de lumières, les ombres, les bruit d'oiseaux, le vent, les feuilles, les lumièes partout.

En vieillisant tu te mets a appliquer des filtres un peut partout, le cerveau ignore ce qui est pas forcément pertinent, on ne s'appercoit que de l'essentiel comme des sources de revenu ou des keypoints ou des sources de danger, les détails subtils n'ont plus d'importance.

Le LSD vien retirer ces filtres pour quelques heures, les détails subtils sur une peinture comme les traits de pinceaux, le mouvement des feuilles d'arbres ou les sonorités de ce qui nous entoure, en fait c'est ma perception du lsd, oui il y a des hallunications visuelles et le fit de se sentir lourd (perso j'aime pas ca vraiment) qui est la mais c'est la meilleure facon de comparer que j'ai trouvé.

J'en ai fait à peu pres 10 fois dans ma vie, la plupart des fois j'ai aimé ca, jme sens pas prêt à en refaire vraiment mais je garde les expériences précieusement.

As-tu déjà essayé la microdose ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, Cathou La Tuque a dit :

As-tu déjà essayé la microdose ?

J'ai fait des microdose de champignons et j'ai bien aimé! J'avais trouvé des microdoses de fentanyl en buvard sur les onions aussi et j'ai absolument adoré, beaucoup plus safe qu'on peut le croire mais apres 50 buvards je commencais à être addict pas mal mais j'ai reussi a pas en refaire apres 2-3 nuits à transpirer non stop lol.

Microdose de LSD j'ai pas essayé par contre mais j'avoue que tu me donne envie, surtout si ca inclue pas le bodyload.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 21 heures, BLOBBIE a dit :

J'ai fait des microdose de champignons et j'ai bien aimé! J'avais trouvé des microdoses de fentanyl en buvard sur les onions aussi et j'ai absolument adoré, beaucoup plus safe qu'on peut le croire mais apres 50 buvards je commencais à être addict pas mal mais j'ai reussi a pas en refaire apres 2-3 nuits à transpirer non stop lol.

Microdose de LSD j'ai pas essayé par contre mais j'avoue que tu me donne envie, surtout si ca inclue pas le bodyload.

Microdoses de LSD au prochain GT!!!! :DDD

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2021-05-01 à 23:10, Cathou La Tuque a dit :

Il y a 60 ans, un docteur américain financé par la CIA utilisait ses patients québécois comme cobayes.

Le documentaire MK-ULTRA : la fin du silence revient sur un épisode honteux de la guerre froide qui s’est joué à Montréal et fait état des conséquences des expériences secrètes de lavage de cerveau 

https://parici.radio-canada.ca/television/10729/MK-ULTRA-La-Fin-Du-Silence-En-Primeur-A-Doc-Humanite

En plus du LSD, le Dr Cameron expérimenta diverses substances paralysantes ainsi qu'une thérapie par électrochocs qui utilisait des courants 30 à 40 fois plus puissants que la normale (ses expériences consistaient à mettre les sujets dans un coma induit par des psychotropes pendant plusieurs semaines — jusqu'à trois mois dans un cas) tout en jouant des enregistrements de simples bruits ou de phrases répétitives. Ses expériences étaient généralement faites sur des patients ayant été admis dans l'institut pour des troubles d'anxiété ou de dépression. Beaucoup de ces patients ont conservé des séquelles. Les patients se voyaient administrer de bonne heure des injections intraveineuses de thorazine, phénergan, séconal et autres barbituriques. Puis ils se voyaient administrer des électrochocs de plus de 150 volts. Cette procédure durait de 15 à 65 jours. Ils étaient ensuite traités à la methédrine (un type d'amphétamine) et au LSD, injectés également en doses massives. Ils étaient également conduits dans des chambres d'isolation sensorielle où ils se voyaient exposés 24 heures sur 24 à un même message préenregistré pendant deux semaines.

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra

https://www.journaldemontreal.com/2019/01/28/retour-sur-les-tests-sadiques-de-la-cia

Ouais c'est une des histoires les plus fucktop que j'ai lu et pourtant c'est tout à fait vrai, ca sonne tellement weird qu'on croit que c'est du complotisme.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 5 minutes, BLOBBIE a dit :

Ouais c'est une des histoires les plus fucktop que j'ai lu et pourtant c'est tout à fait vrai, ca sonne tellement weird qu'on croit que c'est du complotisme.

Avec nos lunettes d’aujourd’hui ça pas d’allure, mais ce médecins a utilisé  le traitement de l’époque pour soigner la maladie mentale et l’a détourné à d’autre fins.

Et ce même médecin a participé au procès des nazi (Nuremberg) qui a par la suite inspiré la rédaction du code de Nuremberg pour encadrer l'expérimentation médicale sur les humains lequel aurait eu peu d'effet direct sur les pratiques d'expérimentation après la guerre.

En 1949, John Cade, un psychiatre australien, avait pourtant mis en évidence les effets bénéfiques du carbonate de lithium dans la phase maniaque de la psychose maniaco-dépressive. La dose recommandée s’avéra efficace contre la manie, mais trop élevée et administrée trop longtemps au point de causer des intoxications graves.  Le dosage s'améliora par la suite grâce à des prélèvements sanguins permettant de doser le taux de lithium dans le sang par spectrométrie d'absorption atomique.

Toujours en 1949,  le sel de lithium était utilisé dans des diètes pauvres en sodium, mais la Food and Drug Administration interdit tout usage des sels de lithium, tant comme médicament que comme substitut alimentaire. Le traitement aux sels de lithium n’a été approuvé qu’en 1971 aux États-Unis !

Qui plus est  l’utilisation des eaux alcalines ou lithiées dans le traitement de la manie, rapportée pour la première fois dans les écrits de Soranus d’Éphèse (iie siècle av. J.-C.), remonte au ve siècle av. J.-C. De 1880 jusqu’au début du xxe siècle, l’usage du lithium sous forme d’eau minérale se répand dans le public pour traiter de nombreux malaises. En 1907, 43 produits médicinaux contenant du lithium sont répertoriés dans le catalogue chimique nommé Merck Index .

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 mois plus tard...

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...