Aller au contenu

Martineau a du bon à dire sur la jeunesse!


Déchet(s) recommandé(s)

http://www.journaldemontreal.com/2016/05/23/une-jeunesse

 

Citation

Une jeunesse

Une jeunesse

 
Pour la deuxième fois, Xavier Dolan a remporté un prix prestigieux à Cannes.

Cette fois, par contre, il n’a pas eu à le partager avec quiconque (quoique... partager un prix avec un monument comme Godard lorsqu’on a 25 ans, c’est loin d’être un prix de consolation). Il l’a eu à lui tout seul.

Ému, au bord des larmes, il a terminé son discours-fleuve en citant Anatole France: «Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.»

MIEUX VAUT TROP QUE RIEN

La phrase, magnifiquement choisie, ne résume pas seulement le cinéma de Dolan (un cinéma farouchement passionnel que ses détracteurs n’hésitent pas à qualifier d’hystérique), elle pourrait servir de drapeau, d’étendard, voire de programme à sa génération.

Car s’il y a une chose qui distingue la génération de Dolan de la mienne (la fameuse génération X de Douglas Coupland), c’est bien cela.

Cette aversion profonde pour tout ce qui est tiède.

Oui, le cinéma de Dolan est «trop».

Trop criard, trop déchiré, trop musical, trop passionné, trop braillard, trop lyrique – bref, trop tout.

Sa caméra est trop. Ses actrices sont trop. Ses dialogues sont trop.

Mais au moins, son cinéma embrasse la vie.

Il ne reste pas sur le bord de la piscine à contempler les rayons de soleil danser sur la surface de l’eau.

Il plonge tête première – et advienne que pourra.

GÉNÉRATION CYNIQUE

Ma génération est celle du cynisme, de la satire, du second degré.

On rit de tout et rien (ou presque) ne trouve grâce à nos yeux. À force de voir nos aînés se brûler les ailes en tentant de changer le monde (comme dans Le Déclin de l’empire américain), on s’est dit: «Plus jamais ça.»

Les utopies? Non, merci.

On préfère rester assis le cul sur les estrades et se moquer de tout.

Gardons une saine distance entre nous et le monde. De toute façon, tous les «ismes» mènent au goulag et les référendums finissent tous par se casser la figure, alors...

Mieux vaut ne pas trop s’impliquer. Comme ça, on n’est pas déçu...

Or, tout comme ma génération s’est rebellée contre l’idéalisme puéril des baby-boomers (qui croyaient au Che et à Mao), la génération de Dolan déclare la guerre au cynisme de ma génération.

Je le vois dans les courriels que je reçois: pour les jeunes, le second degré est un cancer.

Un frein qui t’empêche de goûter vraiment à la vie.

La roue tourne. Les baby-boomers étaient lyriques, les X étaient cyniques, et les enfants du 21e siècle, eux, seront romantiques.

«Je préfère la folie des passions à la sagesse de l’indifférence.»

Oui, le cynisme est peut-être sage, douillet, confortable.

Mais nous préférons de loin être fous qu’être sages, nous disent Dolan et ses amis.

Mieux vaut essayer – et échouer – que ne rien faire. Vive les regrets! Vive les remords!

Tout sauf l’indifférence molle des gens qui ne se sont jamais trompés parce qu’ils n’ont jamais rien tenté...

Savez-vous quoi? Tant mieux.

Célébrons Dolan et sa fougue, ses excès, son romantisme exacerbé.

Car le jour où la jeunesse ne bottera pas le cul des plus vieux, le monde deviendra gris...

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Coudonc y'a pas pris ses pilules à matin lui! 

Première fois de ma vie que j'apprécie un texte signé Martineau. Ben coudonc. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est parce que t'en lis pas assez.

Je suis souvent surpris par ses textes, et aussi par ses paroles (il passe à CHOI).

Oui, il est souvent mononcle et à côté de la plaque, mais il est souvent juste aussi.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 heures, Aradia a dit :

C'est parce que t'en lis pas assez.

Je suis souvent surpris par ses textes, et aussi par ses paroles (il passe à CHOI).

Oui, il est souvent mononcle et à côté de la plaque, mais il est souvent juste aussi.

Je peux pas entièrement lui en vouloir, on est tous sujet à ce genre de comportements sans s'en rendre compte. Aujourd'hui il semble être pour la jeunesse en général, demain il va chialer à propos de leurs ambitions. T'es dans le traffic, tu chialle contre le monde qui conduisent comme des cons causant des bouchons de circulation, le lendemain entre ami t'es capable de rationnalisé sur le fait que le traffic c'est un gros phénomène social qui dépasse chaques individus, la semaine suivante tu sacre après un autre bouchon.

Le problème survient quand quelqu'un de médiatisé comme Martineau décide d'être 100% honnête envers lui même, à chaque moment et instant présent, sans vouloir prendre en compte l'image large. Si j'avais une tribune dans un journal, j'essaierais de suivre un agenda: celui d'être le plus rationnel et réfléchis possible, d'essayer de me faire juge de blahblahblah, donc avant de poser mon opinion je la retournerais de tout les bords et de tout les côtés afin de la retravailler pour qu'elle fit cet agenda là. Je suis pas mal sur que Martineau a décidé d'essayer de s'imposer à lui même de ne pas suivre un agenda parce que c'est souvent vu comme négatif. Alors il post en carpe diem, sans forcément aller au plus profond de ses propres opinions. On a l'impression que ses opinions changent, alors qu'en réalité ils ne sont tout simplement pas affichés dans toute leurs profondeurs à chaque fois.

C'est correct.

Mais c'est dangereux aussi.

 

 

  • J'aime! 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 2016-05-24 à 16:49, Gamin a dit :

Je peux pas entièrement lui en vouloir, on est tous sujet à ce genre de comportements sans s'en rendre compte. Aujourd'hui il semble être pour la jeunesse en général, demain il va chialer à propos de leurs ambitions. T'es dans le traffic, tu chialle contre le monde qui conduisent comme des cons causant des bouchons de circulation, le lendemain entre ami t'es capable de rationnalisé sur le fait que le traffic c'est un gros phénomène social qui dépasse chaques individus, la semaine suivante tu sacre après un autre bouchon.

Le problème survient quand quelqu'un de médiatisé comme Martineau décide d'être 100% honnête envers lui même, à chaque moment et instant présent, sans vouloir prendre en compte l'image large. Si j'avais une tribune dans un journal, j'essaierais de suivre un agenda: celui d'être le plus rationnel et réfléchis possible, d'essayer de me faire juge de blahblahblah, donc avant de poser mon opinion je la retournerais de tout les bords et de tout les côtés afin de la retravailler pour qu'elle fit cet agenda là. Je suis pas mal sur que Martineau a décidé d'essayer de s'imposer à lui même de ne pas suivre un agenda parce que c'est souvent vu comme négatif. Alors il post en carpe diem, sans forcément aller au plus profond de ses propres opinions. On a l'impression que ses opinions changent, alors qu'en réalité ils ne sont tout simplement pas affichés dans toute leurs profondeurs à chaque fois.

C'est correct.

Mais c'est dangereux aussi.

Si tu décides d'être rationnel et d'évaluer chaque question sans parti pris, tu ne pourrais pas "avoir d'agenda", par définition. C'est impossible d'avoir un agenda qui consiste à être le plus neutre possible, puisqu'avoir un agenda, c'est justement faire avancer une prise de position sous le couvert de l'impartialité (on parle à ce moment-là d'agenda caché). C'est juste un mauvais choix de mot, je pense. Tu sembles plutôt vouloir dire "code moral" ou quelque chose comme ça...

Je ne lis pas Martineau, ou les opinions de n'importe qui d'autre de toute façon, mais c'est un peu ce qu'il semble vouloir faire, selon ce que vous dites. Simplement, au lieu de présenter le pour et le contre dans la même chronique, il y a le "pour" cette semaine et le "contre" va venir la semaine prochaine. Effectivement, pour la plupart des gens, qui lisent les opinions dans les journaux pour se comforter dans les leurs, ça peut le faire passer pour une girouette parce qu'une semaine il est avec eux et l'autre semaine, il donne le revers de la médaille. Ça donne des commentaires à la "Toujour pareille han martineau!! Ter pas capable de te faire un opinion qu y a du bon sens!!"

Mais en tout cas, c'est de loin plus respectable que les chiffons comme Alain Dubuc ou André Pratte

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 20 minutes, Pedrosanchez a dit :

C'est juste un mauvais choix de mot, je pense.

Peut être. Je suis conscient que "agenda" est plus souvent utilisé en politique pour parler de pousser un agenda de gauche ou de droite, par exemple. J'ai essayé de l'utiliser de façon plus large comme voulant signifier "essayer de pousser une idéologie". C'est peut être étrange comme point de vue, mais essayer de convaincre les gens que la rationalité, ou la neutralité, sont des modes de vies à suivre et à respecter, selon moi c'est une sorte d'agenda. T'a choisis de promouvoir le fait que tu pense que l'écriture et la réflexion basé sur la rationalité est plus importante que celle basé sur l'émotion.

C'est peut être un vision vraiment tordu du terme... mais l'important c'est que t'a effectivement bien compris ce que je voulais dire.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas féru de Richard Martineau, ni des journalistes québécois en particulier, mais il a le mérite de ne pas servir ses plats tièdes.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Qu’est-ce qui se dit ? Qu’est-ce qui ne se dit pas ? La question se pose à notre ère où toutes les communications quelque soit leur origine ou leur type se transfèrent à une vitesse fulgurante sur les bases de données, les réseaux sociaux arrangés en architectures qui s’entre-coupent et se rejoignent entre-elles kudos à l’internet 2.0.

Nos gazouillis, nos textos, nos micro blogues regorgent des opinions diverses et divergentes pour certaines, nous avons notre mot à dire surmille et un sujets, on s’égosille devant le dernier jeu vidéo ou la transmission du plus récent combat de UFC, de la dernière édition du gala des Oliviers ou de la prochaine série sur Netflix tout en se prêtant les impressions d’être un critique à ses heures mais dans les faits il y a autant de critiques différentes que de spectateurs.

Les quelques irréductibles qui sont encore scotchés sur des forums de discussion et chattent par l’entremise du réseau IRC s’obstinent encore sur la couleur des pâquerettes quand on met en terre leurs médiums les uns après les autres faute de financement pour héberger leurs plate-formes issues de cette première vague de l’internet que la majorité d’entre-nous avons déjà tôt fait d’oublier dans les méandres de l’informatique moderne.

À défaut d’orienter nos conversations envers les idées on ne débat que de ce qui crée du drama. On espère attirer le maximum de street cred en jouant des joutes verbales sur le clavier 108 touches comme de véritables keyboard warriors, en oubliant l’essentiel c’est-à-dire le contenu de notre argumentation. À savoir si les vieux pays auraient d’avantage acquis l’art ancestral de la conversation ? Il semblerait selon mes observations que dans ces lieux pas si lointains on cherche à faire avancer notre discours en se basant sur des faits et des propositions.

Revenons si vous le voulez-bien à la question initiale. Qu’est-ce qui a la légitimité universelle d’être exprimé ouvertement et publiquement ? À cette question je répondrai ceci : tout ce qui peut faire avancer une cause ou une idée dans la mesure ou celle-ci est le fruit d’une avancée soit technologique, soit philosophique, soit humanitaire. Tout le reste n’est que du white noise.

Richard Martineau est un piètre polémiste à la plume médiocre et aux opinions formatées. Si c'était un grand columniste il écrirait dans La Presse et pas dans le Journal de Montréal. Il est au journalisme ce que Nickelback est à la chanson.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Selon moi les gens ne devraient tenter de communiquer seulement lorsqu'ils ont quelque chose dont je juge pertinent - selon mes critères subjectifs - à partager.

Tu peux pas critiquer les gens d'oublier l'essentiel, le contenue de ton argumentation, quand tu fait délibérément tout en tout pouvoir pour qu'il soit camouflé sous un flot de logorrhées. C'est comme porter trois épaisseurs de maquillage et être triste que les gens ne te voit pas pour ta beauté naturel. 

 

 

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@BMO Tu copies-colles ce monologue prétentieux n'importe où. Tu attends que quelqu'un te dises que c'est de la marde ? Et tu oses appeler ça style littéraire!

Quand j'ai recommencé à venir sur le forum, tu postais des photos de chiasse de saumon et de Sidekicks mottoneux dans le thread de cuisine. Pis je t'ai défendu à ce moment, lorsque les autres membres te critiquaient.

Pour revenir au sujet, Richard Martineau te pètes la face en journalisme !

 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Plus Martineau vieillit moins il est pertinent. Dire que jadis cet homme était rédacteur du journal Voir il y avait un certain sens de l'éthique et des principes universels propres à la liberté et au partage des idées. Désormais il publie des billets dépourvus de style et anémiques en contenu. Lui et sa femme Sophie Durocher (qui n'est d'ailleurs guère plus pertinente dans ses envolées) sont la risée de l'industrie des communications et des médias. Ils vont écrire des brûlots gorgés de présomptions parce qu'on leur a donné le mandat de le faire et qu'ils touchent ainsi leur blé tout en spéculant leurs opinions glânées en cinq minutes sur le coin d'une table à café. Le plus invraissemblable c'est qu'ils réussissent à gagner quelques lecteurs assidus et supporters de la dernière heure tout en étant lourds de clichés et convenus dans leurs opinions.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Martineau qui écrit des phrases de 3 à 5 mots s'exprimant exactement comme on parle à voix haute sans se soucier qu'il existe une différence certaine entre le langage parlé et le langage écrit et qui s'exclâme trop souvent d'éléments si évidents qu'on ne pensais pas nécessaire de les écrire dans un journal populiste. Il se réclâme de la génération X mais il est né en 1961. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Martineau) Quand on sait que le Baby Boom a affecté les années entre 1945 et 1975(https://fr.wikipedia.org/wiki/Baby_boom). Quand on remarque que la génération X se trouve en fait entre les années 1966 et 1976  (https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9n%C3%A9ration_X) aucun représentant de la génération X n'a déjà 53 ans comme Richard Martineau. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, Aradia a dit :

Sérieux, faut lui retirer le droit d'éditer, ça change de fil de conversation et c'est crissement gossant!

Qu'est-ce qu'il a édité?

Il me semble de toute façon qu'après un certains temps, les posts se lock et ont ne peux plus les éditer.

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, Gamin a dit :

Qu'est-ce qu'il a édité?

Il me semble de toute façon qu'après un certains temps, les posts se lock et ont ne peux plus les éditer.

 

En effet, mais je crois que c'est seulement au bout d'une heure. Entre temps, il se gâte. Pis sur FB c'est juste complètement ridicule.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

×
×
  • Créer...