Aller au contenu

Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques


Déchet(s) recommandé(s)

180719_philippeaudrey_775_0.jpg

Hélas, ce spectacle ne m'a pas déçu.

Je vous le dis, il vient de rehausser d'au moins quatre barres le niveau de langage et de culture du stand up québécois. Entre ses analyses débridées de poèmes et de textes anciens, ses révélations déprimantes (de sa « première déception chronologique » aka sa naissance jusqu'à sa « première déception ressentie » en bas-âge et puis toutes celles qui suivront), ses observations un peu hautaines sur le monde... entre tout ça s'est révélé un jeune homme assez sensible et coincé dans ses livres comme dans la vie.

Je le recommande à tous les membres du Dépotoir. Vous aimerez, pour sûr, parce que son humour recherché ne s'adresse qu'à l'élite.

~ PLACE AUX DÉMONSTRATIONS ~

Extrait de 2014.

Extrait de 2019.

Les deux figurent dans son spectacle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai bien aimé mais j'ai une question. Vous en faites quoi de tous vos humoristes ? Vous semblez en avoir tellement et vous avez des formations et tout. C'est pas comme des musiciens qui peuvent aller partout dans le monde malgré les langues, c'est un petit marché le Quebec et on n'en croise pas tant que ça en France. Ils tournent en anglais aussi ces gens-là ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Daleko a dit :

J'ai bien aimé mais j'ai une question. Vous en faites quoi de tous vos humoristes ? Vous semblez en avoir tellement et vous avez des formations et tout. C'est pas comme des musiciens qui peuvent aller partout dans le monde malgré les langues, c'est un petit marché le Quebec et on n'en croise pas tant que ça en France. Ils tournent en anglais aussi ces gens-là ?

Mike Ward fait des shows anglophones, et Martin Matte a un premier one-man show sur Netflix. Pour le reste j'assume, sans fondement, qu'ils sont probablement sous payé et/ou reçoivent peu de subvention du gouvernement, comme n'importe quel artiste québécois. 

 

Tu mentionnes la formation et ça me rappel ceci : Un ami a suivi une mini-formation humoristique qui se donnait sur quelques semaines. Le but final était de faire un spectacle où chaque candidat présenterait un sketch sur lequel il a travaillé pendant la formation. Ça semblait donner un avant-goût de ce qu'une personne peut apprendre à l'école de l'humour. J'essaie de retrouver le nom de ce truc. Je crois que c'était organisé par Juste Pour Rires? Si on a eu ça en Outaouais, il y a surement eu ça à Montréal aussi...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

  • Contenu similaire

    • par xdrox
      Meiko Kaji, communément appelée 梶 芽衣子, aujourd'hui vielle de 71 ans, et par ailleurs assez bien conservée, mais passons, est surtout connue des japonais pour ses rôles dans Lady Snowblood, Elle s'appelait Scorpion et d'autres films dont je me fous. C'est de sa musique dont je veux ici vous parler, car elle transporte l'âme et le cœur dans un monde paisible quoique vibrant.
      Vous avez très certainement entendu sa voix dans l'un ou l'autre des Kill Bill. Tarantino est réputé mélomane de bon goût, et il a sélectionné selon moi ses deux meilleures pistes. Voici l'une d'elles, à écouter en sirotant un saké ou un thé matcha :
       
       
      Ça vous revient... et ça vous plaît? Parfait. Voici l'autre :  
       
      Et enfin, une que vous entendrez pour la première fois :
      ~ les frissons vers 2:10
       
      J'ignore de quoi traitent ses paroles. C'est romantique, scénique. Ça se prend juste bien. Je conseille à tous de mettre la main sur son disque de 2004, Zenkyoku Shu, semble-t-il un best of. Ne courrez pas les Vase Caravan, l'album est discontinué. Inutile également de visiter eBay; on ne le donne pas pour moins de 60 dollars.
      Vous savez donc où le trouver...
    • par xdrox
      On l'a vu jouer un procureur pastel dans Toute la vérité. On l'a vu jouer un prof désinvolte et courailleux dans 30 Vies. On l'a aussi vu dans Plan B... et à Tout le monde en parle (!).
      Le type est visible.
      Mais il est surtout audible, et merveilleusement. Pour ceux qui l'ignoraient, l'acteur est aussi compositeur, pianiste, chanteur, poète, slammeur, bref mégalo.
      J'en parle car j'ai eu samedi dernier le plaisir de l'entendre, lui, ses bredouillis et son quatuor d'hommes-orchestres, dans une salle remplie de têtes blanches et que j'espérais bien ajouter un peu de poivre à son auditoire.
      Les chansons à texte n'ont jamais eu la cote chez les jeunes, c'est vrai. Mais il n'y a que de vieilles âmes ici-d'dans, et je crois sincèrement qu'il plaira à quelques-uns d'entre vous. Ses pièces affligent ou amusent, mais jamais grotesquement.
      C'est juste agréable.
       
      Je connais vos goûts lubriques, en voici une bonne :
       
       
      Dans la suivante, mes petits polissons, il interprète une pauvre femme esseulée recevant la visite d'un vieil amant :
       
       
      Et enfin, sur un thème plus engagé, et tiré de son deuxième et dernier album, il y a Maman, sa relecture en français, innu et algonquin de Mommy, Daddy. On nous met dans la peau d'une jeune enfant autochtone prenant conscience de l'extinction de sa nation.
       
      Pas convaincus? Je dis : allez le voir quand même. Son énergie live vous surprendra. Je rappelle qu'il n'est pas seul sur scène.
      Je suppose qu'il ne reste plus qu'à choisir votre date.
       

    • par xdrox
      Ma playlist du bureau ne m'attire plus les railleries de mes collègues depuis que j'y ai ajouté quelques morceaux de L'Impératrice.
      L'Impératrice? C'est une pop chic et lascive, aux accents disco cosmiques, pétrie de références cinématographiques. Derrière l'avatar se cache un sextet parisien qui vit sa musique plus qu’il la compose, jouant avec des textures inédites, entre voix et instrus diablement séduisants. Avec un sens de la liberté et de l’érotisme qui emporte au loin... | Vogue Paris

      J'aurais pu choisir une photo plus glorifiante, mais pourquoi faire? Ils assument pleinement leur kitsch.
      Maintenant que les présentations ont été faites de la pire façon possible, passons au poste d'écoute.
       
      Le premier clip présente un bel homme se faisant couper les cheveux par une belle femme.
       
      Le second morceau que j'ai retenu pour vous offre une meilleure mesure de l'étendue de leurs sons.
       
      Le troisième et dernier extrait de leur collection devrait plaire aux amateurs de slashers ringards.
       
    • par DeliciousBacon
      Je me lance:
       


    • par Goéland
      Moi j'trouve ça grate les jeux de mots cheesy. 
      Mes collègues au travail, eux, ne supportaient plus mon irrémédiable besoin de faire des jeux de mots, alors je je vais me vider la poche ici à la place, et je vous invite à faire de même.
      Le mur de glaires au bateau de nuit m'a inspiré récemment :
×
×
  • Créer...