Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 5 heures, Retromantique a dit :

yoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo

@1984 est trop talentueuse ça en est dérangeant. Tu regardera son Instagram, son utilisations des couleurs dans ses peintures depuis les deux dernières sont off the chart  

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Gamin a dit :

@1984 est trop talentueuse ça en est dérangeant. Tu regardera son Instagram, son utilisations des couleurs dans ses peintures depuis les deux dernières sont off the chart  

Merci bébé mais Retromantique et moi on est ENFP et INTJ, le perfect match ( shootout a Daleko et Carlos au passage) et le destin nous a déjà rapproché sur Instagram ou elle m'aide quand je fais des crises d'anxiété. Juste elle veut pas me dire son signe astrologique, la petite Criss. 

 

Il y a 7 heures, Gamin a dit :

@1984 est trop talentueuse ça en est dérangeant. 

C'EST FAUX 

Mon cher ami, la seule différence entre toi puis moi dans tout ça, c'est le goût à savoir l'intérêt que je porte à la peinture, ma motivation à réussir et 

La règle des 10000 heures 

Citation

Selon le psychologue K. Anders Ericsson et le journaliste Malcolm Gladwell, le succès est à la portée de chacun d'entre nous. Moyennant ténacité et assiduité, sans oublier la capacité à identifier ses talents.

Dès 1990, le psychologue d'origine suédoise K. Anders Ericsson, développe la théorie des 10.000 heures : atteindre un niveau d'excellence dans une discipline, un art ou une technique, requiert beaucoup de temps. Un "temps" qui est désormais chiffré.

En 2008, le journaliste du New Yorker Malcolm Gladwell, s'interroge sur les clés de la réussite dans son best-seller Outliers, The Story of Success, il y reprend alors largement l'étude menée par le psychologue. De l'adage "Le succès est une goutte de talent dans un océan de travail", on passe au stade de la théorie validée par l'expérience.

Une nouvelle règle d'or, 10.000 heures d'entraînement pour devenir un "maître"

Partant de l'interrogation suivante "le talent inné existe-t-il ?", Anders Ericsson et deux de ses confrères de l'Académie de Musique de Berlin, s'intéressent à la pratique de violonistes divisés en trois groupes: les futurs solistes internationaux, ceux disposant d'un bon niveau et les futurs professeurs de musique.

Alors que tous ont commencé à jouer à 5 ans, le premier groupe augmente considérablement le nombre d'heures consacrées à sa pratique musicale dès l'âge de 8 ans, atteignant 16 heures par semaine à 14 ans et plus de 30 heures par semaine dès 20 ans.

Résultat: à cet âge, le premier groupe totalise 10.000 heures d'exercice, le deuxième, 8000 et le troisième, à peine 4000. Le psychologue élargit ensuite l'enquête aux pianistes professionnels et amateurs, avec des conclusions similaires. Le neurologue Daniel Levitin le confirme: "Que les études portent sur des basketteurs, des romanciers, des patineurs, des joueurs d'échecs ou des criminels passés maîtres, le nombre des 10.000 heures revient constamment".

Deux exemples spectaculaires : Bill Gates et les Beatles

L'analyse du parcours de personnalités à la réussite éclatante mise en avant par Gladwell, renforce le constat d'Anders Ericsson. Fondateur de Microsoft, Bill Gates a dès l'adolescence, la chance de pouvoir programmer : durant sept mois, il passe alors 1575 heures sur ordinateur, environ 8 heures par jour, 7 jours sur 7. Or, pour profiter pleinement de cette opportunité, il fait l'effort de se lever en pleine nuit et de rejoindre à pied ou en bus l'université de Washington, accédant ainsi à des terminaux d'ordinateurs "non-réservés" entre 3 et 6 heures du matin.

Quant aux Beatles, ils deviennent une légende car les quatre garçons dans le vent ont fait 270 spectacles en deux ans, avant même d'enregistrer leur premier disque ! Ils avaient déjà donné plus de spectacles que la majorité des groupes de l'époque, même les plus connus.

Suffit-il de pratiquer la même activité pendant un laps de temps donné, pour réussir ?

10.000 heures de pratique, représentent 10 ans de travail à raison de 20 heures par semaine ou 5 ans à temps plein. Mais le succès est loin d'être assuré si l'on se contente simplement de faire la même chose machinalement. La notion d'expertise implique le recours à une analyse juste et une capacité d'adaptation à des situations complexes en tirant les leçons de réussites et échecs préalables - mais aussi l'aptitude au dialogue, à la remise en question et à la quête d'excellence.

Suivre ses aptitudes naturelles et solliciter des conseils pour mieux les cerner

Pour y parvenir, il est capital d'identifier clairement et avec humilité ses aptitudes naturelles. Avant de se lancer dans un effort soutenu, intense et quotidien, il est préférable de mesurer de la manière la plus objective et réaliste possible, les analogies entre ses "dons" et le domaine d'exercice choisi. Il peut s'avérer judicieux de noter ses moments d'épanouissement et d'en recenser les dénominateurs communs, ou de solliciter l'avis d'une personne bienveillante, d'un mentor ou d'un coach professionnel; on a rarement la pleine conscience de ses propres talents. Une fois ceux-ci définis, c'est en les exerçant au maximum au quotidien que l'on peut développer sa confiance en soi: on gagne alors en performance et en bien-être.

La règle des 10.000 heures, "modérée" mais confirmée

En 2014, la presse relaie une étude menée par l'université de Princeton, l'université d'État du Michigan et celle de Rice, qui "contredirait" la théorie popularisée par le journaliste Gladwell. En réalité, la directrice de cette enquête, Brooke McNamara, souligne elle-même qu'il n'y a "aucun doute que la pratique délibérée soit importante, à la fois du point de vue statistique et théorique". L'impact est seulement un peu moins conséquent qu'annoncé, les résultats étant valables dans des secteurs aussi différents que la finance ou la psychiatrie. Ayant confirmé cette "règle", les scientifiques veulent désormais connaître les autres facteurs déterminant la réussite - la mémoire et l'âge auquel l'on commence une activité, étant au cœur de leurs recherches.

La théorie des 10.000 heures, combine approche logique, enquête minutieuse, étude méthodique et principes de développement personnel: sa mise en application peut produire des résultats hors du commun. Certes, nous n'aspirons pas tous à devenir des "maîtres absolus". En revanche, le haut degré de maîtrise, est une qualité communément recherchée tout comme l'accomplissement personnel.

 

J'ai commencé à peindre pendant le premier confinement, voir même un peu pendant l'été 2019, à raison de plusieurs heures par jour et tous les jours. Plus je dessinais, plus j'avais de la facilité à dessiner le lendemain. 

La peinture au début, c'était archi frustrant. J'étais jamais genre jamais satisfaite. Du coup j'ai travaillé pendant un mois et demi là dessus. Si on compte, une base de 5h/jour, j'arrive à 150 et c'est peu. Le chemin est encore long avant d'être au niveau des gens que j'admire mais en continuant encore sur plusieurs années et je serai fière de mon travail. Je commence à peine à être satisfaite.

Faut dire que ça me rapporte aussi de plus en plus d'argent, donc à moi de continuer. Je dois remercier ici @Daleko qui me taclait dessus et qui m'a donné envie de ramasser du flouze. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Yo @1984 j'aurais jamais deviné que ça faisait pas genre 10 ans que tu faisais de la peinture. Omg. Encore plus impressionnée. :o

Pis ça me conforte, une fois entrée dans mon domaine professionnel, j'devrais prendre 5 ans pour devenir maîtresse de l'art d'enseigner :') Et c'est vrai par rapport au fait qu'il faille ne pas se contenter de toujours faire la même chose, d'être analytique et critique, on nous enseigne ça dans notre formation des maîtres. Ça s'appelle le "profil pluraliste analytique". 

Malheureusement, cet art ne fait pas de créations artistiques que je pourrai partager ici :'(

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 8 minutes, Retromantique a dit :

Yo @1984 j'aurais jamais deviné que ça faisait pas genre 10 ans que tu faisais de la peinture. Omg. Encore plus impressionnée. :o

Pis ça me conforte, une fois entrée dans mon domaine professionnel, j'devrais prendre 5 ans pour devenir maîtresse de l'art d'enseigner :') Et c'est vrai par rapport au fait qu'il faille ne pas se contenter de toujours faire la même chose, d'être analytique et critique, on nous enseigne ça dans notre formation des maîtres. Ça s'appelle le "profil pluraliste analytique". 

Malheureusement, cet art ne fait pas de créations artistiques que je pourrai partager ici :'(

Ça fait des PowerPoints ben intéressant en tout cas! 

Si tu screencap tes classes zoom et que tu les partages sur YouTube, ça peut te pousser à développer ta créativité face à ta mise en pratique de tes connaissances didactiques parce que tu va savoir que tes cours vont être vu par des milliers de personnes :roll-safe:

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Retromantique Alors, je dessine depuis que je suis petite, par contre. Je les ai tappé mes 10000 heures, en dessin, mais en peinture, j'étais juste convaincue d'être nulle. Croyances limitantes ;) Puis t'es déjà une personne incroyablement riche et douée, c'est juste que tu dois en laisser pour les autres.

 

Ooooh God, excellent. Ton travail me rappelle l'oeuvre de mon youtubeur préféré, il a tendance à analyser les choses ainsi. Je t'invite à regarder ses videos, c'est juste un génie (probablement INTJ aussi). 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
  • Contenu similaire

    • par ¯\_(ツ)_/¯
      Je pense que notre société occidentale aime beaucoup les chaises, qu'est-ce que ca peut bien vouloir dire sur nous?
    • par Cheval
      " On parle peinture, on regarde peinture, on mange peinture, on dort peinture,... "
      Thread fourre-tout sur le sujet le plus intéressant anyway. Vous, eux, ils, elles, whatever. 
       
      De ce temps-ci je fais que bouffer de la peinture anglaise fin 19e. 
       
      Hylas and the Nymphs - Waterhouse
      Il y a eu une oeuvre d'une artiste récemment qui à résulté dans le retrait symbolique de Hylas and the Nymphs dans une galerie à Londres. Un retrait définitif, ou enfin sans date de retour. 
      Autrement que l'oeuvre en soi, qui est un sujet assez juteux pour en faire une discussion singulière, ça a ouvert mon attention sur les anglais de cette période.
      C'est évidemment étroitement lié avec les pompiers Français qui venait juste avant, sauf que les anglais amène, comme toutes les cultures plus nordiques, une twist avec la nature qui m'arrache complètement la gueule.

      The Roses of Heliogabalus - Alma-Tadema

       
      Christ and the two marys - William Holman Hunt

       
      Dante Gabriel Rossetti - The wedding of St-George and Princess Sabra

    • par Nanie Mo
      Je ne dessine plus vraiment depuis que je fais un travail artistique... donc c'est une façon de m'y remettre.
       
       






    • par Goéland
      Voilà les noms des créatures du Dépotoir, classées en ordre d'évolution à la Pokémon, gracieuseté de Gamin. Faites rouler vos esprits déglingués et créez la plus grossière, la plus mignonne, la plus élégante des bêtes à partir d'un de ces noms. Je vais moi-même y participer. 
      Héhé.
    • par Commissaire Laviolette
      Je sais pas si vous connaissez Adam Neely? C'est un bassiste/musicien avec une chaîne Youtube que j'aime bien. Le gars a une solide tête pour parler de musique de base et théoriquement avancée.
      Il a fait cette conférence :
      -------
      Pour auditeur averti, mais quand même assez bien foutu pour intéresser un public plus large.
      Quelques démonstrations qu'il fait :
      - Les rythmes (un tempo) = la tonalité. C'est à dire qu'une note qu'on entend (fréquences de l'onde par seconde ou Hz) est simplement un rythme précis par minute accéléré jusqu'à un certain point.
      - La fréquence des notes tels qu'on les connait, multipliée par centaine, correspondrait à une couleur du spectre visible de la lumière (tetra-Hertz)
      Ça ouvre toute une gamme de métaphore/lunettes possibles pour analyser le rythme d'une œuvre visuelle par exemple, ou d'interpréter différemment une pièce de musique. Je trouve ça foutument intéressant parce que mon médium c'est le cinéma où à la base, le rythme est considéré dans ces aspects : les coupes, les mouvements interne à l'image, les dialogues et la synchronisation image/son.
      Mais si on peut trouver un rythme dans les couleurs, les associer à des notes ou des accords... Qu'est-ce que ça donnerait par exemple si la trame sonore d'une scène à dominance verte était soutenue par une mélodie en Do. Y aurait-il plus d'harmonie? Et si on crée une dissonance couleur/musique, le ressent-on? Par exemple, si le jaune et le vert sont dissonants, et que le jaune correspond à un Si bémol, une scène aux couleurs vertes serait-elle plus inconfortable avec la MÊME mélodie qu'en Do, mais transposé en Si bémol?
      J'espère intéresser au moins Gamin.
×
×
  • Créer...