Aller au contenu

Occupation Double, édition WOKE


Message ajouté par ÉcoModo,

Ce sujet a été créé à partir du fil de discussion "La télé-réalité, la meilleure télé".

Déchet(s) recommandé(s)

Il y a 2 heures, Ecce Homo a dit :

j'en ai parlé avec ma blonde le mois dernier de ce gars de "Psycom", qu'on avait toutes les deux flaggé comme un ostie de bullshitteux du câlisse. on avait été lire sa bio et on avait rit un coup.

image.png.9d48f3a7f58e722a4420c39db9541b5b.png

bonus: ses pieds nus en costard pour se donner des airs de gars "groundé" et son arbalète démontrant son côté "aventurier extrême".

  Révéler le texte masqué

image.png.8052d95cacc2fd7fcdf6fe96c08a3290.png

image.png.976fa067626f2701454bade784051866.png

il y a des gens qui ont le syndrome de l'imposteur et qui ne le devraient pas, et d'autres qui le sont carrément (des imposteurs) mais agissent comme si ce n'était pas le cas.

encore un ostie de faux-cul diplômé de l'UQAM, décidément. :(

Hahaha, très heureuse de ne pas être la seule à avoir cette image de lui.

Dans le podcast Répète pas ça, il me donnait l'impression d'être l'intervenant glacial et hautain que je ne voudrais jamais être/avoir, en plus de s'assurer de montrer son perroquet et son grand danois parce que, tsé, il est tellement cool. 

Bref, y me gosse depuis le début.

Révélation

image.png.6ea2ca4d1083f491b504bf25f1cd997e.png

 

  • J'aime! 1
  • HAHAHA! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Révélation

image.png.a39f09a2754672eeaece3d7d163c2024.png

*explose de colere en asiatique* 

Il y a 2 heures, Goéland a dit :

Combien de temps avant qu'il devienne chroniqueur dans le JDM ?

Il a pas encore tenu de propos anti immigration/anti SJW 

  • HAHAHA! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Guillaume Dulude a animé l'émission tribal, à TV5 d'où la photo. Il est parti à la recherche des dernières tribus nomades au monde pour comprendre comment elles parviennent à survivre tout en conservant leur mode de vie traditionnel.

Pour résumer son propos sur OD. Philippe est une personne qui prend de la place et a réussi manipuler des hommes fragiles. 

 

 

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je peux très bien comprendre la défiance qui vous habite lorsque vous vous trouvez confrontés à de tels personnages parce que je suis pareil; j'ai horreur des gens qui sponsorisent leur propre personne sur Facebook, des gens censés guider les autres à devenir des êtres meilleurs moyennant l'achat de leurs programmes louches à des prix exorbitants, des gens qui parlent avec trop de conviction, des gens qui ont la cote auprès de la masse (parce que règle générale, ce qui pogne, c'est de la marde!). Cela dit, il n'y en a pas un seul d'entre vous qui semble être capable de faire autre chose que de rire et regarder de haut ici, ce qui ne vaut vraiment pas grand-chose.

Évidemment que les premières minutes sur l'affaissement de paupières du premier tas de marde sonnent un tantinet fantaisistes, mais qui a suivi des études supérieures en psychologie ou en neuropsychologie ici? Qui peut réellement être convaincu d'une supercherie? Si je vous dis que faire quelques séries de 6-7 répétitions de squat fait davantage maigrir que courir sur un tapis roulant pendant 30 minutes, ça vous paraîtra peut-être absurde, mais c'est parce que vous n'y connaissez rien.

Pour ce qui est du reste, je ne peux qu'être d'accord avec toutes les affirmations : 1. ce n'est pas de l'intimidation, 2. Isaack est une caricature, 3. le concept de « masculinité toxique » est une grossière psychose collective et 4. la culture populaire occidentale et les mouvements sociaux actuels qui l'étreignent ne produiront rien de bon pour la cause des hommes.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

“La cause des hommes” tu veux dire ceux qui perdent en cours par rapport à la garde de leurs enfants parce que les hommes sont jugés moins aptes que les femmes à s’occuper des enfants en résultat des fondements sexistes de la société occidentale? Ou tu parles de ceux qui vivent de la violence conjugale et qui en plus d’avoir peu de ressources, n’oseront jamais en parler parce que soit ils ont intériorisé les mêmes principes susmentionnés, soit ceux autour d’eux l’auront fait et qu’ils craignent de perdre le respect et l’estime de leurs pairs, en plus de la leur propre? Je ne connais pas de cause des hommes qui ne soit le fruit de nos vieux fondements judéo-chrétiens sexistes. La cause des hommes ne peut que bénéficier d’une évolution de la perception des hommes comme non pas des brutes, mais humains égaux aux femmes et plus similaires que différents. La différenciation nous coûte cher aux femmes, certes, mais c’est aussi elle qui sert de corset émotionnel aux hommes et qui les pénalisent d’autres manières.

Ça me rappelle cette semaine, un dude que je me souviens pas comment je l’ai connu m’a ré-écrit récemment pour me montrer son nouveau projet de marque de vêtements dont la description était cringe af

A Man

For Men

Real Men are still alive

Masculinity is back!

https://instagram.com/thecomebackmx?igshid=YmMyMTA2M2Y=

je remarque d’ailleurs qu’il l’a changée depuis la conversation que j’avais eu avec lui, ça me surprend agréablement. Il m’a estiné woot-style pendant 20 mins sur le fait que la masculinité n’est pas en danger. Il usait de termes comme manginas et tout, je lui ai dit que si son public cible c’était les hommes insécures et les incels, la description allait, mais que son marché n’irait pas plus loin que ça. Continue de m’estiner sur le fait que des “vrais” hommes virils et confiants allaient se sentir interpellés par son message.

Finalement; je pourrais dire à ce mec dont vous parlez et qui ne mérite pas que je retienne son nom la même chose qui a enfin fait fermer le clapet à l’autre : la preuve que la masculinité n’est pas une essence mais un construit, c’est que chez les hommes considérés comme parmi les plus virils au monde, les Russes, il y a les Russes de l’Oural considérés comme méga machos même du point de vue russe général. J’ai sorti avec l’un d’eux pendant des années, j’ai rencontré ses amis de longue date, et tous trouveraient  l’idée d’avoir à accorder de l’importance à son style vestimentaire pour être viril aussi

ha gay GIF

que le petit chignon laitte de l’autre dude cringe. Effectivement, les hommes les plus confiants et virils que je connaisse ne se sentent absolument pas concernés par une illusoire chasse aux pénis.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas tombé sous le charme de personne dernièrement sauf Milan Kundera et Pierre Bourdieu. Je fais rien que vous confronter dans votre suffisance. Il est trop facile de railler un homme rien que parce qu'il est donc de bon ton de le faire. Et je ne vois pas le rapport de ressemblance entre cet homme et Pierre Mailloux, pour le peu que j'en sais des deux. La comparaison de Goéland (avec Jordan B. Peterson) me semble plus appropriée.

@Retromantique : je vais faire fi des attaques sous-entendues (et face auxquelles je ne me sens absolument pas concerné) et te répondre rapidement ceci : la cause des hommes rassemble un paquet d'enjeux. Pour n'en nommer qu'un seul : cette histoire d'incels. Lorsque je vais lire les topics sur incels.net, je vois des hommes qui souffrent énormément du mauvais regard des femmes et qui ont besoin d'aide. Et j'éprouve beaucoup de compassion pour leur sort. Quand je vois des gens sur les médias sociaux parler des incels, on croirait à les lire qu'il faudrait les enfermer dans un cachot dont on ouvrirait la porte de temps en temps non pas pour les faire sortir mais pour leur cracher dessus. Ça, cette manière d'aborder un phénomène de société des plus tristes en cherchant à tout prix à en avilir les principaux sujets plutôt que de chercher à les comprendre, ça me dégueule au plus haut point. Et c'est un tic très représentatif de comment on aborde de tels enjeux.

Il y a d'autre parce quelque chose d'assez ridicule dans ce nouveau trend que sont les mots « masculinité toxique ». Imputer aux hommes une essence inhéremment toxique pour les culpabiliser collectivement de quoique ce soit, alors que les comportements reprochés ne sont que des apprentissages sociaux auxquels certains échappent, d'autres pas, et qui surtout; en viennent à concerner pas mal n'importe qui d'une même culture, peu importe son genre, c'est d'un ridicule incommensurable. VOis-tu, c'est la connotation qui me gosse, la présupposée existence d'une masculinité toxique, en s'appuyant sur un ensemble d'actions et propos douteux, alors que la réalité est plus complexe, que chacune de ces actions et chacun de ces propos est un construit qui ne repose pas sur un genre en particulier, et donc que cette propension au manichéisme n'a pas lieu d'être. C'est vraiment rien qu'une chasse aux sorcières, oui.

Mais là, les questions auxquelles il fallait répondre dans mon post précédent se trouvaient dans le 2e paragraphe, pas le 3e.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 50 minutes, cet obscur objet du désir a dit :

Évidemment que les premières minutes sur l'affaissement de paupières du premier tas de marde sonnent un tantinet fantaisistes, mais qui a suivi des études supérieures en psychologie ou en neuropsychologie ici? Qui peut réellement être convaincu d'une supercherie? Si je vous dis que faire quelques séries de 6-7 répétitions de squat fait davantage maigrir que courir sur un tapis roulant pendant 30 minutes, ça vous paraîtra peut-être absurde, mais c'est parce que vous n'y connaissez rien.

Ce ne sont pas ses analyses qui me dérangent. C'était intéressant et cohérent, même si c'est difficile de comprendre le chemin parcouru pour qu'il interprète à ce point les gestes.

Mais quand il parle de masculinité toxique et de féminisme, ça me semble clair qu'il sort de son champ d'expertise pour donner une opinion bâclée, à une thrallée de spectateurs qui boivent ses paroles. Les termes choisis (comme celui de racisme systémique) sont clivant pour rien, c'est vrai, mais la masculinité toxique ne revient pas à dire que les hommes sont toxiques, ça me semble évident. J'avais l'impression d'entendre Mario Dumont parler d'environnement.

 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  

Il y a 2 heures, cet obscur objet du désir a dit :

Je peux très bien comprendre la défiance qui vous habite lorsque vous vous trouvez confrontés à de tels personnages parce que je suis pareil; j'ai horreur des gens qui sponsorisent leur propre personne sur Facebook, des gens censés guider les autres à devenir des êtres meilleurs moyennant l'achat de leurs programmes louches à des prix exorbitants, des gens qui parlent avec trop de conviction, des gens qui ont la cote auprès de la masse (parce que règle générale, ce qui pogne, c'est de la marde!). Cela dit, il n'y en a pas un seul d'entre vous qui semble être capable de faire autre chose que de rire et regarder de haut ici, ce qui ne vaut vraiment pas grand-chose.

Évidemment que les premières minutes sur l'affaissement de paupières du premier tas de marde sonnent un tantinet fantaisistes, mais qui a suivi des études supérieures en psychologie ou en neuropsychologie ici? Qui peut réellement être convaincu d'une supercherie? Si je vous dis que faire quelques séries de 6-7 répétitions de squat fait davantage maigrir que courir sur un tapis roulant pendant 30 minutes, ça vous paraîtra peut-être absurde, mais c'est parce que vous n'y connaissez rien.

Pour ce qui est du reste, je ne peux qu'être d'accord avec toutes les affirmations : 1. ce n'est pas de l'intimidation, 2. Isaack est une caricature, 3. le concept de « masculinité toxique » est une grossière psychose collective et 4. la culture populaire occidentale et les mouvements sociaux actuels qui l'étreignent ne produiront rien de bon pour la cause des hommes.

C'est même pas proche d'être autre chose qu'une vidéo que Woot aurait posté. Ça vaut une risée en esti.

Le gars dans les 5 premières minutes posent pleins de prémisses éparpillés "auxquels il viendra plus tard" dont la plupart sont basé sur des constats biaisés et de l'analyse du non-verbal (science très pseudo dans son non consensus). Il dit au moins 3-4 fois qu'il va dire ce qu'il pense et qu'il ne se censurera pas, comme un geste héroïque.

C'est pas vraiment un exposé qui prend une information contre-intuitive et qui en fait la preuve (ton exemple de squat vs cardio pour la perte de poids).

Juste quand il dit, "Philippe a usé de stratégie dans un jeu de stratégie", comme pour l'excuser... Ok pis? Ça reste un intimidateur manipulateur. Cette stratégie existe (voter pour une fille stratégiquement et amener les autres vers ton point), sans l'aspect frontal de l'exclusion et la médisance. Déjà vouloir éliminer une fille sur lequel un des gars trippe et pas les autres, ça dit tout ce que ça a à dire.

Je suis à peu près sûr que n'importe qui peut obtenir un PHD dans quelque matière que ce soit, sans perdre ses vues rétrogrades, pour ensuite appliquer toutes ses belles connaissances pour les justifier.

----

De toute façon, pas besoin de te convaincre, tu as déjà énoncé tout ce qui marche pas avec ça. Tu as juste choisi d'y adhérer.

 

Il y a 2 heures, Михайло a dit :

Guillaume Dulude a animé l'émission tribal, à TV5 d'où la photo. Il est parti à la recherche des dernières tribus nomades au monde pour comprendre comment elles parviennent à survivre tout en conservant leur mode de vie traditionnel.

Pour résumer son propos sur OD. Philippe est une personne qui prend de la place et a réussi manipuler des hommes fragiles.

Crime un anthropologue en plus de tsa!
 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@cet obscur objet du désir le mec est actuellement une personalité montante au Québec, alors si on voulait être "de bon ton" on serait tous en train de boire ses paroles comme si c'était de l'eau bénie.

Je comprends que les incels souffrent, et que le terme "masculinité toxique" est parfois galvaudé, mais en quoi alimenter le discours sous-jacent des incels (attribuer la cause de la misère de certains hommes au féminisme, aux femmes castrantes et à la société qui les avilise) aide au climat actuel ? En approuvant les propos de ce gars, tu fais tiens les arguments typiques du mouvement masculiniste, lequel utilise la même typologie galvaudée et culpabilisante (contre les femmes) que tu dénonces.

S'il veut se faire du cash sur le dos de la souffrance humaine en utilisant son PhD pour donner une crédibilité à son statut de "coach de vie", c'est bien sûr qu'il va vouloir adhérer à ce discours d'hommes hyper souffrants prêts à payer 1200$ pour devenir de "vrais hommes". Mais tout ce discours qui prétend connaître la cause profonde des maux masculins ne sont qu'une illusion, illusion pouvant apporter du réconfort facile à ces hommes souffrant individuellement, certes, mais qui n'a absolument aucune assise dans une quelconque réalité sociale au Québec. 

Ce qui est vrai et avéré, c'est qu'on vivait et qu'on vit encore et toujours dans une société patriarcale au Québec. Est-ce que tu t'es déjà demandé pourquoi il n'y a pas (ou bien de façon très marginale) un mouvement de femmes incels ? Pourtant les femmes souffrent aussi. C'est parce que si on se donne la peine d'étudier plus en profondeur le discours des incels (et celui des masculinistes plus largement), on voit qu'il sous-entend une misogynie fondée sur la peur de perte d'acquis et de privilèges et que par conséquent un tel discours ne peut être soutenu que par le groupe social dominant.

Ajoute ceci à tes lectures aux côtés de Bourdieu. Il passe par l'histoire pour donner un éclairage aux discours des mouvements masculinistes actuels, qui ne date pas d'hier, puisqu'il y en avait dans la Rome antique :

Bref, c'est bien correct d'être empathique envers la souffrance individuelle des hommes faisant partie de la communauté incel, mais doit-on pour ce faire adhérer à leur discours fondé sur une perception qui n'a pas d'assise avérée dans la réalité sociale ? Je trouve qu'en tant qu'homme, on peut être tenté de tomber dans le piège d'une compréhension facile faisant appel à certaines perceptions (de là son attrait) et d'y adhérer, mais qu'en tant qu’être moral doté d'un sens critique, tu dois impérativement exiger de toi-même le plus haut des standards possibles en matière de rigueur intellectuelle. Tu peux faire mieux. Tu le peux.

Et comme le dit Goéland, il n'est pas du tout dans son champ d'expertise quand il aborde ce sujet, le gars a fait une thèse sur les TOCs. Lis ce résumé et trouve le rapport avec ce qu'il déblatère sur la masculinité. 🙄

https://archipel.uqam.ca/13359/

Je trouve qu'on n'a tellement pas besoin d'un autre Jordan PeterDoc Mailloux au Québec. Mais bon, ça a l'air que le Québec pense autrement.

Depressing.:fallout_sad:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

le mec est actuellement une personalité montante au Québec, alors si on voulait être "de bon ton" on serait tous en train de boire ses paroles comme si c'était de l'eau bénie.

Ce qui est de donc de bon ton sur le Dépotoir ne l'est pas forcément à l'extérieur. :rolleyes:

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

Je comprends que les incels souffrent, et que le terme "masculinité toxique" est parfois galvaudé, mais en quoi alimenter le discours sous-jacent des incels (attribuer la cause de la misère de certains hommes au féminisme, aux femmes castrantes et à la société qui les avilise) aide au climat actuel ? En approuvant les propos de ce gars, tu fais tiens les arguments typiques du mouvement masculiniste, lequel utilise la même typologie galvaudée et culpabilisante (contre les femmes) que tu dénonces.

J'ai aussi grincé des dents lorsque je l'ai entendu prononcer les mots « agenda féministe », mais je n'ai pas accroché outre mesure là-dessus. Tout comme j'ai sourcillé lorsqu'il a parlé d'essences masculine et féminine puisque ça ne me semblait pas être les propos que tiendrait un neuropsychologue sur la question. En fait, je me crisse tellement du type que je ne me rappelle plus exactement la manière dont il a enchaîné ses propos et je ne vais pas réécouter son vidéo, et te répondre comme s'il n'était plus question de lui : je n'attribue pas la cause de la souffrance des hommes au féminisme, ou aux femmes et aux gars qui pognent et réussissent (le discours typique que l'on retrouve chez les incels), je dis simplement que cette tendance à tout vouloir balancer dans ce grand sac fourre-tout qu'on appelle la masculinité toxique ne peut qu'être néfaste pour une société. Et il y a une certaine tendance actuelle dans les médias (sociaux) où l'on aime se complaire dans les propositions les plus radicales, sans l'ombre d'un début de nuance.

Tu sais tout aussi bien que moi que les individus d'une société et leurs comportements sont les fruits d'un paquet de phénomènes sociaux, culturels, psychologiques, et que réduire tout ça à la profanation d'un groupe en particulier est d'une bêtise. Parce que oui, sur les médias sociaux, on s'en donne à coeur joie à scander des slogans tels que « Men are trash ».

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

S'il veut se faire du cash sur le dos de la souffrance humaine en utilisant son PhD pour donner une crédibilité à son statut de "coach de vie", c'est bien sûr qu'il va vouloir adhérer à ce discours d'hommes hyper souffrants prêts à payer 1200$ pour devenir de "vrais hommes". Mais tout ce discours qui prétend connaître la cause profonde des maux masculins ne sont qu'une illusion, illusion pouvant apporter du réconfort facile à ces hommes souffrant individuellement, certes, mais qui n'a absolument aucune assise dans une quelconque réalité sociale au Québec.

Peut-être.

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

Ce qui est vrai et avéré, c'est qu'on vivait et qu'on vit encore et toujours dans une société patriarcale au Québec. Est-ce que tu t'es déjà demandé pourquoi il n'y a pas (ou bien de façon très marginale) un mouvement de femmes incels ? Pourtant les femmes souffrent aussi. C'est parce que si on se donne la peine d'étudier plus en profondeur le discours des incels (et celui des masculinistes plus largement), on voit qu'il sous-entend une misogynie fondée sur la peur de perte d'acquis et de privilèges et que par conséquent un tel discours ne peut être soutenu que par le groupe social dominant.

C'est une charmante hypothèse, mais pour avoir passé une soirée complète à lire les topics d'un forum d'incels, je t'avoue que je ne peux y assentir aussi facilement, parce qu'il y avait quelque chose qui me crevait les yeux avant toute explication plus sociologique. J'aurais en ce sens envie de te répondre quelque chose de très très simple : c'est parce que, contrairement à l'homme laid, même une femme laide qui se donne la peine de faire un tour sur Tinder sans trop être difficile ou nonchalante peut finir par fourrer.

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

Ajoute ceci à tes lectures aux côtés de Bourdieu. Il passe par l'histoire pour donner un éclairage aux discours des mouvements masculinistes actuels. Le discours masculiniste n'est pas récent, il y en avait dans la Rome antique :

Je l'avais justement entendu débattre sur la question dans une émission à Télé-Québec, il y a de ça quelques années. Je ne sais pas si c'est l'alcool -- je revenais d'un bar et il était très tard -- mais ça ne m'avait pas impressionné du tout. Tout comme ce que j'ai lu de lui l'an dernier. Pas que L'éthique du vampire est un mauvais livre ou que les propos tenus sont cons; juste que c'est très très très premier degré. Un Chomsky encore plus grand-public. Je vais tout de même y penser si jamais je croise son ouvrage dans une vente de livres usagés.

Parlant de Bourdieu, justement, il y a moyen d'aborder le rapport des hommes aux femmes sans tomber pitoyablement dans une histoire de profanation comme on en voit des exemples partout sur les médias sociaux.

Il y a 3 heures, Ecce Homo a dit :

Et comme le dit Goéland, il n'est pas du tout dans son champ d'expertise quand il aborde ce sujet, le gars a fait une thèse sur les TOCs. Lis ce résumé et trouve le rapport avec ce qu'il déblatère sur la masculinité. 🙄

https://archipel.uqam.ca/13359/

Oui... et? T'es davantage dans ton champ d'expertise quand t'en parles, toi, titulaire d'un bac en Droit? Goéland d'un DEP en agriculture? Moi-même d'un bac en marketing?

Mathieu Bock-Côté a poursuivi des études supérieures en sociologie et ça ne fait pas de lui une éminente référence en la matière. Tu vois ben que des études dans un domaine ne sont pas garantes d'une expertise et qu'inversement, ne pas l'avoir étudié dans le système académique ne devrait pas nous empêcher d'aborder ses sujets.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Sincèrement Carlos, si tu t'intéresses à ces sujets et que tu aimes le médium des podcasts, je te conseille fortement celui du Dr. Kirk Honda.

Déjà, il connait les noms des personnes qu'il analyse, vulgarise hyper bien des concepts complexes et, surtout, n'adhère pas aux théories du non verbal qui n'ont essentiellement aucune valeur. Je l'écoute pour actualiser mes connaissances dans les théories que j'ai apprises durant mes études et, sincèrement, son contenu est top qualité et empreint d'empathie.

Il me semble qu'il a fait des épisodes sur les incels et la masculinité toxique si tu fouilles un peu, mais voici un hook :
 

 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 1 heure, cet obscur objet du désir a dit :

J’ai aussi grincé des dents lorsque je l'ai entendu prononcer les mots « agenda féministe », mais je n'ai pas accroché outre mesure là-dessus. Tout comme j'ai sourcillé lorsqu'il a parlé d'essences masculine et féminine puisque ça ne me semblait pas être les propos que tiendrait un neuropsychologue sur la question. En fait, je me crisse tellement du type que je ne me rappelle plus exactement la manière dont il a enchaîné ses propos et je ne vais pas réécouter son vidéo, et te répondre comme s'il n'était plus question de lui : je n'attribue pas la cause de la souffrance des hommes au féminisme, ou aux femmes et aux gars qui pognent et réussissent (le discours typique que l'on retrouve chez les incels), je dis simplement que cette tendance à tout vouloir balancer dans ce grand sac fourre-tout qu'on appelle la masculinité toxique ne peut qu'être néfaste pour une société. Et il y a une certaine tendance actuelle dans les médias (sociaux) où l'on aime se complaire dans les propositions les plus radicales, sans l'ombre d'un début de nuance.

Tu sais tout aussi bien que moi que les individus d'une société et leurs comportements sont les fruits d'un paquet de phénomènes sociaux, culturels, psychologiques, et que réduire tout ça à la profanation d'un groupe en particulier est d'une bêtise. Parce que oui, sur les médias sociaux, on s'en donne à coeur joie à scander des slogans tels que « Men are trash ».

Ah ! C’est mieux nuancé que tes messages précédents, contente de voir que tu as repris tes sens. :ifyouknowwannamean:

Il y a 1 heure, cet obscur objet du désir a dit :

C'est une charmante hypothèse, mais pour avoir passé une soirée complète à lire les topics d'un forum d'incels, je t'avoue que je ne peux y assentir aussi facilement, parce qu'il y avait quelque chose qui me crevait les yeux avant toute explication plus sociologique. J'aurais en ce sens envie de te répondre quelque chose de très très simple : c'est parce que, contrairement à l'homme laid, même une femme laide qui se donne la peine de faire un tour sur Tinder sans trop être difficile ou nonchalante peut finir par fourrer.

Ça par contre ça m’a fait rire. Car j’en ai vu en masse des gars laids en tabarnaque être en couple ; ils compensent avec leur équilibre émotionnel, statut social ou ils sont réalistes et sortent avec une femme de la “même ligue” qu’eux.

Des femmes célibataires qui voudraient être en couple et qui ne trouvent pas, il y en a un paquet aussi. On n’a qu’à penser aux femmes monoparentales ou passées 40 ans. Ce n’est pas facile de vieillir en tant que femme, le savais-tu ? Elles ne vont pas pour autant se regrouper dans des forums obscurs pour mettre ça sur la faute des hommes et de la société qui les avalise. C’est une posture que seul un groupe social dominant se voyant en perte de privilège peut se permettre d’avoir.

Et ensuite, les incels ne sont pas incels juste parce qu’ils ne peuvent pas « fourrer », ils le sont car ils se perçoivent comme des losers dénués d’aptitudes sociales, qu’ils sont mal intégrés à leurs communautés et qu’ils ont trouvé leur solace dans une souls-culture d’internet répondant à leur besoin de donner un sens à leur souffrance existentielle.

Je voulais écrire plus mais je dois partir au Costco lul. Au revoir.

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 2022-10-28 à 16:54, cet obscur objet du désir a dit :

Mais là, les questions auxquelles il fallait répondre dans mon post précédent se trouvaient dans le 2e paragraphe, pas le 3e.

Tout propos énoncé est ouvert à discussion, je choisis bien lesquels me sont pertinents.  :gotojail:

Citation

Il y a d'autre parce quelque chose d'assez ridicule dans ce nouveau trend que sont les mots « masculinité toxique ». Imputer aux hommes une essence inhéremment toxique pour les culpabiliser collectivement de quoique ce soit, alors que les comportements reprochés ne sont que des apprentissages sociaux auxquels certains échappent, d'autres pas, et qui surtout; en viennent à concerner pas mal n'importe qui d'une même culture, peu importe son genre, c'est d'un ridicule incommensurable.

On dirait que tu as appris à propos de ce concept à partir d'un article d'un chroniqueur ou d'une chaîne youtube style woot woot quand tu dis ça. L'essentialisme est par définition antiféministe de nos jours et ce, depuis plusieurs décennies (si ce n'est depuis les débuts, je n'ai pas d'études féministes sous la manche). :mrbean2:
 

Citation

VOis-tu, c'est la connotation qui me gosse, la présupposée existence d'une masculinité toxique, en s'appuyant sur un ensemble d'actions et propos douteux, alors que la réalité est plus complexe, que chacune de ces actions et chacun de ces propos est un construit qui ne repose pas sur un genre en particulier, et donc que cette propension au manichéisme n'a pas lieu d'être. C'est vraiment rien qu'une chasse aux sorcières, oui.

Ben, c'est ça. C'est exactement ce qu'on dit. La masculinité toxique est le produit d'une culture d'une certaine masculinité particulière et non une essence.  C'est bien contre ce manichéisme que le mouvement queer s'est érigé.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 1 mois plus tard...

ah ! c'était juste une question de temps avant qu'un chroniqueur du média mainstream démasque ce gros plein de marde qu'est Guillaume Dulude. ce qui m'étonne, c'est que ça ait prit autant de temps. 

  • J'aime! 3
  • HAHAHA! 1
  • J'ADORE! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 10 heures, Ecce Homo a dit :

ah ! c'était juste une question de temps avant qu'un chroniqueur du média mainstream démasque ce gros plein de marde qu'est Guillaume Dulude. ce qui m'étonne, c'est que ça ait prit autant de temps. 

C'est plus rapide de chier dans le plat que de faire une tarte aux pommes. 

Denoncer, ca demande des appuis solides. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le 2022-12-09 à 09:39, Ecce Homo a dit :

ah ! c'était juste une question de temps avant qu'un chroniqueur du média mainstream démasque ce gros plein de marde qu'est Guillaume Dulude. ce qui m'étonne, c'est que ça ait prit autant de temps. 

image.png.0aff05b47b498e1ff38bc225b1212506.png

Ce passage m'a fait sourciller. Si l'on s'en tient aux définitions contenues dans la chronique -- le meurtre d'une femme parce qu'elle est une femme --, ceci ne serait pas un féminicide mais un homicide conjugal. Ce n'est pas le genre qui a motivé le meurtre mais plutôt une spirale d'émotions (colère, peur, rejet, désespoir) vécues par l'ex-mari. Ça me semble évident, d'ailleurs.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 11 heures, men are trash a dit :

image.png.0aff05b47b498e1ff38bc225b1212506.png

Ce passage m'a fait sourciller. Si l'on s'en tient aux définitions contenues dans la chronique -- le meurtre d'une femme parce qu'elle est une femme --, ceci ne serait pas un féminicide mais un homicide conjugal. Ce n'est pas le genre qui a motivé le meurtre mais plutôt une spirale d'émotions (colère, peur, rejet, désespoir) vécues par l'ex-mari. Ça me semble évident, d'ailleurs.

Je sais pas, moi j'ai toujours vu ça comme : l'homme peut tout autant vivre une spirale d'émotions à sa job par exemple, avec un collègue ou un supérieur. Il n'ira pas jusqu'au meurtre, car il considère ces personnes des vis-à-vis. Par contre, la spirale avec sa femme va mener jusqu'au meurtre, car il la perçoit comme sa possession, notamment parce qu'elle est une femme. 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

×
×
  • Créer...