Aller au contenu
Zealot

14 ans de prison pour avoir fait avorter sa copine (+ débat)

Déchet(s) recommandé(s)

John Welden a dupé sa copine enceinte de 7 semaines en lui faisant avaler une pilule abortive. Il a été condamné il y a quelques jours a 13 ans et 8 mois de prison.

Cette affaire soulève pour moi une une idée forte intéressante : à qui donc, dans un couple, appartient le droit de décider si un enfant doit naître ou être avorté ? L'idée ici n'est pas de lancer un débat sur l'avortement (c'est une autre chose). Une femme qui décide de ne pas avoir l'enfant peut donc l'avorter sans avoir de compte à rendre avant 12 semaines de grossesse (en France), avançant que c'est « son corps donc son choix » l'homme n'a que peu de marge de manœuvre dans cette décision et il devra, quelque soit son envie, supporter au moins financièrement le poids de cet enfant. Mais la question va au-delà : même si c'est bien la femme qui abrite le fœtus pendant les neufs mois de développement cela ne change pas le fait que ce dernier est le fruit des deux parents.

Quel est donc votre point de vu la-dessus ? J'avoue que la question est délicate, mais même si une femme est libre de corps (ce dont je suis tout à fait d'accord) est-elle pour autant totalement et incontestablement libre de mettre au monde ou pas un enfant qui ne sera pas que le sien ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le moron de Jean-Guy Tremblay avait tenté d'empêcher son ex Chantal Daigle de se faire avorter. Mais elle l'a fait quand même et un jugement de la cour Suprême lui a rendu raison en 1989.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avant ça me faisait chier que la femme soit la seule pouvant décider. Et ça me fait encore chier aujourd'hui, mais quand j'y pense, je me dis que c'est elle qui porte l'enfant. Oui c'est vrai que l'homme a participé à la création de l'enfant en se vidant les couilles, mais c'est facile ça. Le plus gros de l'effort pendant la grossesse c'est la femme qui le fait. Cela est encore plus vrai lorsque l'enfant vient au monde...c'est davantage la femme qui s'en occupe au niveau de l'élevage et de l'éducation (genre préparer les repas, changer les couches, faire les devoirs, etc).

Je ne suis pas pour autant pro-avortement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Personnellement, je crois que c'est une décision qui se prend à deux. Mais dans le cas que tu as cité, je vois ça comme un meurtre même si le foetus n'est pas complètement humain encore. Ce qui est dégoutant dans cette histoire là c'est que le gars l'a fait sans que la femme soit consentente. En gros le gars tue le bébé pis il devrait s' en sortir comme si rien n'était arrivé. Come on. Il est evident que c'est notre corps et nous avons le droit d'en faire ce que nous voulons. Je sais que moi il m'est arrivée une situation ou le père voulait que je me fasse avorter et moi j'voulais pas. J'ai mis père inconnu sur la déclaration de naissence et je n'ai en aucun cas le droit de revenir contre le père de mes jumeaux! Admettons qu'ils seraient encore vivant, il aurait fallu avoir l'autorisation du père et beaucoup de paperasse pour le reconnaitre légalement comme géniteur. En gros tu donnes le sperme, mais t'as le droit de pas prendre tes responsabilités. Tu peux te présenter en cours et si tes arguments sont valables, t'as le droit de demander que la mère ne divulge pas ton nom sur l'acte de naissence.

Par contre, rendu là, j'espère que la mère qui porte l'enfant d'un homme qui veut absolument rien savoir de la paternité a les reins assezsolides pour s' occuper d'un enfant ( de deux!) parce que tu dois subevenir à ses besoins sans l'aide de personne. Pis ça, c'est un autre débat.

Modifié par AmCath

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je crois que c'est une décision qui se prend à deux. Mais dans le cas que tu as cité, je vois ça comme un meurtre même si le foetus n'est pas complètement humain encore.

Tu es donc contre l'avortement ? Puisqu'en toute logique : si un homme qui tue un fœtus parce qu'il n'en veut pas est un meurtrier, la femme l'est tout autant (on ne peut pas se permettre deux poids deux mesures).

Cela est encore plus vrai lorsque l'enfant vient au monde...c'est davantage la femme qui s'en occupe au niveau de l'élevage et de l'éducation (genre préparer les repas, changer les couches, faire les devoirs, etc).

Le truc c'est que n'est pas vrai dans tout les cas, et on ne peut se permettre de généralisation hasardeuse dans ce genre d'affaire. Une femme qui ne veut pas porter un enfant peut l'avorter car c'est dans son corps que le bébé va se développer mais qu'en est-il d'une femme qui veut garder l'enfant malgré le refus du père ? Le destin du fœtus résulterait donc de la mère et uniquement de la mère sans que le père ne puisse rien y faire (et il serait par ailleurs obligé de subvenir aux besoins de l'enfant), l'enfant appartient-il incontestablement à la femme sous prétexte qu'elle le porte ?

Le père devient-il un meurtrier parce que c'est lui qui déclenche l'avortement ? Attention : je suis tout à fait d'accord sur le fait que duper une femme en lui faisant avaler des pilules abortives est criminel et doit le rester, mais comment considérer cet acte ? Une mutilation ? Meurtre ? On s'accorde pourtant à dire qu'un avortement avant 12 semaines n'est pas un meurtre car le fœtus n'est alors pas considéré comme humain. En quoi cela pourrait changer selon le fait que la femme désire ou non garder l'enfant, en quoi la simple volonté de la mère peut changer la nature d'un crime ?

Mon but dans ce sujet est simplement de soulever cette question, on est tout fait dans un cas ou il est très difficile de trancher parce que moralement il est très audacieux d'avoir une réponse définitive.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve que c'est injuste pour l'homme, dans tous les cas. Si le père veut le bébé mais pas la génitrice, il ne l'aura pas. Si la mère veut le bébé, mais pas le géniteur, le bébé va naître quand même.

Il reste tout de même pour l'homme l'option père inconnu, comme l'a soulevé AmCath, mais encore là, si tu sais que le bébé existe, même si tu ne le voulais pas, tu vas peut-être vouloir le connaître. Surtout qu'on sait que la grosse job, c'est la mère qui l'a.

Personnellement, si je tombe enceinte accidentellement et que mettons que je veux le garder et le père refuse, je vais me faire avorter c'est certain. Je trouve qu'il faut vraiment être conne pour décider d'élever un enfant seule (sauf si on en a toutes les ressources mais c'est rarement le cas...). Et bon, si c'est le contraire, je vivrai pas 9 mois de grossesse pour faire plaisir à un papa, au risque de me ramasser avec le bébé tout de même à la fin, sans compter l'attachement psychologique possible.

Dans le cas exposé ici, je ne trouve pas que c'est un meurtre. Je pense que c'est plutôt comme une agression physique. Être enceinte est un état de santé, et le gars l'a sorti de cet état, dans l'optique ou le fœtus ne compte pas pour un humain. C'est comme enlever la santé, ou priver temporairement la femme de son droit de donner la vie. Ou encore un vol avec agression. Parce que la femme "perd" quelque chose. Ou encore, je peux même aller jusqu'à dire que si la femme choisi d'avorter, c'est parce qu'elle se choisis et refuse de donner la vie à ce moment, et donc qu'elle, la femme vivante, prime sur la vie en devenir. Donc, c'est légitime. Si c'est quelqu'un d'autre qui le fait de force, c'est un peu comme un meurtre, car elle avait accepté cette vie en devenir à l'intérieur d'elle. Donc à ce moment là, c'en est une. Une vie en est une quand la mère le décide. Je ne sais pas si je suis claire, mais c'est comme ça que je vois ça.

Parce que malgré que je trouve que c'est vrai que l'homme n'a pas beaucoup de recours dans le domaine de l'avortement, ça reste que c'est la femme qui porte le bébé pendant 9 mois, et c'est elle qui sacrifie quelque chose pour mettre au monde l'enfant. C'est donc à elle ultimement de choisir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous avez raison, vous touchez des problématiques qui nécessitent réflexions et que les gens n'abordent pas vraiment. La femme veut pas garder l'enfant? Fine, elle peut aller se faire avorter. Mais si l'homme veut pas avoir l'enfant, faut qu'il puisse obtenir le même niveau de justice que la femme a obtenut en pareille circonstances.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve qu'il faut vraiment être conne pour décider d'élever un enfant seule (sauf si on en a toutes les ressources mais c'est rarement le cas...).

Ça me semble bien radical comme propos.

Tu pourrais m'expliquer un peu ta position, Aradia?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et bien, je pense qu'avoir un enfant, c'est pas juste se procurer un joujou pour se valoriser, s'accomplir ou pour s'occuper. C'est élever un être humain à part entière, et on va pas se le cacher, une mère seule(ou un père seul), règle générale, n'a pas se qu'il faut pour donner à son enfant tout ce dont il a besoin (milieu stable, un père!, ressources financières, attention...).

Bon, je dis ça, et une de mes meilleures amies a mis au monde son premier fils à 18 ans alors que le père l'avait laissé après avoir appris sa grossesse. Aujourd'hui, elle a un chum, un autre enfant avec le dit chum, et son prremier kid a environ 10 ans et tout va bien, mais c'est sa mère à elle qui a élevé l'enfant en partie.... et je trouve ça triste. Les mères monoparentales comptent beaucoup sur leur famille pour élever l'enfant à leur place, et ce n'est pas vraiment correct je trouve. Mais là, on tombe dans l'opinion carrément.

Bref, je pense qu'avant de vouloir "un enfant", les femmes devraient chercher à fonder une famille. Famille>enfants. Il y a trop de femmes qui se sentent vides et inaccomplies si elles n'ont pas d'enfants, et ce ne sont pas les meilleures mères, loin de là.

En résumé, je pense qu'avant de mettre un enfant au monde, on doit se demander si c'est bon pour cet enfant là. Ensuite, si c'est bon pour soi. Pas juste se dire qu'égoïstement, on veut une poupée!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu es donc contre l'avortement ? Puisqu'en toute logique : si un homme qui tue un fœtus parce qu'il n'en veut pas est un meurtrier, la femme l'est tout autant (on ne peut pas se permettre deux poids deux mesures)..

J'ai une opinion pas à 100% mûrrit. Je suis encore partagée. Il y a des situations ou je crois que l'avortement est un choix nécéssaire (dans le cas de viol ou encore si la femme est très jeune) et d'autre ou je crois que certaines femmes voient l'avortement presque comme un moyen de contraception. Moi je suis tombée enceinte fin 18 ans et ils sont décédés quand j'avais 19 ans. J'ai pris mes responsabilités face à un homme de 27 ans qui ne voulait pas les prendre. J'ai été assez tarte pour ne pas me protéger, bin j'ai assumée! Par contre je ne jugerais jamais une femme qui se fait avorter peu importe son âge ou ses motifs. Mes valeurs ne me permettent pas de me faire avorter tout simplement parce que je ne suis personne pour enlever la vie à un humain peu importe sa forme et son âge. Mais ça c'est moi.

Je suis encore jeune, j'ai le temps de faire mûrrir mon opinion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par nulle part
      Salut salut!
      Je ne vais pas étaler ici mon propre point de vue, un peu plus tard sans doute, mais pas maintenant.
      Au cours des dernières semaines, j'ai eu des altercations virtuelles avec les dirigeantes d'un blogue féministe qui avait l'habitude de publier mes articles.
      Cette époque est révolue. Faut croire que j'ai pas compris quelque chose.
      J'ai besoin de votre aide. Sans doute serez-vous plus aptes à exprimer leur point de vue qu'elles-mêmes...
      Vous devez avoir entendu parlé de l'avortement sélectif. Des millions de feotus féminins avortés dans les pays d'Asie pour des facteurs d'ordres sociaux, économiques, culturels. Par exemple, à cause des modalités du mariage en Inde, il en coûtera très cher d'avoir des filles puisqu'il faudra payer la dot. En Chine, c'est la politique de l'enfant unique qui favorise cet élimination des femmes. Cela a évidemment des répercussions sur la démographie, entre autres. Des millions d'hommes devront se résigner à vivre dans le célibat. Mais ce n'est pas ces conséquences qui fâchent les féministes. C'est l'élimination de foetus féminins en tant que tels.
      L'avortement sélectif, c'est le génicide, c'est le y'âble.
      Pendant ce temps en Occident.
      Ces mêmes féministes défendent becs et ongles l'avortement, qui devrait être considéré comme un service de santé essentiel aux femmes et à toutes la société. Ces intervenantes affirment que l'on ne doit pas juger les motivations d'une femme à avorter. Ce serait que de ne pas faire confiance aux femmes que de jeter un oeil sur leur situation.
      ...
      Une femme avorte en Inde pour des motifs économiques, c'est le mal.
      Une femme avorte au Québec pour des motifs économiques, elle assure sa liberté et son indépendance.
      Wth.
      Par souci de cohérence, vous comprendrez que je ne peux pas me positionner en faveur de l'avortement en Occident et militer contre l'avortement sélectif en Asie. Et vice versa. Si c'est un service de santé comme les autres, effectivement, il ne devrait y avoir aucune limite.
      Mon cerveau est incapable d'articuler ces deux problématiques, et l'argumentation de mes interlocutrices (qui est absente, en faite) me pousse à les mépriser.
      J'me suis dis que vous étiez peut-être plus brillants qu'elles et arriveriez peut-être à me convaincre que de combattre l'avortement sélectif tout en défendant l'avortement point ne relève pas de la schizophrénie.
×
×
  • Créer...