Aller au contenu
Athos

Dans le rétroviseur

Déchet(s) recommandé(s)

2018 a été pour moi une année de transition. J'ai d'abord du essuyer un revers académique qui pourrait avoir l'air d'un recul important. Toutefois, ça m'a permis de me trouver un emploi dans mon domaine et de commencer à acquérir de l'expérience.

 

Au final, je vais sans doute avoir davantage de facilité à me trouver un emploi à long terme à la fin de mes études et je vais enfin avoir une vraie "carrière". Mon but est de travailler le moins possible tout en conservant cette sécurité financière à long terme qui vient avec un métier reconnu. Éventuellement, j'ai plusieurs idées pour des projets où je travaillerais à mon compte. L'idée n'est pas de travailler le moins possible pour ne rien faire, mais bien pour choisir ce que je fais et surtout ne pas avoir à me soumettre à une autorité professionnelle hiérarchisée. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-12-04 à 11:26, Athos a dit :

@Gamin, si t'avais à identifier un apprentissage marquant fait cette année, ce serait quoi ?

De loin que le dégoût physique (lié aux excréments, aux vomis, au sang, aux fluides, au déchets, au maladies, etc) est relié à la moralité (et le sentiment de dégoût moral): 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6125610/

C'était déjà une hypothèse soutenue, mais cette recherche là la solidifie. 

Ajoute à ça le fait que l'excitation sexuel semblerait inhiber le dégoût physique (après tout, qui a vraiment envie de se frotter dans la sueur pis la bave d'un autre avant de recevoir une bonne dose d'ocytocine?): 

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0044111 

On en vient avec l'hypothèse que l'inhibition du dégoût physique causé par l'excitation sexuelle cause aussi une inhibition morale, ce qui explique la tendance humaine à vouloir réprimer la sexualité. 

Probablement qu'avoir étudier la Sexologie ça me semblerait banale comme réalisation, mais je dois avouer que toute les questions que ça peut soulever m'intéresse vraiment. Un Société qui se veut sincèrement Morale doit-elle renier sa Sexualité? À déterminer. 

[Autre chose que j'ai réalisé l'autre jours, les sourds là, en classe quand quelqu'un pose une question, ils voient les questions à l'envers. C'est fucked up pareille.] 

Je te renvois la question! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 34 minutes, Gamin a dit :

De loin que le dégoût physique (lié aux excréments, aux vomis, au sang, aux fluides, au déchets, au maladies, etc) est relié à la moralité (et le sentiment de dégoût moral): 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6125610/

C'était déjà une hypothèse soutenue, mais cette recherche là la solidifie. 

Ajoute à ça le fait que l'excitation sexuel semblerait inhiber le dégoût physique (après tout, qui a vraiment envie de se frotter dans la sueur pis la bave d'un autre avant de recevoir une bonne dose d'ocytocine?): 

https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0044111 

On en vient avec l'hypothèse que l'inhibition du dégoût physique causé par l'excitation sexuelle cause aussi une inhibition morale, ce qui explique la tendance humaine à vouloir réprimer la sexualité. 

Probablement qu'avoir étudier la Sexologie ça me semblerait banale comme réalisation, mais je dois avouer que toute les questions que ça peut soulever m'intéresse vraiment. Un Société qui se veut sincèrement Morale doit-elle renier sa Sexualité? À déterminer. 

[Autre chose que j'ai réalisé l'autre jours, les sourds là, en classe quand quelqu'un pose une question, ils voient les questions à l'envers. C'est fucked up pareille.] 

Je te renvois la question! 

 

As-tu lu les Trois essais sur la théorie sexuelle de Freud? Il exprime une idée semblable qui se résume un peu dans cette citation:

Révélation

In the study of perversions we have gained an insight into the fact that the sexual impulse has to struggle against certain psychic forces, resistances, among which shame and loathing are most prominent. We may presume that these forces are employed to confine the impulse within the accepted normal limits

[...]

The employment of the mouth as a sexual organ is considered as a perversion if the lips (tongue) of the one are brought into contact with the genitals of the other, but not when the mucous membrane of the lips of both touch each other. In the latter exception we find the connection with the normal. He who abhors the former as perversions, though these since antiquity have been common practices among mankind, yields to a distinct feeling of loathing which protects him from adopting such sexual aims. The limit of such loathing is frequently purely conventional; he who kisses fervently the lips of a pretty girl will perhaps be able to use her tooth brush only with a sense of loathing, though there is no reason to assume that his own oral cavity for which he entertains no loathing is cleaner than that of the girl. Our attention is here called to the factor of loathing which stands in the way of the libidinous overestimation of the sexual aim, but which may in turn be vanquished by the libido. In the loathing we may observe one of the forces which have brought about the restrictions of the sexual aim. As a rule these forces halt at the genitals; there is, however, no doubt that even the genitals of the other sex themselves may be an object of loathing. 

https://en.wikisource.org/wiki/Three_Contributions_to_the_Theory_of_Sex

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 19 heures, Kalium a dit :

As-tu lu les Trois essais sur la théorie sexuelle de Freud?

Non, j'ai comme un petit biais purement subjectif à propos de Freud. Son influence est majeur, mais je me suis trop fait répété que ses théories sont dépassés (ou alors on été mieux traité par la suite), alors considérant que cet intérêt là est juste un hobby je me concentre sur les trucs modernes. Mais, considérant mon intérêt grandissant pour le sujet, et que ce que t'as cité est effectivement un bloc fondamental du sujet, ça serait pas fou que je lise ça. Je l'ai sauvegardé, merci!  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, Gamin a dit :

Non, j'ai comme un petit biais purement subjectif à propos de Freud. Son influence est majeur, mais je me suis trop fait répété que ses théories sont dépassés (ou alors on été mieux traité par la suite), alors considérant que cet intérêt là est juste un hobby je me concentre sur les trucs modernes. Mais, considérant mon intérêt grandissant pour le sujet, et que ce que t'as cité est effectivement un bloc fondamental du sujet, ça serait pas fou que je lise ça. Je l'ai sauvegardé, merci!  

Beaucoup de théories de Freud sont présentement revisitées par la neuroscience. Certaines découvertes sur le fonctionnement du cerveau qui n'aurait pas été possibles auparavant tendent maintenant à prouver l'existence des processus inconscients  et des mécanismes de défense psychiques. 

Bien sûr, ça ne change pas grand chose quant aux approches utilisées en psychologie (cognitivo-comportementale) car ces approches apportent des résultats directement mesurables et donc "rentables" d'un point de vue clinique.

Cependant, les approches psychodynamiques comme la psychanalyse ne sont pas mortes et, dans certains cas, demeurent les seules à offrir des résultats significatifs.

http://www.nyu.edu/gsas/dept/philo/faculty/block/papers/BerlinTreatment.pdf

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×