Aller au contenu

L'avortement


Déchet(s) recommandé(s)

Je dois avouer que je sais pas trop quoi penser de l'avortement. C'est certain qu'en cas de problèmes de santé, de complication, de viol, je suis 100% pour mais dans le cas contraire, jusqu'à quand est-ce que c'est acceptable? À partir de quand est-ce que ça peut être considéré comme un meurtre? Il y a certains docteurs qui disent que c'est dès la fécondation qu'on peut considérer le fœtus comme un être vivant.

Vous en pensez quoi?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

La femme est maître de son corps. En aucun cas j'accepterais de voir un homme interdire à une femme de se faire avorter. Le choix revient à elle et c'est tout. J'approuve entièrement l'avortement. Oui, même quand c'est une petite slut qui en a eu plusieurs. C'est mieux pour elle et pour l'enfant.

Modifié par Le.Meilleur.Membre
  • J'aime! 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Comme d'habitude et comme avec l'euthanasie, c'est toujours du cas par cas et donc dans certains cas, l'avortement est légitime. Comme quand la fille s'est fait violé etc.

Sinon, quand c'est la fille qui est pleinement responsable des conséquences de ses choix, je suis contre.

C'est mieux pour elle et pour l'enfant.

Niaiseux. L'enfant meurt sans avoir son mot à dire dans tout ca.

edit: Ce sujet va dans l'institut psychiatrique.

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je dirais que je suis pour l'avortement. Cependant, ça me désole de voir qui a encore des femmes pour qui l'avortement est plus une méthode "contraceptive" qu'un dernier recours.

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce sujet est créé à tous les six mois avec toujours une majorité du forum qui se postionne pour.

Quant à moi, je n'en démords pas, je suis totalement contre cette pratique. Si la femme ne souhaite pas garder l'enfant par la suite, elle peut toujours le faire adopter ou le donner à un organisme qui s'occupera de le faire.

La vie a le mérite d'être respectée.

  • J'aime! 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Y'avait une fille au secondaire, elle se servait de l'avortement comme moyen de contraception. Bon, j'exagère un peu, mais quand t'es rendu à 4 avortements en moins de 1 an et demi, un moment donné, j'me dis qu'elle aurait dû apprendre à utiliser un condom... Le pire là-dedans, c'est qu'elle disait elle-même ne pas aimé se protéger avec son chum. Criss. Prends la pillule au moins.

Sinon, en temps normal, j'dirais que je suis pour l'avortement. Si t'es pas prêt à être parent, c'est mieux de t'avorter que d'élever un enfant duquel tu pourras ou tu voudras pas t'occuper. Pis y'a aussi toute la question des grossesses non désirées causées par des aggressions qui me fait totalement pencher en faveur de l'avortement. Jamais une femme ne devrait être obligée de porter un enfant qu'elle ne veut pas ou ne peut pas avoir.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

La femme est maître de son corps. En aucun cas j'accepterais de voir un homme interdire à une femme de se faire avorter. Le choix revient à elle et c'est tout. J'approuve entièrement l'avortement. Oui, même quand c'est une petite slut qui en a eu plusieurs. C'est mieux pour elle et pour l'enfant.

Je pense que le droit à la vie est plus important que le corps de la femme qui va être affecté.

  • J'aime! 4
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pitié, arrêtez de parler de "vie" lorsqu'on parle d'un petit fœtus frêle sans conscience.

Laissez les filles se faire avorter si elles le veulent.

Réponse anticipée:

"ok ouin mais taurais tu aimer sa ke ta mere se dise saaa kan tétais dans son ventre? heinn???"

Ça ne me dérange pas vraiment, puisque je ne l'aurais jamais su, puisque je serais mort avant même d'avoir eu la moindre miette de conscience que j'aurais pu exister.

  • J'aime! 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense que le droit à la vie est plus important que le corps de la femme qui va être affecté.

Je suis pour l'avortement, mais je considère que c'est une forme de meurtre. Je n'arrive pas à accepter l'idée d'obliger une femme à porter un enfant qu'elle ne veut pas et de l'autre côté, je ne peux justifier l'arrêt d'une vie potentielle autrement qu'en terme de meurtre. Est-ce que je suis le seul avec ce genre de dualité?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

Je viens de lire que le sexe d'un oeuf fertilisé peut être déterminé après 4 jours de fertilisation, ça ressemble pas mal au début d'une vie selon moi.

Tiens, le post de Pin comparant un foetus à un pissenlit a été enlevé.

Modifié par Shivz
  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis pour l'avortement, mais je considère que c'est une forme de meurtre. Je n'arrive pas à accepter l'idée d'obliger une femme à porter un enfant qu'elle ne veut pas et de l'autre côté, je ne peux justifier l'arrêt d'une vie potentielle autrement qu'en terme de meurtre. Est-ce que je suis le seul avec ce genre de dualité?

Non, c'est ce même dilemme qui m'anime moi aussi. A priori, je suis contre l'idée de forcer quelqu'un à agir contre son gré, mais je crois qu'en ce qui concerne l'avortement, la vie de l'enfant a supériorité aux quelques mois de souffrance que la mère subira. J'ai également tendance à dire que la société dans laquelle on vit cherche tellement la facilité et le plaisir que personne ne se sent prêt à faire tel sacrifice.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pitié, arrêtez de parler de "vie" lorsqu'on parle d'un petit fœtus frêle sans conscience.

Laissez les filles se faire avorter si elles le veulent.

Réponse anticipée:

"ok ouin mais taurais tu aimer sa ke ta mere se dise saaa kan tétais dans son ventre? heinn???"

Ça ne me dérange pas vraiment, puisque je ne l'aurais jamais su, puisque je serais mort avant même d'avoir eu la moindre miette de conscience que j'aurais pu exister.

Faible raisonnement en plus d'être contradictoire.

Tu ne peux pas dire que ca te "dérangerais pas" puisque, justement, tu n'es pas encore conscient du dilemne. Et l'argument qui veut que le foetus n'a pas conscience est assez lamentable, puisque c'est une question de temps avant qu'il développe une conscience.

Et oui, pour ton information un foetus est un être vivant. Ton argument est seulement valable quand on parle d'embryons. L'embryon c'est quand c'est au stade d'oeuf. Le foetus c'est le petit poussin sorti de l'oeuf.

N'empêche que l'embryon est sur de devenir un être vivant, contrairement aux spermatozoides par exemple.

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pourquoi se préoccuper de quelque-chose, non pas quelqu'un, qui n'a aucune conscience d'être s'il est pour devenir un futur fardeau pour ses géniteurs naturels sur une planète que l'on dit surpeuplée?

Si la grossesse n'était pas voulu, je crois qu'il est préférable de s'en débarrasser plutôt que de faire passer une vie de misère à un futur être vivant doté d'intelligence.

Je suis pour dès lors qu'il est question d'abus sexuelles, mais lorsqu'il y a eu relation consentante sans protection là je suis contre. Il y a des tas de facteurs qui devraient être pris en cause pour juger si la femme a droit ou non à l'avortement.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Si la grossesse n'était pas voulu, je crois qu'il est préférable de s'en débarrasser plutôt que de faire passer une vie de misère à un être vivant doté d'intelligence.

Je suis tellement tanné d'entendre ce genre d'argument minable. Comme si un enfant ne pouvait pas être heureux ou réussir sa vie simplement parce qu'il aura probablement une vie plus poche que la notre. Comme si des parents pauvres allaient absolument donner un enfant malheureux.

Si tu savais le nombre d'enfants qui ont grandi dans un orphelina ou dans une famille extrêmement pauvre et qui sont tout de même content et heureux de vivre. Plusieurs ont même très bien réussi leur vie et son devenu de grand écrivains, humoristes, acteurs etc.

  • J'aime! 2
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je vois pas pourquoi certains persistent toujours à lancer un débat sur l'avortement lorsqu'il est question de moralité, qui, j'aimerais le préciser, s'agit d'une histoire de perception de la vie, chose propre à chacun. Il n'y a là aucun potentiel de débat.

J'aurais tendance à dire qu'on tomberait alors dans un dangereux relativisme morale. (relativisme = qu'il y'a plusieurs vérités, et donc pas de vérité absolue et transcendante). Suivant ta façon se pensée, je pourrais très bien me promener au métro Berri-Uqam en pleine heure de pointe et tirer sur les gens à l'aide d'une mitrailette. Ça serait ma vérité, ma morale à moi.

Désolé, mais je crois que chaque chose a le mérite d'être débatue.

  • J'aime! 3
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis tellement tanné d'entendre ce genre d'argument minable. Comme si un enfant ne pouvait pas être heureux ou réussir sa vie simplement parce qu'il aura probablement une vie plus poche que la notre. Comme si des parents pauvres allaient absolument donner un enfant malheureux.

Si tu savais le nombre d'enfants qui ont grandi dans un orphelina ou dans une famille extrêmement pauvre et qui sont tout de même content et heureux de vivre. Plusieurs ont même très bien réussi leur vie et son devenu de grand écrivains, humoristes, acteurs etc.

Je trouve ca poche qu'on se dise: "Ouan ben moé j'aimerais pô co messemble vivre une vie de misère demême. aek des parents pas fins qui s'aiment pas ou qui voulait pô m'avoir la. Ca fait que moé j'dis que c'est mieux que l'enfant crève au lieu de tenter de le rendre heureux pis toute."

Écoute, lorsque je parle de faire passer une vie de misère à des enfants et bien je parle de parents qui n'en ont RIEN à cirer de leur jeune marmaille. De parents qui n'en voulaient pas d'enfants. Des cas où des enfants ne reçoivent aucun amour de la part de leurs parents et n'ont donc aucune valorisation ça existe. Ils ne finissent pas tous dans des orphelinats ou des familles d'accueil où tout le monde il est gentil et tout le monde il est donc beau!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

lorsque je parle de faire passer une vie de misère à des enfants et bien je parle de parents qui n'en ont RIEN à cirer de leur jeune marmaille. Des cas où des enfants ne reçoivent aucun amour de la part de leurs parents et n'ont donc aucune valorisation ça existe.

Ben justement, une de mes amies que j'ai connu au cegep a vécu cet "enfer". Et pour moi c'est comme si tu me disais qu'elle aurait jamais du exister simplement parce que ses parents sont des estis de pas bons sans coeur et sans sens de la responsabilité. C'est pourtant une fille qui mord dans la vie et qui est pleine de passion.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'aurais tendance à dire qu'on tomberait alors dans un dangereux relativisme morale. (relativisme = qu'il y'a plusieurs vérités, et donc pas de vérité absolue et transcendante). Suivant ta façon se pensée, je pourrais très bien me promener au métro Berri-Uqam en pleine heure de pointe et tirer sur les gens à l'aide mitrailette. Ça serait ma vérité, ma morale à moi.

Désolé, mais je crois que chaque chose peut avoir le mérite de se pencher dessus.

Non, ça ne suit aucunement ma façon "se pensée", on parle ici d'une maladie mentale, d'un véritable crime puni par la loi. Tu peux le faire par contre, tu peux juger bien normal de tuer des passants au métro Berri-Uqam.. mais tu finiras ta vie en prison.
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Non, ça ne suit aucunement ma façon "se pensée", on parle ici d'une maladie mentale, d'un véritable crime puni par la loi. Tu peux le faire par contre, tu peux juger bien normal de tuer des passants au métro Berri-Uqam.. mais tu finiras ta vie en prison.

C'est hors sujet mais morale = différencier le bien et le mal.

Une personne peut croire (et j'en connais) que le meurtre et le suicide ne sont pas "mauvais" en soi (amorale). C'est pourquoi on a mis des lois en place pour interdire certains actes jugé comme "universellement" amorale ou innaceptable. Donc c'est faux de prétendre que les débats moraux sont inutiles ou qu'on a pas besoin de la morale en 2010. C'est même ca qui fait évoluer la société et qui fait en sorte que nous sommes humains.

C'est les débats sur la moralité des choses qui ont mis fins à plusieurs injustices, dont l'esclavage et la torture. Et c'est aussi ca qui a donné le droit de vote aux femmes, la démocratie, le capitalisme, les libertés individuelles, l'acceptation des homosexuels etc.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

×
×
  • Créer...