Aller au contenu
Doupirate

La Tunisie, l'Égypte, on parle de la Jordanie, du Yémen et de l'Arabie Saoudite

Déchet(s) recommandé(s)

Tu peux être certain qu'avant même d'avoir l'ombre du début de l'idée d'aller à la télé pour dire qu'il allait rester jusqu'en septembre contrairement à ce que tout le monde réclame, Moubarak est allé voir Tantawi et lui a demandé directement: "Fini la bullshit mec, t'es en arrière de moi ou non?"

Et s'il est finalement allé à la télé, la réponse a été "oui".

À partir de là, Moubarak qui mentionne directement dans son speach qu'il ne prendrait pas d'ordres de l'extérieur, c'est justement un message à Obama, Clinton and Co. de back off, j'ai l'autre en arrière de moi.

Le changement va se faire, mais ça va se faire tranquillos. Maintenant il va juste progressivement donner du lousse à chaque fois que quelqu'un va bitcher. Et en septembre il va se retirer et laisser les choses aller après avoir arrangé ça au maximum pour se sauver le cul.

Say whaaat?

Haha.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que le Secrétariat d'État, nommément la bobonne Clinton, doit commencer à en avoir son truck. Je serais pas surpris que les militaires assurent l'intérim sous peu. :mellow:

Dans le fond, c'est ce qui va finir par arriver de toute façon. Sous Rumsfeld, ce serait déjà fait. Sous Clinton, ça aura juste traîné plus longtemps.

:happy:

Je le savais. Devinez pourquoi?

obama-phone.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je veux une explication claire et complète qui me dit pourquoi la démission de Moubarak est synonyme de Révolution Égyptienne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

T'as rien compris. La démission de Moubarack aurait pu résulter d'une victoire des Frères Islamistes, et là, ça aurait été une révolution islamique sous couvert d'un gouvernement d'union nationale provisoire. Le coup d'état militaire a empêché l'établissement d'une République Islamique à laquelle il n'aurait manqué que le nom.

Il n'y aura donc pas d'élection, tant que les Frères Ismistes supportés par les républiques islamiques de la région, menaceront les intérêts du monde libre. La révolution n'a pas eu lieu. Elle pourrait commencer aujourd'hui ou non, on s'en fout. À ce point, quoi qu'il arrive, la situation est sous contrôle.

La foule était en liesse. Voyons s'ils sauront s'organiser. C'est certain qu'un parti laïc aura l'appui financier et tactique de la CIA pour contrer l'appui islamiste dont bénéficient les Frères Islamistes. S'ils ne veulent pas de cet appui, peu importe. Les militaires sont au pouvoir asteur. :happy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui suit est extrêmement pertinent.

Why Egypt's Military Cares About Home Appliances

The Egyptian military has been notably non-confrontational during the recent wave of protests, defending the right of people to protest and protecting the protesters from attacks by pro-regime forces.

One reason for the military's peaceful response: the unique role it plays in the Egyptian economy. The military owns "virtually every industry in the country," according to Robert Springborg.

Springborg, a professor at the U.S. Naval Postgraduate School, has written several books about Egypt, he's lived in Egypt, he's consulted with the Egyptian military, and he's an expert on the various businesses it runs. Here's a list he rattled off from the top of his head:

...car assembly, we're talking of clothing, we're talking of construction of roads, highways, bridges. We're talking of pots and pans, we're talking of kitchen appliances. You know, if you buy an appliance there's a good chance that it's manufactured by the military. If you ... don't have natural gas piped into your house and you have to have a gas bottle, the gas bottle will have been manufactured by the military. Some of the foodstuffs that you will be eating will have been grown and/or processed by the military.

The reasons for this arrangement go back to the '60s and '70s, when the Egyptian military was very large as a result of the wars with Israel. After the peace treaty with Israel was signed, the need for such a large fighting force disappeared. But leaders worried about all those young men released from military service suddenly flooding the job market.

So the military transformed itself from a fighting force to hiring force. And some of the businesses it got into were pretty far away from its traditional mission. For example, the military had all these forces stationed on the coast — a really pretty coast that lots of people would probably pay to visit. So, Springborg says, the question arose:

What are we gonna do with this military zone that is huge and in the most desirable part of the country and has extremely beautiful beaches, and some of the greatest … coral reefs in the world and was absolutely crying out for touristic development?

The answer: The military gave private developers access to the land, and the developers made military officers shareholders in big tourist developments.

No one knows for sure how many resort hotels or other businesses in Egypt are run by the military, which controls somewhere between 5 percent and 40 percent of the nation's economy, according to various estimates. Whatever the number, Springborg says, officers in the Egyptian military are making "billions and billions and billions" of dollars.

These billions would be threatened if the protests devolved into full-on civil conflict. People in the middle of violent political chaos don't buy dishwashers.

"The military wants stability above all," Springborg says. "It's not focused on war fighting; it's focused on consumption."

One of the few glimpses we have into the role of the Egyptian military in the economy comes via a 2008 diplomatic cable made public by WikiLeaks.

The cable discusses the various businesses the military is involved in, and considers how the military might react if Egypt's current president, Hosni Mubarak, were to lose power.

The military would almost certainly go along with a successor, the cable's author writes, if that successor didn't interfere in the military's business arrangements. But, the cable continues, "in a messier succession scenario, it becomes more difficult to predict the military's actions."

(Source)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Criss que les bourgeois sont jaloux de l'armée pareil...

Chasser l’armée de l’économie nationale

Tentons une autre explication : l’élite des affaires estime peut-être qu’elle aura plus à gagner dans un pays débarrassé de la main-mise de l’armée sur l’activité économique nationale. Pour l’heure, l’armée égyptienne, la 10e plus grosse au monde, est à la tête d’une multitude d’industries-clés, de l’agroalimentaire à l’automobile en passant par le ciment, la construction et les hydrocarbures. Elle possède aussi beaucoup de propriété foncière.

....

L’autoritarisme est pourtant si efficace…

Mais si vous êtes si prospère, pourquoi vouloir changer un régime qui vous a bien servi ? Au-delà du désir de liberté, bien humain, cherchons l’intérêt.

Francis Fukuyama fait habilement remarquer dans son célèbre opus La fin de l’histoire et le dernier homme que les tigres asiatiques étaient parvenus à prospérer à vitesse grand V dans des régimes politiques alliant économie de marché et autoritarisme. Les régimes plus ou moins démocratiques de Singapour et de Corée du Sud (avant 1987), par exemple, ont atteint des taux de croissance hallucinants tout en gardant en laisse la liberté politique.

En somme, l’économie et les affaires peuvent très bien s’accommoder d’un autocrate à la tête du pays. Cela peut même rendre les choses plus efficaces !

Encore faut-il que l’économie de marché soit bien huilée. On ne peut pas dire que ce soit parfaitement le cas en Égypte, mais la classe économique avait néanmoins de quoi espérer avec un ministère des Finances dirigé depuis cinq ans par Youssef Boutros Ghali (il a cependant été écarté du cabinet lors du remaniement de Moubarak il y a quelques jours). Boutros Ghali avait entamé des réformes importantes qui ont mis le pays sur la voie de la croissance économique : 5 % par année en moyenne. Il avait notamment contribué à consolider le secteur bancaire égyptien.

L’effet corrosif de la corruption

Osons donc une première explication de ce rejet du régime par une bonne part de l’élite économique : la corruption. L’article du Globe relate quelques anecdotes révélatrices du niveau élevé de corruption dans le secteur économique égyptien. Une corruption qui, selon les témoignages, nuit aux affaires de plusieurs entreprises.

Selon Transparency International, l’Égypte affiche en effet un score peu enviable de 3,1 (10 étant le moins corrompu, 0, le plus) et se trouve loin dans le classement mondial, au 98e rang.

http://www2.lactualite.com/blogue-monde/2011/02/09/egypte-la-revolte-est-aussi-elitiste/

...

Samer Shehata, an Egyptian academic at Georgetown University, notes that the military had started putting the brakes on Gamal's reforms in 2008. The generals pointed to the hundreds of labor strikes the economic changes had unleashed. "They said this was becoming an issue of national security," says Shehata. In fact, a key protest group organizing on Facebook took its name — the April 6 Movement — from an April 6, 2008, strike by textile workers in a key industrial city in the delta that was brutally suppressed by the regime.

Now, the bureaucratic upheaval that has come with the uprising appears to benefit further the old-guard military figures who opposed Gamal and his business associates. Many of the allies of the President's son had risen to high ranks in the ruling National Democratic Party, including Ezz, who was a member of parliament. Now, Ezz and several of the high-ranking party officials — alleged cronies of Gamal — are under investigation and barred from traveling overseas, their bank accounts frozen. Many are believed to be supporters — and major beneficiaries — of the privatizations that were part of Gamal's aggressive economic liberalization policies.

Read more: http://www.time.com/time/world/article/0,8599,2046963,00.html#ixzz1DhzytGVU

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La corruption, la voie vers la misère.

Je ne ferais pas affaire avec une société corrompue. La plupart des sociétés américaines non plus. C'est la misère, la corruption. Wouala. :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.theaustralian.com.au/news/foreign-correspondent-brutally-assaulted-in-mob-attack/story-e6frg6n6-1226006756584

C'est avec ce genre de choses que j'ai des difficultés. Il a fallu que ce soit des femmes qui aillent la secourir et que l'armée s'en mêle.

Même dans une manif de jeunes altermondistes, sur le party et masqués en noir, ici, ça n'aurait pas pu se produire.

Pourtant ce sont des gens instruits, civilisés, pitoute. Personne n'est intervenu.

Comment peut-on éviter de s'interroger sur la fibre morale de deux cent hommes qui laissent des femmes se battre pour en sauver une autre d'un viol en public? C'est quoi cette culture de marde? :(

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici un article de CNN sur l'importance du statu quo à Bahreïn pour les Américains;

Washington (CNN) -- Bahrain -- a tiny group of islands where hot political rhetoric meets cold military reality.

As far as Washington is concerned, this small Persian Gulf kingdom may be where support for Middle East democracy dies. The loss of American military power that could accompany an overthrow of the regime of King Hamad bin Isa Al Khalifa is incalculable.

Nestled between Saudi Arabia and Qatar, Bahrain is home to 1.2 million people. More importantly, it's home to the U.S. Navy's Fifth Fleet -- a vital instrument for the Pentagon in both Afghanistan and Iraq. Fighter jets from carriers in the fleet provide close air support for American troops in Afghanistan.

The fleet is also a potential bulwark against a future nuclear Iran, analysts note.

"It's our most important strategic asset in the Persian Gulf," said Michael Rubin, a former Bahrain resident and Middle East expert at the American Enterprise Institute.

[...]

Bahrain has been ruled by a Sunni Muslim royal family since the British left in 1971. Two-thirds of its population are Shiites. While the latest turmoil is largely a reaction to uprisings in Egypt, Tunisia, and elsewhere, younger Shiites have routinely led protests -- often violent -- to complain about discrimination, unemployment and corruption.

They also rioted when the Islamic Revolution toppled the Shah of Iran in 1979. Since then, every time Shiite protests have become too heated, the Sunni rulers of Saudi Arabia have quietly sent troops into the country, according to Rubin.

"On the one hand, Bahrain is a flash point between the United States and Iran," he told CNN. On the other, it's "a flash point between Saudi Arabia and Iran."

Bahrain was actually a Persian province through the 16th century. Iran claimed the territory when the Britain left, but the Bahrainis opted for independence.

"Bahrain is Iran's Kuwait," Rubin said, referencing former Iraqi strongman Saddam Hussein's insistence that Kuwait was rightfully an Iraqi province.

If Bahrain's government falls, "there is no question -- no ifs, ands or buts -- Bahrain would become an Iranian satellite, and the Fifth Fleet would be sent packing," Rubin predicted.

The Obama administration is "not being too vocal on the riots in Bahrain because it's pretty much the one country where we can't afford regime change," he said.

Could U.S. officials find a new naval home in the Gulf? Possibly Qatar or the United Arab Emirates, Rubin said, but "if there's a sense that the dominoes are falling and the United States is the big loser, then all the regional states are going to make their accommodation with Iran whether they like us or not."

The stakes could not be higher.

Georges Washington avait tellement raison;

The great rule of conduct for us, in regard to foreign nations, is in extending our commercial relations, to have with them as little political connection as possible. Europe has a set of primary interests, which to us have none, or a very remote relation. Hence she must be engaged in frequent controversies the causes of which are essentially foreign to our concerns. Hence, therefore, it must be unwise in us to implicate ourselves, by artificial ties, in the ordinary vicissitudes of her politics, or the ordinary combinations and collisions of her friendships or enmities.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelques informations de dernière heure :

Le centre de la capitale de Bahreïn, Manama, a été symboliquement conquis et gagné par les protestataires; l'armée et la police ont reculé des lieux... pour l'instant. Il est dit, tout comme en Libye, que les contestataires s'attaquent aux postes de police et aux casernes militaires pour acquérir des armes à feu; ces derniers se font tirer dessus pour battre en retraite.

En Libye, l'armée et les pro-gouvernements, souvent accusés d'être des policiers en civil et des mercenaires venus de l'extérieur (autant arabe qu'africain noir), tirent sur les foules de la ville de Benghazi avec des mortiers. Déjà plus de 60 morts seulement pour aujourd'hui. Certains militaires - mais ils sont très peu - se sont retournés contre leurs officiers et ont pris part avec les contestataires.

Au Yémen, les pro-gouvernements et la police s'affrontent avec les contestataires. Un mort pour l'instant.

Dans ces trois pays, le discours a radicalement changé dès le premier mort : c'est une transformation radicale du régime/système qu'ils veulent, et non plus une simple réforme. Ils ont appris du hijacking Égyptien par l'armée bourgeoise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bc790d0c49647b42e611be15b55c06756591fc67.jpg

Rajoutez le Cachemire, le Koweït et le Djibouti à la liste;

Srinagar: To press the demand of job regularization, members of All Jammu and Kashmir, technical and non-technical HDFC association, Saturday, held protest demonstrations, here at city centre Lal-chowk.

Scores of members of (AJKTNTA) this afternoon appeared at Press Enclave here and held a massive anti-government protest to press the demand of job regularization to all the 1500 technical and non-technical employees, working in different hospital across the valley.

Raising slogans “We want justice” the protesters said they have been working in the health sector from last 8 years on temporary basis.

KUWAIT Feb 19 (Reuters) - Kuwaiti police fired teargas at hundreds of stateless Arabs demanding citizenship in a second day of protests in a village outside the OPEC member's capital on Saturday, a human rights activist said.

Around 300 stateless protesters clashed with police, who fired teargas in the As-Salbiya village outside Kuwait City, injuring around seven people according to witnesses.

It was the second protest in the oil-producing Gulf Arab state since a wave of unrest inspired by turmoil in Tunisia and Egypt began sweeping across the Middle East in January.

Maha al-Barjas, vice president of the Kuwait Human Rights Society, said seven people had been wounded in the clashes.

On Friday, more than 1,000 stateless had demonstrated in Jahra, northwest of Kuwait City, demanding citizenship Barjas said between 100 to 140 people were arrested in that clash, but most were released on Saturday.

The stateless Arabs, longtime residents of Kuwait known as bedoun from the Arabic "bedoun jinsiyya" (without nationality), were demanding citizenship, free education, free healthcare and jobs, benefits available to Kuwaiti nationals.

Many of Kuwait's stateless are descendants of desert nomads denied citizenship under strict nationality laws in the small Gulf state, whose citizens are entitled to generous welfare benefits. (Reporting by Kuwait newsroom; Writing by Martina Fuchs; Editing by Alison Williams)

A protester and a policeman were killed in Djibouti when an unprecedented opposition demonstration demanding regime change flared up, the interior ministry said on Saturday.

"Two people, including a policeman, died as a result of a demonstration organised by the opposition to denounce the legitimate ruling regime and demand the postponement of elections set for April 8," a statement said.

...et la Chine?

BEIJING — Chinese authorities cracked down on activists as a call circulated for people to gather in more than a dozen cities Sunday for a "Jasmine Revolution."

The source of the call was not known, but authorities moved to halt its spread online. Searches for the word "jasmine" were blocked Saturday on China's largest Twitter-like microblog, and the website where the request first appeared said it was hit by an attack.

Activists seemed not to know what to make of the call to protest, even as they passed it on. They said they were unaware of any known group being involved in the request for citizens to gather in 13 cities and shout "We want food, we want work, we want housing, we want fairness."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bof, y va rien se passer d'importance.

Quelques centaines de civils font se faire tuer :(

En Égypte, les forces armées avaient leur faire valoir, Moubarak, à donner en pâture à la foule. Ils l'ont «sacrifié» et ont pris officiellement le pouvoir avec le support des «révolutionnaires». Faut quand-même le faire: une révolution populaire de libération qui met une junte militaire au pouvoir et qui applaudit à la suspension de la constitution. Du gros n'importe-quoi.

Les autres états n'ont pas de leader à donner aux amis facebook. Vont juste tirer dans le tas, faire des arrestations massives, et dans 1 mois on aura oublié l'épisode.

On se souviendra de ces agitations comme de la RÉVOLUTION FACEBOOK.

:mellow:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a présentement un soulèvement en Libye.

Tout l'Est du pays est désormais sous contrôle des soldats rebelles et des anti-Qaddafis. À l'Ouest, il ne reste plus que la Capitale et certaines municipalités autour qui sont entre les mains de l'armée pro-Qaddafi (et appuyée par des mercenaires). Actuellement, de ce que j'ai lu il y a moins de 5 minutes, une guerre de rues fait rage dans la Capitale. L'armée est partout et il y a de très nombreux morts. Les résidents ne savent même pas qui tire sur qui, ni s'ils vont mourir demain ou non. L'armée rebelle est en train de se déplacer vers la Capitale pour liquider les pro-Qaddafis.

La frontière entre la Libye et l'Égypte a été ouverte pour laisser entrer des journalistes et anti-Qaddafis dans le territoire afin de venir en aide, que ce soit militairement, médicalement ou avec des provisions de bouffe.

C'est vraiment le bordel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Translation of Shaikh AsSadiq Al Gheryani’s statement to the People of Libya

I thank Al Jazeera for giving me this opportunity, I say that what is happening in Libya now cannot be tolerated, cannot be bared, cannot be kept silent about. A heavy war machine is confronting protesters who are bare chested, raising their hands above their heads as a sign of peace, peaceful, and the regime is shooting them with anti-aircraft artillery, we have not seen this except in Israel’s attacks against Gaza. We cannot believe this happens in our country. The majority of those doing this are thugs and mercenaries from Africa and from Libya who have sold their honour for money. We cannot remain silent about this now, the country is being attacked by foreigners right now. Therefore, I extend a call, and would like to ask our brothers from army officers, technicians and those who are providing logistical transport to these weapons and ammunition about the bridge that is connecting Tripoli to Benghazi via airplanes carrying these weapons and mercenaries. I want to ask these people who are offering this logistical service, how do they plan to face their Lord? Where is the Honorary oath of service to the Army? Where is the honour of being part of this land? Where is the brotherhood? Where is your faith? Selling your religion in exchange for these mercenaries.

texte complet et vidéo : http://www.libyafeb17.com/?p=1266

---

Gaddafi quitte la Libye pour l'Amérique du Sud dans son jet privé. Rumeur qui semble erronée

http://www.libyafeb17.com/?p=1283

fixd

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le départ de Kadhafi est confirmé ? Je ne trouve pas l'information partout, et seulement au conditionnel... Et son fils fait un discours assez atroce, promettant la séparation du pays, l'occupation par les occidentaux... En tout cas la situation est pour le moins insurrectionnelle.

Ce n'est pas vraiment le plus brûlant vu ce qui se passe en Libye (et au Bahrein, et...), mais il y a un élément pour expliquer la situation égyptienne qui je pense n'a pas été cité : c'est le fait que le mouvement des Frères Musulmans représente certes une grosse partie de l'opinion (quant à la chiffrer, c'est extrêmement compliqué), mais qu'il n'est pas homogène. Il est partagé entre une frange plus ancienne, plus islamiste pure souche (charia et compagnie), et une frange plus jeune, plus "progressiste" si on peut dire, assez inspirée par l'akp turc. L'idée est de concilier islamisme, modernité est démocratie... Quant à savoir dans quelle mesure cela est par essence compatible ou incompatible, ou dicté par les impératifs de l'économie de marché plus que par une grande conviction de la souveraineté du peuple, cela peut durer des heures, mais il semblerait que quoi qu'il arrive, Egypte 2011 ne sera pas un remake d'Iran 1979.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mais il semblerait que quoi qu'il arrive, Egypte 2011 ne sera pas un remake d'Iran 1979.

Peut être que non; les mollahs de 1979 n'étaient pas comme les Frères musulmans d'aujourd'hui. D'un autre côté, je crois que les révolutionnaires marxistes d'Iran étaient beaucoup mieux organisés et moins vulnérables que ce qui passe pour une opposition et comme une alternative en Égypte en ce moment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le départ de Kadhafi est confirmé ? Je ne trouve pas l'information partout, et seulement au conditionnel... Et son fils fait un discours assez atroce, promettant la séparation du pays, l'occupation par les occidentaux... En tout cas la situation est pour le moins insurrectionnelle.

Le départ n'est pas encore totalement confirmé. Il y a des rumeurs qui disent qu'il est partie pour Londres, ou même l'Italie. Par contre, son fils a dit qu'ils (lui et sa "bande") sont prêts à se battre jusqu'à la dernière balle. Et c'est ce qui se passe en ce moment même dans la capitale : il y a une guerre de rues intenses avec des centaines de morts, et ça ne fini plus de compter. Plusieurs groupes s'affrontent. Pour faire un peu d'ordre, ça donne : l'armée loyaliste, la garde personnelle, les pro-Qaddafis et les mercenaires contre l'armée rebelle, les protestataires anti-Qaddafis et les milices anti-Qaddafis (dont la tribue Werfalla, la plus puissante du pays). Tout le pays est libéré sauf la capitale.

D'ici 24h, tout va s'écrouler.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des jeunes libyens viennent de diffuser de nouvelles informations depuis Benghazy, 2e ville la plus importante du pays après la capitale.

Cette ville est sous contrôle à 100% de la population. C'est relativement calme, l'armée est partout pour empêcher toute contre-insurrection des pro-Qaddafis. Les mosquées sont utilisées pour entreposer les armes à feu qui ont été distribuées au départ aux civils. Par contre, la situation à Tripoli est encore très incertaine. Après le discours de Saif, l'un des fils de Qaddafi, la population dans la capitale s'est littéralement révoltée. Résultat, il y a des centaines de morts et de blessés. Les téléphones sont coupés, il y a aucun moyen de contacter les gens là-bas : c'est un massacre à huit clos. Les gens et l'armée rebelle à Benghazy pensent se déplacer et libérer la capitale d'ici midi (dans 7h) mais rien n'est décidé encore. Ils ont capturé plus de 30 mercenaires venus de l'extérieur. Et ils ont dit que c'était 100% faux que Qaddafi ai quitté le pays. C'est un mensonge et ils sont déterminés à le capturer.

Fait cocasse : dans une municipalité voisine, des jeunes dans des tanks ne savaient pas comment tirer sur les pro-Qaddafis qui avaient barricadé leur quartier avec des anti-aériens. Résultat, ils ont décidé de foncer directement sur eux et démolir les murs et les barricades. Les pro-Qaddafis se sont enfuis.

lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...