Aller au contenu
Doupirate

La Tunisie, l'Égypte, on parle de la Jordanie, du Yémen et de l'Arabie Saoudite

Déchet(s) recommandé(s)

Je prends mes sources sur Al Jazeera (arabe et anglais), The Guardian, BBC News, Reuters, et sur le livestream de jeunes libyens qui diffusent des images en directes de Benghazi, avec la collaboration de d'autres libyens qui ont de la famille à Benghazi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un grand homme. Ce n'est pas un manifeste, mais des faits cocasses.

  • Salaries in Libya are governed by law number 15 which sets the average salary of Libyans at 200 dollars per month. To make things worst it is customary to have this low wage paid intermittently.
  • Law number 4 caters for the confiscation of private and commercial property, practically passing such stolen properties to the members of his family and of its so called revolutionary committee members who are in charge of security.
  • The burning down of the land registry building in Tripoli to destroy any reference of legal ownership of property.
  • The continuous discharge of untreated sewage in the sea in close proximity to the cities Tripoli and Benghazi
  • The sudden unnotified change of Libyan currency practically confiscating all personal assets of Libyans
  • Civil infrastructure, healthcare and the education system have failed beyond disbelief in the last 40 years.
  • Private Libyan citizens yearly spend on average 5billion dollars in Tunisia, Jordan and Egypt out of their pockets for medical treatment, because they have completely lost trust in the Libyan health care system.
  • Gaddafi committed some of the most brutal human right excesses in the late 70′s and early 80′s. Libyan students were hanged in universities, sport auditoriums and public squares simply for not adhering to the green book ideology.
  • Gaddafi has squandered unimaginable wealth on his propaganda machine; mainly managed by such figures like Mr. Ali Alkilani and Mr. Abdullah Mansour
  • For many years Gaddafi squandered hundreds of millions of dollars on terrorist organizations such as the IRA and the red brigades, and on separatist movements in Africa, the Far East and central and Latin America.
  • Gaddafi’s agents killed WPC Ivon Fletcher outside the Libyan Embassy in London in 1984 and many other Libyan political dissidents through a campaign that he calls “Eliminating Stray Dogs”
  • Gaddafi has also shot down a civilian Libyan airliner over Libya killing about 150 passengers. Bizarrely he had given the doomed flight a similar flight number to the Lockerbie airliner. This atrocity was also committed on the anniversary of the Lockerbie airliner.
  • Abu Sleem prison massacre where he ordered the killing of over 1200 political prisoners
  • The HIV infection breakout in Benghazi. Over 500 children where effected because the sterilization equipment were malfunctioning.
  • Gaddafi waged pointless wars in Chad and Uganda where over 20,000 Libyans died. In addition, Gaddafi supplied chemical weapons to the late Somalian dictator Ziad Berri which caused thousands of deaths.
  • The destruction of the mausoleum (in Benghazi) of Omar Mukhtar and the removal of his remains to be buried in a remote Oasis which was an act of desecration to the national pride.
  • The act of entertaining and handing out euro’s to hundreds of selected young Italian women in Rome so he could preach to them the green book ideology and convert them to his version of Islam. To add insult to injury, upon his return to Libya Gaddafi publicly insulted and attacked a couple of Libyan women that he caught begging outside Tripoli central mosque (Moulia Mohamed) after the Friday prayer.
  • The declaration of war on Switzerland for arresting one of his sons and his wife for beating up the domestic staff.
  • The demolition of several historically listed buildings in downtown Tripoli such as the parliament and our foreign ministry.
  • The use of Libyan women as so called revolutionary nuns as personal bodyguards.
  • The total disregard of the teachings (Sunna) of the prophet Muhammad and his failed attempts at altering the Quranic text.
  • The forced military training of very young male and female students.
  • The peculiar unwritten law of forbidding the mention of the names of any Libyan official by the national media accept those of himself and immediate members of his family. In football no names of players were allowed to be mentioned except that of his son because Gaddafi regarded stardom as a political crime.
  • His continuous efforts to rewrite Libyan history according to his twisted personal ideology and personal grandiose.
  • The abolishment of the Libyan constitution (compiled by a team of leading international jurists) which symbolized the smooth birth of Libyan independence and its national sovereignty as voted for by the general assembly of the UN. Gaddafi continued to rule Libya without a constitution until the present day.
  • According to the UN development surveys and other international organizations publications Libya’s development indicators perform dismally.
  • Gaddafi’s extensive liaison with colourful African witchcraft doctors and voodoo priests, arguably leading to his ultimate act of eccentricity proclaiming himself Africa’s King of Kings. Commentators and political analysts continue to struggle to accommodate this with his brand of revolutionary socialism.

Très beau copier-coller ASV. C'était vraiment cocasse, t'as raison, vraiment pas un manifeste, woyons. :happy:

Voici un cartoon. C'est mickey-mouse à l'âge de 27 ans. Ton âge, ASV. :happy:

http://www.youtube.com/watch?v=9nTHQwA77aM

Alors, et le prochain? Un nouveau roi Idris islamiste, ou un général sans envergure qui aura tout au plus suivi sur le tard des amis facebook d'une page ouverte en Tunisie? En tout cas, cette révolution-ci ne s'appellera jamais la révolution blanche.

Kadhafi mérite une balle dans la tête, et j'espère qu'on la lui accordera. :mellow:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Des mercenaires et des pro-Gaddafis pénètrent dans les domiciles pour les nettoyer. Ça s'est passé il y a 5 jours à Benghazi, en Libye.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici une map presque comique de la situation en Lybie, avec les villes libérées et les villes sous contrôle kadhafien.

post-189-092645700 1298487371_thumb.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

The Gardian

Some details from the Associated Press news agency about what has been happening in Tripoli.

Militiamen loyal to Muammar Gaddafi "clamped down" on the city today, AP says, "with the sound of gunfire ringing in the air". The military has also moved heavy forces into the town of Sabratha, west of the capital, to try to put down protesters who have overwhelmed security headquarters and government buildings, a news website close to the government reported.

Gaddafi's speech yesterday appeared to have brought out a heavy force of supporters and militiamen that largely prevented major protests in the capital Tuesday night or Wednesday. Through the night, gunfire was heard, said one woman who lives near the centre of the city.

"Mercenaries are everywhere with weapons. You can't open a window or door. Snipers hunt people," she said. "We are under siege, at the mercy of a man who is not a Muslim."

During the day Wednesday, more gunfire was heard near Gaddafi's residence, but in many parts of the city of 2 million residents were venturing out to stores, some residents said.

The government sent out text messages urging people to go back to their jobs, aiming to show that life was returning to normal. The residents spoke on condition of anonymity for fear of retaliation.

At the Egyptian border, guards had fled, and local tribal elders have formed local committees to take their place.

A defence committee of local residents was even guarding one of Gaddafi's once highly secretive anti-aircraft missile bases outside the city of Tobruk.

Essentiellement, Kadhafi est en mode Hitlerbunker.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si l'armée ne se joint pas bientôt à la population, la révolte va être réprimée.

Je vois ça comme ceci: si ça se produisait au Québec et que les rebelles contrôlaient tout le Québec sauf Montréal, rien ne serait joué.

Je pense que celui qui tient Tripoli tient la Lybie, quoi qu'on en dise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour faire un peu d'ordre, ça donne : l'armée loyaliste, la garde personnelle, les pro-Qaddafis et les mercenaires contre l'armée rebelle, les protestataires anti-Qaddafis et les milices anti-Qaddafis (dont la tribue Werfalla, la plus puissante du pays). Tout le pays est libéré sauf la capitale.

D'ici 24h, tout va s'écrouler.

Et aussi le sud...

Au fil des ans, Mouammar Kadhafi s'est surtout consacré à renforcer sa propre tribu, avec des armes et de l'argent.

"Son point fort est le Sud (Sebha), d'où vient sa tribu et d'où il ramène des mercenaires tchadiens". "Pour faire tomber Kadhafi, il faut commencer par cette région", souligne cet analyste.

La tribu Werfalla (1 million sur 6,5 millions d'habitants en Libye) en particulier aurait décidé de rejoindre la révolution.

Ce qui a contribué au succès de Kadhafi au début, c'est sa volonté d'installer un équilibre entre les forces en place. Lorsque le colonel a publié son Livre Vert en 1977, il a choqué tout le monde. Qu'un pays musulman prône le féminisme et le socialisme, c'était inconcevable pour les religieux Senoussis, encore présents aujourd'hui.

Les affiliations tribales ont longtemps joué un rôle important dans ce pays riche en pétrole, fournissant des réseaux sociaux pouvant servir à l'avancement dans les carrières, la mobilité sociale et les mariages. Cependant leur importance politique est moins évidente. "L'urbanisation et le développement font que les chefs de tribus ont moins d'influence sur leurs membres"

http://www.dailymotion.com/video/xh5oft_khadafi-apres-moi-le-deluge-1-4_news

Contrairement à la Tunisie ou à l’Égypte, la Libye est composée de clans tribaux. Le pays lui-même est un conglomérat de trois provinces, au départ, qui étaient dirigées selon des allégeances tribales.

Le politologue Hasni Abidi affirme que la Libye est l’une des nations arabes où les tribus sont les plus importantes dans l’organisation de la société. Il y vivrait plusieurs douzaines de tribus, elles-mêmes divisées en sous-groupes, et elles auraient toujours joué un rôle fondamental dans l’histoire du pays. Elles étaient par exemple le moteur dans la lutte contre l’Italie au temps de la colonie.

Selon le Livre vert de Kadhafi, sorte de guide politico-philosophique sur l’exercice du pouvoir, les tribus n’ont aucun pouvoir politique. Dans sa tentative de fonder un État-nation moderne, il a même tout fait pour écraser les chefs tribaux. Mais en réalité, ceux-ci ont toujours joué un rôle social important. La stabilité même de la Libye a toujours reposé sur la capacité du dictateur de jouer sur les rivalités entre tribus.

La structure des forces armées libyennes est composée de deux unités, dont le degré de loyauté au régime est différent. Il y a une armée dite traditionnelle composée d'environ 76 000 hommes. Cependant, le colonel Kadhafi a toujours été convaincu depuis son arrivée au pouvoir que l'armée traditionnelle représente un bastion réactionnaire ayant tendance à se substituer au peuple. Ainsi, par la crainte de subir un coup d'État militaire et afin de neutraliser les visées interventionnistes des militaires dans la vie politique, il va consolider son pouvoir autour de la Garde révolutionnaire, une réserve paramilitaire de 40 000 citoyens constituant les «milices populaires». Présentes dans toutes les villes libyennes et dirigées par les enfants de Kadhafi, ils ne dépendent ni des états-majors, ni du ministre de la Défense.

Le régime de Kadhafi, fondé sur des alliances tribales, est fortement déstabilisé et menacé. La tribu de Tarhouna qui représente le tiers de la population de la capitale Tripoli et dont la plupart des soldats de l'armée sont issus, a décidé de lâcher le régime et se ranger du côté de la révolte ainsi que la tribu de El Zoui, de Warfla et les Touaregs au sud du pays.

Le nerf de la guerre et du régime, c'est le pétrole et ses prébendes. Le fonds souverain libyen, assis sur les plus importantes réserves connues d'or noir d'Afrique, est fort de près de 70 milliards de dollars.

Cette richesse pétrolière est loin d'être répartie équitablement entre les 6,4 millions de Libyens dans cet immense pays majoritairement désertique. La Tripolitaine, province ouest du pays, d'où sont originaires Kadhafi et sa tribu, les Kadhafa, en tire la plus grande part des bénéfices, tandis que l'est, la Cyrénaïque, région de Benghazi et Tobrouk, fief de la tribu Al Warfalla, subit le poids de la pauvreté et de la répression.

La haine de Kadhafi y est forte depuis toujours, et plus encore depuis que les sbires du régime y massacrèrent quelque 1.200 détenus, la plupart des prisonniers politiques, lors des émeutes de 1996 dans la prison d'Abou Salim.

Et dans l'Est "libéré", les manifestants anti-Kadhafi brandissent aujourd'hui le drapeau libyen d'avant la "Jamahiryya" et son drapeau vert: l'étendard de l'époque du roi Idriss Ier, qui, avant d'être fait souverain de toute la Libye, indépendante en 1951, était déjà émir de Cyrénaïque.

Les pays limitrophes, cantonnés dans un rôle inférieur par Kadhafi, s'inquiètent aussi du sort de leurs ressortissants en cas d'intervention étrangère. D'après les sources officielles de chaque pays, il y aurait entre 50 000 et 80 000 Tunisiens et environ 1,5 million d'Egyptiens en Libye.

Et les Tunisiens ont été formellement accusés par le régime de fournir de la drogue aux contestataires. La Tunisie essaye donc de faire comprendre à la France qu'elle ne souhaite pas d'intervention qui risquerait de mettre en danger ses citoyens.

L'Union européenne a annoncé qu'il restait 10 000 de ses ressortissants en Libye et qu'elle mobilisait des moyens pour être en mesure de les évacuer.

Enfin, en Asie, les autorités se préparaient à mettre en place de gigantesques opérations d'évacuation pour rapatrier 100.000 travailleurs, principalement des ouvriers.

le paradoxe libyen

l’eau fossile

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'imagine que ce n'est qu'une question de temps avant que tout soit contrôlé pour ensuite lancer l'assaut final sur Tripoli.

Sauf que le temps presse, et la bouffe dure pas à l'infini ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'aviation et les unités blindées sont de quel côté? Je pense que c'est ce qui compte et qui fera la différence.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Kadhafi est main dans la main avec Sarkozy et compagnie, il ne se fera pas "kick-off" de l'ONU du jour au lendemain.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

12 commandos du JTF2 sont déjà arrivés à Malte avec deux C-17 et deux C-130. Le reste des forces disponibles du JTF2 arriveront sous peu à Malte. On va bientôt voir que nos forces spéciales sont pas des deux de pique.

Le groupe de combat du porte-avion nucléaire USS Enterprise fait route sur Malte, s'il ne s'y trouve pas déjà.

Je crois que les citoyens canadiens et américains qui n'ont pas encore été en mesure d'évacuer vont avoir sous peu de la visite nocturne surprenante qui va parler un anglais impeccable: « You're going home, your cab is waiting outside » :happy:

:happy:

En plus de servir d'escorte à nos C-17 et C-130 dont je présume qu'ils ont des hélicoptères dans le ventre, j'espère que les chasseurs de la Navy vont intercepter les chasseurs Lybiens aux derniers moments du régime Kadhafi. Faudrait qu'Obama se souvienne de la leçon que Saddam Hussein avait enseignée à papa Bush et qu'il évite ainsi la répétition du désastre écologique que le fou avait infligé à la planète en se retirant du Yémen.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'il ne se fait pas tuer par son propre peuple, Kadhafi risque le tribunal international.

Lundi, le procureur général de la CPI a indiqué que la crise qui sévit dans le pays d'Afrique du Nord — où les opposants au régime ont été la cible d'une répression sanglante ordonnée par le colonel Kadhafi — pourrait bien être le théâtre de crimes contre l'humanité. Et que le dirigeant pourrait avoir à répondre à des accusations devant le tribunal de La Haye.

«Des informations suggèrent que les forces fidèles au président Mouammar Kadhafi attaquent des civils en Libye. Cela pourrait constituer des crimes contre l'humanité et cela doit cesser», a déclaré Luis Moreno-Ocampo. «Il n'y aura pas d'impunité pour les dirigeants impliqués» dans des «crimes», a-t-il prévenu.

Le ministre Cannon — qui se trouvait à Genève, en Suisse, pour participer à une réunion du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies — veut lui aussi voir le dirigeant libyen répondre de ses actes.

«Nous appuyons fortement l'initiative et nous serions évidemment d'accord —entièrement d'accord — avec toute résolution qui serait présentée et qui mènerait Kadhafi devant l'autorité du tribunal international», a-t-il fait valoir, en parlant de la «guerre civile» qui fait rage en Libye.

M. Moreno-Ocampo a été saisi il y a deux jours de la situation qui sévit en Libye, à la demande du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce n'est que la deuxième fois que le Conseil de sécurité renvoie un dossier au tribunal international — la première avait mené à l'inculpation pour génocide du président soudanais Omar el-Béchir, commis dans la région du Darfour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dimanche dernier, trois commandos danois ont été fait prisonniers par les forces Lybiennes à l'occasion d'une tentative d'extraction de ressortissants civils européens.

Des négociations sont en cours.

Qui aura l'honneur de les libérer? :happy:

Référence

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand les sionistes s'en mêlent ...

TEL AVIV, Israel (Ma'an) -- An Israeli company is recruiting mercenaries to support Moammar Gadhafi's efforts to suppress an uprising against his regime, an Israeli news site said Tuesday.

Citing Egyptian sources, the Hebrew-language news site Inyan Merkazi said the company was run by retired Israeli army commanders.

The report claims that many high-profile former Israeli officers have been illegally trading weapons in several African nations, and have faced interrogations over their activities in the past.

The news site said the head of the company recently met with Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, Defense Minister Ehud Barak and Israeli intelligence chief Aviv Cokhavi. It added that the officials all approved the company's recruitment of mercenaries to help Gadhafi.

The leader's brutal crackdown has killed at least 1,000 Libyans so far, human rights groups say.

According to the report, Israeli officials approved the recruitment out of fears that if toppled, Gadhafi would be replaced by an "extremist Islamic regime."

During Gadhafi's four-decade rule of the north African state, he has been one of Israel's most vocal critics.

Company representatives recently flew to Chad to discuss the matter with a high-ranking Libyan intelligence officer Abduallah Sanusi, the report said. During the meeting, Sanusi agreed to pay the company to recruit up to 50,000 mercenaries from African countries, according to the news site.

(Source)

Dégueulasse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...