Aller au contenu
xdrox

Enrichir son vocabulaire avec Esch

Déchet(s) recommandé(s)

il y a 9 minutes, Sikaneba a dit :

REMUGLE

Odeur désagréable de moisi, d'humidité ou de renfermé. Relent

EX : Les remugles confinés avaient disparu, de même que l’excessive sécheresse qui avait, par le passé, provoqué plusieurs intolérances respiratoires.

Joli!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Turpitude Laideur morale, ignominie qui résulte d'un comportement honteux. 

Citation

Quelles causes profondes, quelles turpitudes amenèrent donc l'annihilation de ce qui est une riante bourgade ?

(Une phrase citée, est-ce que ça vous convient, Maître des mots?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Goéland a dit :

Turpitude Laideur morale, ignominie qui résulte d'un comportement honteux. 

...

Peux-tu l'utiliser dans une phrase?

il y a une heure, Goéland a dit :

(Une phrase citée, est-ce que ça vous convient, Maître des mots?)

edit : Oui, merci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Je connaissais son  autre sens, la face B.

Cimer Goéland, kooooark.

 

 
Littéraire
A. − Laideur morale, ignominie qui résulte d'un comportement indigne, honteux. Synon. déshonneur, honte, infamie, vilenie; anton. honneur, noblesse.Connaître, dévoiler, montrer la turpitude de qqn. C'est brûlé du désir de vous être utile par ma fatale expérience, que je vous fais ces récits; que je vous dévoile ma faiblesse, ma honte, ma turpitude(Restif de La Bret., M. Nicolas, 1796, p. 160).Il faut que tu l'épouses! Mais hâtons-nous. On veut la marier (...). Laisse-moi faire. Je te sauve de la turpitude (Chardonne, Épithal., 1921, p. 124).
B. − Action, parole, pensée particulièrement basse, honteuse. Synon. bassesse, ignominie.Cette pièce, ce roman est une turpitude (Ac.1935).L'Empereur a dit: « Quelle turpitude! C'est ignoble! Un gouverneur!... Un lieutenant-général anglais, arrêter lui-même un domestique! Vraiment, c'est par trop dégoûtant!... » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 638).Cette réclamation à un homme qui avait été l'amant de sa maîtresse lui semblait une turpitude (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 245).
 Au plur. Turpitudes diplomatiques, parlementaires, politiques; turpitudes de la presse; dénoncer les turpitudes; écrire des turpitudes sur qqn; accuser qqn de mille turpitudes; turpitudes de mœurs. Cet employé me devient un étranger et je m'en désintéresse complètement, avec le seul espoir qu'il poussera la bonne grâce jusqu'à ne pas préférer mon cabinet au sien pour y consommer ses turpitudes et y donner de galants rendez-vous (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 159).Il semblait que toutes les turpitudes fussent lavées, que tous les péchés fussent blanchis, que tout fût de neige(Arnoux, Juif Errant, 1931, p. 177).
Prononc. et Orth.: [tyʀpityd]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1395 [éd. 1486] « indignité » (Boutillier, Somme rur., 1re p., fo82d ds Gdf. Compl.); b) xves. [ms.] « laideur morale honteuse » (Hist. sacr. et prof., Ars. 5079, fo4a, ibid.); 2. 1470 [éd. 1537] « action honteuse » celer sa turpitude (Livre de la discipline de l'amour divine, fol. 25a d'apr. H. Vaganay ds R. Ét. rab. t. 9, p. 320); 1488 [éd. 1491] (Mer des Histoires, I, 50b d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch.t. 32, p. 177: les turpitudes et deshonnestetez qui s'i faisoyent [au sacrifice de Bacchus]). Empr. au lat.turpitudo « laideur; laideur morale, honte, infamie ». Fréq. abs. littér.: 229. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 308, b) 436; xxes.: a) 544, b) 148.
Modifié par RETRO

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gordelícia : mot valise brésilien pour Gorda (chubby) et delicious.

 

 

x5Y26LuxyAkatAAwEG9x7HcVTQR.jpg

Les Femmes aussi :rolleyes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Après l'écoute de cette vidéo, j'suis allée sur Wiki pour mieux comprendre pourquoi ça prenait plusieurs reines pour starter une colonie. Durant ma lecture, je suis tombée sur ce terme :

SPERMATHÈQUE

:party_parrot:

La spermathèque, ou réceptacle séminal, est un organe féminin de stockage des spermatozoïdes de certains insectes, mollusques et autres invertébrés, comme les araignées. Cet organe permet à la femelle de contrôler l'utilisation des spermatozoïdes qui y sont contenus ; elle est ainsi capable de fertiliser ses ovocytes longtemps après l'accouplement, parfois plusieurs années. Cela implique une fonction nourricière de la spermathèque, afin de permettre la survie des spermatozoïdes, qui peuvent provenir de plusieurs mâles différents.

Bon, je pense que la définition va de soi, par contre je ne savais pas que cette partie de leur anatomie était aussi FESTIVE. C'est évidemment devenu mon nouveau mot préféré et je vote pour qu'on rebaptise le Bordel de même.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...