Aller au contenu
Coqueta

L'architecture de Montréal

Déchet(s) recommandé(s)

Les maisons «shoebox» de Rosemont désormais protégées

image.thumb.jpg.f039ccbb309835392073220f13932c20.jpg

Vers la fin du XIXe siècle et au début du suivant, sous la poussée de l’industrialisation, les ouvriers montréalais tentent tant bien que mal d’échapper aux conditions de leur logement. Ils vont construire, souvent sans d’autres ressources que leur débrouillardise, de petites maisons de type Boomtown, un style qui rappelle celui des villes champignons des westerns. Ces maisons typées seront aussi appelées « shoebox », en raison de leur forme.

Elle  constitue une façon de se soulager de la pression quotidienne exercée sur les corps par l’usine et la vie dans des logements surpeuplés. La construction de ces maisons, laissée au ressort d’une certaine créativité, témoigne d’une profonde volonté d’échapper à un contrôle social qu’imposent les termes de la pauvreté vécue dans les rues et les ruelles de la ville.La région de Montréal compte longtemps son lot de ce que l’on appellerait aujourd’hui des bidonvilles. À Ville Jacques-Cartier, avalée depuis par Longueuil, des caricatures d’égouts, des branchements électriques réalisés en fraude, des chiens errants qui se prennent pour la police et des poteaux de téléphone constituent le paysage quotidien. 

Devant ces maisons, on n’est pas du tout dans une idée du luxe et de ses ornementations, mais plutôt dans l’esprit de la fonctionnalité, de la fierté d’être chez soi. Le caractère éclectique des matériaux utilisés pour édifier ces maisons annonce déjà leur allure bigarrée. Les constructeurs amateurs soutirent une poutre, des planches, de la brique… L’isolation sera fondée sur le carton. Le papier goudronné et un parement de brique ou de crépis bon marché protégeront ces maisons de planches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En 1714, alors que l’économie de la colonie de la Nouvelle-France repose essentiellement sur le commerce des pelleteries, une première tannerie (celle de Jean-Louis Plessis dit Bélair) est construite à distance de la ville, en bordure d’un ruisseau qui descend du Mont-Royal. L’entreprise s’établit au coin de ce qui est aujourd’hui l’avenue du Mont-Royal et de la rue Henri-Julien. D’autres familles suivent cet exemple et se fixent à proximité afin de travailler à la transformation en cuir des peaux des animaux. En 1717, un « grand chemin du Roy » est ouvert pour relier la ville fortifiée à la campagne. C’est l’ancêtre du boulevard Saint-Laurent.

En 1861, c’est le Village de Saint-Jean-Baptiste qui est créé à son tour et qui se développe très rapidement. Le grand incendie de Montréal et les resserrements réglementaires qui en découlent, poussent les gens vers le nord où les petits villages sont moins exigeants. Le tramway hippomobile de 1864 sera un outil névralgique au développement. Dans l’est du quartier on fait aussi du lotissement et en 1870 est créé le Village de De Lorimier. La crise économique des années 1870 ralentira le développement immobilier de l’est. En 1876, c’est le chemin de fer qui viendra à son tour appuyer le développement de Montréal et de ses banlieues. Habilement planifié par la Famille Beaubien, sa localisation dans ce secteur permettra la création en 1878 du Village de Saint-Louis-du-Mile-End.

Un grand projet est lancé en 1872 afin de construire l’église Saint-Jean-Baptiste au coin des rues Rachel et Henri Julien. Le gouffre financier est tel qu’en 1880, les résidents refusent de payer une cotisation pour éponger les déficits. Le village (devenu ville en 1884) ne peut faire face à ses obligations, ce qui contribue à son incorporation à la ville de Montréal en 1886. Un malheur n’arrivant jamais seul, l’église est consumée par les flammes en 1898. Une nouvelle église est construite sur les cendres de la première et ouvre ses portes en 1903, mais un autre incendie se déclare. C’est donc seulement en 1912 que l’église prend sa forme actuelle.

Le parc Lafontaine couvre, au sud du quartier, une superficie d’un peu moins de 100 acres. À l’origine, le terrain est occupé par la ferme Logan. Son propriétaire, James Logan, cède en 1845 sa propriété au gouvernement du Canada qui souhaite l’utiliser comme lieu d’exercices militaires. La ville de Montréal en loue une partie pour créer le parc Logan, en 1874.  En 1901, à l’occasion de la parade de la Saint-Jean-Baptiste, le parc est rebaptisé parc La Fontaine en l’honneur du premier ministre francophone du Canada-Uni : Louis-Hippolyte La Fontaine.

Révélation

 

vol27_3_4_15_28-9.thumb.png.22a7f39dc479131099b0f1f3085b3b60.png

Carrière Martineau (actuel parc Père Marquette en 1938)

870204806_egliseSaint-Jean-Baptiste.thumb.jpg.c294d47faf339febec9f0666df675802.jpg

L'Église Saint-Jean-Baptiste, à l'origine de la faillite et de l'annexion du village de Saint-Jean-Baptiste à Montréal

 

caserne_26.jpg.02eebcb849c2f39a5e883de140b231ea.jpg

Cette caserne de pompiers figure parmi les plus anciennes toujours en opération à Montréal. Elle est située dans ce qui était à l’origine l’hôtel de ville de De Lorimier, construit en 1901. (avenue du Mont-Royal, à l’angle Des Érables.)

caserne_30.jpg.0ea9a4e157142ab71fbf4ba62db787ed.jpg

Ce bâtiment fut construit en 1904-1905 par la Ville de Saint-Louis du Mile-End et utilisé comme hôtel de ville, poste de police et caserne de pompiers. Elle est située au 5, avenue Laurier Ouest, intersection Saint-Laurent, coin nord-ouest. Le 29 mai 1909 eut lieu l’annexion de Ville Saint-Louis du Mile- End. Une partie du bâtiment devint la caserne 30 le 1er janvier 1910. Modifications des portes de garage à l’avant de la caserne en 1981.

 

 

 

 

160125_CHAPITRE_11_1-20.thumb.png.0ce6690d87d8350e7e9205ba3250d2cc.png

 

 

Le territoire du Plateau-Mont-Royal vers 1870

1- chemin Saint-Laurent
2- chemin Papineau
3- rue des Tanneries (avenue du Mont-Royal) 

Révélation

Mile_End_Road_Montreal_1859.jpg.d3c69487bc35375993618f9ae9e8dcfc.jpg

Chemin Mile End, Montréal, QC, 1859,  extrémité Ouest de ce qui deviendra l'avenue du Mont-Royal, depuis les environs de la rue Saint-Laurent


4- rue Sherbrooke
5- Village de la tannerie des Bélair
6- Village de Côte-Saint-Louis; le long du chemin des Carrières
7- Village de Saint-Jean-Baptiste
8- Hôtel-Dieu
9- Institution des Sourdes-Muettes
10- terrains militaires et futur parc La Fontaine (anciennement Parc Logan)
11- domaine de la Famille Logan et villa « Rockfield »

httpswww.maisons-anciennes_qc.capatrimoinevieux-quartier-montrealais.thumb.jpg.bf940af7e7b97189be2a1ba0bd25cc3a.jpg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Citation

In this edition of future Montreal projects, we will look at the taller skyscrapers that will be rising up in the city in the near future. From adding more depth and density in the Bell Centre district to the future Victoria Sur Le Parc, Banque Nationale’s new Headquarters, Maestria and others, the city is witnessing a new era, highrise living. Of course, this is new to the city but it also has many benefits. More people live downtown, highrise living is more sustainable for the environment, promotes walking and transit usage and also leaves more space for potential green spaces. Here we will look at current proposals and even visions of future developments.

https://the514lifeblog.wordpress.com/2019/02/09/future-montreal-projects-ushering-into-a-new-highrise-era/

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

montreal c'est comme gotham city   une criss de dompe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

py1-pyramide-divertissement-quai-de-l-ho

Guy Laliberté veut ériger une pyramide:

  nouvelle embrassade pour les Eloïm ?

 

Révélation

 

 Cet espace se veut un terrain de jeu pour la présentation d’expériences multimédia combinant les hautes technologies avec le talent des plus grands créateurs du numérique », peut-on lire dans un communiqué diffusé samedi par Lune Rouge Entertainment.

La pyramide est décrite comme une « salle de spectacle itinérante ». La structure temporaire fera 38 mètres de longueur et de largeur, et un peu moins de 25 mètres de hauteur. Le prix de construction de la salle est évalué à 15 millions $.

Elle pourra accueillir jusqu’à 1000 personnes et elle se transformera en boîte de nuit « nouveau genre » les soirs de fin de semaine, avec des performances de DJ.

9863CFFC-6FF1-48D1-8EEA-5EF3226433BE.thu

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...