Aller au contenu
FosseAsceptique

La solitude et vous

Déchet(s) recommandé(s)

Je suis solitaire. Grave. J'ai une seule amie (mis à part mes soeurs, avec lesquelles je communique régulièrement), on se parle une fois aux 6 mois, et on ne s'est pas vues depuis 2 ans (tentatives infructueuses, malheureusement). Et je n'en souffre pas, mais pas du tout.

J'ai quand même une vie sociale, je travaille avec le public (des étudiants que je côtoie pendant 10 mois et que je ne revois presque jamais par la suite), j'ai des collègues que j'aime bien, des connaissances à la pelle dans plusieurs domaines de ma vie. Je ne suis pas du tout associale, au contraire. Mais être en groupe m'énerve, me gruge mon énergie et je finis presque toujours par m'ennuyer assez pour retourner à la maison le plus tôt possible. J'ai une vie sociale, mais publique uniquement.

Je n'ai pas beaucoup d'amis, parce que je ne ressens pas d'affinités avec les gens, sauf quelques rares personnes. Je ne ressens rien de particulier en leur présence, et lorsqu'il leur arrivent des "événements" (maladie, décès, etc.), je sais montrer de la sympathie (par politesse et respect), mais pas de l'empathie. Pas par méchanceté, mais parce que pour moi tout cela passe "tout droit", je ne m'en rends même pas compte. Je ne suis pas non plus centrée sur moi-même (exemple lors d'une discussion je tourne tous les sujets sur ma propre personne), je fais simplement sauter du coq à l'âne sans m'en rendre compte, changer de sujet sans tenir compte des autres, de leurs émotions etc. Je ne m'en rends juste même pas compte (sauf par après).

Je ne m'épanche jamais sur les autres, je ne dévoile pas grands détails de ma vie privée. Je ne ressens jamais le besoin de me confier, et je ne fais que "raconter" bêtement les événements de ma vie, et encore, juste à mes très proches, et uniquement quand cela tombe à point.

J'aime être seule, même à la maison. Quand les enfants partent pour la nuit, je suis tellement heureuse de pouvoir passer un moment seule. J'aime travailler seule dans mon coin, même si mon boulot demande beaucoup de collaboration. Je vais au resto et au cinéma seule avec plaisir.

J'aime la solitude. Beaucoup.

Et vous comment vivez-vous la solitude? Elle vous pèse? Vous en avez besoin à l'occasion? Jamais?

Racontez!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 15 minutes, Le Singe a dit :

Je suis seul et ça va un jour me tuer.

Pourquoi? Qu'est-ce qui te pèse autant? Tu convoites une vie sociale ou amoureuse ou les deux? Qu'est-ce qu'une vie sociale t'apporte?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu tiens ce discours parce que tu as, justement, une vie sociale qui te comble. Ton seul argument étant qu'elle ne correspond pas à une supposée norme.

Une personne seule est une personne condamnée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a une différence entre être solitaire, et solitude (solitude et loneliness en anglais, je ne sais pas trop comment bien traduire les 2 différement en français). Solitude est généralement assumée et appréciée, tandis que Loneliness est involontaire et est souvent lourd et négatif pour celui qui la subit. Je suis solitaire, c'est évident.

Ma vie sociale ne me comble pas, j'évite tout  les événements que je peux, je choke très souvent (même les fêtes familiales), mais je suis consciente que je dois faire ma part, je me force donc. Parce que rarement j'y trouve plaisir comparé à être chez moi toute seule.

Il y a 2 heures, Commissaire Laviolette a dit :

Tu tiens ce discours parce que tu as, justement, une vie sociale qui te comble. Ton seul argument étant qu'elle ne correspond pas à une supposée norme.

Une personne seule est une personne condamnée.

J'imagine que ceux qui ressentent cela ressentent la solitude comme étant négative et involontaire.

Qu'en est-il pour vous? Quel genre de solitude vivez-vous? Qu'est-ce qui vous pèse, ou au contraire appréciez-vous? Que recherchez-vous au juste?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me pose cette question Comment vivre une vie sociale riche et profonde tout en étant le plus souvent seul et silencieux?

En regardant un documentaire sur les panthères (des neiges), j'ai pu m'identifier à leur façon de communiquer. Contrairement à elles, je ne pisse pas sur des rochers en me frottant la face dessus, mais comme elles, j'aime me promener seul sur un territoire partagé en communiquant par correspondance.

À la maison, ça signifie par exemple faire à manger pour tout le monde sans nécessairement manger ensemble, ou remercier en faisant le ménage derrière. 

Cette forme de communication tacite est essentielle dans ma vie. Je ne peux pas socialiser longtemps avec les gens qui ne savent pas lire les silences entre les mots et qui croient à tort (et je finis par le croire moi-même) que je les boude ou que je ne suis pas intéressé.

Pas besoin de dire que ma méthode de communication de prédilection n'est pas très accessible. Le silence, ça cause des malentendus, c'est surtout une source d'isolement. Et l'isolement je peux le subir au milieu d'une discussion, quand mon interlocuteur ne sait bien lire que mon verbe.

J'aime sortir dehors, voir les gens, m'imprégner de leur énergie, tout ça de loin comme si je regardais une pièce de théâtre. Dans ma solitude de spectateur. Mais rester trop longtemps chez moi dans mes petites affaires sans personne autour : c'est une partie de moi qui meurt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je gère bien la solitude.  J'ai été un bout à vivre seul, d'avoir ma trail pour aller dans la cuisine, puis rebrousse chemin pour aller au salon puis dans la chambre dans un miteux 3 1/2 demi sous-sol avec un chat. J'aimais bien ma p'tite grotte. Lors d'une panne de courant... le proprio qui demeurait juste au-dessus... cogne pour me demander si j,ai besoin de bougies... en ouvrant la porte je l'aveugle avec ma lampe frontale... et mon laptop commence à gueuler des sons de incoming e-mail genre ''you've got mail''.  C'était fin 1999 début 2000... j'ai dû expliquer au proprio que l'ordi était un laptop; donc à batteries, que le modem fonctionnait parce qu'il était pluggé sur ma ligne téléphonique... bref pas besoin de bougies! 

Tsé quand tu es débrouillard et autonome...  la vie ne se résume pas à être pluggé au web... mais la solitude pèse beaucoup moins.  

À la base je crois être un solitaire, déjà que manger en compagnie m'horripile les oreilles... le bruit des autres de mastication m'écoeure vraiment...; MISOPHONIE!

Alors pour masquer la mastication des autres il y a toujours la radio qui couvre ces sons d'animaux.  Entendre mâcher ma tante colette des [bip de bippp de bip bip bip]  de carottes crues... ou des chips... je l'empaillerait! (note: mise en situation fictive).

De vivre en ''groupe'' c'est me faire reprendre que j'aime pas, parce que l'on fait pas comme la personne aimerait que les choses soit faites à sa façon. Alors lors du début ma présente relation en couple (17 ans fait) Dans la première heure de rencontre devant un café aux deux Maries... je lui ai dit ''n' essaie pas de me changer; JAMAIS'' . Je suis pas autoritaire, ni celui qui a toujours raison... sauf sur ce point. Elle a dit oui OK j'ai compris. Nous avons donc des enfants (2X) du même âge.

Des ''suceux d'énergie'' j'ai pas besoin de ça dans ma vie. Les gens que je fréquente sont des passionnés. 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-09-20 à 18:55, FosseAsceptique a dit :

Tu convoites une vie sociale ou amoureuse ou les deux? Qu'est-ce qu'une vie sociale t'apporte?

 

Ce sont des questions qui me sont très étranges. On voit qu'on ne repose pas sur les mêmes bases. Par exemple, je ne vois pas de contradiction entre ce que j'ai dit et tes questions, alors que celles-ci proposent qu'il y en a. Ça présuppose que j'ai pas de vie sociale et pas d'amoureuse. Je sais pas trop d'où ça sort.

Je veux bien partager, mais je comprends pas trop ces questions-là...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La plupart du temps je n'ai pas vraiment le goût d'avoir des échanges sociaux, mais la fin de semaine je fini pas m'ennuyer seul dans mon appartement. C'est un peu compliqué à gérer parce que je manque de volonté pour travailler sur des relations qui satisferait un besoin seulement une fois par semaine, alors que le reste du temps j'aimerais mieux m'en passer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La science du coeur

est un objet

d'abstraction propulsée 

Par la volonté

qu'ont les gens tristes

à se laisser toucher 

 

Tu détestes

ceux qui,

grâce à l'amour,

ne sont plus

les mêmes

Tu préfères

dire je t'aime

à grands coups

de bouquet de haine 

 

Les magiciens

des temps modernes

savent bien

comment mentir 


Comment fabriquer

le beau,

en tuant

quelques souvenirs 

 

Tes amis

sont bien

mais tu comprends

le mal du grand Savoir 


Que même eux

ne pourraient goûter

malgré leur force noire 

https://www.paroles.net/pierre-lapointe/paroles-la-science-du-crur

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai une relation bipolaire avec la solitude. 

J'adore me retrouver seul à faire mes trucs.

Par contre, si je broye du noir, c'est la pire des choses dans mon cas, j'ai un cerveau très analytique et il m'arrive parfois de réfléchir un peu quand j'ai le moral dans les talons. 

Autant que c'est dans ces moments plus sombres que je suis le plus productif avec ma pensée créative, autant je pourrais passer la journée sur mon divan à refresh mon newsfeed Facebook en me posant trop de questions. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'adore, mais avec quelques réserves. Tout individu ne peut être heureux en étant isolé socialement, et affectivement. C'est juste une constante humaine. On est des animaux sociaux.

cela dit, je ressens pas mal de choses comme FA, j'ai beaucoup de mal à être en groupe, je ressens aussi mon énergie se vider, peu de gens suscitent mon réel intérêt et je n'ai la plupart du temps aucune envie d'aller poser mille questions aux inconnus que je rencontre. J'adore passer du temps solo, je ne m'ennuie juste jamais, j'ai même trop de trucs à faire et pas assez d'heures dans la journée, j'ai presque l'impression d'être une personne introvertie souvent.

Mais, très souvent, j'ai besoin de contact pour nourrir ma vie et mes échanges. J'ai besoin d'echanger avec mes amis, de les voir, de faire des choses avec. Ca fait aussi beaucoup de bien. Comme tout le monde en fait, c'est un équilibre à avoir avec des personnes qui arrivent à comprendre qui tu es et comment tu fonctionnes, avec qui tu partages passion et envie. 

Parce que c'est bien gentil les relations de travail, mais passer toute sa vie seul en dehors, c'est un peu dommage. Y a trop de choses à partager pour ça.

Et puis quand tu fais du badminton, c'est chiant sans partenaire. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La couleur ne m'a jamais autant déprimé qu'en regardant les vidéos de Kurzgesagt. Leurs synthèses sur les problématiques contemporaines sont très éclairantes.

Ça m'amène à ces questions : À quel point un mécanisme de défense développé par solitude chronique affecte nos comportements sociaux? Est-ce qu'on se rend compte de toute l'extension de ce mal sur nos relations? Est-ce qu'on ne se trouve pas tous des excuses pour nous éloigner des autres? Est-ce qu'on célèbre trop l'indépendance et l'individualité dans notre société?

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne voyez pas déjà banni.

Je veux revenir!

×