Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

À la suite de ses deux messages, j'ouvre le débat sur le stalking, et ce que vous pensez que ça signifie à l'ère moderne. 

Le 2019-08-11 à 17:44, Aradia a dit :

Plan A Regarde le plan de cours et vois s'il y a des travaux d'équipe qui s'en viennent. Le cas échéant, essaie de te mettre en équipe avec elle. C'est une bonne manière de briser la glace doucement, sans qu'elle se sente attaquée ou piégée. Ensuite, tu l'inviteras à faire une activité avec toi si tu juges que ça clique un peu.

Plan B : Aborde-là en lui parlant de quelque chose que tu sais qu'elle aime ou qui l'intéresse et que tu peux voir VISUELLEMENT. Pas de stalking. I mean, tu peux stalker, mais tu peux pas utiliser tes infos récoltées lors de ton stalk sur les réseaux sociaux. Ex : tu la vois dessiner/doodler, tu peux lui demander si elle est artiste, etc. Tu la vois porter un t-shirt de band/geek/drôle, tu peux lui en parler de manière witty. Si elle a un look original ou créatif, tu peux la complimenter sur son style. Un compliment dirigé et poli, ça passe toujours.

Edit Plan C : Trouve un prétexte genre demande de notes de cours, ou une info que le prof a dit et que tu as pas compris, etc. Mais ça fait un peu brouillon et gars pas à son affaire. C'est risqué.

 

Il y a 1 heure, ƒ Ǿ ǖ ℓ Д ® ↁ a dit :

C'est moi ou ces genres de plans, s'ils sortaient de la bouche d'un homme, sonneraient vraiment stalker ?

 

Considérez-vous la "recherche d'information" avant d'aborder quelqu'un comme étant du "stalking" ? Est-ce immoral, hypocrite, indiscrèt? Ou au contraire comme étant tout simplement une extension de nos outils modernes sur les relations interpersonnels?

Pensez-vous que notre trace sur internet, celle publique, peut être comparé à notre image physique? Par exemple: nous choisissons nos styles vestimentaires afin de communiquer quelque chose en particulier, existe t-il une différence entre "j'ai vu comment cette personne s'habille, j'aime ça, je vais lui en parler" et "j'ai vu les vidéos publiques que cette personne poste sur son profil Facebook, je vais lui en parler" ? 

Sur l'échelle "je m'offre au destin" (donc, éviter d'aller chercher des informations volontairement) -­> "je prend le contrôle" (donc je vais chercher des informations afin de pouvoir les utiliser), où vous situez-vous? Considérez-vous que cette échelle devrait être appliqué à nos relations interpersonnelles? 

Si quelqu'un avait été chercher des informations sur vous avant de vous aborder, préféreriez-vous le savoir? Trouveriez-vous ça creepy?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Techniquement, le terme est utilisé en parlant d'harcèlement ou voir même d'intimidation (par définition), donc de la façon dont on le verbalise, nous n'utilisons peut-être pas le terme exacte. 

 

Si j'y vais par mon opinion, moindrement que tu te fie à internet (recherches sur les réseaux sociaux) pour apprendre à connaitre quelqu'un au lieu de l'approcher pis d'y parler, c'est mal parti. Je me sentirais mal à l'aise de savoir que la personne à qui je parle en sait déjà "beaucoup" sur moi sans m'avoir déjà parler (considérant que j'ai de la jasette en esti, fais juste me demander comment ma journée a été pis tu vas savoir ma vie depuis ma naissance...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les informations qu'on trouve sur les réseaux sociaux ont été volontairement mises là par la personne, donc les consulter, non ce n'est pas immoral. Par contre, c'est assez mal vu de dire à un "inconnu" que tu as mémorisé des trucs sur lui/elle pour t'en servir dans une conversation. Ça peut être un moyen de voir rapidement si la personne "fite" avec ta personnalité pour pas perdre ton temps, mais même à ça, généralement, tu regardes, tu satisfais ta curiosité, mais tu tiens ça mort.

Par contre, si tu es rendu ami Facebook, ou que vous  vous suivez mutuellement sur Insta, ça devient automatiquement moins louche (voire drôle et amical) de dire : haha, j'ai stalké ton profil, et j'ai vu que tu as voyagé à X endroit! C'est très cool, moi aussi, bla bla bla. Ton chien est cute j'en ai un aussi. Etc. Tu peux le faire UNE FOIS, et seulement en début d'amitié. Ça peut aider à donner des sujets de conversation pour les personne moins volubiles ou plus timides. Sinon, tu peux parler des trucs que la personne a publié très récemment, mais outre ça, non. 

Dans le doute : regarder c'est ok, mais en parler c'est non.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est ben correct de checker des infos sur les réseaux sociaux, qui ne le fait pas? Je veux dire,  les infos sont là, t'en envie d'en savoir plus sur la personne, utilise les outils à ta disposition. Je sais pas par quel processus cognitif on peut vraiment en venir à se valoriser de ne pas le faire en se targant de ne pas être indiscret ou hypocrite. Anyway si la personne veut pas se faire stalker elle a juste à mettre son profil privé et c'est tout.

Après quand t'es ami avec y'a un dosage à faire entre "checker vite fait son timeline des derniers mois" et "scruter à la loupe ses moindres interactions depuis 2008". 

Et je suis d'accord avec Aradia sur le "regarde mais parles-en pas (trop)".

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve qu'on a normalisé le voyeurisme à un point tel que c'est devenu accepté. Il y en a pourtant pleins d'inconvénients. Tout ce que tu n'obtiens pas directement en interagissant avec la personne est décharné de son information spatio-temporelle.

Ceci étant dit, je suis un moyen stalker et je trouve que ça chie parfois la spontanéité des conversations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve clairement ça irrespectueux de faire des recherches approfondies sur quelqu'un. Je l'ai fait une fois, sur un homme qui m'obsédait et je me suis sentie sale. En plus, les seules infos que j'ai trouvées sur lui, il les avait pas diffusées volontairement, ça provenait de son travail ou d'associations dont il est membre. C'est super malaisant d'avoir accès à ce genre de détails qui sont publics malgré lui. [mode vieille on] Sale époque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'y vois pas tant un manque de respect si t'accèdes à des infos publiques, mais je crois que c'est pas mal malsain pour soi-même et un peu vulgaire. Ça nourrit ton intérêt et le transforme potentiellement en obsession. Y'a aussi le fait que tu vas avoir l'air d'un creep complet si t'échanges avec la personne sur les trucs que t'as trouvé, mais pour faire ça faut être attardé socialement et c'aurait pas marché de toute façon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Su c'est fait par un boss c'est une sale tactique. Si c'est fait par intérêt pour quelqun c'est déjà mieux. Lorsque je collige de l'information sur une personne je ne vais pas l'informer à ce sujet. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puisqu' on est dans le sujet du stalkage :  y a une membre du dépotoir qui a aujourd'hui contactée une de mes amies très proches via Facebook.

C'est la deuxième amie en 2 semaines. 

Elle transfert des printscreens de mes messages sur le forum et de nos échanges.

C'est bien internet pour les osties de criss de folle à la 1984.

Elle est next level niveau stalkage et malaise, prenez-en de la graine.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Pandore a dit :

Puisqu' on est dans le sujet du stalkage :  y a une membre du dépotoir qui a aujourd'hui contactée une de mes amies très proches via Facebook.

C'est la deuxième amie en 2 semaines. 

Elle transfert des printscreens de mes messages sur le forum et de nos échanges.

C'est bien internet pour les osties de criss de folle à la 1984.

Elle est next level niveau cdf, stalkage et malaise, prenez-en de la graine.

 

Sais-tu de qui il est question ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cette saloperie de perruche astrologue est vraiment dérangée de la noisette. 

Une astie d'folle crazy lady GIF

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par juliev88
      Je ne vois plus la nostalgie de la même manière après avoir entendu cela en conduisant sur la route vers Québec.
      Cela me fait réfléchir. Vous autres, quelle est votre expérience de la nostalgie ?
       
    • par Monsieur Y
      Je veux pas passer pour un dépendant total des nouvelles technologies et autres mais voilà je me poses des questions connes.
      Comment regleriez vous certains problèmes si internet n'existait pas?
      Par exemple je recherche actuellement des stages / emplois, or internet est tellement pratique! Je veux par exemple travailler dans un domaine : la biotecnologie.
      Il me suffit de chercher sur google et rapidement je trouve des listes d'entreprises en rapport avec ce domaine, pour une region désirée avec un descriptif de l'entreprise, des postes à pourvoir ect...
      Or comment faisaient nos parents étant jeune pour trouver de l'emploi dans un domaine voulu? Ou etait referencer toutes les informations suceptibles des les interesser?
      Bien sur je sais il y a les annuaires, les listes des commerces ou autres parfois accessible, il y a les sociétés de placement (style ANPE en france ect) et tout ca mais on sait bien que dans beaucoup de domaine d'emploi cela n'aide pas vraiment... Il reste le reseau, les connaissances qui vous presente ou autre...
      Imaginons que vous etes en 1985 et que vous voulez partir travailler à l'etranger dans votre domaine de specialisation... comment feriez vous? Ou iriez vous chercher des informations sur les entreprises qui vous interesseraient?
    • par Shell VVV-Power
      Comment gérez-vous la vie privée dans votre couple ?
      Avec la démocratisation d'internet puis des smartphones c'est pire que jamais; ça vibre dans le pantalon, sur la table de chevet et ainsi de suite, rappelant constamment à l'autre qu'y se passe quelque chose et ça peut vite devenir pénible si le ou la partenaire désir conserver son jardin secret en bloquant les accès.
      C'est virtuellement impossible d'être sûr à 100% que l'autre nous cache pas des saloperies, pourtant c'est parfaitement possible que l'autre n'ai rien de blessant à cacher et veuille simplement garder un peu d'air à respirer, ne pas étouffer.
      C'est une ombre que certains gèrent bien et d'autres moins, où est-ce qu'on pose les limites ?
      On prend pour acquis que ni l'un ni l'autre n'a de quoi à cacher et on laisse tout open ?
      On conserve nos jardins secrets au risque de faire germer de la paranoïa ?
      Quessé qu'on fa ?
    • par 1984
      Chers amis d'Outre-Atlantique,
      Connaissez vous l'emission franco-belge culte Striptease ?
      Cette émission datant de 85 vise à produire des documentaires d'un genre nouveau dans lesquels les commentateurs s'effaceraient pour laisser parler les protagonistes. L’émission aborde essentiellement des passages de la vie de tous les jours (repas de famille, séance de vaisselle, la vie d’une fermière). Le spectateur peut ainsi se reconnaître dans son intimité quotidienne : « Strip-tease : l’émission qui vous déshabille ».
      Alors qu'elle avait disparu des écrans de télévision, l'émission revient le 2 juillet avec un épisode qui frappe très fort, voire trop fort.
      Attention, je vous préviens, c'est triste, et pathétique.
      http://www.youtube.com/watch?v=KzD6R3wfIQ4
      Dans cet épisode réellement dramatique appelé "Recherche bergère desespérement", on peut découvrir Damien, un jeune éleveur de mouton qu'on pourrait qualifier d'handicapé, désespément à la recherche de l'amour. Ses grands parents, et sa mère, avec qui il vit, aimeraient beaucoup le voir enfin amoureux et heureux.
      Pour l'aider, ou l'enfoncer - c'est à votre libre appréciation -, ces derniers décident de faire appel à une agence matrimoniale d'un genre nouveau: moyennant la somme de 2000€, l'agence présente Roxana, une jeune roumaine sans aucun doute agée de moins de 18 ans, à Damien, sa maman et ses grands-parents.
      Malheureusement, la jeune fille, qui ne parle pas un mot de français, à l'air incroyablement mal à l'aise(12:05).
      Malgré les nombreuses tentatives de Damien de se rapprocher de la jeune femme ( 20:01), il arrive ce qui devait inévitablement arriver:
      elle finit par repartir chez elle.
      La famille accuse le coup, mais croit néanmoins que la jeune fille reviendra (26:00) car cette dernière à laissé Damien dans le désarroi le plus total (29:40). Il menace de massacrer sa mère et de se suicider dans un moment de désespoir (30:15). En effet, celle ci a parlé de l'agence matrimoniale autour d'elle, et l'un des amis de la famille s'oppose fermement à ces mariages arrangés (qui sont évidemment dans la limite de la légalité (32:45)).
      L'agence retourne voir Damien dans sa famille et tente de les rassurer en leur indiquant de rester discret sur leurs arrangements.
      Ils sortent le champagne..
      Finalement, on apprends que Roxanna est partie en Italie avec un autre homme. La dirigeante de l'agence les aiguille vers l'idée d'un manipulateur qui aurait déjoué leur plan initial (43:00), et les hypothèses vont bon train en présence de ce pauvre Damien, impuissant et en larmes (48:30).
      --
      L'histoire est entrecoupée - un peu sans raison, je trouve- par l'histoire d'une autre femme, plus mure que Roxanna, qui cherche également un bon parti par le biais de la même agence. Celle ci se voit proposer l'incroyable:
      Devenir la femme d'un homme, 54 ans, ayant 17 chats, vivant avec sa mère, ayant été amputé d'un bras suite à un accident de tracteur, avec des problèmes psychologiques et une face boursouflée.
      Elle refuse.
      --
      L'emission est pas mal longue, sans musique, sans sous-titres, sans voix off. Juste un montage excellent qui fait la force tragico-comique de ce genre de reportage.
      J'ai donc noté les temps de chaque passage dans ma description, afin de faciliter la lecture et éviter le "too long to WATCH".
    • par Aberration
      Bon, à la demande de je ne me souviens plus quel membre, j'y vais d'un sujet sur la fameuse friend zone. Celle où probablement chacun d'entre-vous fut déjà placé à un moment ou à un autre et dans laquelle vous avez possiblement placé des gens du sexe opposé.
      Racontez-nous votre expérience, afin de nous faire comprendre à tous comment cela fonctionne et comment l'éviter, mais surtout comment éviter d'en souffrir.
      Pour ma part, je crois que, quand une personne qu'on estime et qui nous attire (et qu'on voudrait plus avec elle, bien entendu) nous catégorise ainsi, il vaut alors mieux de prendre ses distances, afin de n'en pas trop souffrir. À moins qu'on se sente à l'aise de n'être pour cette personne que son ami(e).
      Le point important, c'est que les choses soient claires. Car ce sont les choses floues et ambigües qui nous font alors espérer plus de cette personne et finalement qui nous font ressentir le plus de tristesse.
      Note aux personnes qui considèrent des ami(e)s du sexe opposé comme de simples ami(e)s et qui sentent un intérêt univoque: Même si c'est bien plaisant d'être désiré et que vous voulez garder l'amitié de l'autre, faites votre possible pour être claires. Ne laissez pas d'espoir s'il n'y en a pas. Ainsi, si cette personne est toujours intéressée à être votre amie tout en sachant qu'elle ne sera pas plus, vous même vous sentirez mieux dans cette histoire et vous viendrez de vous faire un(e) véritable ami(e). Cela dit, c'est si l'amitié gars-filles est possible, mais il s'agit d'un autre sujet...
×
×
  • Créer...