Aller au contenu

J'ai pris un fou rire sur le #RERB...


Message ajouté par ÉcoModo,

Ce sujet a été créé à partir du fil de discussion "Trouvailles"

Déchet(s) recommandé(s)

 

Avec tous les débats autour du fiasco mondial autour du Stade de France, découverte de l'existence de deux hashtags twitter de haute volée : #RerB et #GareDuNord.

 

Comme le dit cette usagère

 

 

Donc voilà... Si vous avez passé une journée à la con, bienvenue dans les transports en commun du nord parisien et vous verrez — finalement, ça va. Notez quand même que l'Eurostar qui fait la navette Londres-Paris débarque à Gare du Nord et que le RER B est celui qui transporte les voyageurs du monde entier de l'aéroport Charles-de-Gaulle jusqu'à Paris, toute première ambiance pour les touristes. 

Révélation

 

Merci, Joy. 

*** *** ***

*** *** ***

Révélation

Pour les âmes averties... 

 

 

*** *** ***

Dieu merci, des gens savent voir le soleil dans leur vie

 

 

Vous voyez ? Suffit d'un tout petit peu de beauté dans la vie pour que soudain, tout aille bien.  

 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai pris un fou rire sur le #RERB...  J'avais une copine qu'habitait vers Pantin, je l'ai pris une paire de fois le matin vers 8h du mat' à Gare du Nord et c'est l'enfer sur Terre. Tu penses être à l'heure, style 5 minutes de marge, c'est large. Et t'as pas le choix, tu laisses passer trois RER parce que t'es nouveau, t'as pas les codes, t'as pas envie de mettre des coups de coude. Et t'arrives à la bourre, à chaque fois. Chaque fois que je l'ai pris c'était comme ça. Faut en laisser passer trois pour avancer dans le foule du quai, jusqu'à réussir à te serrer dans une très, trop proche intimité avec d'autres gens qui viennent, eux aussi, de se réveiller. J'ai eu de la chance, j'ai pas fait ça plus de trois mois. Ca fait partie des quelques trucs que je me suis juré dans la vie : jamais travailler à plus de deux heures de chez moi, jamais dépendre du RER B, jamais être obligé d'être chaque matin à la Gare du Nord. C'est mes trois règles de survie à Paris. J'accepte pas mal de trucs mais ça, c'est ma limite. Je sais pas si t'imagines ce que c'est, ou si tu l'as vécu. 

Alors je préfère en rire et vraiment, tous ces fils ça m'a fait marrer. Donc j'essaie de dire deux choses : 
- compassion pour ceux qui ont pas le choix ;
- relativise tes problèmes si t'es pas dans ce cas. 

Aussi, que c'est pas normal d'en être arrivé là. Lis bien les premiers tweets, c'est à la limite de l'inhumain. "Comment tu veux que je sois heureux, je prends tous les jours le RER B".

Je sais pas, c'est pas la conception que je me fais d'une société. Regarde la Gare du Nord aussi, ce bâtiment est une merveille, c'est un bijou d'architecture. La perspective sur le Sacré-Coeur est juste merveilleuse. Et cette gare est une poubelle, au sens littéral, la meuf qui pisse dans un métro, le mec qui chie dans les escaliers. Le message sur les détritus laissés dans la rue. Et les junkies qui se battent à coup de lattes, de vraies lattes, arrachées d'un sommier abandonné. Les gens qui habitent au dessus, aux fenêtres, qui n'ont pas le choix. Ils vivent-là. 

 

C'est pas normal... Je sais pas... Ca devrait pas être comme ça, il y a un blocage quelque part. Ca ne devrait pas être comme ça. Le vrai message c'est que j'ai honte, j'ai profondément honte de mon pays alors je préfère en rire et faire comme si ça n'était rien. Et avec juste un tout petit peu de détachement c'est drôle, on peut en rire. 

Sans blaguer, je pense qu'il y a un vrai rire qui peut sortir de tout ça, ça peut faire du bien. C'était le sens du partage.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai pris le RER B pendant environ 7 ans et je n'ai jamais eu à me battre. 

Apologize Sorry Not Sorry GIF

Ça devrait pas être comme ça tu dis ? Ah, oui, c'est vrai, la misère. Ça devrait se barrer loin de nos yeux chastes de blancs civilisés. 

Tiens, vu que tu as envie de rigoler, je vais aller droit au but dans l'humour qui te touche directement. 

 

  • HAHAHA! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu l'as pris où et à quelle heure ? Je le prenais vers 8h00 à Gare du Nord, directement. C'est l'enfer sur Terre. De mémoire c'est l'expérience humaine collective la plus désagréable que j'ai pu vivre de ma vie, je suis en train de chercher mais je ne trouve rien de pire. Sans blague, je trouve rien. Je suis rentré d'un festival dans un champ où il avait plu, on a poussé des voitures dans la boue pour les aider à franchir la montée à pleine balle, à 6 heures du mat' on était tous boueux jusqu'au torse entassés dans un wagon, le contrôleur a ouvert la porte, nous a regardé un long moment et s'est barré —  ce qui tombe bien puisqu'on avait pas de billets, j'ai fait des soirées hippies qui tournent mal, d'autres qui tournent bien mais un jour faut rentrer à pied à travers la ville et si t'as un peu le sens du collectif c'est étonnant, des retours sans bus sur des dizaines de kilomètres, des marches de jour, de nuit, des journées sans manger, des semaines sans électricité. Des jours de canicule sans eau froide (que de l'eau chaude au robinet, une longue histoire). Mais toute ces expériences ont quelque chose de positif. Le RER B, à part forger le mental, je vois pas. A aucun instant, réveillé depuis 45 minutes tu n'as envie d'être là et de vivre ça. Ces derniers temps j'ai pas le choix je le prends vers Denfert à d'autres heures et oui, ça va. Le RER B aux bons horaires, c'est pas tant pire. Mais à 8h00 Gare du Nord. 

Si j'étais un touriste de l'horreur je ferais un trekk spécifique rien que pour ça. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 2 minutes, BeauRouge a dit :

De mémoire c'est l'expérience humaine collective la plus désagréable que j'ai pu vivre de ma vie, je suis en train de chercher mais je ne trouve rien de pire. Sans blague, je trouve rien.

Tu sens le mec qui a galerer dans sa vie, tu sais.  :yodawg:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 5 minutes, Ecce Homo a dit :

Non mais c’est vrai que vos transports sont crades hein

Faites quelque chose j’sais pas 

Nos transports ne sont pas crades.

Les transports de Paris* sont crades. 

T'es mignogne, ma ptite poutine mais faut pas oublier que Paris, c'est pas la France. 

Et franchement, cette ville merite bien ses transports de merde.  Mon idee, c'est de foutre un mur autour de Paris et d'y lacher une bombe.

Une bombe CONTRACEPTIVE. 

La mairie n'a pas repondue. Manque de budget, ptet.

  • J'aime! 1
  • HAHAHA! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 6 minutes, Teenage Spider Queen a dit :

Et franchement, cette ville merite bien ses transports de merde.  Mon idee, c'est de foutre un mur autour de Paris et d'y lacher une bombe.

Une bombe CONTRACEPTIVE. 

La mairie n'a pas repondue. Manque de budget, ptet.

Banlieue 13

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 5 minutes, BeauRouge a dit :

Banlieue 13

 

Non ironiquement l'idee que les beaufs embourgeoises comme Daleko se representent la banlieue Parisienne. 

Mais sinon, la bombe, c'est pour empecher les gens de ton espece de se reproduire :mrpeanut: et une reference a un comic, au passage mais j'ai perdu espoir quand a captiver le depotoir. :soclose:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

@BeauRouge Je le prenais à 9h.

Au delà d'une problématique certaine pour circuler librement, (ce qui arrive souvent les métros de Paris, mais a cet endroit, beaucoup plus je le reconnais) je n'ai pas l'impression d'avoir vécu la guerre et encore moins de préférer patauger dans une tranchée de boue à l'expérience. C'est bondé, c'est parfois mal élevé, mais c'est pas invivable du tout. 

Tout est question de perception.

C'est sur que si tu lies les incidents fâcheux du stade de France à celui de la faune de gare du nord, c'est bien entendu parce que tu fais un biais douteux dont tu caches la garantie.

Dommage pour toi que j'ai fréquenté le coin un bon moment, autant le soir que la journée. 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

Tout est question de perception, oui. Les tranchées je ne sais pas, les femmes n'y sont jamais allées, sinon en lavandières et en putains. Aucune ne sait ce que c'est qu'un sifflet. L'horreur parfois est dans le détail sais-tu, pas dans la fresque. Quand l'on vous déclare une bataille qui envoyez-vous se battre ? Les hommes ? Tant mieux, eux, ils ont entendu la déclaration de guerre. Et ce n'est pas rien. 

Mais être au front est insignifiant quand l'arrière vous soutient. Ce qui est dur, c'est de voir mourir ses frères, de vouloir se battre et de se rendre compte que l'on manque de munitions lorsque l'arrière vous trahit. C'est seulement cela que je signifiais, le rôle de l'arrière. Dans quelle société le rôle de l'arrière est-il de trahir ? 

Modifié par BeauRouge
  • Malaise. 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 30 minutes, BeauRouge a dit :

Quand l'on vous déclare une bataille qui envoyez-vous se battre ? Les hommes ? Tant mieux, eux, ils ont entendu la déclaration de guerre. Et ce n'est pas rien. 

Qui declare les guerres et qui sonne la mobilisation generale, mon bon qui n'a jamais participé a autre chose que des bagarres en cour de recré ? 

 

Qui empechaient les femmes d'aller au Front a la meme epoque? 

Ton petit "vous" accusatoire, communement repandu chez les antifeministes a tendance misogyne bas du front semble oublier que les femmes n'ont jamais ete invites au processus decisionel qui a abouti a ce phenomene. Mais encore une fois, je le rappelle: tu n'as jamais fait la guerre, ni meme ton service. J'ai ete plus proche du theatre des operations que tu ne le seras jamais mais du haut de ton confort, tu invoques une durete que tu n'as qu'une idee fantasme a travers l'etude superficielle de l'histoire et quelques films de guerre. 

Et pour ta gouverne: ton argument a une centaine d'années de retard au mieux et si je vais l'effort de regarder en dehors de la France et de l'europe, quelques milliers d'années.  Je te laisse te renseigner sur les amazones Dahomey, ton pays a envahi leurs terres pour s'approprier leurs ressources et son armee s'est montre elogieuse sur la determination de ces femmes combattantes qui n'ont pas reculer face aux males d'une armee superieurement equipee et bien entraine. 

 

Mais la vraie question est: tu saisis le concept de la metaphore ou la tentation de rappeller au forum que tu es un arriéré etait trop forte ? 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

Bien sûr que j'ai une guerre de retard, j'aurais adoré faire mes classes

 

 

Modifié par BeauRouge
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tsais quand on critique les transports en commun, parce qu'ils sont dégueulasses, jamais à l'heure, toujours en grève, irrespectueux des usagers, etc., c'est pas la population pauvre qui les utilise qu'on critique. T'as un tas de pays où les transports passent dans des quartiers difficiles sans que ça ressemble à de telles poubelles.

C'était totalement inconscient de faire grève le jour d'un aussi grand match. Il y aurait pu y avoir des morts. Et bien sûr que leurs syndicats sont fiers d'eux puisqu'ils remettent ça pour le prochain match. La RATP est l'un des pires établissements du pays, une mentalité de merde, des employés à la direction. j'espère la voir crever de mon vivant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 14 heures, BeauRouge a dit :

Tout est question de perception, oui. Les tranchées je ne sais pas, les femmes n'y sont jamais allées, sinon en lavandières et en putains. Aucune ne sait ce que c'est qu'un sifflet. L'horreur parfois est dans le détail sais-tu, pas dans la fresque. Quand l'on vous déclare une bataille qui envoyez-vous se battre ? Les hommes ? Tant mieux, eux, ils ont entendu la déclaration de guerre. Et ce n'est pas rien. 

Mais être au front est insignifiant quand l'arrière vous soutient. Ce qui est dur, c'est de voir mourir ses frères, de vouloir se battre et de se rendre compte que l'on manque de munitions lorsque l'arrière vous trahit. C'est seulement cela que je signifiais, le rôle de l'arrière. Dans quelle société le rôle de l'arrière est-il de trahir ? 

C'est très drôle que tu écrives ça, parce qu'à la base, je voulais transmettre l'impression que tu me donnes : un gars qui semble fantasmer sur l'époque révolu ou il combattait avec ses frères les pieds dans la boue. Tu fais penser au soldat au petit trous rouges. Et étrangement, mon ressenti était juste, tu as une réelle admiration pour cette période de notre histoire que tu aimerais ramener. 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

Oui j'ai un peu digressé, au temps pour moi, j'ai répondu à côté de ton message et c'était mal venu, je pense. 

En fait, ce dont je suis nostalgique c'est d'une société unie... Une société fonctionnelle, viable, où domine un sentiment de fraternité et de cohésion entre ses membres (c'est le sens du poème posté hier soir). C'est vraiment cette unité qui, pour moi, fait défaut aujourd'hui. Et j'ai tendance à voir monter une violence interne à la société avec une fracture en plusieurs blocs qui deviennent de plus en plus irréconciliables, en simplifié :

- les boomers, les retraités aisés, les cadres sup, les citadins de centre-ville, les bobos qui sont plus ou moins gagnants de la mondialisation et qui se satisfont très bien de l'état de la société puisqu'ils vivent souvent dans une petite bulle privilégiée, loin du vivre-ensemble, loin des quartiers populaires, loin des services publics absents ou défaillants, loin du chômage et des fins de mois difficiles, avec de bons revenus et qui sont tout à fait d'accord avec toute la propagande qui sort de la télévision ; ils se donnent bonne conscience en distribuant les bons et les mauvais points d'Humanisme aux autres, sans jamais subir les conséquences de leurs décisions et votent massivement pour Macron ;

- les ruraux, les ouvriers, les chômeurs, les indépendants, les petits patrons, les petits salariés qui sont les perdants de la mondialisation, touchés de plein fouet par les crises successives et la néolibéralisation des services publics (surtout pour les ruraux qui subissent autour d'eux un phénomène de désertification), ce sont eux qui ont formé le gros des gilets jaunes et qui votent Le Pen ;

- les immigrés et descendants d'immigrés à qui on a refusé le droit de s'assimiler en les confortant dans le communautarisme, qui ont des revenus bas et sont frappés également par le chômage, avec une montée en puissance culturelle qui irrigue de plus en plus la société, via le rap surtout, et une augmentation du niveau de vie dû au trafic de drogue et aux subventions de l'état ; initialement destructurés, dans les années 90 un mouvement d'américanisation s'est produit (culture des ghettos) mais qui n'a pas réellement pris, avant que l'Islam ne prenne le relais et là, ça semble fonctionner comme idéologie structurante ; en nouveauté, ils ont voté massivement (70% environ) pour Mélenchon ;

- les autres bobos, ceux qui sont opposés à Macron et qui ne vivent que pour et par l'Humanisme, les bons sentiments, la justice sociale, etc. Avec une certaine tendance à ne pas voir la réalité des faits ni les conséquences de leurs actes et qui semblent considérer qu'il suffit de "vouloir le bien" en agissant pour que le bien se produise, indépendamment du réel ; ceux-là ont voté également Mélenchon. 

- les clandestins arrivés ces dernières années de pays en guerre ou de pays pauvres, qui ne s'intègrent pas et qui vivent entre eux un peu comme ils peuvent, certains tombent dans le crack, d'autres dans la délinquance (vente de drogue, de cigarettes, vols, etc) et ils vivent une vie de misère, au milieu de la société mais à l'écart d'elle. Sans surprise, ils ne votent pas. 

 

Et sans doute d'autres groupes que j'oublie mais globalement ce que je perçois c'est la fracture de la société et ces groupes qui s'éloignent de plus en plus les uns des autres et qui s'antagonisent de façon prononcée avec, en conséquence, une augmentation des incivilités au quotidien, une augmentation de la violence autant physique que morale et symbolique. Les gens ne font plus "peuple commun". Et sincèrement, si nous pouvions vivre dans un pays où, le matin, personne n'a pris la peine déposer un tas d'excrément sur ton trajet, je suis à peu près sûr que tout le monde s'en porterait mieux. Et ça me semble vraiment être un seuil minimum pour pouvoir dire que l'on vit dans une société civilisée. 

Et je suis presque sûr que former une société unie et civilisée est à notre portée, sans que cela soit considéré comme du passéisme ou une envie anachronique mais bel et bien comme un projet d'avenir, histoire d'avoir collectivement une vie meilleure. 

Pour le RER B, je suis d'accord avec ce que tu dis, tu n'as pas fait la même expérience que moi et j'entends ça, après... je n'ai pas inventé les tweets postés ci-dessus, sans doute certains sont-ils exagérés mais il y en a vraiment une grande quantité du même acabit, ici ce n'était qu'un florilège. Et ça me fait mal au cœur. Mais tant mieux, sincèrement, si tu n'as pas eu à vivre ça. 

PS : désolé de garder le focus sur la France, je suis curieux de connaître la situation au Canada/Québec. 

 

edit : "Et étrangement, mon ressenti était juste, tu as une réelle admiration pour cette période de notre histoire que tu aimerais ramener. "

J'ai une réelle admiration pour la Belle-Epoque, c'était possiblement l'apogée de la culture en France, mais pas tant pour les tranchées. Par contre, j'ai une sensation désagréable, une intuition également, qui me ramène régulièrement des images de cette époque en constatant la situation. C'est un peu surréaliste, je ne saurais pas trop comment décrire ça mais au contraire, je souhaite de tout mon cœur que cela ne revienne pas. Et une nouvelle Belle-Epoque ça n'est pas pour sitôt. 

Et pour rester dans le thème "Trouvailles" de ce fil, une perle dénichée ce matin

 

FUGzu8iXwAE5_Vt.png.922032ffdb9a95f81be43b5140a0706e.png

Modifié par BeauRouge
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Tu devrais lire ce livre, sérieusement. Ça explique comment des êtres comme toi vivent à travers l'idéalisme des autres, en croyant que ça forge le bien fondé de leur identité et de leur validité morale, alors que cela ne fait que le leur enlever. 

Le-Laboureur-et-les-Mangeurs-de-vent.jpg.afabad5c0d0c4a4802d05c40c21f1b48.jpg43_9782415001360_4_75.thumb.jpg.a92fa0a9db70c883c883c23014183890.jpg

 

  • J'aime! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

(modifié)

Le concept a l'air intéressant, j'ai écouté Cyrulnik à une époque et j'ai lu plusieurs fois le discours de la "Servitude Volontaire" de La Boétie. 

Par contre j'aurais eu instinctivement tendance à me placer du côté des rêveurs qui ont pratiqué la réflexion autonome et l'isolement intellectuel, plutôt que du côté des moutons qui regurgitent des pensées dominantes — à quoi fais-tu allusion en disant que je vis dans l'idéalisme des autres ? J'ai plutôt l'impression de vivre dans le mien et subjectivement je le trouve déjà bien suffisant au point d'en être pesant. 

Et j'ai nourri cet idéalisme d'un paquet de lectures et de temps de réflexion jusqu'à produire une pensée personnelle. Tout ce que j'ai pu écrire ici, de la critique du wokisme à la critique du progressisme en passant par l'analyse de l'effondrement de la société est le résultat de cette pensée personnelle. Nourrie d'influence extérieures bien sûr, mais à ma connaissance personne n'a écrit les mêmes choses, ni suivi les mêmes raisonnements.

Modifié par BeauRouge
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, BeauRouge a dit :

Et sans doute d'autres groupes que j'oublie mais globalement ce que je perçois c'est la fracture de la société et ces groupes qui s'éloignent de plus en plus les uns des autres et qui s'antagonisent de façon prononcée avec, en conséquence, une augmentation des incivilités au quotidien, une augmentation de la violence autant physique que morale et symbolique. Les gens ne font plus "peuple commun". Et sincèrement, si nous pouvions vivre dans un pays où, le matin, personne n'a pris la peine déposer un tas d'excrément sur ton trajet, je suis à peu près sûr que tout le monde s'en porterait mieux. Et ça me semble vraiment être un seuil minimum pour pouvoir dire que l'on vit dans une société civilisée

Le truc c'est que ça, c'est de l'idéalisme aveugle. Ça, c'est seulement la partie émergée de l'iceberg, la seule partie que tu prennes en compte réellement en restant continuellement déconnecté des contextes et des histoires : le gars qui chie sur ton trajet, c'est quoi au juste, un vilain caillou qui gêne la marche de ton pied dans ta chaussure ? A quel moment cet individu peut exister lui aussi, avec ses espoirs déchus de société qui lui permettrait de se sortir de sa très probable existence merdique de son plus jeune âge au plus avancé ?

Dude, mon voisin qui lance son party à 5h du matin en pleine semaine me laisse tout aussi songeuse : est ce parce que c'est un putain de privilégié d'occidental ? Est ce que c'est sa crise de la quarantaine ? Est ce qu'il est sourd ? Est ce qu'il est autiste ?

Si c'était un gars qui vivait gare du nord dans sa prime jeunesse, peut être que ça me permettrait un biais facile qui m'éloignerait TRÈS CERTAINEMENT de la vérité par souci d'idealisme ? 

La réponse est oui. Ton prisme est un prisme de réfractaire réactionnaire, pas celui d'un être qui cherche à comprendre les choses sans idée préconçue, et donc qui pense par lui même. C'est de ça dont parle précisément Cyrulnik. 

Tu es nourri de biais idéologiques, c'est bien ça le problème. Et quand on projete son idéalisme sur le monde, ça donne jamais de l'acceptable compassion à la Dalai lama. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • ÉcoModo a modifié le titre pour J'ai pris un fou rire sur le #RERB...

Un déchet à ajouter?

Il faudra cliquer là ou là.

Devenir éboueur

L'inscription est gratuite, rapide et presque pas humiliante.

Je suis prêt!

Se connecter

Supposant bien sûr que vous ne soyez pas déjà banni.

Je veux revenir!
 Partager

  • Échantillon aléatoire d'images jetées dans cette poubelle

×
×
  • Créer...