Aller au contenu
1984

L'hypersensibilité, prise 2

Déchet(s) recommandé(s)

Alors oui, j'ai fait fermer l'autre thread, mais aujourd'hui devant le nombre de messages que je reçois sur cette article si " mal écrit" et tellement "tourné vers mon petit nombril"  j'avais envie de vous partager quelques retours que j'ai reçu. Et aussi mon feedback sur le pourquoi vous avez juste complètement foiré le thread comme les bons imbéciles que vous êtes. Alors que clairement, ce sujet était d'actualité et en plus, il faisait du sens. Autant de sens que les chialeurs comme Esch qui se plaignent de leurs TDAH sur un sujet de 5 pages et à qui on refile des pilules dans l'indifférence générale. J'ai gardé mon article pour le foutre sur un blog, comme la plupart des bonnes choses que j'écris ici et sur lesquelles je passe du temps, je fais des back-up pour l'avenir ne sait-on a qui cela peut profiter.  A voir si nous pourrions en discuter sans que les doubles comptes d'Esch, je cite "le singe" et "Barush", de venir jeter de l'huile sur le feu.

 

hs.jpg.c07ec4b4dba24bdb71e3e61229a0f9df.jpg

retours.jpg.a1c892f6203b227e48e8f07591f088a2.jpg

1943538797_retours2.jpg.0f7cd5573b120ce9e32c3ac5aa24dd3c.jpg

2082874311_retourv.jpg.fd0334acbe3fd94110e66a0b8d126340.jpg

dhor.jpg.78393b5217ff2f6ea617fea17ecf05e9.jpg

 

Pourquoi les gens ailleurs apprécient mon article alors que vous lui avez quasiment tous chié dessus comme des collégiens ?

Peut-on décemment avoir une discussion sur ce forum et autour de ce sujet sans que VOUS ne finissiez par m'invectiver d'aller voir un psy ou que vous floodiez sans respect comme des e-sociopathes ? 

Vous avez tenté d'expliquer en quoi vous étiez légitimes de me prendre la tête, et les excuses c'était "C'est parce que c'est du copié collé", "c'est parce qu'on aime pas les blogs", "c'est parce qu'on y croit pas à ton truc", "C'est encore moins clair après que tu aies essayé de poser une définition". Pitié quoi. Autant de piètres justifications de faire capoter un thread qui aurait pu partir sur un vrai échange, et c'est parce que ça vient de moi que vous vous êtes lachés ? de la part d'un forum en train de crever, c'est vrai un move de mongole.

Alors je vous propose deux sujets en un. Le premier, celui de vous expliquer quand à cette attitude négative que vous avez de toujours tout attaquer et d'aller jusqu'à non pas critiquer le fond, mais la forme des threads. Alors que vous n'en créez pas ou peu. Alors que vous postez d'après des monolignes ou des questions anecdotique. En quoi c'était normal d'encourager les attaques personnelles avec vos petits canifs verts de rageux. Est-ce que vous vous rendez un peu compte que de l'extérieur nous passons pour des sauvages ? 

Le second sujet, l'hypersensibilité dont nous parlions. Puis qu'on ne va pas non plus nier l'existence des HS, il serait temps d'en parler et de parler également des informations que vous en récoltez sur le net. Il me semble que le Quebec connait le terme. Maintenant, reste à savoir si pour vous ce ne sont que des excuses pour agir comme un psycho ou un hystérique, ou si vous croyez véritablement en un trait caractéristique chez certaines personnes.

 

Ah et, n'oubliez pas : soyez nice. J'avais dit à drox que plus jamais je ne donnerai de mon energie à vous autre, et pourtant, je le fais encore. Pour la plupart d'entre vous ce sera une démo d'ego, et pour calmer 1984 l'impétueuse arrogante, il vous reste quoi ? Un vrai débat ou de la mauvaise foi ? C'est à vous de choisir. Parce qu'au fond, ce n'est pas à moi que vous faîtes du mal, mais bel et bien à ce forum qui a cru en vous alors que vous ne lui laissiez pourtant aucun espoir. Faites des putains d'efforts et j'en ferai tout pareillement.

 

okey.jpg.6b275f4524edab749bc5cf6159701f79.jpg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et oui (;

La miss du premier comm est une amie de Pandore, nous nous sommes rencontrées lorsqu'elle est venue à Paris. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Comment dépasser son hypersensibilité

Je trouve qu'il y a de bons outils dans ce texte, c'est sensiblement les mêmes outils que je reçois à ma formation d'autogestion de l'anxiété au CLSC.

L'autoanalyse est possible, il faut simplement le faire avec des pincettes.

J'aimerais attirer votre attention sur les distorsions cognitives souvent rencontrées chez les HS :

Citation

Il existe différentes formes de distorsions cognitives, mais les plus courantes pour les personnes hypersensibles sont la personnalisation, l'étiquetage, les « j'aurai dû », les raisonnements émotionnels et le fait de tirer des conclusions hâtives.

  • Reconnaissez et redéfinissez la personnalisation. La personnalisation est une distorsion courante qui peut être à l'origine d'une hypersensibilité émotive. Lorsque vous avez tendance à personnaliser les situations, vous vous rendez la cause de choses qui n'ont en réalité aucun lien avec vous ou que vous ne pouvez pas contrôler. Vous pouvez également prendre des choses personnellement, alors qu'elles ne sont pas dirigées contre vous [24].
  • Sachez reconnaitre et défier l'étiquetage. L'étiquetage consiste à penser en terme de « tout ou rien ». Cette distorsion complète bien souvent la personnalisation. Lorsque vous vous donnez une étiquette, vous généralisez votre personnalité à partir d'une seule action ou d'un seul évènement, plutôt que de reconnaitre que ce que vous faites ne traduit pas toujours ce que vous êtes [26].
  • Remettez en cause la pensée du « J'aurai dû ». Cette façon de raisonner est néfaste parce qu'elle consiste à vous imposer (ainsi qu'aux autres) des standards inaccessibles. En faisant cela, vous vous basez plus sur une idée externe plutôt que sur un élément qui a réellement de l'importance à vos yeux. Lorsque vous ne vous comportez pas comme vous « auriez dû » le faire, vous pouvez vous en vouloir et ainsi perdre toute motivation à aller de l'avant. Vous risquez également de ressentir de la culpabilité, de la frustration et de la colère [27].
  • Remettez en cause les raisonnements émotionnels. Lorsque vous raisonnez de façon émotive, vous considérez que vos émotions sont des faits. Cette forme de distorsion est assez courante, mais il est possible d'apprendre à l'identifier et à la combattre [30].
  • Évitez de sauter aux conclusions. Le fait de tirer des conclusions hâtives est relativement comparable au fait de raisonner de façon émotive. Lorsque vous tirez des conclusions hâtives, vous donnez une interprétation négative à une situation sans vous baser sur des faits tangibles. Dans les cas les plus extrêmes, vous pouvez avoir une vision catastrophique d'une situation, perdant le contrôle de vos pensées jusqu'à établir un scénario désastreux [33].

qui se reconnait là-dedans?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-10-26 à 15:30, Goéland a dit :

qui se reconnait là-dedans?

Ça a été moi, pendant près de 30 ans. Pour en sortir j'ai du remettre le compteur à zéro après une remise en question générale. (suite à une crise majeure)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-10-28 à 06:57, TheCrow a dit :

Ça a été moi, pendant près de 30 ans. Pour en sortir j'ai du remettre le compteur à zéro après une remise en question générale. (suite à une crise majeure)

Qu'est-ce qui t'as aidé à te refaire de nouvelles bases?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 7 minutes, Goéland a dit :

Qu'est-ce qui t'as aidé à te refaire de nouvelles bases?

J'ai eu la chance (pour une fois) de rencontrer un "guide" (une femme de 40+ habituée à travailler avec des jeunes) qui m'a aider à faire table rase (et dieu sait qu'elle étaient encombrée) et à redémarrer from the sratch. C'est pas facile, les vieux fantômes reviennent te visiter parfois. Mais, là, tu sais quoi faire quand ça arrive. Et cette fois, totalement à froid. Pas de béquille.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2018-10-26 à 21:30, Goéland a dit :
  • Reconnaissez et redéfinissez la personnalisation. La personnalisation est une distorsion courante qui peut être à l'origine d'une hypersensibilité émotive. Lorsque vous avez tendance à personnaliser les situations, vous vous rendez la cause de choses qui n'ont en réalité aucun lien avec vous ou que vous ne pouvez pas contrôler. Vous pouvez également prendre des choses personnellement, alors qu'elles ne sont pas dirigées contre vous [24].
  • Sachez reconnaitre et défier l'étiquetage. L'étiquetage consiste à penser en terme de « tout ou rien ». Cette distorsion complète bien souvent la personnalisation. Lorsque vous vous donnez une étiquette, vous généralisez votre personnalité à partir d'une seule action ou d'un seul évènement, plutôt que de reconnaitre que ce que vous faites ne traduit pas toujours ce que vous êtes [26].
  • Remettez en cause la pensée du « J'aurai dû ». Cette façon de raisonner est néfaste parce qu'elle consiste à vous imposer (ainsi qu'aux autres) des standards inaccessibles. En faisant cela, vous vous basez plus sur une idée externe plutôt que sur un élément qui a réellement de l'importance à vos yeux. Lorsque vous ne vous comportez pas comme vous « auriez dû » le faire, vous pouvez vous en vouloir et ainsi perdre toute motivation à aller de l'avant. Vous risquez également de ressentir de la culpabilité, de la frustration et de la colère [27].
  • Remettez en cause les raisonnements émotionnels. Lorsque vous raisonnez de façon émotive, vous considérez que vos émotions sont des faits. Cette forme de distorsion est assez courante, mais il est possible d'apprendre à l'identifier et à la combattre [30].
  • Évitez de sauter aux conclusions. Le fait de tirer des conclusions hâtives est relativement comparable au fait de raisonner de façon émotive. Lorsque vous tirez des conclusions hâtives, vous donnez une interprétation négative à une situation sans vous baser sur des faits tangibles. Dans les cas les plus extrêmes, vous pouvez avoir une vision catastrophique d'une situation, perdant le contrôle de vos pensées jusqu'à établir un scénario désastreux [33].

Complètement. C'est exactement ce qui se passe quand ça fonctionne trop là haut, y a un genre de surchauffe qui va faire des tonnes d'associations négatives qui vont  mener à un sentiment de frustration extrême ( alors que concrètement, c'est juste plusieurs émotions qui passent et se mélangent en même temps)

On fait l'erreur de prendre ces émotions pour des faits, totalement exact ; c'est lorsqu'on les accepte, et qu'on les laisse passer, qu'on se rends compte qu'elles ne sont qu'une météo dont il ne faut pas chercher le contrôle. Et tous les "j'aurai du" aboutissent toujours à un besoin de contrôler l'environnement et les émotions qui en découlent, favorisant encore plus de frustrations. C'est le mauvais schéma. Plus on cherche à contrôler, plus les choses nous échappent et plus on le prends personnellement. 

Pour moi, toutes ces démonstrations d'hypersensibilité sont les fruits d'excès du mental : ça travaille beaucoup trop. Un point essentiel à l'apprivoisement des émotions, et surtout à la gestion du stress généré par l'hyper-stimulation, c'est de réinvestir son corps afin de dilapider le cortisol que l'organisme produit à cause du stress et de l'anxiété.

Citation

Ce tempérament peut aussi avoir une certaine corrélation avec des niveaux constamment élevés de cortisol, qui peuvent causer l’hypervigilance et la susceptibilité à un traumatisme, ou les traumatismes mêmes peuvent encourager l’hypervigilance, qui peuvent à leur tour contribuer à élever le cortisol. Etre très sensible peut amplifier ou créer des problèmes psychologiques dans des moments de surexcitation. La capacité pour un Hyper sensible (HSP) que les subtilités de l’environnement génèrent des processus inconscients ou semi-conscients contribue souvent à faire que les HSP semblent «doués» ou possèdent un  » sixième sens ».

Le sport étant une excellent moyen d'évacuer le stress et l'anxiété, c'est en en faisant beaucoup plus souvent que j'ai réussi à prendre de la distance sur les phénomènes que tu cites, Goeland. C'est en écoutant notamment cette video que j'ai compris le lien évident entre ces émotions et pensées intempestives et la nécessité de réinvestir son corps.

( Hyper quétaine mais tout ce qu'elle dit est 100% juste)

"La sécurité se trouve dans le corps"

Et effectivement, plus je fais du sport, plus je me sens libérée et les émotions auxquelles j'avais tendance à m'identifier. Par exemple, si je me sentais frustrée, j'y attribuais tout un tas de détails de ma vie, des images, des ressentis, et j'en faisais une boule absolue avec une étiquette " malaise". Je plaçais cette boule au dessus de moi comme l'explication de tout ce qui allait pas dans ma vie, et c'est précisément ce qui me faisait passer de moments de joie extrêmes a des moments de frustrations intenses, comme un genre de montagnes russes émotionnelles. Avec le sport, les émotions ont perdu de leur puissance, et souvent je surfe sur de grands shoots de dopamine générées par mes séances de sport. Une vraie drogue. 

La nourriture va en suivant. Plus on investit le corps et plus on lui donne du bon matériau. Manger mieux, prendre le temps de se faire de bonnes choses saines, ça devient réellement une logique naturelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je réfléchissais à mon enfance dernièrement et un truc m'est revenu, on a déjà voulu me prescrire des trucs pour l'hyperactivité. 

Quand j'était jeune, j'étais considéré hyperactif. Aujourd'hui, si vous me voyez en public c'est que vous êtes vraiment observateur car je suis probablement reclus dans le noir à observer les gens sans parler, je semble être tout le contraire d'un hyperactif.

Je me demande si l'hypersensibilité (je préfère le terme hypersensitivité mais bon) ne serait pas une version internalisé de l'hyperactivité, du genre non-assumé et renfloué vers l'intérieur.

J'ai l'impression que mon hypersensitivié ne serait pas aussi problématique si j'avais l'impression de pouvoir un peu plus être explosif, si je pouvais utiliser cet énergie là vers l'extérieur mais que pour des raisons que j'ignore (environmental, social ou personnel) je ne me sens pas 1) à l'aise de le faire 2) dans une situation adéquate permettant de le faire

Et c'est comme un cercle vicieux, plus cet énergie là est internalisé, plus je deviens réceptifs aux stimuli externe, plus je reçois de stimuli externet et plus j'analyse, plus j'analyse et moins j'ai envie de m'externaliser. 

Quelqu'un d'autre le ressent comme ça? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour diverses raisons, certains troubles sont souvent confondus avec le TDAH, comme l'anxiété, la douance ou le trouble envahissant du développement. 25 % des enfants reçoivent à tort un diagnostic de TDAH, qui en serait plutôt un d'immaturité.

https://www.ledevoir.com/societe/education/319948/le-grand-nombre-de-faux-diagnostics-de-trouble-de-deficit-d-attention-inquiete

http://www.psychomedia.qc.ca/cognition/2012-09-27/deux-modes-de-pensee-jugement-prise-de-decision

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 52 minutes, Gamin a dit :

Je réfléchissais à mon enfance dernièrement et un truc m'est revenu, on a déjà voulu me prescrire des trucs pour l'hyperactivité. 

Quand j'était jeune, j'étais considéré hyperactif. Aujourd'hui, si vous me voyez en public c'est que vous êtes vraiment observateur car je suis probablement reclus dans le noir à observer les gens sans parler, je semble être tout le contraire d'un hyperactif.

Je me demande si l'hypersensibilité (je préfère le terme hypersensitivité mais bon) ne serait pas une version internalisé de l'hyperactivité, du genre non-assumé et renfloué vers l'intérieur.

J'ai l'impression que mon hypersensitivié ne serait pas aussi problématique si j'avais l'impression de pouvoir un peu plus être explosif, si je pouvais utiliser cet énergie là vers l'extérieur mais que pour des raisons que j'ignore (environmental, social ou personnel) je ne me sens pas 1) à l'aise de le faire 2) dans une situation adéquate permettant de le faire

Et c'est comme un cercle vicieux, plus cet énergie là est internalisé, plus je deviens réceptifs aux stimuli externe, plus je reçois de stimuli externet et plus j'analyse, plus j'analyse et moins j'ai envie de m'externaliser. 

Quelqu'un d'autre le ressent comme ça? 

Je le ressens au niveau de mes émotions. Contrairement à toi, on ne m'a pas considéré hyperactif, mais j'étais hyperémotif. Et cette hyperémotivité m'a fait ressentir beaucoup d'embarras face aux autres, que ce soit pour avoir explosé de joie ou de colère, ou pour m'être effondré en larmes sans aucune raison apparente. Aussi, Le fait que je démontre trop de passion m'a valu des moqueries qui ont fortement écorché mon ego.

Cela me pèse aujourd'hui comme une grosse motte sale de sentiments honteux que je ne me donne pas le droit de vivre. Aujourd'hui encore, je cherche le plus possible à me montrer désintéressé dans ce que j'entreprends pour éviter de revivre l'embarras et de me sentir aliéné.

Résultat : je suis pogné avec un stack d'émotions trop intenses, (presque) tout le temps. Le fait d'en avoir déjà trop en moi fait en sorte que mes nouvelles émotions en réaction aux stimuli externes deviennent encore plus intolérables. Et comme c'est de plus en plus intense, je n'ai plus trop envie d'externaliser tout ça, ni de m'engager émotionnellement avec les gens.

Cercle vicieux.

L'identité en souffre, puisqu'elle se retrouve fragmentée en milles morceaux. Pour éviter la disharmonie externe, on la vit à l'intérieur. On ressent de la honte face à soi-même, et la dernière chose qu'on veut faire quand on la ressent, c'est de s'exposer. Alors on s'isole.

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Goéland a dit :

Aussi, Le fait que je démontre trop de passion m'a valu des moqueries qui ont fortement écorché mon ego.

Parlant d'un autre cercle vicieux.

Tu t'exprime moins, t'emporte moins, deviens plus renfermé.

Éventuellement quelque chose t'excite un peu, tu te met à en parler avec un peu plus de vigueur et BAM

"Mon dieu, t'es ben énervé soudainement, normalement t'es pas de même qu'est-ce qui se passe?"

Self-awareness +2000%, tu te renfrognes encore plus.

----

On aurait besoin de Bouncing Castle pis de Pit de Balles pour Adulte. T'sais un gros centre capitonné avec de l'ostie d'heavy metal dans le tapis que tu peux aller crier pis courir pis pleurer pis hurler pis te pitcher partout comme un enfant spastique qui a trop mangé de sucre. Ça ferait du bien je pense. Passé une mauvaise journée et envie de pleurer en hurlant contre la société? Aweye, amène ton oreiller on offre des lits isolés pour aller crasher après! 

EDIT: Et avant que quelqu'un me dise "Lol va juste au gym ça va passer", faut comprendre que ce n'est pas une énergie "physique", je n'ai pas envie de faire 100 push-ups, c'est une énergie "émotionnel", j'ai envie de courir en criant et en faisant BRLBBLRBLBRLBR avec mes joues. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 14 heures, Gamin a dit :

Parlant d'un autre cercle vicieux.

Tu t'exprime moins, t'emporte moins, deviens plus renfermé.

Éventuellement quelque chose t'excite un peu, tu te met à en parler avec un peu plus de vigueur et BAM

"Mon dieu, t'es ben énervé soudainement, normalement t'es pas de même qu'est-ce qui se passe?"

Self-awareness +2000%, tu te renfrognes encore plus.

----

On aurait besoin de Bouncing Castle pis de Pit de Balles pour Adulte. T'sais un gros centre capitonné avec de l'ostie d'heavy metal dans le tapis que tu peux aller crier pis courir pis pleurer pis hurler pis te pitcher partout comme un enfant spastique qui a trop mangé de sucre. Ça ferait du bien je pense. Passé une mauvaise journée et envie de pleurer en hurlant contre la société? Aweye, amène ton oreiller on offre des lits isolés pour aller crasher après! 

EDIT: Et avant que quelqu'un me dise "Lol va juste au gym ça va passer", faut comprendre que ce n'est pas une énergie "physique", je n'ai pas envie de faire 100 push-ups, c'est une énergie "émotionnel", j'ai envie de courir en criant et en faisant BRLBBLRBLBRLBR avec mes joues. 

Va faire du 4 roues ou du motocross. Ça défoule, pis tu peux gueuler autant que tu veux, personne va t'entendre. Ah pis en prime c'est quand même physique. (Je ne parle pas d'une randonnée agréable avec matante sur le siège arrière, mais bien de t'énarver la graine en 4 roues ou motocross, din pit de sables pis din montagnes)

Tes joues vont faire BRLBBLRBLBRLBR si tu roules assez vite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@Gamin

Je pense que tu sais, mon cher ami, qu'il y a une couple de façons de s'exprimer autrement que par la parole et faire des push up basiques.

Quand je dis d'aller faire du sport, ce n'est pas pour éviter d'aller hurler au bord d'une falaise; au contraire j'ai tendance à penser que l'un peut tout à fait aller avec l'autre. 

Je ne parle pas non plus de performance, ni forcement de dépassement de soi. Je parle d'investir ton corps du mieux que tu peux et des meilleures manières d'y arriver. Les gens très sensibles et émotifs sont par essence d'être créatifs, ils peuvent explorer ce qu'ils ressentent avec un grand panel de possibilités.

Tu parles de courir en faisant des blblbllll, ça me fait penser non pas à de l'immaturité mais a une energie d'enfant qui est pure; dans la nature on retrouve toujours le jeu, l'aspect joyeux du sport. C'est aussi l'attrait que la creation à pour les gens qui ont besoin d'exprimer leurs émotions; quand je fais du sport je m'amuse, je fais de mon corps un support qui n'accepte pas la souffrance mais plutôt le besoin de sentir intensément mon enveloppe physique en ayant l'esprit concentré sur mon ressenti intérieur tout en étant en dehors de moi.  

c'est exactement le même ressenti que l'on peut avoir lorsqu'on se concentre profondément sur une création et qu'on oublie le temps dans un état de "flow", cette forme de transe artistique qui nous fait oublier le reste et qui nous fait créer le meilleur de nous mêmes.

Du coup, je dirais qu'il est naturel d'exprimer oralement l'essentiel de ce qu'on veut, et d'aller trouver des gens comme soi qui ont ce type de fonctionnement et qui l'acceptent ( j'en connais pas mal, même s'ils ne fonctionnent pas par groupes) et qui adoreront courir nu à l'aube en criant des onomatopées avec toi.

Je trouve ça triste qu'on puisse pas garder notre innocence de gosse, d'ailleurs. A une époque quand on sortait de l'école on Le faisait tous en hurlant de joie comme des abrutis, maintenant faut attendre les matchs de foot ou de hockeys pour qu'on retrouve nos bronches de gamins.

;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...