Aller au contenu
Carlos Crasseux

Quatre mois post-baccalauréat...

Déchet(s) recommandé(s)

Quatre mois post-baccalauréat et cette carrière professionnelle n'est toujours pas commencée.  Selon des données quelconques que j'avais lues sur le site de l'HEC, le taux de placement pour les finissants au B.A.A. serait de 96% après six mois.  Il me reste donc à peu près 60 jours pour me convaincre que je ne fais pas partie des pires losers du Québec.  Génial.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 17 heures, Carlos Crasseux a dit :

Quatre mois post-baccalauréat et cette carrière professionnelle n'est toujours pas commencée.  Selon des données quelconques que j'avais lues sur le site de l'HEC, le taux de placement pour les finissants au B.A.A. serait de 96% après six mois.  Il me reste donc à peu près 60 jours pour me convaincre que je ne fais pas partie des pires losers du Québec.  Génial.

Au pire commence une maîtrise et éventuellement tu vas trouver quelque chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 23 heures, Carlos Crasseux a dit :

Quatre mois post-baccalauréat et cette carrière professionnelle n'est toujours pas commencée.  Selon des données quelconques que j'avais lues sur le site de l'HEC, le taux de placement pour les finissants au B.A.A. serait de 96% après six mois.  Il me reste donc à peu près 60 jours pour me convaincre que je ne fais pas partie des pires losers du Québec.  Génial.

C'est encore court quatre mois et ces stats sont souvent faites avec les pieds, on oublie soigneusement de préciser que parmi ces 96 % d'insérés, la moitié travaille de nuit dans un fast food. Tu dois en avoir marre qu'on te répète ça mais c'est vraiment une des périodes les plus dures de la vie, rentrer dans le monde professionnel, ça finit généralement par se tasser. Claque pas de déprime à cause de ça, c'est pas toi le problème, t'as pas créé les règles du jeu. Le monde du travail est pourri à l'os, il ne vaut jamais le coup d'y laisser sa santé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2019-04-18 à 11:31, e028182 a dit :

Au pire commence une maîtrise et éventuellement tu vas trouver quelque chose.

J'allais te demander si c'était de l'ironie ou si tu le pensais réellement, mais je me dis que c'est simplement un manque de compréhension de la situation ici.

(j'imagine que) La difficulté que j'éprouve présentement à recevoir ne serait-ce que quelques appels pour toutes les candidatures envoyées est une conséquence de mon inexpérience dans le domaine (de l'administration et du marketing).  Il me semble que de poursuivre deux-trois années additionnelles sur les bancs d'école ne ferait qu'empirer les choses en ce sens où j'aurais encore plus de mal à me trouver un emploi relié à mes études étant donné mes disponibilités limitées, et que ça ne ferait que rallonger mon parcours inutilement.

Je compte plutôt me trouver un emploi au p.c. (comme dirait ma mère), puis au bout de quelques années si j'en vois la pertinence ou l'opportunité de le faire je pourrais compléter avec un MBA à temps partiel.

Ma priorité no. 1 c'est de commencer cette carrière, puis ensuite l'acquisition d'une première propriété.

 

J'ai aussi de plus en plus l'amère impression que lorsqu'on n'a rien fait en lien avec le poste convoité (comprendre :  au sortir de l'université), nos seules chances ou presque d'être contacté par l'employeur résident dans les contacts.  Or, la majorité des mes amis travaillant dans le milieu de la construction et la totalité de ma famille habitant soit en Beauce ou au Sri Lanka, je pense avoir épuisé toutes les options possibles de ce côté, et ça aussi c'est démoralisant. :ennui_du_meta:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 16 minutes, Carlos Crasseux a dit :

J'allais te demander si c'était de l'ironie ou si tu le pensais réellement, mais je me dis que c'est simplement un manque de compréhension de la situation ici.

(j'imagine que) La difficulté que j'éprouve présentement à recevoir ne serait-ce que quelques appels pour toutes les candidatures envoyées est une conséquence de mon inexpérience dans le domaine (de l'administration et du marketing).  Il me semble que de poursuivre deux-trois années additionnelles sur les bancs d'école ne ferait qu'empirer les choses en ce sens où j'aurais encore plus de mal à me trouver un emploi relié à mes études étant donné mes disponibilités limitées, et que ça ne ferait que rallonger mon parcours inutilement.

Je compte plutôt me trouver un emploi au p.c. (comme dirait ma mère), puis au bout de quelques années si j'en vois la pertinence ou l'opportunité de le faire je pourrais compléter avec un MBA à temps partiel.

Ma priorité no. 1 c'est de commencer cette carrière, puis ensuite l'acquisition d'une première propriété.

 

J'ai aussi de plus en plus l'amère impression que lorsqu'on n'a rien fait en lien avec le poste convoité (comprendre :  au sortir de l'université), nos seules chances ou presque d'être contacté par l'employeur résident dans les contacts.  Or, la majorité des mes amis travaillant dans le milieu de la construction et la totalité de ma famille habitant soit en Beauce ou au Sri Lanka, je pense avoir épuisé toutes les options possibles de ce côté, et ça aussi c'est démoralisant. :ennui_du_meta:

Ça dépend ce que tu veux faire. Si tu veux être directeur des ventes dans un concessionnaire ne continues pas, mais si tu veux travailler à la caisse de dépôt je pense que étudier à la maîtrise serait bon pour ton CV.

Tu peux continuer de chercher pendant la maîtrise, pas obligé de la finir. Tu vas peut être décrocher des stages, travailler sur des projets conjointement avec le privé, développer des relations avec des professeurs qui ont des contacts.

Tant qu’a rester chez vous à glander fait la maîtrise en même temps, tu vas approfondir tes connaissances et ça ouvre plus de portes.

Prend pas une job qui même à rien juste pour dire que tu as de l’expérience parce que sûrement que cette expérience ne seras même pas pertinente pour après sauter dans la branche qui t’intéresse vraiment. Au contraire tu vas être étiqueté à ce genre de job.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah, mais je ne suis pas "chez nous à glander", je travaille à temps plein (ou presque) dans une institution financière.  Pas mal certain que des réalisations professionnelles concrètes dans le cadre d'un premier emploi relié à mon domaine attiseront davantage l'intérêt d'un employeur à mon égard que l'ajout d'un MSc sous la rubrique "Formation" de mon c.v.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si t'es une brute sur WordPress pis en CSS/HTML/Java.. dis-le-moi lol

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Si tu travailles déjà dans une institution bancaire. Il te reste juste à gravir les échelons....LoL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 13 minutes, Coqueta a dit :

Si tu travailles déjà dans une institution bancaire. Il te reste juste à gravir les échelons....LoL

J'ai envoyé près d'une trentaine de candidatures déjà :  aucune réponse.  Pour ce qui est de la succursale où je travaille, ce sont exclusivement des postes des postes de vente et services aux particuliers :  conseiller service aux membres, conseiller en finances personnelles, conseiller en crédit hypothécaire...  Jamais de ma calisse de chienne de vie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais sinon tu veux faire quoi comme poste ?

BAA c'est large. Tu étais en concentration marketing il me semble ?

Pour la maîtrise (ou même juste un DESS qui est un an), ce n'est pas du tout une perte de temps si ça s'inscrit dans une démarche académique / professionnelle cohérente. À moins que tu veuilles travailler dans un concessionnaire (comme dirait lautre), les employeurs voient véritablement cela comme un plus parce que de nos jours, beaucoup de gens ont un BAA et c'est une formation générale qui ne suffit plus pour se démarquer.

Aussi, les études supérieures ont pour avantage de pallier au fameux "trou" dans le CV; ce fameux laps de temps où rien de pertinent n'apparaît au CV et qui est perçu défavorablement. 

Profites de ces études supérieures pour participer à ta vie académique au max (VP de telle asso, session a l'étranger, comité de ci, bénévolat de ça, stage, etc), les employeurs voient cela comme un plus aussi. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est très large en effet.  Il y a une myriade d'options qui m'intéressent.  Dans le marketing, pas mal tout m'attire à l'exception de devenir un représentant quelconque; de la communication à la recherche en passant par la stratégie et l'intelligence d'affaires.

C'est clair que je suis davantage attiré par les postes qui impliquent un volet communicationnel important ainsi qu'une maîtrise des logiciels d'infographisme (Photoshop, Illustrator...) et de la langue française.  Probablement que je serais bien heureux dans le contexte d'une agence de publicité comme Sid Lee et lg2 malgré le salaire de pauvre.  J'épie les emplois affichés sur Grenier.qc.ca et Isarta et j'applique sur ceux qui me correspondent.  Idéalement, j'aimerais beaucoup me retrouver dans une grosse entreprise qui a son lot d'avantages sociaux (fonds de pension, assurances collectives...).  

Puis y a un tas de trucs qui relèvent du BAA mais pas du marketing qui m'intéressent aussi :  la GOP et le management, entre autres.

 

Y a un plusieurs aspects rebutants à l'idée d'un retour à l'école présentement dans ma situation :  l'augmentation de ma dette étudiante, le retardement de l'obtention de mon premier emploi à plein temps, celui de ma première propriété, le haut-le-coeur à l'idée de me retaper de l'étude et des travaux de session plutôt que de me concentrer sur mes loisirs et passions (la photo, entre autres, mais aussi l'entraînement, ma vie sociale, la lecture), etc.

Je ne vois pas d'autres options que de continuer de faire ce que je fais déjà, en révisant peut-être la présentation de mon c.v. et de mes lettres de présentation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu ne le ressens peut être pas, mais tu es très jeune (25 ans ?). Je me souviens qu'à ton âge, j'angoissais à propos de mes dettes étudiantes et j'avais hâte de travailler, comme si toute ma vie allait se régler le jour où j'aurais trouvé un premier emploi (c'est faux).

Je ne voulais tellement pas avoir de dette que j'ai, comme toi, beaucoup travaillé. Je ne regrette rien, mais cela s'est fait au détriment de mes études et, à bien y penser, j'angoissais pour des peanuts parce que non seulement cet argent là (25 k) s'est remboursé dans le temps de le dire, mais j'ai réalisé que ceux qui ont priorisé leurs études là où j'ai priorisé l'absence de dette, les loisirs et la carrière à toute vitesse se sont ramassés plus loin, plus vite que moi ;)

C'est pas grave parce que la vie, c'est plus un marathon 42 km qu'un relais 100 m. 

C'est à toi ultimement de prendre ta décision, mais je te dirais de ne pas trop capoter avec les dettes étudiantes, la première job et la maison because, tu es jeune et y'a rien de tout ça qui presse autant que tu le penses.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tes conseils sont manifestement emplis de bonne foi, mais malheureusement ils font un peu fi de ma situation personnelle; c'est normal, tu ne me connais pas.

Je me considère assez vieux à 25 ans, quand je regarde mon cercle d'amis :  ils sont pas mal tous installés dans leur maison (et en couple, mais ça, c'est une autre histoire...).  On me dira que c'est normal s'ils n'ont pas été à l'université et qu'ils travaillent temps plein depuis la fin de leur secondaire, soit, mais par contre, j'ai aussi quelques amis universitaires qui ont le même âge que moi ou même un an de moins et qui sont au même stade que les autres, travaillant à temps plein, déjà en train de décrocher les promotions et ce, dans des grosses entreprises bien établies.  J'avais déjà un retard sur mon cégep (trois ans plutôt que deux), puis quand je suis entré à l'Université, j'hésitais entre me diriger en psycho ou en communication, et donc j'ai perdu davantage de temps à niaiser le temps d'une première année à l'UdeM -- j'en garde un seul bon souvenir :  le petit gnome qu'est Thunder McFuck qui déambulait comme un pleutre égaré dans je-ne-sais-plus-quel pavillon.

J'habite chez ma mère présentement et elle a l'intention de vendre la maison très bientôt.  De mon bord, il me tarde de déménager et espérer avoir un endroit potable où me bâtir un studio-maison pour ma photographie.  Si tu savais à quel point j'attends ce moment.  Parallèlement à cela :  je déteste mon emploi actuel (qui implique du service à la clientèle, domaine où je n'ai définitivement pas ma place), chaque jour est un supplice et je me vois mal poursuivre cette situation d'étudiant encore un an, ou deux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je me reconnais dans ta situation, ce pourquoi je te dis que la vie est un marathon et non un relais.

je me comparais beaucoup aussi (les réseaux sociaux ont sûrement généralisé la patente). je constatais que, pendant que je rushais pour trouver mon premier emploi, des gens de ma cohorte me semblaient déjà bien établis dans des grosses boites à travailler pour des salaires frôlant les six chiffres.

six ans plus tard, peu y sont encore et les autres sont ailleurs ou réorientés. ça m’a fait réaliser que, dans le fond, chacun fait son chemin et qu’il est futile de se comparer avec les gens. d’autant plus qu’ils ont leurs shits aussi, ils n’ont juste pas tendance à les montrer sur LinkedIn ;)

prends la décision qui te sembles le mieux pour toi. je suis sûre que tu vas bien finir dans tous les cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 3 heures, Carlos Crasseux a dit :

J'avais déjà un retard sur mon cégep (trois ans plutôt que deux), puis quand je suis entré à l'Université, j'hésitais entre me diriger en psycho ou en communication, et donc j'ai perdu davantage de temps à niaiser le temps d'une première année à l'UdeM -- j'en garde un seul bon souvenir :  le petit gnome qu'est Thunder McFuck qui déambulait comme un pleutre égaré dans je-ne-sais-plus-quel pavillon.

Il me semble déjà l'avoir spotté deux fois en train de pleutrer à Jean-Brillant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Selon un sondage mené par le cabinet-conseil en ressources humaines Robert Half:

Qu’est-ce qui intéresse les employeurs chez les nouveaux diplômés ?

– Leur enthousiasme (34%) ;
– Leur créativité (27%) ;
– Leur facilité à s’adapter (24%) ;
– Leurs compétences (14%).

 

https://www.lesaffaires.com/blogues/l-economie-en-version-corsee/nouveaux-diplomes-quelles-sont-vos-chances-d-etre-embauches/609770

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

En tout cas, les jobs qui demandent des années d’expériences c’est n’importe quoi. Tu appliques quand même sans t’en soucier.

En sortant de l’université, j’avais eu une offre pour une job qui demandais 8 ans d’expérience, alors que j’avais rien sauf un stage. En plus, avant, la fille des resources humaines m’avais conseillé de ne pas appliquer.

Modifié par e028182

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 2019-04-19 à 20:46, Ecce Homo a dit :

la vie est un marathon et non un relais.

Oui, ok. Ce n'est pas une excuse pour marcher les 10 premiers kilomètres.

25 ans, ce n'est pas "très jeune" pour entamer sa carrière. C'est, au contraire, légèrement sur le tard. C'est malheureux, mais la plupart des gens qui se réorientent le font parce qu'ils n'ont pas fait leurs devoirs quand ils auraient dû. Nommément, en secondaire 4-5, lorsque tu commences à avoir des cours d'orientation où ils te font faire des tests de personnalité et te montrent des sites comme Repères, etc...

Les gens avec lesquels tu te comparais ont certainement brûlé des étapes, mais ce ne sont pas celles que tu crois. Ça ne les empêchera pas d'avoir une carrière fructueuse, mais ils ont fait une erreur et tu ne devrais pas idéaliser leur situation. Dans les faits, le plus tôt tu peux te sortir de ta vie d'étudiant, le mieux c'est.

En passant, ça s'appelle un sprint. Un relais, c'est seulement pour les bouddhistes.

Le 2019-04-17 à 21:55, Carlos Crasseux a dit :

 

Cela dit, je ne crois pas que tu devrais te flageller si tu ne fais pas partie de la statistique publiée par ton école. Persévère dans ta recherche d'emploi et c'est quasiment certain que tu vas finir par trouver.

Désolé, @e028182, mais commencer une maitrise simplement parce que tu ne trouves rien est une idée terrible. Faire un bacc ne devrait déjà pas être un choix par défaut, alors faire une maitrise encore moins.

Une chose à laquelle tu n'as peut-être pas pensé: essaie-toi dans les incubateurs technologiques. Il y en a quelques-uns à Montréal, chacun regroupant une dizaine de "start-ups". En général, les "avantages sociaux" risquent d'être minimaux, voire inexistants. D'un autre côté, ce sont des environnements de travail qui vont probablement te pousser à "porter plusieurs chapeaux", être débrouillard, développer tes compétences dans plusieurs disciplines, etc...Ça pourrait éventuellement te permettre d'acquérir l'expérience nécessaire pour aller travailler dans une entreprise plus mature si tu souhaites avoir quelque chose d'un peu plus solide pour établir une famille, acheter une maison...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le plus ridicule dans tout ça, c'est que la majorité des emplois affichés sur les sites que je consulte demandent une combinaison de compétences que je possède réellement :  le bacc. en marketing, oui, mais aussi une certaine maîtrise de la suite Adobe -- notamment Photoshop, que j'utilise personnellement à chaque jour --,  de bonnes capacités rédactionnelles, une maîtrise de la suite Office, un fort esprit d'analyse, parfois même un intérêt pour la photographie, etc.

J'ai eu à travailler avec à peu près 25 équipes différentes au cours de ce baccalauréat.  J'ai croisé suffisamment d'étudiants pour savoir que les gens ne sont généralement que des débiles illettrés dans ce domaine.  Trois hypothèses :  1.  Même après trois reprises, mon curriculum vitae est toujours en dehors de la track et est rejeté au bout de huit secondes de survol par ceux chargés de faire une pré-sélection.    2.  Il y a beaucoup de pushing qui s'opère, et certains candidats sont appelés plus facilement simplement parce qu'ils ont un contact dans l'entreprise.    3.  Il y a un tas de candidats avec de l'expérience de travail intimement liée au poste à pourvoir, et donc ceux qui n'ont au c.v. que les qualités sont rejetés du revers de la main en un rien de temps.

Ou vraisemblablement aussi un mélange de tout ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est le temps de sortir les tactiques ridicules extravagantes, du genre cibler une compagnie en particulier et stalker les employés afin d'établir des "contacts" et te faire connaître - le fameux truc de "l'autobus" (prendre l'autobus qui se rend à un emploi, repérer les employé(e)s qui utilisent l'autobus, faire la conversation avec eux de façon candide, répéter sur plusieurs semaines).

Si tu peux trouver le compte Facebook d'une pornstar, tu peux surement trouver les activités hebdomadaires du Directeur ou Directrice des Ressources Humaines pis "forcer le destin".

C'est farfelu, mais c'est une autre façon de transférer une autre de tes compétences afin d'aider tes chances.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...