Aller au contenu

Déchet(s) recommandé(s)

photo_message.jpg

est-ce que ce taré est conscient que l'appartement qu'il loue appartient à un investisseur?

j'ai bien du mal à cerner le petit mouvement anti-condo qui a cours dans Hochelaga

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

est-ce que ce taré est conscient que l'appartement qu'il loue appartient à un investisseur?

j'ai bien du mal à cerner le petit mouvement anti-condo qui a cours dans Hochelaga

J'imagine qu'il souhaite que la ville construise plus de logements sociaux.

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'me cherche justement un appartement cet hiver, et on regarde pour un 41/2 ou un 5 1/2, max 900$. Toute nos visites ont été ans Hochelag, surtout autour de la station Joliette.

Quelqu'un ici veux sous-louer? =)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Pour 800$ par mois tu pourrais prendre un hypothèque pour t'acheter un condo à 150 000 $ amorti sur 25 ans et à 4% d'intérêt !

9782895491842.jpg

Je viens de feuilleter ce livre.

Ce criminel notoire a grandi au 2350, rue Leclaire, à quelques rues du Marché Maisonneuve.

Son père, Albert, âgé de 47 ans, ferrailleur de métier, est au chômage et a des problèmes de santé causés par l'abus d'alcool. La discipline de fer exercée par Albert Boucher amène sa femme Élaine à adopter une attitude plus conciliante avec ses enfants et même à se faire leur complice. Elle essaie de contrebalancer les excès de son mari.

Le rapport présentenciel du criminologue Pellerin note aussi les conséquences d'une telle dissociation disciplinaire entre les parents. Les enfants apprennent très tôt à l'utiliser à leur avantage, n'intériorisant que de façon superficielle les normes et les valeurs sociétales véhiculées par la famille et entraînant des troubles de comportement plus ou moins sérieux. Cela s'aggrave, note le criminologue, quand les parents, ou l'un des deux, adoptent des comportements qui ne correspondent pas à ce qu'ils exigent de leurs enfants. Il méprise sans doute son père qui représente l'image même du looser canadien-français.

Comme beaucoup d'adolescents pauvres et désœuvrés, il s'adonne au vol et au cambriolage autant par besoin d'argent que de sensations fortes. Il n'est cependant pas très habile. À six reprises, Maurice passe devant la cour du Bien-être social (aujourd'hui le Tribunal de la Jeunesse). Comme pour beaucoup des jeunes qui se retrouvent devant la justice, aucune mesure particulière n'est appliquée à son égard. C'est un autre adolescent en difficulté que le système oublie,

Il n'a pas un gros bagage scolaire. Une neuvième année incomplète avec des résultats scolaires médiocres, Il n'a aucun intérêt pour les études. Par la suite, il suivra des cours durant ses multiples incarcérations. Le système correctionnel québécois assurera l'éducation de Maurice Boucher. À cette époque. Boucher consomme tout ce qui se trouve dans les rues «dures» du quartier Hochelaga-Maisonneuve: marijuana, cocaïne, haschisch, L.S.D. , amphétamines et même de l'héroïne. Pour avoir les moyens d'en acheter, il faut en vendre. Il devient un dealer de quartier. Ses recettes sont englouties dans l'achat de stupéfiants. Ses abus lui causent deux hépatites. Sa consommation importante d'amphétamines (speeds) le rend méfiant et provoque chez lui des crises de paranoïa.Les amphétamines accroissent aussi l'agressivité de Boucher. Il est en train de devenir comme son père. De quoi augmenter son dépit et son écœurement.

Sa vie va cependant changer, pendant un court moment, grâce à sa rencontre avec une fille du quartier, Diane Leblanc, L'amour semble lui donner de l'espoir. Pour elle, il abandonne les drogues dures. Il continue toutefois à prendre de l'alcool, de la marijuana et des valiums: il en est dépendant. Boucher obtient ses cartes de compétence pour travailler dans la construction. Il reprend espoir de se sortir de la pauvreté où il croupit depuis son enfance. Les salaires sont bons dans la construction. Au moment où, pour la première fois de sa vie, l'avenir s'annonce prometteur pour Boucher, rien ne va plus dans la construction, frappée par des grèves et des ralentissements de travail.

Le 5 novembre 1975, Boucher et un complice, Laurent David, armés chacun d'une carabine à canon tronçonné (une de calibre 22 et une autre de calibre 30-30), menacent Samuel Litvak, le propriétaire de la Salaison Montréal du 1550, rue Ontario Est, et lui volent la somme de 138,39$. Boucher et David ont passé l'après-midi à boire au Sextuple, un bar de danseuses. Passablement éméchés, ils prennent un taxi en sortant du cabaret pour rentrer à la maison. En route, ils décident de s'arrêter à la Salaison Montréal, en réalité une épicerie-boucherie de quartier, pour acheter des cigarettes. En ressortant, ils se disent qu'il leur serait facile d'y faire un hold-up. Comme ils ne sont pas armés, ils hèlent un autre taxi pour aller chercher leurs carabines chez eux et revenir sur place. Tandis que son comparse se tient près de la porte, Boucher entre et lance : « C'est un hold-up ! »

Maurice est saoul et très nerveux. Il tire un coup de feu en l'air qui l'effraie lui-même. Pris de panique, il s'empare d'une hachette qui se trouve sur une table près de lui et la fait tournoyer au-dessus de la tête des clients et employés terrorisés pour les forcer à entrer dans la chambre froide. Pendant ce temps, son complice s'empare du contenu de la caisse enregistreuse. Tout cela se termine lamentablement. Ils sont à peine sortis de la boucherie qu'ils tombent sur une autopatrouille appelée sur les lieux. L'épisode relève de la pantalonnade ou du film comique de série B. Comme si, à l'époque, Boucher voulait rater ses crimes comme il est en train de rater sa vie.

Lorsque Maurice Boucher rencontre de nouveau le criminologue Guy Pellerin qui prépare son rapport présentenciel en janvier 1976, il est peu loquace. Pellerin écrit:

C'est un individu qui ne verbalise pas très facilement, et il est très difficile de savoir s'il s'agit d'une inaptitude de sa part ou d'un désir de ne pas se compromettre.

Compte tenu de la suite de sa vie, la deuxième hypothèse s'impose. Pellerin l'analyse ainsi:

La capacité d'introspection du sujet nous paraît assez faible. Il n'est pas le genre d'individu à se poser tellement de questions sur son agir. Actuellement, il est un peu plus anxieux parce qu'il craint la sentence qui pèse sur lui. Habituellement, c'est un individu qui vit au jour le jour sans trop se poser de questions. Il introspecte uniquement après avoir posé un acte. D'ailleurs l'attitude qu'il a envers l'acte grave qu'il a posé est assez révélatrice. Il ne regrette pas comme tel de l'avoir fait et n'est pas très conscient des risques qu'il faisait courir aux victimes, mais déplore le fait qu'il se soit fait prendre comme un « rat». Comme beaucoup de mésadaptés socio-affectifs, le mal qu'il peut causer à d'autres n'effleure pas sa conscience, complètement préoccupé par son moi.

...

Boucher développe ses qualités de chef et se bâtit un réseau de contacts qui va, par la suite, lui être grandement utile pour gravir les échelons dans l'organisation des Hells Angels en prison.

...

Il a déjà occupé un local sur la rue Huron près de Ste-Catherine est, ainsi qu'un pas loin du ProGYM.

F6xMWsT.png?1

CAxf9CR.png?1

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Hochelaga est en train de se matantiser. Qu'on se le dise !

E1PHAEr.jpg?1

Mercier Hochelaga-Maisonneuve représente environ 7% de la population de l'île Montréal ce qui donne grosso modo 600 trafiquants d'herbes ou un trafiquant pour 200 habitants et 5 arrestations par année.

...

Prestataires de l’aide sociale:

Hochelaga-Maisonneuve: 23 %, soit 10 236 personnes

Montréal : 11,2 %

Québec : 7,4 %;

https://www.google.ca/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&ved=0CDMQFjAB&url=http%3A%2F%2Fwww.200porteshm.com%2Fdocs%2Ffaitshm.doc&ei=1MbiUoi-FvWwsAS1nYCACw&usg=AFQjCNHnm0uyP0O-A31w1gKxlJ2mBjJnFA&sig2=dASD0Ev4qitPeNRT0xyceQ&bvm=bv.59930103,d.cWc

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

.. et un trafiquant pour 24 clients

...

Chronique policière PDQ 23

Battu pour lui apprendre une leçon

Un Hochelagais de 28 ans a été battu à coups de bâton à cause d’un trafic de stupéfiants.

L’homme de 45 ans, croyant que son jeune acolyte le fraudait, a tenté de lui apprendre une leçon en le rouant de coups de bâton. La confrontation qui a débuté dans un appartement de la rue Sainte-Catherine, s’est poursuivie dans la rue, où des témoins ont alerté la police.

À l’arrivée des agents, la victime, très mal en point, a avoué vendre de la drogue avec son partenaire. Après une fouille du logement, ils ont trouvé six roches de crack.

L’assaillant pourrait être accusé de voie de fait, si la victime porte plainte. L’enquête suit son cours au sujet du trafic de stupéfiants.

Voler pour de la drogue

Dans la soirée du 25 janvier, un homme a entendu des bruits de vitre brisée chez son voisin. Il a appelé rapidement le 911, mais le suspect a pris la fuite avant l’arrivée des agents.

Le criminel a avoué être l’auteur de plusieurs larcins dans le secteur. Il a expliqué qu’il faisait ces méfaits, car la vie était trop dure à l’extérieur de la prison et qu’il devait voler pour se payer de la drogue.

Non aux graffiteurs

Dans la nuit du 20 janvier, vers 2 h 30 du matin, un conducteur a interpellé les constables Robillard et Mackenzie, lors de leur ronde. L’automobiliste a avisé les agents qu’il avait remarqué cinq jeunes graffitant un véhicule, rue Moreau.

Après avoir appelé des renforts, les deux policiers se sont dirigés sur les lieux. Les suspects ont pris la fuite dès qu’ils les ont aperçus. Après une poursuite à pied, les forces de l’ordre ont arrêté les cinq jeunes. Ils seront accusés de méfait.

Les graffitis n’étaient pas en lien avec un mouvement politique et ne dénonçaient rien. Il n’y avait pas non plus de connexion avec un gang de rue.

L’agent sociocommunautaire Boudreau du PDQ 23 demande à la population de ne pas hésiter à appeler le 911 lorsqu’elle est témoin d’un acte louche ou illégal. C’est d’ailleurs grâce à la collaboration de citoyens que les policiers ont pu procéder à l’arrestation d’individus, lors des deux cas cités plus haut.

http://www.nouvelles...iciere-PDQ-23/1

http://www.nouvelleshochelagamaisonneuve.com/Vie-de-quartier/2014-01-23/article-3587589/Chronique-policiere/1

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tantôt, je revenais du chic cabaret Chez Françoise

post-4761-0-26982600-1391349691_thumb.jp

Et j'ai vu ce site enchanteur

post-4761-0-38161700-1391261243_thumb.jp

Bien situé, à mi-chemin entre Hochelaga et Centre-sud, belle façade.

post-4761-0-01827900-1391261346_thumb.jp

post-4761-0-26220400-1391349778_thumb.jp

post-4761-0-77852600-1391261415_thumb.jp

post-4761-0-62575600-1391261478_thumb.jp

Quand ma business va décoller (et ça va arriver) c'est là que j'installe mon siège social.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une entreprise de quoi ?

C'est quoi le concept derrière la décoration sur le toit ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens Foulard cite ''On connaît la chanson'' avec Mario Tessier..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une entreprise de quoi ?

C'est quoi le concept derrière la décoration sur le toit ?

Aucune idée de ce qu'ils ont voulu faire, probablement juste attirer l'attention pour vendre la bâtisse.

Mais j'aime le côté post-apocalypse-mystique que ça donne. J'en ferais sûrement une galerie d'art trash ou une salle de réception.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Ou une boutique d'Antiquités !

tumblr_migsrjGJvJ1qa409eo1_500.png

Saviez-vous que vous pouvez utiliser des copies du CD d'Anik Jean comme monnaie dans Hochelaga ?

2w0Q6_FR.jpeg

D'où j'viens la qualité d'un bon bar est inversement proportionnelle à la propreté de ses toilettes.

Avant twitter j'écrivais tout ce que j'écris ici sur les murs des toilettes publiques

https://twitter.com/...797207787204608

Être populaire sur twitter c'est l'équivalent d'être assistant-gérant au pawn-shop

L'hiver lorsque je vois un noir en vélo j'estime que c'est parce qu'il s'est fait voler son auto par un autre noir.

Quand la température le permet je fais du yoga dans le parc avec les itinérants

Modifié par Nouveau Projet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tel que vu sur la clique.

Deux petits nains qui se battent et l'un deux mangent une volée de la par d'un beef parce qu'il a voulu donner des os de poulet à un chien.

proptips: donne lui du chocolat si tu veux tuer le chien fatiguant de ton voisin qui jappe tout le temps.

Commentaires top cotés:

Est-ce qu’on vient tout juste de voir en images pourquoi ça s’appelle un garde-fou?

Hochelaga, c’est une chose, et Maisonneuve, c’en est une autre. Comme l’Abitibi et le Témiscamingue. Comme le Saguenay et le Lac Saint-Jean. Ces composés hybrides fantasmés par des fonctionnaires ne changent rien à l’Histoire ni aux faits.

Moi aussi je deviendrais agressif à entendre une pareille dinde hurler sans arrêt…C’est clair que c’est elle qui jette l’huile sur le feu. Merci de me rappeler pourquoi je paye plus cher pour NE PAS vivre à Homa… des fois j’oublie.

La dernière fois qu’on avait vu autant de primates réunis, c’était dans la zone Molson Ex du Centre Bell.

Et dire que, à une époque, les gens de Hochelaga-Maisonneuve craignait la gentrification de leur quartier. Visiblement, ça ne s’est pas produit.

J’espère que GjJoe (AKA Mr. Famous) va faire une chanson pour dénoncer la violence à Hochlihood.

Salut le couple de la vidéo je suis César Milan, si vous cherchez quelqu’un pour dresser vos chiens pour l’attaque et passer à la télévision veuillez me contacter.

Et comme je dis souvent il ne faut pas dresser les chiens uniquement, il faut aussi dresser les maitre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Le gars qui filme.....Le site qu'il mentionne est un site sur lequel j'étudie depuis longtemps. Un site qui a causé bien des chicane de pookies et bien des tiraera. Un site que j'adore pour la musique mais que je hais pour les vidéos qui promottionne la violence. Dans plusieurs vidéos comme dans celle-ci, le "uploader" fait mention du site en question. C'est disgracieu comme mode.

Bon revenons au cave qui filme. "En bas, en bas" disait-il...Crisse de cave. Tout ça pour des views.

Modifié par Abereau

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

985442-dix-sept-personnes-arretees-parmi.jpg

Ménage de printemps dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Tout particulièrement dans un point de vente de crack sur la rue Sainte-Catherine.

Dix-sept personnes ont été arrêtées.

Les limiers ont saisi 4000 roches de crack.

Lors des comparutions, plusieurs des accusés ont paru dépassés par les événements. L'un d'eux a même pleuré.

http://www.lapresse....s-dans-homa.php

Modifié par Rococo pas Rocco

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

'' Historiquement, la vente de crack dans Hochelaga-Maisonneuve a longtemps -et est peut-être même encore- contrôlée par des familles criminelles québécoises qui opèrent avec la bénédiction des Hells Angels. ''

Souvenir du gars qui venait porter du stock à un de mes anciens colocs à l'epoque dans le coin... Concernant les noirs dans le quartier principalement ce bout de quartier. Comme quoi à l'epoque ils les embarquaient et les droppaient dehors du quartier... ou les caillassaient.

Hochelaga, c'est resté pas mal blanc. À part le V-blocc... mais faut savoir que souvent s'il y a des gang de rue black qui vendent c'est parce qu'ils sous-traitent pour les motard ou ont payé un ''permis''.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

'' Historiquement, la vente de crack dans Hochelaga-Maisonneuve a longtemps -et est peut-être même encore- contrôlée par des familles criminelles québécoises qui opèrent avec la bénédiction des Hells Angels. ''

Souvenir du gars qui venait porter du stock à un de mes anciens colocs à l'epoque dans le coin... Concernant les noirs dans le quartier principalement ce bout de quartier. Comme quoi à l'epoque ils les embarquaient et les droppaient dehors du quartier... ou les caillassaient.

Hochelaga, c'est resté pas mal blanc. À part le V-blocc... mais faut savoir que souvent s'il y a des gang de rue black qui vendent c'est parce qu'ils sous-traitent pour les motard ou ont payé un ''permis''.

Parles-tu de moi mon beau Foulard :wub:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quelle sinistre misère humaine. C'est décadent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vivement que les bobos viennent embourgeoiser ce quartier de shlags et vous y foutent des Starbucks et des fast food à Bagels.

HOCHELAGA EN 2020

Capture-d%E2%80%99%C3%A9cran-2015-02-04-%C3%A0-17.38.58.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...