Aller au contenu
Pesmerga

A quel point faut-il être cultivé?

Déchet(s) recommandé(s)

Jusqu'à quel point faut-il être cultivé? (notez le de devoir: il FAUT être cultivé)

Je m'explique:

Personnellement, je ne me considère pas comme une personne qui a une grande culture. Même qu'au contraire, je trouve que c'est un truc qu'il me manque beaucoup. C'est pourquoi j'admire et je respecte ceux qui en ont beaucoup. Je pense a Humbert Humbert, Dahut, Vagabond et plusieurs autres membres ici qui m'impressione à chaque fois avec leur évantail de connaissances. Je respecte le gens cultivé parce que pour être aussi cultivé, il faut forcément être patient, être curieux et avoir une soif immense pour l'art en général.

Je suis patient, je suis curieux et j'ai également la soif de l'art. Mais je ne suis pas cultivé. Je me suis souvent posé la question: Pourquoi? Pourquoi est-ce que je ne ressent pas le besoin ou l'urgence de me cultiver plus que ca? Je ressent pourtant l'envie et le désir d'être plus cultivé. Parce que je suis conscient que c'est important d'avoir une culture générale. Surtout pour des raisons sociales. Les personnes cultivés sont souvent les plus intéressantes, du moins ce sont les personnes qui ont le plus de sujets de discussions et de références.

Après une réflexion sérieuse, j'ai réalisé que je ne serais jamais un être extrêmement cultivé. Pourquoi? Parce que mon manque de culture est une conséquence de ma soif du savoir et ma soif de création.

Je vais rarement lire un roman qui me raconte une histoire. D'ailleurs, je n'ai jamais compris le principe de lire 500 pages si c'est simplement pour m'emmerder. Tout les livres que je lis, sont des livres qui m'apprennent quelque chose. Je suis le genre de gars qui va essayer d'apprendre 4 langues juste pour le plaisir d'apprendre. Je lis donc beaucoup de dictionnaires, de revues scientifiques, d'articles reliés soit à l'art, soit à l'industrie du jeu vidéo, des théories, des analyses ou des critiques, beaucoup de livres qui m'apprennent soit une technique, une méthode, un logiciel, un programme etc. Voila qui résume la totalité de mes lectures.

Mais toutes ces choses ne favorisent pas le développement de la culture, elles favorisent le développement du savoir. De sorte que je ne connais absolument rien au théatre, aux poètes, à la littérature, aux philosophes des temps modernes, j'ai une culture limité du cinéma et de la musique et une culture quasi inéxistante de la culture populaire. Et il y a aussi le fait que la plupart des formes d'art (lire ici: tout a part la peinture, la musique, le cinéma et les jeux vidéos) ne m'intéresse pas une miette. Alors d'un coté je considère normal de ne pas "perdre mon temps" à cultiver un sujet qui m'emmerde comme la littérature, le théatre et tout le reste. Et puis, même si j'aime la musique et les films, je ne ressent pas le besoin d'avoir une culture énorme. Bref, ce n'est pas la culture qui m'intéresse vraiment, c'est l'inspiration.

Mon temps libre, je le passe à dessiner, à écrire, à designer, à documenter et à créer. Ce qui m'a amené a réfléchir sur la culture, le savoir, la connaissance et la création. Je pense qu'il y a d'une part ceux qui créé la culture, et d'autre part ceux qui la dévore. Ca me semble logique. Mais cette pseudo théorie est dangereuse, parce que ca suppose que la majorité des artistes et des écrivains sont sans culture. Ce qui est complètement faux.

Mais j'aimerais quand même vous poser la question. A vous, les autres artistes, écrivains, designers et créateurs du forum. Vous qui passer vos journées entières à réfléchir et à créer: Est-ce que vous vous considérez comme des êtres cultivé? Avez vous cette soif de la connaissance? Ce désir de développer votre culture générale? Ou vous vous calicer complètement de ce qui se passe dans le monde?

Et aux êtres plus cultivés du forum: Combien de temps par jour accordez vous à la lecture? Est-ce que la culture occupe une place importante dans votre vie? Ca me fascine personnellement. Parce que je n'ai pratiquement pas de vie sociale et malgré tout mon temps libre, je ne semble jamais trouver le temps, et quand j'ai le temps, je n'ai pas la motivation de me cultiver.

Finalement, est-ce que la culture est un synonyme de savoir et d'intélligence? Est-ce que vous considérez que c'est un critère important chez une personne? Est-ce que vous êtes cultivé dans un domaine seulement ou vous tentez de pousser le plus possible votre culture générale?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il me semble que se poser des questions est déjà un pas dans la bonne direction.

La culture c'est comme un "bagage" qui grossit au fil du temps que dure ton voyage sur Terre.

Sa s'acquière par des expériences négative et/ou positive.

Être cultivé c'est apprendre... dans une vie l'apprentissage est perpétuel... lorsque tu arrêtes d'apprendre tu t'éteint.

Même un trisomique fait des apprentissages.

Si ton besoin de culture est pour nourrir ton esprit; vas'y c'est de la bonne bouffe.

Nous sommes tous cultivés à différents niveaux c'est ce qui rends intéressent les relations interpersonnel et ainsi grossir son "bagage".

Je te cacherait pas qu'un cultivateur récolte les fruits de ses efforts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne voudrais pas troller, parce que ton texte est très intéressant Permerga, mais je ne vois pas pourquoi il faut séparer le savoir de la culture. Je vois pas pourquoi il faudrait reléguer la culture à l'art.

Pour répondre aux questions, je suis une personne qui aime bien me cultiver et apprendre des choses. J'y met beaucoup de mon temps libre d'ailleurs. Cependant, je ne suis pas friand de la littérature et de la poésie, mais je me rattrape sur d'autres sujets qui sont moins artistiques. J'adore la philosophie, la politique, l'économie et plusieurs autres disciplines académiques. Je n'ai pas le temps de maîtriser tous ces sujets, mais il m'arrive de m'y plonger. D'ailleurs j'en sais souvent assez dans ces sujets pour y trouver des erreurs affirmées par des gens qui se prétendent experts de l'un ou l'autre de ces sujets.

Est-ce que la culture est synonyme de savoir et d'intelligence? Je suis pas nécessairement prêt à dire ça. Par contre, le manque d'intelligence semble souvent lié au manque de culture. Je lis et j'entends souvent des choses très stupides et souvent ça me semble lié à un manque de culture, que ce soit de la culture historique ou autre.

Est-ce que c'est un devoir d'être cultivé? Je dirais que oui, mais il y a des domaines de cultures qui sont plus importants que d'autres. Ça peut être une bonne chose de connaitre la musique, le théâtre, la littérature, la poésie, la tivi, etc., mais à mes yeux c'est pas ça qui rend une personne plus cultivée qu'une autre. C'est important d'en connaitre un peu, mais je pense que c'est plus important d'en connaitre sur la politique, l'économie, la philosophie et les autres sciences sociales. Ce sont les sujets les plus importants pour comprendre le monde dans lequel on vit, mais aussi pour se faire une idée du rôle qu'on va décider de se donner dans ce monde.

Je viens de lire la réponse de #9, et d'après moi on doit distinguer la culture de l'expérience. Les deux sont super importants. L'expérience, c'est plus concret: c'est notre vécu. L'expérience vient de nous même. La culture nous provient de la société. les deux se complètent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Personnellement, je crois pas que c'est possible d'être trop cultivé, la connaissance, c'est l'essence même de la vie. Le jour ou il sera impossible d'apprendre de nouvelles choses, la vie ne voudra plus la vie d'être vécue. C'est pourquoi il faut garder l'esprit ouvert et être le plus réceptif possible.

Modifié par vill_chouine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je suis excessivement cultivé, et la seule utilité réelle, c'est de pouvoir faire la conversation à des gens.

Je peux brancher n'importe quel taré parce que je connais tout.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Wow ! quel beau texte Pesmegra. Je te comprends énormément.

Je ne me considère pas comme étant quelqu'un de très cultivée non plus, mais par contre, une qualité que j'ai, c'est la curiosité et ça me donne envie de toujours apprendre sur n'importe quel sujet. J'adore lire et discuter avec des gens cultivés qui ont voyagé, etc...

Mais, ce qui me désole un peu, c'est mon manque de temps. Je travaille beaucoup dans la journée en plus de rédiger un mémoire de maîtrise, et le soir, je n'ai plus la force vraiment d'ouvrir un livre qui demande encore un effort intellectuel (biographies, essais politiques, philosophie, etc). Ça me manque.

Autre chose à ajouter.

Une chose que je déplore, c'est que j'ai souvent vu des personnes très cultivées devenir méprisantes envers ceux qui le sont moins. Au lieu d'adopter une attitude de "transmission de savoir", ils se sentent supérieurs et considèrent les autres comme des imbéciles. C'est dommage, car je trouve que c'est mal utiliser son intelligence. Évidemment, ce n'est pas le cas pour tout le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@numéro#9: Err.. est-ce que t'es pas entrain de mélanger le savoir/l'éxpérience et la culture justement?

edit: ouin, j'avoue qu'il y a beaucoup d'interprétation de ce qui peut être la "culture".

  • a particular society at a particular time and place; "early Mayan civilization"
    the tastes in art and manners that are favored by a social group
  • acculturation: all the knowledge and values shared by a society
  • (biology) the growing of microorganisms in a nutrient medium (such as gelatin or agar); "the culture of cells in a Petri dish"
  • polish: a highly developed state of perfection; having a flawless or impeccable quality; "they performed with great polish"; "I admired the exquisite refinement of his prose"; "almost an inspiration which gives to all work that finish which is almost art"--Joseph Conrad
  • the attitudes and behavior that are characteristic of a particular social group or organization; "the developing drug culture"; "the reason that the agency is doomed to inaction has something to do with the FBI culture"
  • grow in a special preparation; "the biologist grows microorganisms"
  • the raising of plants or animals; "the culture of oysters"

"pour une institution internationale comme l'UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. "

En langue française, le mot culture désigne tout d’abord l’ensemble des connaissances générales d’un individu. C’est la seule définition qu’en donne en 1862 le Dictionnaire national de Bescherelle. Les connaissances scientifiques y sont présentées comme élément de premier plan. C’est ce que nous appelons aujourd’hui la "culture générale".

Après le milieu du XXe siècle, le terme prend une seconde signification. Par exemple, le Petit Larousse de 1980 donne, en plus de la conception individuelle, une conception collective : ensemble des structures sociales, religieuses, etc., des manifestations intellectuelles, artistiques, etc., qui caractérisent une société. Le terme peut alors revêtir l’un ou l’autre sens, mais la proximité des domaines d’utilisation de chacun en fait une source d’ambiguïté.

"Mais c’est par l’art et l’histoire que les deux concepts se rejoignent. La culture individuelle inclut la connaissance des arts et des cultures, celle des différentes cultures humaines, mais bien évidemment celle affiliée à la culture (collective) à laquelle l’individu s'apparente.

C’est là le point d’amalgame entre les deux acceptions : la culture (individuelle) est comprise comme connaissance de la culture (collective) dont on dépend. Fusionnant ainsi deux acceptions différentes, le terme culture tend actuellement, en France, vers un compromis dans son acception courante, où il désignerait essentiellement des connaissances liées aux arts et à l’Histoire, plus ou moins liées à une identité ethnique."

...............................................

J'ai l'impression qu'être cultivé, c'est surtout savoir que monsieur un tel a fait tel truc et madame patente à gosse a fait telle peinture. C'est de cette culture que je parle, celle relié à l'art en générale et à l'histoire. Et non la culture de la société ou l'ensemble des connaissances/expériences d'un individu. Si on parle de culture en tant que connaissance technique, je suis cultivé. Mais je ne suis pas culivé au sens général populaire, de l'art et de l'histoire.

mais je ne vois pas pourquoi il faut séparer le savoir de la culture.

En effet, le savoir c'est de la culture. Moi je parlais de savoir-faire par contre.

On dit que les artistes manqués deviennent professeur, que les cinéaste manqués deviennent critiques. Moi mon questionnement, c'était de savoir si une personne, à défaut de pouvoir créer de la culture (donc l'art et l'histoire), va ressentir le besoin de s'emparer de la culture qui l'entoure (c'était un peu pour choquer que j'ai dis ca). Et je me demandais si un artiste, un musicien ou un écrivain ressentait ce même besoin d'élargir sa culture personnelle. J'ai le sentiment que dans les deux cas, on cherche à se cultiver mais peut-être pas pour les même raisons.

Comme moi, par exemple, le seul intérêt que je trouve a me cultiver, c'est pour trouver de l'inspiration. Mais je ne ressent aucunement le besoin d'en savoir le plus possible et de maitriser un sujet qui ne m'intéresse pas a la base.

Autrement dit, je préfère avoir une culture poussé dans les domaines qui me passione que d'avoir une culture moyenne ou poussé de plusieurs sujets qui me sont indifférent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vais rarement lire un roman qui me raconte une histoire. D'ailleurs, je n'ai jamais compris le principe de lire 500 pages si c'est simplement pour m'emmerder. Tout les livres que je lis, sont des livres qui m'apprennent quelque chose. Je suis le genre de gars qui va essayer d'apprendre 4 langues juste pour le plaisir d'apprendre. Je lis donc beaucoup de dictionnaires, de revues scientifiques, d'articles reliés soit à l'art, soit à l'industrie du jeu vidéo, des théories, des analyses ou des critiques, beaucoup de livres qui m'apprennent soit une technique, une méthode, un logiciel, un programme etc. Voila qui résume la totalité de mes lectures.

Mais toutes ces choses ne favorisent pas le développement de la culture, elles favorisent le développement du savoir. De sorte que je ne connais absolument rien au théatre, aux poètes, à la littérature, aux philosophes des temps modernes, j'ai une culture limité du cinéma et de la musique et une culture quasi inéxistante de la culture populaire.

On peux définir la culture comme le savoir (norme et référence) que les gens ont en commun. En tout cas c'est comme ça que je le comprends.

Dans ce sens, la science, les langages, le théatre, la poésie, la politique, les jeux vidéo, sont des sous-catégorie de savoir, tous regroupé dans la catégorie culture. Il y a une culture de la science, des affaires, des jeux vidéo. Une culture politique.

Je ne comprends pas comment on pourrait faire pour dire que culture est supérieur au savoir. La culture est une sorte de savoir, et il y a plusieurs sorte de culture. C'est comme ça que je comprends ces concepts.

pour une institution internationale comme l'UNESCO : « Dans son sens le plus large, la culture peut aujourd'hui être considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances. »

Je crois que cette définition, ainsi que les autres, est trop spécifique pour être utile. La définition d'un concept aussi large et étendu que culture ou savoir, devrait être aussi large que possible. En tout cas, la mienne fonctionne dans ce sens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Est-ce que c'est un devoir d'être cultivé? Je dirais que oui, mais il y a des domaines de cultures qui sont plus importants que d'autres. Ça peut être une bonne chose de connaitre la musique, le théâtre, la littérature, la poésie, la tivi, etc., mais à mes yeux c'est pas ça qui rend une personne plus cultivée qu'une autre. C'est important d'en connaitre un peu, mais je pense que c'est plus important d'en connaitre sur la politique, l'économie, la philosophie et les autres sciences sociales. Ce sont les sujets les plus importants pour comprendre le monde dans lequel on vit, mais aussi pour se faire une idée du rôle qu'on va décider de se donner dans ce monde.

Ce passage est intéressant. Ce que j'aime le plus avec ton post, c'est que ca risque peut-être de choquer certains utilisateurs qui fréquentent régulierement le boudoir. J'en connais plusieurs qui ne font pratiquement que ca, cultiver l'art, la musique, le cinéma, la télévision.

Sinon je suis d'accord pour dire qu'il y a certains types de cultures plus importantes que d'autres.

Et quand je parlais de la culture de l'histoire, j'englobais bien sur tout ce qui est politique, philo, économie et sciences. Pour ces sujets la, je me débrouille. Tsé, j'en connais assez pour discuter avec ceux qui maitrise le sujet. Je connais les termes, les moments forts, les dates importantes, les règles de l'économie et quelques théories scientifiques etc. Mais encore une fois, je ne vois pas l'utilité de tout savoir. A moins que je sois vraiment passioné par le domaine ou une époque en particulier (encore la, ca renvoi a mon besoin de trouver de l'inspiration (pour créer) et non au besoin de me cultiver). J'ai seulement une grosse base dans ces domaines et ca me semble amplement suffisant.

C'est intéressant par contre de voir l'opposition entre la culture de l'art et la culture de l'histoire. Les deux sont pourtant fortement lié. La politique et l'art sont presque indissociables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puisque tu me considères cultivé, je suppose que je peux répondre du mieux que je peux à tes questionnements. Pour ma part, si je suis cultivé, c'est simplement par intérêt pour des formes d'art données. Je connais quand même un bon nombre de choses sur le cinéma parce que j'ai naturellement le réflexe de voguer de films en films. Ça me passionne. J'adore explorer les styles, les pays, les acteurs. Je visionne un film, j'aime, j'en vois d'autres du même réalisateur, puis de ses influences à lui, etc. Un film en amène un autre. De plus ça meuble bien mes soirées car je ne suis pas sorteux.

Pour les livres, c'est ma mère qui m'a inculqué ça. On faisait des séances de lecture chaque soir et ça m'est resté. J'ai une curiosité naturelle pour le monde des idées, j'aime en savoir plus sur la pensée des auteurs, selon l'époque ou le pays, et j'adore me faire raconter une bonne histoire. Je dois dire cependant que je passe moins de temps à lire que je n'en passe à regarder des films, majoritairement par paresse je dois l'avouer mais aussi parce que mon intérêt pour la lecture date de mon enfance alors que pour le cinéma ça ne fait que quelques années donc je suis vorace. L'acte de lecture est moins passif. Mais j'ai toujours un livre en chantier.

Je te dirais que je n'ai aucun mérite parce que je fais juste ce que j'aime. D'un autre côté ma culture musicale est correcte sans plus, et je n'entends pas grand-chose à l'informatique ou à la mécanique. C'est le prix à payer aussi. On ne peut pas tout connaître. C'est facile d'être épaté par quelqu'un qui connaît par coeur la métaphysique de Kant ou les romans de Tolstoï, mais je suis beaucoup plus envieux des gens comme mon beau-père qui peuvent se construire une maison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Pour revenir sur l'opposition entre savoir-faire et culture, est-ce que tu pense que ton beau-père est envieux du fait que tu n'as pas besoin de savoir comment te construire une maison, et que tu peux te consacrer à autre chose?

C'est intéressant par contre de voir l'opposition entre la culture de l'art et la culture de l'histoire. Les deux sont pourtant fortement lié. La politique et l'art sont presque indissociables.

Mais comment? J'ai étudier l'art et la politique, mais je ne vois pas vraiment de lien.

Modifié par B~E

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mais comment? J'ai étudier l'art et la politique, mais je ne vois pas vraiment de lien.

Bah, chaque mouvement artistique est en quelque sorte subversif et vise soit a abolir un parti politique en place, soit a opposer une réalité sociale, un système ou la société, ou soit a rejeter les valeurs du passé. L'art c'est l'expression des sentiments et de la folie. La folie est un cri politique.

Comme par exemple, le mouvement des automatistes de Paul-Emile_Borduas. Le mouvement était accompagné d'un manifeste (celui du Refus global de 1948)

«[...] Un petit peuple serré de près aux soutanes restées les seules dépositaires de la foi, du savoir, de la vérité et de la richesse nationale. Tenu à l'écart de l'évolution universelle de la pensée pleine de risques et de dangers, éduqué sans mauvaise volonté, mais sans contrôle, dans le faux jugement des grands faits de l'histoire quand l'ignorance complète est impraticable. »

http://www.artotheque.ca/image/refus.html

Le mouvement futuriste rejetait les traditions estéthiques du passés et les idées communistes et embrassait l'industrialisation, l'urbanisation, le mouvement, la vitesse, le progrès et les machines. Ils ont en quelque sorte prédit notre situation actuelle. Le monde stressé ou tout et tout l'monde va trop vite.

Le popart était une sorte de réaction à l'élitisme culturelle dans l'art. On glorifie le populaire et le banal. Ils parodiaient sans trop le savoir la publicité envahissante et la superficialité de notre époque.

Il y a aussi le mouvement hippie des années 60-70. Encore une fois, une réaction, une pensée, un cri politique, une vision sociale. De l'art.

C'est comme ca avec presque tout les mouvements. Il y a toujours souvent un fond social/politique ou religieux dans l'art. Un mouvement peut créer un parti, tout comme un parti peut créer un mouvement. Séraphita sera surement d'accord. C'est presque impossible de dissocier les deux.

Mais ca plus ou moins rapport avec le sujet j'avoue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Je m'intéresse à un éventail de sujets, et je crois être quelqu'un d'un peu plus cultivé que la moyenne. Mais j'ai un fort penchant pour le savoir faire. Je connais des gens qui sont capables d'ingurgiter des quantités infinies d'infos et de "petits faits inutiles", et qui les recrache intégralement. Ce qui, en effet, gonfle le bagage culturel. Je suis incapable de faire ça.

Il m'arrive souvent, lorsque je tombe sur quelque chose de nouveau, de lire, faire des recherches, allez voir des "experts", mais mon intérêt s'arrête là où je suis incapable d'y intégrer une participation active de ma part. Tu vois, j'aime beaucoup lire, pour le plaisir de la chose, mais aussi parce que j'aime écrire et que j'en retire beaucoup. J'aime le cinéma, les films, ses théories et techniques, parce que j'aime en faire. Répéter le patern pour chacun de mes intérêts, et comme j'en ai beaucoup, la culture vient avec. Et comme Humbert Humbert, c'est malgré soi.

En fait, même si ce n'est pas un sujet qui m'intéresse particulièrement, si je lis et m'informe et ai la chance d'en discuter, de mettre une dose de pratique, je l'ingère.

Où comme présentement, je dévore tout ce qui est conquête de l'espace, science-fiction ; jeux, livres, films. Mais comme je ne suis pas ingénieur aérospatial, c'est passager et je sais que la passion va s'estomper et tomber dans l'oublie pendant trop longtemps pour que j'en retire une "culture" (autre que de superficiels faits et 2-3 noms d'auteurs).

Il y a aussi le caractère très superficiel du monde d'aujourd'hui, et je dis superficiel dans le sens plus large de "à la surface". Les nouvelles n'ont pas d'autres modes que la RAFALE, l'expertise et supplanté par l'opinion populaire, internet encourage la lecture de courts textes (personne n'aime lire à l'écran de long textes, il est dur de garder une attention soutenu, même si on sépare nos lectures, mes excuses d'avance), la statistique dicte la vérité...bref.

Pour répondre à ta question, je crois qu'il faut surtout apprendre à être cultivé. Il ne suffit pas de vouloir l'être, il faut trouver un équilibre entre apport personnel et conscience du monde qui nous entoure. Apprendre à apprendre. Out le par cœur.

P.S.: Il y a aussi une question de "timing" je crois. Personnellement, le format des nouvelles télévisés m'écoeure, et sur internet je trouve ça trop fouillis. Mais intégrer la lecture du journal à mon diner, ou mon déjeuner, c'est le moyen que j'ai trouvé pour aimer m'informer sur "le monde".

Modifié par Locke

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bah, chaque mouvement artistique est en quelque sorte subversif et vise soit a abolir un parti politique en place, soit a opposer une réalité sociale, un système ou la société, ou soit a rejeter les valeurs du passé. L'art c'est l'expression des sentiments et de la folie. La folie est un cri politique.

Comme par exemple, le mouvement des automatistes de Paul-Emile_Borduas. Le mouvement était accompagné d'un manifeste (celui du Refus global de 1948)

«[...] Un petit peuple serré de près aux soutanes restées les seules dépositaires de la foi, du savoir, de la vérité et de la richesse nationale. Tenu à l'écart de l'évolution universelle de la pensée pleine de risques et de dangers, éduqué sans mauvaise volonté, mais sans contrôle, dans le faux jugement des grands faits de l'histoire quand l'ignorance complète est impraticable. »

http://www.artotheque.ca/image/refus.html

Le mouvement futuriste rejetait les traditions estéthiques du passés et les idées communistes et embrassait l'industrialisation, l'urbanisation, le mouvement, la vitesse, le progrès et les machines. Ils ont en quelque sorte prédit notre situation actuelle. Le monde stressé ou tout et tout l'monde va trop vite.

Le popart était une sorte de réaction à l'élitisme culturelle dans l'art. On glorifie le populaire et le banal. Ils parodiaient sans trop le savoir la publicité envahissante et la superficialité de notre époque.

Il y a aussi le mouvement hippie des années 60-70. Encore une fois, une réaction, une pensée, un cri politique, une vision sociale. De l'art.

C'est comme ca avec presque tout les mouvements. Il y a toujours souvent un fond social/politique ou religieux dans l'art. Un mouvement peut créer un parti, tout comme un parti peut créer un mouvement. Séraphita sera surement d'accord. C'est presque impossible de dissocier les deux.

Mais ca plus ou moins rapport avec le sujet j'avoue.

Mais ca n'en fait pas du tout quelque chose d'indiscociable. L'Art rend plus compte de l'Histoire (politique) que l'Histoire de l'Art.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Possible.

A lire Locke et Humbert Humbert, je me rend compte qu'ils sont comme moi finalement. Ils cultivent leur connaissances et leur culture sur les sujets qui les passionnes. Moi aussi je dirais que c'est malgré moi. Je développe une certaine culture de l'art et des jeux vidéos parce que ces les deux trucs que j'aime le plus. Mais pour les autres domaines, c'est plus parce que je suis "obligé" d'avoir une base sauf que j'me force pas pour en apprendre.

Mais est-ce que vous êtes d'accord avec 1000$ qui dit qu'il existe des cultures plus importantes que d'autres? Que c'est plus important, par exemple, d'être cultivé au niveau de la politique, de l'histoire et de l'économie que de l'être au niveau artistique? (comme justement Locke et Humbert Humbert)

Et je suis d'accord avec Millierock quand elle dit que certains faisant parti de "l'élite sociale" sont souvent hostiles et impatient envers ceux qui manque de culture dans un ou l'autre de leur domaine. Je ne comprendrais jamais ceux qui s'offusque, par exemple, quand je leur dit que je ne connais pas tel artiste populaire ou tel film québécois.

Je me souviens d'une fille au cégep qui me parlait d'un potin qu'elle avait lu a propos d'un membre du groupe Radio Head. Mais n'aimant pas le groupe ou même le style de musique, je ne connaissait pas du tout ce type et j'ignorais qu'il faisait parti de la formation Radio Head. Quand je lui ai dit que je ne savais pas c'était qui, elle a sursauté de honte. Comme si c'était un crime de ne pas connaitre le line up d'un band pop. Bref c'est ce genre de petits détails qui m'agacent. Je comprends juste pas pourquoi Thom Yorke serait plus important à connaitre que Kant, Mao, Hitler, Saladin, Norifumi Shiima, Pai Mei ou n'impore qui d'autres en fait.

Je me fiche éperdument de la culture populaire, a moins que ca entre dans mes intérêts.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et je suis d'accord avec Millierock quand elle dit que certains faisantparti de "l'élite sociale" sont souvent hostiles et impatient enversceux qui manque de culture dans un ou l'autre de leur domaine.
C'est vrai, mais je crois que ça va dans les deux sens. On se moque souvent de ceux qui ont de la culture générale ou artistique.

On les nommes péjorativement les "artissss", les "pseudo intellos", etc... La tradition veut d'ailleurs qu'on commence à les haïr dès la petite école.

Cependant, je ne pense pas qu'on puisse généraliser. Il y des gens qui aiment se cultiver pour se distinguer et pouvoir jouer au snobisme, tout comme il y en a qui ont des motivations plus philanthropiques et qui ne sont pas pédants pour 5 cennes. De la même manière, il y a des gens moins cultivés et éduqués qui, par jalousie ou tout simplement par abrutissement, détestent ceux qui sont éduqués ou cultivés, tout comme il y en a qui les aiment, les respectent et les trouvent intéressants.

Dans mon cas, puisque je suis plus scolarisé et que j'ai plus de culture générale que la plupart des gens que je fréquente ou avec qui je discute, je ne considère jamais que je vaux plus qu'une autre personne juste parce que j'en sais plus sur telle ou telle chose. Je sais très bien que je ne me considère pas supérieur ou meilleur qu'un autre juste pour ça. Néanmoins, certaines personnes m'ont déjà reproché d'être pédant alors que je discutait avec elles et que je ne leur donnait pas raison. Parfois, on me considère comme quelqu'un qui essaie toujours d'avoir raison. Oui, je je considère parfois que j'en sais assez pour tenir mon bout, mais en aucun cas je ne considère que je vaux plus qu'une autre personne pour ce genre de raison (On peut faire exception de certains types de personnes pour qui je me considère vraiment valoir mieux: les criminels, les pédophiles, les pimps, les racistes, et ironiquement les inégalitaristes radicaux, etc...).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu as raison Locke, les gens très cultivés sont également méprisés, dans un sens. On les embarque dans un certains stéréotype de la personne asociale avec un bérêt, qui ne travaille pas, qui chiale sur la société sans rien faire,etc, alors que c'est faux. Je déplore tout autant cela que l'attitude méprisante de certaines personnes très cultivées envers ceux qui ne le sont moins.

Et je suis tellement d'accord avec ton commentaire sur les nouvelles. Il n'y a rien qui me dégoûte plus que lorsqu'un bulletin de nouvelles commence avec "Le gagnant de Star Académie est ********" ou lorsque je tombe par hasard sur la une du journal de Québec et qu'on y trouve "Attention aux lits superposés", etc. Je ne peux pas croire qu'on se contente de ça pour se dire informés, au Québec, qu'on se contente de sensationalisme et de potins faciles. On vaut plus que ça, il me semble.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnage, la culture, c'est un peu comme la politique. Tu as beau être excellent, ça prend des habiletés sociales et de communication, voire même du charisme pour le transmettre aux autres de façon optimale.

Les gens, en général, sont beaucoup plus axés sur le contenant que le contenu, malheureusement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

×
×
  • Créer...