Aller au contenu
Coqueta

L'accent québécois authentique en voie d'extinction

Déchet(s) recommandé(s)

Je peux vous garantir que, à l'est de Lévis, jamais "la bus" n'a été prononcé... De plus nous ne disons pas "araaïte" comme à Montréal mais bien "arête".

Tu conviendras avec moi que l'accent du sud du Québec est bien plus viril.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu conviendras avec moi que l'accent du sud du Québec est bien plus viril.

Oui j'aime l'accent de Falardeau et de Julien Poulin par exemple sauf que cet accent montérégien(?) peut être un peu agaçant chez d'autres. Je sais que les deux cinéastes viennent de Montréal mais je parle des origines de l'accent au Québec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

l'accent québécois, je l'adore et j'en suis fière. Avouez quand même qu,il a du charme non ?

Je parle pas en joual 100% du temps, mais reste que j'ai l'accent du Saguenay sûrement pis honnêment j'men fou pas mal.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Personnellement, je m'adapte aux différentes régions du Québec.

Par exemple, sur une terrasse de Jonquière, j'me call une grosse Bleue ben frette.

Tandis que sur une terrasse de St-Sauveur, je commande une Éphémère aux pommes bien frappée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je crois que c'est propre à la région de Québec et du Lac, mais que ça s'est répandu.

À moins qu'on voit "la grande région de Montréal" comme quelque chose qui couvre la moitié du Québec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans l'imaginaire de certains gences le Québec est soit une pizza moitié viande végétarienne (région métropolitaine de Montréal ) moité viande ou soit une pizza avec huit pointes dont une une avec BEAUCOUP (trop) de garnitures (région métropolitaine de Montréal )

montrealrmr.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

À moins qu'on voit "la grande région de Montréal" comme quelque chose qui couvre la moitié du Québec.

Faut pas m'accuser de montréalocentrisme.

J'ai pas fait de post-doctorat là-dessus, mais il me semble que c'est seulement dans la RMR qu'on dit « le bus (en anglais) ». À Sherbrooke, Québec, Trois-Rivière, au Lac, Drummondville(?), c'est « la bus (en français) ».

Je serais curieux de savoir ce que disent les gens de Gatineau.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une chose est clair; le dictionnaire penche du côté de Montréal.

L'autobus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
(modifié)

Pour le genre, oui. Mais pas pour la prononciation.

Modifié par Athos

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai tendance à dire "ah come on là" pour toutes sortes de raison...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai pas fait de post-doctorat là-dessus, mais il me semble que c'est seulement dans la RMR qu'on dit « le bus (en anglais) ». À Sherbrooke, Québec, Trois-Rivière, au Lac, Drummondville(?), c'est « la bus (en français) ».

Il y a peut-être une collération entre la "qualité du système de transport en commun" et le "genre associé au mot autobus".

C'est vraiment la déclaration de quelqu'un de Gatineau/Hull qui pourrait nous éclairer, j'imagine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je peux vous garantir que, à l'est de Lévis, jamais "la bus" n'a été prononcé... De plus nous ne disons pas "arraaïte" comme à Montréal mais bien "arrête". Par contre je dis "ma meyre pis mon peyre" comme dans l'anglais "hair" et dans les villages les plus reculés de l'est du Québec il arrive qu'on dise le "vain" plutôt que le "vent".

Quand tu dis «à l'est de Lévis», c'est «dans l'Est de la ville» où «à partir de Lévis jusqu'à St-Pierre-et-Miquelon»?

Parce que si c'est la deuxième option, je peux te garantir que l'on dit «la bus» (prononcée «busse», pas «boss») quelque part entre Lévis et l'Atlantique.

«Le case» (diminutif de «casier») est également utilisé au lieu du dictionnairement acceptable «la case» chez les gens de basse culture.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand tu dis «à l'est de Lévis», c'est «dans l'Est de la ville» où «à partir de Lévis jusqu'à St-Pierre-et-Miquelon»?

Parce que si c'est la deuxième option, je peux te garantir que l'on dit «la bus» (prononcée «busse», pas «boss») quelque part entre Lévis et l'Atlantique.

«Le case» (diminutif de «casier») est également utilisé au lieu du dictionnairement acceptable «la case» chez les gens de basse culture.

Je dis à l'est de Lévis, mais ça s'applique seulement à la rive sud et je n'inclus pas la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine là-dedans. Il se peut également que quelques uns aient été "contaminés" par Québec comme nous le sommes tous un peu, dépendants de la métropole.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'accent beauceron dégage beaucoup de pureté.

L'accent beauceron dégage beaucoup de romance et de pureté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dis à l'est de Lévis, mais ça s'applique seulement à la rive sud et je n'inclus pas la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine là-dedans. Il se peut également que quelques uns aient été "contaminés" par Québec comme nous le sommes tous un peu, dépendants de la métropole.

Aussi bien dire que tu exclut 75% du territoire que ta phrase incluait originellement.

(Tu peux aussi ajouter le Bas-St-Laurent dans ce que tu exclus. Pis ça, c'est juste avant de tomber en Gaspésie quand tu pars de Québec. J'le dis pour toi, là.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je trouve encore inconcevable qu'une tourtière, ce soit un pâté de viande bin straight à Québec. Une tourtière, ça l'a des patates dedans tabarnak.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens du Bas St-Laurent et, sauf quelques exceptions, on ne dit jamais "la bus" même si ceux qui vivent à Québec prennent généralement vite cette habitude.

Il est certes vrai que d'autres erreurs de ce genre sont fréquentes plus on s'éloigne en région, mais ce serait généraliser que de dire que les "régionaux" ont systématiquement une grammaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens du Bas St-Laurent et, sauf quelques exceptions, on ne dit jamais "la bus" même si ceux qui vivent à Québec prennent généralement vite cette habitude.

Il est certes vrai que d'autres erreurs de ce genre sont fréquentes plus on s'éloigne en région, mais ce serait généraliser que de dire que les "régionaux" ont systématiquement une grammaire.

Nos expériences confirment que nous avons tous les deux à la fois tort et raison.

N'essayons plus à l'avenir d'étiquetter si radicalement une population et réjouissons-nous de la richesse de nos accents, quels qu'ils soient, d'où qu'ils viennent. Je te souhaite la paix.

Ceci dit, Le Messie fait encore un fou de lui en parlant de tourtières dans un fuckin' thread sur le langage. Je suis d'accord avec toi que c'est souvent lorsqu'elles parlent qu'on peut détecter les tartes, mais saperlipopette que t'es dans le champ avec ton commentaire.

Je trouve encore inconcevable qu'une tourtière, ce soit un pâté de viande bin straight à Québec. Une tourtière, ça l'a des patates dedans tabarnak.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un déchet à ajouter?

Publiez tout de suite et complétez l'inscription plus tard. Si vous êtes déjà l'un des nôtres, connectez-vous pour publier sous votre compte.
Note: Votre message devra être approuvé par un modérateur. Patience.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement

  • Contenu similaire

    • par Sergent Poivre
      Notre scène québécoises est très variée et nous avons des vedettes de tous les genres. Nos célébrités sont partout, à la radio, à la télé, dans les revues, si bien qu'on finir par tellement bien les connaître que c'est comme si c'était des gens que l'on côtoie tous les jours, qu'on les aime... ou pas.
      Peu importe leur métier ou l'art qu'ils utilisent pour «s'exprimer», que ça soit Céline Dion, Claude Poirier, Jean Airoldi, la petite fille dans l'annonce de je-sais-pas-quoi ( Mouuaaah je crois que le père noweeeeeeel Il a un pingouin... come a-mi (j'y en calisserais une)), un tel qui joue chose dans tel programme, l'autre qui lit les nouvelles, la gurda qui fait juste résumer les games des canadiens pis qui gagne le trophée «Analyse sportive» dans tel gala, l'autre qui pense qu'il a toujours raison, on a tellement de plaisir à les haïr.
      Boom Desjardins

      Mais quel blasphême à l'oeuvre d'Harmonium sa reprise d'Un musicien parmi tant d'autres. Comme quoi ce n'est pas parce que tu t'inspires du meilleur que ce que tu fais est nécessairement bon. Je n'en revien pas à quel point on donne de l'importance a un gars qui a si peu de vocabulaire et qui fait les erreurs les plusses pires de grammaire. Trois millions de trémolos qui ne veulent rien dire sur des mots qui n'ont aucun sens, une chanson rock-matante-Ginette, un succès national
      Je vous invite à vous laisser aller. Laissez aller vos pulsions et ne faites pas que juste mettre une photo et espérer des points de rep, Écrivez.
    • par Kennie
      1984, je sens que ça va te plaire ! Le titre dit tout, c'est le vidéo d'une Française qui explique le parler québécois aux Français.
      J'ai déjà vu et lu plein de gens essayer de faire la même chose, mais cette fille est vraiment bonne et juste. Pis on reconnait à peine son accent français quand elle parle à la québécoise. C'est à voir!
      http://www.narcity.com/montreal/parler-quebecois-enfin-explique-clairement-aux-francais/
    • par Nostradaw00t
      L’échec du Modèle Québécois | CentPapiers<
      Philippe David.
      Il y a belle lurette que les choses vont mal au Québec et je me demande souvent si un jour nous verrons la lumière au bout du tunnel sans qu’il n’y ait littéralement un coup d’état. Car il m’arrive parfois de me demander si un soulèvement populaire est la seule façon de briser le statut quo. Le 11 avril dernier, 50 000 québécois de la classe moyenne ont déambulé sur la Grande Allée à Québec, brandissant des balais, enjoignant le gouvernement de nettoyer sa propre cour avant de venir une fois de plus piger dans nos poches. J’étais de ce nombre et j’ai même symboliquement laissé ma chemise aux portes de l’Assemblée Nationale. C’était bien la première fois que je manifestais pour quoique ce soit. Comme les autres personnes qui étaient présentes, j’ai manifesté parce que j’en ai marre. Marre de voir notre argent lancé aux quatre vents. Marre de ne recevoir aucun service équivalent. Bref, j’en ai marre du sacro-saint modèle québécois et au milieu de cette foule qui s’étendait littéralement à perte de vue à l’avant et l’arrière de moi, j’ai eu l’impression de ne pas être le seul. Sans doute je serai porté au bûcher pour oser maintenant critiquer notre religion nationale social-démocrate. Brûlons vif le méchant droitiste néolibéral! N’est-ce pas toujours le sort réservé aux hérétiques?
      La Pensée Magique
      Le Québec est le royaume de la pensée magique. Nous sommes complètement déconnectés de la réalité. Nous nous sommes concocté un modèle qui ne peut absolument pas tenir debout dans la réalité. Nous nous imaginons riches alors que nous sommes parmi les plus pauvres en Amérique du Nord. Nous agissons comme si la richesse n’était que quelque chose qui faut juste aller chercher, dans la poche des riches ou dans les caisses des compagnies privées, mais pas quelque chose que nous devons créer et pour laquelle nous devons travailler. Comme si l’argent poussait sur les arbres. Et lorsque le pillage des contribuables québécois ne suffit plus, nous pillons le reste des contribuables canadiens et nous empruntons, condamnant nos enfants à payer pour nos excès. En aucun temps nous nous sommes arrêtés à songer au conséquences à long-terme. Et le pire, c’est qu’on ne peut pas remettre tout ça en question sans se faire traiter de sans-cœur néolibéral comme si la gauche au lunettes roses avait le monopole de la vertu.
      Le Mythe de la Solidarité Sociale Québécoise
      Nous les québécois nous targuons d’être des modèles de solidarité sociale. Nous regardons les anglos du ROC et les méchants américains du haut de notre rectitude sociale. Nous sommes prêts à tout pour le bien commun et redistribuer la richesse, même si nous devons saigner toute notre classe moyenne. Nous nous sommes égalitaires, oui monsieur! Vraiment? Oui, c’est vrai, nous avons un filet social plus riche que partout en Amérique du Nord, mais à qui profite-t-il vraiment? Nous nous entêtons à rendre tous nos services publics gratuits ou quasi-gratuits, mais est-ce les plus pauvres ou les plus nantis qui en profitent le plus? Prenons par exemple le gel des droits de scolarités et des tarifs d’électricité. La moitié des étudiants universitaires viennent de familles mieux nanties, et ces étudiants, une fois diplômés, gagnerons des salaires bien au dessus de la moyenne. Pourquoi devraient-ils être subventionnés par d’autres qui n’ont probablement pas leur niveau de scolarité et qui gagnent des salaires moindres que ceux que ces étudiants gagnerons plus tard. C’est un non-sens. Pendant ce temps, les universités sont sous-financées et la qualité souffre. Ne serait-il pas plus sage de laisser les droits de scolarité augmenter et d’aider ceux qui en ont vraiment besoin par un système de prêts et bourses plus généreux? Même chose pour les tarifs d’électricité qui profitent en réalité aux propriétaires de grandes maisons. Ne serait-il pas mieux de laisser ces taux augmenter, quitte à rembourser une partie de ces frais à ceux qui sont en deçà d’un certain seuil de revenu? C’est quoi la solidarité sociale au juste? De tout donner à tout le monde, qu’ils en aient besoin ou pas? Ou de tout simplement de s’occuper de ceux qui en ont vraiment besoin? « Arrière Satan! » s’exclament sûrement les prêtres de la social-démocratie. « Quel blasphème! » Mais voilà, très souvent nos beaux programmes redistribuent la richesse de bas en haut, plutôt que de haut en bas. Et que fait la gauche? Elle en vante les mérites! Quelle ironie!
      L’Aristocratie de l’influence et du Statut Quo
      Aux élections de 2003, 64% des électeurs ont voté pour un changement. Une des promesses qui faisait partie de la plateforme électorale des libéraux c’était une ré-ingénierie de l’état. Nous connaissons la suite. Dès que les libéraux ont fait mine de vouloir remplir cette promesse, les boucliers syndicaux se sont levés et ce fût la fin de la ré-ingénierie. Ça fait combien de temps que nous savons que notre système ne fonctionne plus? Dix ans? Quinze? Des solutions ont-elles été présentées pour régler ces problèmes? Certainement des centaines. Elles ramassent la poussière sur des tablettes quelque part. On ne sait trop où. Sommairement rejetées par notre aristocratie bien-pensante. Car voyez-vous, beaucoup trouvent leur compte dans le système actuel. 42% des québécois ne paient aucun impôt et près de 60% sont des bénéficiaires nets de l’état, c’est-à-dire qu’ils reçoivent de l’état plus qu’ils n’en paient. Ceux qui restent sont les pauvres bougres qui portent les autres sur leurs épaules et de plus en plus, ce sont ceux de la plus jeune génération: les X et les Y. Puisqu’ils sont la minorité, ils commencent de plus en plus à réaliser la signification du terme « tyrannie de la majorité ». Ceux qui ont intérêt à perpétuer le modèle québécois, la classe politique, les fonctionnaires, les BS corporatifs, les syndicats et tous les divers groupes sociaux ont de puissants lobbies et une puissante influence sur la façon que les choses se passent et ils ont tous un intérêt à maintenir le statut quo. Vous croyez vraiment qu’on manque de solutions pour résoudre les problèmes de notre système de santé? Il y a énormément d’autres pays qui ont un système de santé plus efficace et moins coûteux que le nôtre, il y a belle lurette qu’on aurait pu essayer leurs idées. Mais les grands clercs sociaux-démocrates nous ont convaincus que notre façon de faire les choses est la meilleure. Il suffit juste d’y mettre un peu plus d’argent. Mais voilà, ce qu’ils ne vous diront pas, c’est que l’argent, nous n’en avons plus. Nos cartes de crédit sont au max et ils vont bientôt venir reposséder la maison. Nous allons frapper un mur, mais ils s’en moquent! Ils vont se payer une retraite dorée aux dépens des autres et c’est tout ce qui compte pour eux. Nous allons avoir le plan « Freedom 75″ pour qu’ils aient le « Freedom 55″. Je suis à cheval entre les X et les boomers et je crois sincèrement que des boomers il ne restera que des miettes quand ce sera mon tour.
      Mais qu’est-ce qui nous attend?
      S’il n y a pas un grand coup de barre bientôt, nous allons assister à la paupérisation graduelle du Québec. Nous serons non seulement les plus pauvres du Canada ou de l’Amérique du Nord, mais des pays industrialisé. Nous étouffons nos entreprises et nous accablons la future génération de dettes qu’ils ne pourront jamais rembourser. Nous allons probablement assister à un exode de tous les jeunes diplômés vers des pâturages plus verts. Pourquoi resteraient-ils pour se faire saigner? Vous croyez que la barrière linguistique va les retenir? Ils vont nous planquer là dans notre merdier après avoir collecté leur diplôme que nous aurons subventionné et ce sera bien fait pour nous. Ci-dessous est le compteur de notre dette. Je ne pourrais vous dire jusqu’où il va grimper avant que tout s’écroule, mais il sonnera certainement le glas du modèle québécois. Espérons que nous aurons abandonné nos lunettes roses avant ça.
      J’ignore pourquoi, mais je n’arrive pas à faire afficher l’horloge de la dette dans le billet sur les 7 du Québec, mais vous pouvez la voir sur mon blogue
      Source: http://www.centpapiers.com/l%E2%80%99echec-du-modele-quebecois/12563/
    • par xjdjwhwj172727
      À la demande de 1984 l'attention whore, voici l'ultime sujet. Et si elle l'emporte, je promets de quitter définitivement le dépotoir.
    • par Shell VVV-Power
      J'aimerais savoir ce que vous pensez de ce billet de Mario Beaulieu:

      On m'avait déjà parlé du flou autour de la péréquation, de la faiblesse d'un tel argument que pourtant on entend souvent de la bouche des fédéralistes mais j'en savais encore que trop peu. Il y en a parmi vous qui s'y connaisse et pourrait apporter du poids ou en retirer aux propos du candidat à la direction du Bloc Québécois, Mario Beaulieu? C'est tout de même un truc qui sert souvent à faire peur aux électeurs; qu'on va finir dans le trou à faire le tapin sur les routes économiques si on se "sépare"!
×
×
  • Créer...